Mazouna

commune d'Algérie

Mazouna
Mazouna
La cité ancienne.
Noms
Nom arabe مازونة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Relizane
Daïra Mazouna
Code postal 48200
Code ONS 4822
Démographie
Gentilé Mazouni
Population 26 044 hab. (2008[1])
Densité 622 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 07′ 32″ nord, 0° 52′ 35″ est
Altitude Min. 375 m
Max. 375 m
Superficie 41,90 km2
Localisation
Localisation de Mazouna
Localisation de la commune dans la wilaya de Relizane
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Mazouna
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Mazouna

Mazouna est commune de la wilaya de Relizane en Algérie.

C'est une petite ville historique située au centre des monts du Dahra, à l'ouest d'Alger. Première capitale du beylik de l'Ouest, sa medresa a joué un rôle important durant cette période, comme haut lieu de culture et de théologie.

ToponymieModifier

Plusieurs versions expliquent la nomination de Mazouna[2]. Le vocable Mazouna est associé étymologiquement au mot latin « Masuna » qui réfère à une cité romaine dans les environs de Sidi M'Hamed Ben Ali ou Massina, Roi de cette cité[3]. D'autres légendes se rapportent à celle de la Princesse ou celle du Berger[3].

Certains récits lui attribuent le nom d'une tribu berbère zénète appelée Massoune[2]. Il existe aussi deux légendes locales auxquels croient la population : un trésor appelé (mawzouna) d'une reine qui vivait à Mazouna[4] ; et une source d'eau attribuée à une femme nommée Zouna (maà Zouna)[2].

Mazouna a gardé des noms de lieux très anciens qui ne semblent pas avoir été changés durant la période coloniale. Elle est entourée de noms d'origine berbère tels que Tamda, Hsassna, Ouled Meziane, Ouarizan, Taougrit, Ain Merane et Senhadja[3].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Mazouna se situe au Nord de la wilaya de Relizane. Nichée à plus de 300 mètres d'altitude dans les collines du Dahra[5], la ville est située sur un piton difficile d'accès dominant d'importantes voies stratégiques et économiques sur les plaines de la vallée du Chellif et de Relizane-Oued Rhiou[6]. Son site est bien mis en valeur par les confluences des Oueds Bou Mata et Ouarizan[7].

Mazouna se trouve à proximité des confins orano-algérois[6], à 72 km au nord-est de son chef-lieu Relizane, à 29 km au nord de Oued Rhiou[5], à 210 km de la capitale et à 145 km d'Oran[8].

LocalitésModifier

En 1984, la commune de Mazouna est constituée à partir des lieux-dits et localités suivants[9] :

  • Mazouna
  • Sidi Adda
  • Hassasna
  • Boualoufa
  • Tamda
  • Khemarissa
  • Meaaziz
  • Ouled Meziane
  • Sidi Abdelkader
  • Sidi Belmehel
  • Ain Djina
  • Nekakza
  • Sidi Azaiz
  • Kaab
  • Kouasem
  • Aouinet Dib

ClimatModifier

Le climat à Mazouna, est chaud et tempéré. En été, les pluies sont moins importantes qu'elles ne le sont en hiver. La classification de Köppen est de type Csa. La température moyenne est de 16.3 °C et la moyenne des précipitations annuelles dépasse 400 mm[10].

  Données climatiques à Mazouna.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 10 11 12 15 19 23 27 27 24 19 14 10 18
Précipitations (mm) 47 55 42 41 34 12 3 7 14 48 52 62 423
Nombre de jours avec précipitations 8 9 8 7 6 2 1 1 3 6 7 8 71
Source : « Mazouna, Algeria Travel Weather Averages (Weatherbase) », sur Weatherbase (consulté le )


Voies de communication et transportsModifier

RoutesModifier

La ville est traversée par la N90 selon un axe Nord - Sud. Au Nord, la route mène à Mostaganem via Mediouna ; au Sud, à Ouarizane et à Oued Rhiou où elle rejoint l'Autoroute Est-Ouest.

La W101 relie la ville à Aïn Merane et Chlef à l'Est et à Sidi M'Hamed Ben Ali à l'Ouest.

AéroportModifier

L'aéroport le plus proche est celui de Chlef, l'aéroport Aboubakr Belkaid, situé à 45 km à l'Est.

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Vieille cité berbère[5], Mazouna était la capitale de la confédération des Maghraouas, grande peuplade berbère. Elle s'est affirmée depuis le milieu du Moyen Âge et a joué un rôle important dans son cadre régional en tant que centre d'artisanat et foyer de culture[11]. Le fond local de la population, Maghraouas une branche des Zénètes, s'est successivement enrichi par les Arabes, les Andalous et enfin les Turcs[12].

Le voyageur espagnol Luis del Mármol Carvajal dit que Mazouna fut fondée à la période romaine, car il a trouvé des pièces et des monuments romains, mais Ibn Khaldoun suppose que la ville est fondée par Mendil Ibn Abdelrahmane de la tribu Maghraouas en 1170[3]. Al Idrissi décrit au XIIe siècle, une ville prospère avec ses marchés[13], mais ne fait pas allusion à son ancienneté[14]. Elle est dominée pendant des siècles par les Hammadites, les Almohades et les Zianides[3]. Ces derniers installent un gouverneur dans la ville[15], dés le règne de Yaghmoracen Ibn Ziane[16].

Période ottomaneModifier

Mazouna est la première capitale du beylik de l'Ouest pendant la régence d'Alger[17], jusqu'en 1701, époque où le siège du bey est transporté à Mascara, pour passer ensuite à Oran en 1791[18]. Sous les Ottomans, Mazouna est un lieu religieux et stratégique important. Cinq cents Kouloughlis gardent la ville, car celle-ci ne possède pas de fortifications[19].

Le premier gouverneur est Ben Khedidja, il avait l'autorité du pays et réorganise la région. Quelques beys se sont illustrés en particulier les beys Souag, Sayah et Chabane Bey[20] qui fait la guerre contre les Espagnols d'Oran, il mourut en assiégeant Oran[21]. Au début du XIXe siècle, la cité compte 2 500 à 3 000 habitants[22], elle se situe parmi les petites villes de l'Algérie précoloniale à l'instar de Kalaa et Nedroma[23]. Sa population est composée d'environ 75 % de hadars et une minorité de koulouglis[24]. La ville était spécialisée dans la fabrication des haiks[25].

Période colonialeModifier

Lors de la colonisation française de l'Algérie, la ville se démarque tant par sa résistance que par la violence de la répression française. L'armée coloniale y a recours aux «destructions, incendies, pillages et extermination, à grande échelle, par enfumade (sic) perpétrée et répétée dans les grottes où se réfugiaient hommes, femmes, enfants et troupeaux.» [26].

La cité subit un déclin durant la période coloniale et connaît une désorganisation précoce[27], en conséquences du développement sur son terroir du centre de colonisation de Renault et de son éloignement de l'axe des grandes circulations de la plaine[28]. Sa population passe de 5 665 habitants en 1866 à 13 233 habitants en 1948[29]. Elle alterne des phases de croissance démographique, de stagnation et de décroissance[30].

AdministrationModifier

 
Entrée de la commune.

L'autonomie administrative de Mazouna est ancienne. En 1946, elle est instituée en centre communal, contrôlé par l'administrateur de la commune mixte de Renault. En 57-58, elle devient elle-même une commune, contrôlée par un sous-préfet. En 1967, Mazouna est promue commune de plein exercice[31], puis daïra[3]. Son terroir avait connu un sévère prélèvement en faveur du lotissement de colonisation de Renault[31].

DémographieModifier

Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population de la commune de Mazouna est évaluée à 26 044 habitants contre 22 544 en 1998, l'agglomération chef-lieu compte 15 977 habitants[32]. C'est la huitième commune la plus peuplée de la wilaya de Relizane[33].

UrbanismeModifier

 
Ruelle dans la médina.

