Martine Filleul

femme politique française

Martine Filleul
Illustration.
Fonctions
Sénatrice française
En fonction depuis le
(4 ans, 1 mois et 20 jours)
Élection 24 septembre 2017
Circonscription Nord
Groupe politique SOC
Conseillère départementale du Nord

(6 ans, 2 mois et 25 jours)
Avec Marc Godefroy
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Lille-4
Prédécesseur Canton créé
Successeur Stéphanie Bocquet
Conseillère générale du Nord

(7 ans et 13 jours)
Élection 16 mars 2008
Circonscription Canton de Lille-Centre
Prédécesseur Alex Türk
Successeur Canton supprimé
Adjointe à la maire de Lille
chargée du tourisme et des relations internationales

(13 ans et 10 jours)
Élection
Réélection
Maire Martine Aubry
Conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais

(10 ans et 11 jours)
Élection 15 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
Circonscription Nord
Successeur Vincent Lannoo
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Jeumont (France)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômée de Université Lille-II
Profession Sociologue

Martine Filleul, née le à Jeumont (Nord), est une femme politique française.

Membre du Parti socialiste (PS), elle commence son parcours politique en en entrant au conseil municipal de Lille. De à , elle est conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais. Elle siège de à au conseil général puis départemental du Nord, dont elle est vice-présidente jusqu’en . Elle est élue sénatrice en 2017.

BiographieModifier

Situation personnelleModifier

Martine Filleul naît le [1],[2] à Jeumont de parents d'origine modeste[3]. De formation littéraire, elle est titulaire d'une maîtrise de lettres modernes et d'un DEA en sociologie urbaine[3].

Pour payer ses études, elle est surveillante dans un collège. Elle est ensuite ingénieure de recherche à l'École nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille puis fonctionnaire du ministère de l'Équipement[3].

Parcours politiqueModifier

Elle est élue conseillère municipale de Lille en au côté de Pierre Mauroy, puis devient l'adjointe de Martine Aubry, chargée du tourisme et des relations internationales, de à [3].

Lors des élections régionales de 1998, elle est élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais sur la liste socialiste et devient vice-présidente du conseil régional chargée de l'apprentissage et de l'Europe[3]. Elle est réélue en 2004, en 10e position sur la liste « Résister Agir Avancer à gauche, pour le Nord-Pas-de-Calais » conduite par Daniel Percheron.

En , elle devient conseillère générale du canton de Lille-Centre, et démissionne du conseil régional. Elle est vice-présidente du conseil général du Nord chargée de la culture, sous la présidence de Bernard Derosier[4]. À la suite des élections de 2011, elle en devient la 3e vice-présidente chargée de l’aménagement du territoire, du développement économique et du développement rural[5].

Après deux échecs aux élections législatives de 2002 et de 2007 dans la 4e circonscription du Nord, elle se « parachute » pour celles de 2012 dans la 18e circonscription où elle est à nouveau battue, recueillant 42,4 % des voix au second tour[6].

Pressentie pour succéder à Patrick Kanner, nommé au gouvernement, à la tête du conseil général du Nord[7], elle en devient la 1re vice-présidente après l'élection de Didier Manier, le , conservant ses attributions antérieures[8].

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, elle est élue conseillère départementale dans le canton de Lille-4 lors des élections départementales de 2015, avec 69,6 % des suffrages en binôme avec Marc Godefroy[9].

Le , elle est désignée première secrétaire de la fédération du Nord du Parti socialiste, grâce au désistement du député européen Gilles Pargneaux[10]. Proche de Patrick Kanner, elle est soutenue par les opposants socialistes à Martine Aubry[11],[12].

Dans le cadre de la primaire citoyenne de 2017, elle n'apporte son soutien à aucun candidat, de même que Yann Capet, premier secrétaire de la fédération PS du Pas-de-Calais[13].

Elle est élue sénatrice du Nord lors des élections sénatoriales de 2017[14].

Le , elle est réélue à la tête de la fédération socialiste du Nord avec 77,8 % des voix[15].

Affaire judiciaireModifier

Le , le tribunal d'instance de Lille condamne Martine Filleul pour « méconnaissance de la loi » et « violation du statut protecteur du salarié »[16] après le licenciement pour motif économique[17], en , d'un salarié de la fédération du Nord du PS, élu de la ville de Lomme et protégé à ce titre par la loi du [18].

Activités au SénatModifier

Au Sénat, Martine Filleul est membre de la commission du Développement durable et de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances.

Un an après son élection, le site NosSénateurs.fr la classe parmi les 100 sénateurs les moins actifs, avec 23 semaines d’activité, 41 présences et 14 interventions en commission, 14 interventions longues en hémicycle, 0 rapport écrit et 0 proposition de loi écrite[19].

En , Martine Filleul dépose une proposition de loi visant à limiter les inégalités liées à la maternité au travail. Le texte propose de rendre le congé de naissance pour les pères obligatoire et d'en allonger la durée de trois à dix-sept jours, afin de doubler la durée cumulée du congé de naissance et du congé de paternité[20].

À la suite du renouvellement sénatorial de 2020, elle est élue secrétaire du Sénat[21].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Au SénatModifier

Au niveau localModifier

Au sein du PSModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Martine Filleul, no 1 du PS nordiste, siégera au Sénat », sur Lille Maville.com, (consulté le ).
  2. « Fiche de Martine Filleul », sur politiquemania.com.
  3. a b c d et e « Interview de Martine Filleul », La Gazette de Lille,‎ (lire en ligne).
  4. « Le président et les vice-présidents du conseil général », Le Nord, no 213,‎ , p. 13 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  5. « Les vice-présidents », Le Nord, no 246,‎ , p. 7 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  6. « Résultats des élections législatives 2012 », sur interieur.gouv.fr.
  7. « Qui va succéder à Patrick Kanner à la présidence du Conseil général du Nord ? », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  8. « Les vice-présidents du conseil général », Le Nord, no 276,‎ , p. 5 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  9. « Résultats des élections départementales 2015 », sur interieur.gouv.fr.
  10. AFP, « La fédération PS du Nord tourne la page Martine Aubry », sur L'Express, (consulté le ).
  11. Laurie Moniez, « Martine Filleul prend la tête de la fédération socialiste du Nord », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Sébastien Leroy, « Martine Filleul, capitaine depuis un an d’un PS du Nord au bord de la crise de nerfs », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  13. « Valls, Montebourg, Hamon… : leurs soutiens dans le Nord-Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Résultats des élections sénatoriales 2017 », sur interieur.gouv.fr.
  15. « Le Nord pour Filleul, le Pas-de-Calais pour Occre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. Gilles Durand, « Lille : Une sénatrice PS condamnée par le tribunal pour méconnaissance de la loi », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  17. Matthieu Delcroix, « Le PS du Nord toujours suspendu au jugement des prud’hommes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  18. « LOI no 2015-366 du visant à faciliter l'exercice, par les élus locaux, de leur mandat », sur Légifrance (consulté le ).
  19. « Fiche de Martine Filleul sur le site NosSénateurs.fr » (version du 29 septembre 2018 sur l'Internet Archive).
  20. « Martine Filleul, sénatrice du Nord, défend un congé paternité rallongé », sur France Bleu, (consulté le ).
  21. François Vignal, « Qui sont les nouveaux membres du bureau du Sénat ? », sur publicsenat.fr, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier