Ouvrir le menu principal

Mihai Tudose
Illustration.
Mihai Tudose en 2018.
Fonctions
Premier ministre de Roumanie

(6 mois et 18 jours)
Président Klaus Iohannis
Gouvernement Tudose
Législature 8e
Coalition PSD-ALDE
Prédécesseur Sorin Grindeanu
Successeur Mihai Fifor (intérim)
Viorica Dăncilă
Député

(18 ans, 6 mois et 24 jours)
Législature 4e, 5e, 6e et 7e
Ministre de l'Économie

(4 mois et 6 jours)
Président Klaus Iohannis
Premier ministre Sorin Grindeanu
Gouvernement Grindeanu
Prédécesseur Alexandru Petrescu
Successeur Mihai Fifor
Ministre de l'Économie, du Commerce et du Tourisme

(11 mois)
Président Traian Băsescu
Klaus Iohannis
Premier ministre Victor Ponta
Gouvernement Ponta IV
Prédécesseur Constantin Niță
Successeur Costin Grigore Borc
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Brăila (Roumanie)
Nationalité Roumaine
Parti politique PSD (jusqu'en 2019)
PRO (depuis 2019)
Diplômé de Université chrétienne Dimitrie Cantemir
École nationale d'études politiques et administratives[1]

Mihai Tudose
Premiers ministres de Roumanie

Mihai Tudose, né le à Brăila, est un homme d'État roumain. Membre du Parti social-démocrate (PSD), il est Premier ministre de 2017 à 2018.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Il naît le à Brăila.

Ministre de l'ÉconomieModifier

De décembre 2014 à novembre 2015, il est ministre de l'Économie, du Commerce et du Tourisme dans le gouvernement Ponta IV.

En février 2017, il redevient ministre de l'Économie, dans le gouvernement Grindeanu. Lors de ce deuxième passage au ministère de l'Économie, il n'a pas pu mener à bien les réformes économiques[2].

Premier ministreModifier

Le , après avoir obtenu le renversement de Sorin Grindeanu, le PSD le propose au poste de Premier ministre[3], alors qu'il a été accusé d'avoir plagié une thèse pour son doctorat obtenu en [4].

Le président Klaus Iohannis valide néanmoins ce choix le soir même[5], rompant ainsi son engagement d' de ne pas « désigner une personne poursuivie ou condamnée »[6]. Déclarant que « La crise que nous traversons nuit gravement à la Roumanie, à son économie et à son image à l'étranger », il justifie cette nomination par le besoin « d'avoir rapidement un nouveau gouvernement »[7].

Le , les deux chambres du Parlement sont réunies en séance commune pour s'exprimer sur une motion de censure déposée par l'opposition contre le gouvernement. Les parlementaires du PSD et de l'ALDE s’abstiennent lors de ce vote, alors que ceux du PNL, de l'USR et du PMP votent en faveur de la motion et ceux de l’UDMR ne prennent part au vote. La motion rassemble 159 votes, loin des 233 votes nécessaires pour être adoptée[8].

Le , les deux chambres du Parlement sont de nouveau réunies en séance commune pour s'exprimer sur une motion de censure déposée par l'opposition contre le gouvernement. Les parlementaires du PSD et de l'ALDE s’abstiennent lors de ce vote, alors que ceux du PNL, de l'USR et du PMP votent en faveur de la motion et ceux de l’UDMR ne prennent part au vote[9].

Mis en minorité lors d'un vote interne du PSD, le , il démissionne et annonce qu'il n'assurera pas l'intérim à la tête du gouvernement[10]. La nomination du vice-Premier ministre Paul Stănescu, pour une période intérimaire maximum de 45 jours, est annoncée[11]. Finalement, le président Klaus Iohannis décide de nommer le ministre de la Défense Mihai Fifor[12]. Le jour même, le PSD propose la députée européenne Viorica Dăncilă pour lui succéder[13]. Le , le président Iohannis nomme celle-ci au poste de Premier ministre[14]. Elle prend ses fonctions le 29 janvier[15].

En janvier 2019, il annonce qu'il quitte le PSD, dont il dénonce la direction « autoritaire », pour rejoindre le parti Pro Romania de Victor Ponta[16].

Notes et référencesModifier

  1. (ro) « Mihai Tudose », sur cdep.ro.
  2. « Roumanie: le social-démocrate Mihai Tudose désigné Premier ministre », sur LExpress.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  3. « Roumanie. Le PSD propose Mihai Tudose comme Premier ministre », sur Ouest-France.fr, (consulté le 26 juin 2017).
  4. (ro) « Mihai Tudose, propus premier », sur digi24.ro, (consulté le 26 juin 2017).
  5. (ro) « Klaus Iohannis a decis desemnarea lui Mihai Tudose pentru funcția de prim-ministru », sur activenews.ro, (consulté le 26 juin 2017).
  6. « Je ne désignerai pas une personne poursuivie ou condamnée dans la fonction de premier ministre », sur Bucarest Hebdo, (consulté le 26 juin 2017).
  7. « Roumanie: le social-démocrate Mihai Tudose désigné Premier ministre », sur FranceSoir, (consulté le 28 juin 2017).
  8. (en) « Romania’s government survives no-confidence vote », sur intellinews.com, (consulté le 21 janvier 2018).
  9. « Roumanie. Le gouvernement Tudose survit à une motion de censure », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2018).
  10. (ro) « Mihai Tudose confirma demisia din functia de premier: Plec cu fruntea sus / Nu voi asigura interimatul/ PSD isi da jos al doilea guvern intr-un an de zile », sur hotnews.ro, .
  11. « Roumanie : démission du Premier ministre social-démocrate », sur Europe 1, (consulté le 15 janvier 2018).
  12. « Roumanie: la gauche en quête d'un Premier ministre », sur Le Point, (consulté le 16 janvier 2018).
  13. « Roumanie: la gauche propose une eurodéputée au poste de Premier ministre », sur Le Point, (consulté le 16 janvier 2018).
  14. « Roumanie : l'eurodéputée sociale-démocrate Viorica Dancila nommée Premier ministre », sur Europe 1, (consulté le 17 janvier 2018).
  15. « Roumanie: le nouveau gouvernement de gauche investi, inquiétudes pour la justice », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 30 janvier 2018).
  16. « Roumanie : la majorité de gauche affaiblie par plusieurs départs », sur Le Figaro, (consulté le 1er février 2019).

Liens externesModifier