Ouvrir le menu principal

Mehdi Nemmouche

criminel franco-algérien

Mehdi Nemmouche
Terroriste islamiste
Information
Naissance (34 ans)
Roubaix
Nationalité Français
Allégeance Drapeau de l'État islamique État islamique
Idéologie Djihadiste
Condamnation 12 mars 2019
Sentence réclusion à perpétuité
Attentats Attentat du Musée juif de Belgique
Victimes 4 morts
Arrestation

Mehdi Nemmouche, né le à Roubaix en France, est un criminel et un terroriste djihadiste français, auteur de l'attentat du Musée juif de Belgique, intervenu le . Il est également accusé d'avoir été un des geôliers de l'État islamique par les otages rescapés de ses prisons syriennes.

Le 7 mars 2019, la cour d’assises le déclare coupable des quatre assassinats à caractère « terroriste » commis le 24 mai 2014 au musée juif de Bruxelles.

Après plus de 8 heures de délibéré, il est condamné le 12 mars 2019 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une mise à disposition de la justice pour 15 ans.

Sommaire

EnfanceModifier

Il est né le à Roubaix d'une famille d'origine algérienne. Originaire du quartier des Trois-Ponts, il n’a jamais connu son père et sa mère étant impécunieuse, il a été placé, comme ses deux sœurs, dès l’âge de trois mois en foyers et familles d’accueil[1]. À l'âge de 17 ans, il est confié à sa grand-mère à Tourcoing, dans le quartier sensible de La Bourgogne. Il prépare ensuite un baccalauréat professionnel électrotechnique mais ne se présente pas aux épreuves en pour raisons de santé. En septembre 2006, il s'inscrit à la faculté pour tenter une capacité en droit[2].

Parcours judiciaireModifier

En 1999, il est l'auteur de plusieurs cambriolages, d'un vol et d'un recel. En 2002, il agresse une enseignante, « avec usage ou menace d’une arme », à Tourcoing[2]. En janvier 2004[3], il est condamné une première fois par le tribunal pour enfants de Lille à une peine de trois mois d'emprisonnement dont deux et demi avec sursis pour des faits de vols avec violence[4]. Il est emprisonné une première fois 17 jours à la maison d'arrêt de Loos (Nord). En 2006, il est de nouveau condamné pour conduite sans permis et, en 2007, à deux reprises, pour refus d'obtempérer[5]. Il est incarcéré un mois, puis dix-sept mois et quinze jours enfin trois mois et huit jours à la prison de Lille-Sequedin d'où il sort en novembre 2007[6],[7]. En décembre 2007, il est condamné par le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes) à quatre ans d’emprisonnement dont un an de sursis avec mise à l’épreuve pour vol aggravé commis le même mois dans la concession Yamaha de Saint-Laurent-du-Var[8], enfin en 2008 à dix-huit mois de prison pour le vol d’une voiture commis à Tourcoing. En mai 2009[9], il est de nouveau condamné à deux ans de prison pour le braquage en août 2006 d'une supérette de cette même ville[10].

RadicalisationModifier

Il est incarcéré de décembre 2007 à décembre 2012[11], d'abord à la maison d'arrêt de Grasse de décembre 2007 à juin 2008, puis au centre pénitentiaire de Salon-de-Provence de juin 2008 à décembre 2010, ensuite à celui du Pontet de décembre 2010 à mars 2011 et enfin au centre pénitentiaire de Toulon-La Farlède[12] de mars 2011 à décembre 2012[2]. Il s'y radicalise[13]. D'après le syndicaliste pénitentiaire David Mantion qui l’y a connu, «  Mehdi Nemmouche est arrivé en mars 2011. C’était un détenu calme, très sportif, athlétique. Les six premiers mois de sa détention ont été normaux. Puis on a vu un changement, et il est parti dans l’islam radical. Son comportement est devenu plus agressif et il a eu quelques altercations avec les surveillants[2]. »

Le , il est poursuivi pour avoir agressé un gardien  et placé en quartier disciplinaire, puis à l’isolement. Son emprise religieuse sur les autres détenus se renforce : « Il devenait très insistant pour obliger les prisonniers à faire leurs prières. Il était devenu peu bavard, inexpressif, mais poli. » Durant sa période d’isolement, il se laisse pousser la barbe, choisit de porter la djellaba et se retranche dans la religion[2]. Selon le le procureur de la République de Paris, François Molins, « durant sa dernière détention, il s'était distingué par son prosélytisme. Il faisait des appels à la prière collective lors des promenades »[14]. En novembre 2010, l'administration avertit la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) de son comportement[15]. Son extrémisme religieux et diverses provocations, comme le jet de projectiles contre les surveillants, conduisent la direction de l'établissement pénitentiaire de Toulon à le placer un mois en quartier disciplinaire[16] puis, d'octobre 2011 à décembre 2012, à le mettre à l'isolement[17].