Mazouna est divisée en deux. La vieille ville de Mazouna surnommée El Hofra (« Le trou ») par les locaux, est une cité qui a gardé un cachet typiquement algérien précoloniale. Elle compte cinq quartiers qui disposent chacun d'une mosquée. Elle est parcourue par une série de ruelles et d'impasses, qui convergent vers la place centrale où se trouve le marché et la mosquée. Les vieilles maisons n'ont pas d'étages, mais plutôt une grande terrasse et une grande cour moyennant les différentes pièces de la maison[2].

L'un de ces quartiers est situé sur la berge occidentale de l'oued Ouaghizane. Il y avait également des sous-quartiers, qui étaient habités par des Turcs et des Juifs[31]. Aucun édifice colonial ne se trouve dans la ville, sauf deux écoles[2]. En effet, Mazouna est le type des cités précoloniales que, par suite de leur position montagnarde, la colonisation a marginalisées[5]. Une nouvelle ville a été construite après l'indépendance[2].

Culture et sociétéModifier

 
La medresa de Mazouna.

Mazouna est une agglomération qui représente une ville traditionnelle[3]. Elle est le berceau de la confrérie Sanousiyya dont la zaouïa se dresse sur une hauteur voisine[18].

Sa médersa était réputée dans le passé comme centre de théologie et de savoir, elle permettait notamment aux talaba (élèves) d'obtenir le titre de qadi (juge)[2]. Elle a poursuivi sa tache jusqu'en 1956, ce qui a contribué au développement exceptionnel des fonctions culturelles de la ville[34]. La ville s'est dotée en outre des écoles coraniques, d'écoles primaires (officielles) durant la période coloniale. Les habitants réclamaient l'instruction pour les enfants des deux sexes, elle a disposé d'une école de filles indigènes dans les années 1930[35]. Ainsi, après l'indépendance du pays, Mazouna était le seul centre qui compte 100 % d'enfants scolarisé. Les Mazounis étaient largement représentés dans les administrations régionales et centrales[36].

Le parler arabe de Mazouna ou le « Mazouni », est un parler typiquement conservateur, mais il est caractérisé par des emprunts lexicaux qu'il garde toujours et qui font sa spécificité. Il se distingue notamment au niveau du vocabulaire des autres parlers environnants, et il est toujours utilisé par les locuteurs jeunes[3]. Il se caractérise par une forte présence d'emprunts lexicaux, voire morpho-syntaxiques au berbère et plus particulièrement au chenoui, une variété du berbère du Dahra[3].

PatrimoineModifier

 
Habitat de la vielle ville.

La direction de la Culture de la wilaya de Relizane a procédé au classement de la vieille-ville, qui abrite des édifices culturels dont le vieux tribunal[37].

Elle dispose de la medersa et la mosquée de Sidi M’hamed Bencharef, qui remonte à la fin du XVIIe siècle[2]. La mosquée recèle plusieurs vestiges qui remontent à plusieurs siècles dont des manuscrits et livres, mais aussi une chaise en bois[2].

Elle recèle dans ses khizanètes (bibliothèques traditionnelles incrustées dans des murs en terre glaise) des manuscrits très anciens et variés portant sur Mazouna, ses fondateurs, ses penseurs et ses habitants et des traces hagiographiques[3]. Elle est également connue à travers ses Nawâzil : compilations de règles de jurisprudence pour gérer des conflits familiaux ou sociaux[3].

Personnalités liées à MazounaModifier

  • Moulay Belhamissi, historien, y est né[38].
  • Benali Boukort, secrétaire général du PCA y est né[39].

Notes et référencesModifier

  1. « Wilaya de Relizane : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. a b c d e f g h et i « Une ville, une histoire. Mazouna (wilaya de Relizane) : La capitale du beylik oubliée | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le )
  3. a b c d e f g h i j et k Bouhadiba Farouk, « À propos d’arabo-berbère à Mazouna », Études et Documents Berbères, 2016/1 (N° 35-36), p. 137-147.
  4. Mouley Belhamissi, Histoire de Mazouna: (des origines à nos jours) , Société Nationale d'Edition et de Diffusion, 1981 - 91 pages, p. 21
  5. a b c et d Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Algérie, Média-Plus, , 319 p. (ISBN 9961-9-2200-X), p. 83
  6. a et b Sari 1978, p. 13.
  7. Sari 1978, p. 15.
  8. « Mazouna, Mazouna, Relizane, Algérie - DB-City : Toutes les infos sur les Pays, Régions, Villes et Villages », sur fr.db-city.com (consulté le )
  9. « Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Relizane », Journal officiel de la République Algérienne, (consulté le ), p. 1580
  10. « Climat Mazouna: Pluviométrie et Température moyenne Mazouna, diagramme ombrothermique pour Mazouna - Climate-Data.org », sur fr.climate-data.org (consulté le )
  11. Sari 1978, p. 4.
  12. Sari 1978, p. 49.
  13. Sari 1978, p. 34.
  14. Al Idrissi, La première géographie de l'Occident, III, 1, Flammarion, 1999, p. 176.
  15. Collectif coordonné par Hassan Ramaoun, Dictionnaire du passé de l'Algérie: de la préhistoire à 1962, Oran, CRASC Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, , 630 p. (ISBN 978-9931-598-01-5), p. 554
  16. Collectif coordonné par Hassan Ramaoun, Dictionnaire du passé de l'Algérie: de la préhistoire à 1962, op. cit., p.540.
  17. Jusqu'au Bey Mustapha Bou Chelagram qui prit Oran aux Espagnols en 1708, et le perdit en 1732. Il installa alors le siège du beylik à Mostaganem où il mourut en 1737, et son fils Ioussef, nommé Bey par le Pacha d'Alger Mustapha Tsacalli établit le siège du Beylik à Mascara - d'après Walsin Esterhazy, opus cité, pages 172 à 174
  18. a et b E. B, « Dahra », Encyclopédie berbère, no 14,‎ , p. 2192–2193 (ISSN 1015-7344, DOI 10.4000/encyclopedieberbere.2364, lire en ligne, consulté le )
  19. tribus privilégiées en Algérie dans la première moitié du XIXe siècle, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Année 1966, Volume 21, Numéro 1, p. 47
  20. Mahfoud Kaddache, L'Algérie durant la période ottomane., Alger, Alger : O.P.U., , 239 p. (ISBN 978-9961000991), p. 138
  21. De la domination turque dans l'ancienne régence d'Alger par Walsin Esterhazy, p. 167 livre en ligne
  22. Benkada, Saddek,, Oran 1732 - 1912 : Essai d' analyse de la transition historique d' une ville algérienne vers la modernité urbaine (ISBN 978-9931-598-22-0 et 9931-598-22-0, OCLC 1150811740, lire en ligne), p. 439
  23. Sari 1978, p. 50.
  24. Oran 1732 - 1912, op. cit., P.437.
  25. Sari 1978, p. 44.
  26. [1]
  27. Sari 1978, p. 199.
  28. Sari 1978, p. 200.
  29. Sari 1978, p. 139.
  30. Sari 1978, p. 146.
  31. a b et c Jacques Berque, « Retour à Mazouna », Annales, vol. 27, no 1,‎ , p. 152–154 (DOI 10.3406/ahess.1972.422488, lire en ligne, consulté le )
  32. « Mazouna (Commune, Relizane, Algeria) - Population Statistics, Charts, Map and Location », sur www.citypopulation.de (consulté le )
  33. « Relizane (Algeria): Communes & Settlements - Population Statistics, Charts and Map », sur www.citypopulation.de (consulté le )
  34. Sari 1978, p. 134.
  35. Sari 1978, p. 133.
  36. Sari 1978, p. 132.
  37. « Relizane : classement des sites archéologiques ottomans », sur Djazairess (consulté le )
  38. El Hadj Moulay Belhamissi (1930-2009) El-Watan, du 5 avril 2007
  39. « Benali Boukort (1904-1983) », sur data.bnf.fr (consulté le )

AnnexesModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • Djilali Sari, Les villes précoloniales de l'Algérie occidentale: Nédroma, Mazouna, Kalâa, Société nationale d'édition et de diffusion, , 246 p. (lire en ligne)