Max Fourny

Max Fourny, né le à Amiens et mort le à Paris-16e, est un pilote automobile ainsi qu'un éditeur et un collectionneur d'art naïf français.

Max Fourny
Max Fourny en 1932.jpg
Max Fourny en 1932.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité
Activités
Grille de départ du Grand Prix de France 1932 : Fourny est 3e temps sur la première ligne (n°6 à droite), Philippe Étancelin étant au centre sur Alfa Romeo, et Jean Gaupillat à gauche de la photo, sur Bugatti.

BiographieModifier

 
Le Musée d'Art Brut et d'Art Singulier de la Halle Saint-Pierre (18e arr.).

Max Fourny pilote des cyclecars dans les années 1920, puis des Bugatti dans les années 1930. Sa saison 1930 est alors la plus aboutie au vu de ses résultats, et lors de la suivante il seconde parfois le réalisateur Georges d'Arnoux au volant.

Il participe aux 24 Heures du Mans en 1934 et 1935, sur Bugatti T55.

Sa dernière apparition lors d'une course a lieu en , lors du Grand Prix d'Albi comme pilote réserve de René Bonnet sur DB-Citroën.

Entre 1945 et 1955, il publie la revue Art et Industrie. En 1956 il participe à l'élaboration de Prisme des Arts, puis entre 1961 et 1975 à celle de Direction de l'Art International.

Il publie plusieurs ouvrages, et fonde un musée en 1973 dans sa maison de campagne, une ancienne ferme à côté de Vicq (Yvelines), où il expose près de 900 de ses acquisitions, collectées à travers ses voyages.

Sa collection d'art est désormais divisée entre la Halle Saint-Pierre à Paris, et le Musée international d'art naïf à Vicq. Une galerie d'art porte également son nom à Montmartre.

Il est l'époux de la peintre Françoise Adnet.

Palmarès sportifModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'Écho d'Alger, 23 avril 1930, p.9.
  2. L'historique de la course automobile 1894 - 1965, Edmond Cohin, éd. Larivière, 1982 (ASIN B0014XQ1YG).
  3. La Revue du Touring-club de France de juillet 1930, p.XVI.

Liens externesModifier