Sorti de prison le [18], il est fiché S[2] mais part pour la Turquie le via la Belgique, la Grande-Bretagne et le Liban[19]. De là, il est soupçonné d'avoir franchi la frontière turco-syrienne et d'avoir séjourné un an en Syrie[20] où il rejoint l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), le principal groupe djihadiste participant à la guerre civile syrienne[21]. Au sein de ce groupe, il aurait été geôlier brutal envers les otages, bien qu'il fût hiérarchiquement inférieur au Français Salim Benghalem[22]. Au nombre des otages, figuraient notamment des journalistes français dont Nicolas Hénin[23]. On retrouve ensuite sa trace à Istanbul d'où il gagne le 21 février 2014[24] la Malaisie[25]. De là, il se rend à Singapour et Bangkok. Inscrit au fichier Schengen dès décembre 2012[26],[27] par la DCRI[28], il est repéré à Francfort-sur-le-Main par les douaniers allemands lors de son retour en Europe le 18 mars 2014[29].

Attentat du Musée juif de BruxellesModifier

L'attentat est commis le au musée juif de Belgique à Bruxelles. Un homme y tire, avec ce qui semble être un revolver, depuis la rue vers le hall du musée et vise un couple de touristes. Il contourne leurs corps, puis, avec une Kalachnikov AKM et ouvre de nouveau le feu depuis le hall vers l'intérieur du musée, sur deux autres personnes, employées à l'accueil. Puis il sort du bâtiment et s'enfuit[30].

Trois personnes sont tuées sur le coup. Il s'agit d'un couple de touristes israéliens, Emanuel et Miriam Riva, âgés de 54 et 53 ans, et d'une Française, Dominique Sabrier, 66 ans, travaillant bénévolement au musée[31]. La quatrième victime est Alexandre Strens, un Belge de 25 ans préposé à l'accueil du musée. Transporté à l'hôpital Saint-Pierre, grièvement blessé, il restera dans le coma et mourra quelques jours plus tard, le [32].

S'il était coupable, Mehdi Nemmouche serait le premier djihadiste[33] issu des rangs de l’État islamique à avoir commis un attentat en Europe[34],[35].

ArrestationModifier

Au cours d'un contrôle de douane inopiné effectué le vendredi à la gare routière internationale de Marseille Saint-Charles à bord d'un autocar en provenance d’Amsterdam via Bruxelles, Mehdi Nemmouche est interpellé en possession d'armes ressemblant à celles visibles sur la vidéosurveillance de la fusillade de l'attentat du Musée juif de Belgique, d'une casquette semblable à celle que portait le tueur et d'une caméra de type GoPro[36],[37]. Il est placé en garde à vue pour assassinat, tentative d'assassinat, détention et transport d'armes, en lien avec une entreprise terroriste. Dans une vidéo trouvée par les enquêteurs lors de son arrestation, une voix off qui ressemble à celle du suspect revendique l'attentat[38].

Le [39], un mandat d'arrêt européen est émis par la justice belge contre lui[40]. Présenté le au parquet général du tribunal de Versailles (Yvelines), il annonce d'abord son intention de s'opposer à son extradition en Belgique et se voit écroué au centre pénitenciaire de Bois-d-Arcy (Yvelines)[41], mais y renonce le [42].

En avril 2018, il est renvoyé devant la cour d'assises de Bruxelles avec son complice présumé Nacer Bendrer (le troisième inculpé, le Français Monir Attalah, bénéficiant lui d'un non-lieu) pour un procès qui se tient à partir de janvier 2019[43].

Présomption de participation à la détention d'otagesModifier

En juin 2013, quatre journalistes ; Didier François, Édouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, sont enlevés en Syrie par des groupes djihadistes. Début juillet les otages sont transférés dans « le sous-sol de l'hôpital ophtalmologique d'Alep, aménagé en prison ». Ils y rencontrent un gardien français, Abou Omar, qui « selon les différents témoignages, se distingue par sa cruauté », et qui ne cache ni son antisémitisme, ni « sa vénération pour Mohammed Merah ». En mars 2014, après un passage en Asie, le djihadiste français rejoint l'Europe. Les otages, qui sont libérés en avril de la même année, reconnaissent leur tortionnaire « Abou Omar » « sur la photo diffusée dans les médias au lendemain de l’arrestation de Mehdi Nemmouche »[34].

Le journaliste Nicolas Hénin affirme notamment avoir été « maltraité » par Mehdi Nemmouche : « Quand Nemmouche ne chantait pas, il torturait. Il était membre d'un petit groupe de Français dont la venue terrorisait la cinquantaine de prisonniers syriens détenus dans les cellules voisines. Chaque soir, les coups commençaient à pleuvoir dans la salle dans laquelle j'avais moi-même été interrogé. La torture durait toute la nuit, jusqu'à la prière de l'aube. Aux hurlements des prisonniers répondaient parfois des glapissements en français »[44]. Nicolas Hénin estime que la personnalité de Nemmouche est « caractérisée par un très grand ego. Il n'était probablement pas parti en Syrie pour se battre contre un quelconque idéal. [...] Nemmouche ne voulait qu'un beau procès. Faire la une, à l'image d'un Merah qu'il citait souvent en exemple »[44].

ProcèsModifier

Le , la cour d’assises de Bruxelles le déclare coupable, avec Nacer Bendrer considéré comme coauteur des faits en ayant fourni les armes, des quatre assassinats à caractère « terroriste » commis le au musée juif de Bruxelles[45].

Le procès est marqué par les interventions provocatrices des avocats Sébastien Courtoy et Henri Laquay qui ont comparé les procureurs à des guillotineurs, les enquêteurs à des êtres corrompus et accusé les journalistes français Nicolas Hénin et Didier François, otages français retenus en Syrie entre 2013 et 2014 de mentir en identifiant Mehdi Nemmouche comme un de leur geôliers au côté de Najim Laachraoui[45]. Les avocats de Mehdi Nemmouche ont défendu une thèse complotiste où leur client se serait fait piéger par les services de renseignement iraniens ou libanais après qu’il a effectué une mission d’infiltration auprès de l’EI pour leur compte. Les jurés ont jugé que cette version manquait « de vraisemblance et de crédibilité[45] ». Codétenu de Mehdi Nemmouche à la prison de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) de 2009 à 2010, le Marseillais Nacer Bendrer âgé de 30 ans au moment du procès, est condamné comme « coauteur » alors que le ministère public avait appelé, en fin de procédure, à requalifier les accusations en simple « complice »[45].

Le 12 mars 2019, Mehdi Nemmouche est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une mise à disposition du tribunal de l’application des peines d’une durée de 15 ans. Nacer Bendrer considéré comme co-auteur des faits est condamné à 15 ans de réclusion criminelle assortie d’une mise à disposition du tribunal de l’application des peines d’une durée de 5 ans[46].

Notes et référencesModifier

  1. Agence France-Presse, « Mehdi Nemmouche: un enfant des quartiers de Roubaix et Tourcoing "parti en vrille" », La Voix du Nord, (consulté le 27 juin 2018)
  2. a b c d e et f « Mehdi Nemmouche Le djihad made in France », Paris Match, (consulté le 27 juin 2018)
  3. Mehdi Nemmouche, un délinquant à l’enfance difficile, radicalisé en prison dépêche AFP publiée 1er juin 2014 dans Libération
  4. « Qui est Mehdi Nemmouche, le suspect roubaisien de la tuerie du Musée juif de Bruxelles ?» France 3 Nord Pas-de-Calais, 1er juin 2014
  5. <« Les vies multiples de Mehdi Nemmouche », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Suspect multirécidiviste, drapeau terroriste, "Bruxelles à feu et à sang" » rtl.be, 1er juin 2014
  7. Site lepoint.fr, 1er juin 2014
  8. Un commerçant de Saint-Laurent: "J'ai été braqué par Mehdi Nemmouche",Var-Matin 2 juin 2014
  9. « Mehdi Nemmouche, un nouveau Mohamed Merah ? » metronews.fr 2 juin 2014
  10. « Musée juif de Bruxelles: "Les présomptions qui pèsent sur le suspect sont importantes"», 1er juin 2014 sur le site de la RTBF
  11. « Tuerie de Bruxelles: principales déclarations du procureur de Paris » nordnet.fr, 1er juin 2014
  12. « VIDEOS. Fusillade de Bruxelles : Mehdi Nemmouche, du braquage au jihad », Le Parisien, 2 juin 2014
  13. « Tuerie de Bruxelles : un suspect français a été arrêté à Marseille », Le Figaro, 1er juin 2014
  14. [1], France Info
  15. « Mehdi Nemmouche : questions autour de la radicalisation en prison » Le Monde, 3 mars 2014]
  16. « En prison, Mehdi Nemmouche n'était pas le "gentil garçon" décrit », lci.tf1.fr, 3 juin 2014
  17. « VIDEO. Un surveillant de Toulon se souvient du détenu Mehdi Nemmouche » sur France 3 Provence-Alpes, 2 juin 2014
  18. « Nemmouche : à 29 ans, après 7 condamnations, il bascule dans l'islam radical », [Le Figaro], 1er juin 2014
  19. « Mehdi Nemmouche, itinéraire d'un djihadiste français » Le Nouvel Observateur, 1er juin 2014
  20. « Tuerie de Bruxelles : ce que l'on sait de l'homme arrêté à Marseille »Le Monde, 1er juin 2014
  21. « Tuerie de Bruxelles : ce que l'on sait de Mehdi Nemmouche », Journal du dimanche, 1er juin 2014
  22. Le djihadiste français Salim Benghalem aurait été le geôlier des ex-otages en Syrie https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/09/25/le-djihadiste-francais-salim-benghalem-aurait-ete-le-geolier-des-ex-otages-en-syrie_4771104_1653578.html
  23. Romain Gubert, « VIDÉO. Nicolas Hénin : "Oui, Medhi Nemmouche m'a maltraité" », sur Le Point,
  24. « Tuerie de Bruxelles: principales déclarations du procureur de Paris », dhnet.be, 1er juin 2014
  25. « Suspect multirécidiviste, drapeau terroriste, "Bruxelles à feu et à sang" », RTL Info,‎ (lire en ligne)
  26. « Nemmouche était surveillé par la police "dès sa sortie de prison" » dépêche AFP publié par Le Point, 4 juin 2014
  27. « Tuerie de Bruxelles : ce que l'on sait de l'homme arrêté à Marseille»Le Monde, 1er juin 2014
  28. « Tuerie du Musée juif de Bruxelles : le suspect était fiché comme "profil djihadiste" », Le Point, 1er juin 2014
  29. Nemmouche-Merah : un même profil», La Dépêche, 2 juin 2014
  30. Meurtre rue des Minimes, Fedpol Belgium (police fédérale belge).
  31. Jérôme Sage et A.C., « Bruxelles était pour Dominique un havre de paix », Le Parisien, .
  32. « La 4e victime de la fusillade du musée juif est décédée », La Libre Belgique, .
  33. « Tuerie du Musée juif de Bruxelles : Mehdi Nemmouche en procès », sur L'Obs (consulté le 9 janvier 2019)
  34. a et b Matthieu Suc, « Mehdi Nemmouche, le djihadiste qui parlait trop », sur Mediapart, (consulté le 7 septembre 2016).
  35. Gilles Kepel, « De Roubaix à Marseille, la cause syrienne fédère le nouveau djihadisme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  36. Fusillade au Musée juif: un Français soupçonné d'être le tireur, arrêté à Marseille, La Libre Belgique,
  37. Attaque du Musée juif de Bruxelles : un suspect arrêté, Libération, 1er juin 2014
  38. Site leparisien.fr, 1er juin 2014.
  39. « Nemmouche ne s'opposera pas «en principe » à son extradition vers la Belgique » 20 minutes, 2 juin 2014
  40. La libre Belgique, 1er juin 2014
  41. Amandine Bourgoin, « Medhi Nemmouche refuse d'être extradé en Belgique », parismatch.com, (consulté le 27 juin 2018)
  42. Nemmouche sera bien extradé vers la Belgique, lefigaro.fr, 11 juillet 2014
  43. Agence France-Presse, « Tuerie du Musée juif de Bruxelles: Mehdi Nemmouche aux assises avec un complice présumé », 20minutes.fr, (consulté le 27 juin 2018)
  44. a et b Nicolas Hénin, ex-otage en Syrie : «Mehdi Nemmouche m'a maltraité», Le Parisien, 6 septembre 2014.
  45. a b c et d Sophie Petitjean, « Procès du Musée juif de Bruxelles : Nemmouche reconnu coupable de quatre assassinats terroristes », sur lemonde.fr, (consulté le 9 mars 2019)
  46. Jean-Pierre Stroobants, « Mehdi Nemmouche condamné à la prison à vie pour la tuerie du Musée juif de Bruxelles », sur lemonde.fr, (consulté le 14 mars 2019)

Documentaires télévisésModifier