Ouvrir le menu principal

Mario Beaulieu (homme politique, 1930)

personnalité politique canadienne
(Redirigé depuis Mario Beaulieu (homme politique))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaulieu et Mario Beaulieu.
Ne doit pas être confondu avec Mario Beaulieu (homme politique, 1959).

Mario Beaulieu
Fonctions
Ministre des Finances du Québec
Prédécesseur Jean-Jacques Bertrand
Successeur Robert Bourassa
Ministre des Institutions financières, Compagnies et Coopératives
Prédécesseur Yves Gabias
Successeur Armand Maltais
Ministre de l'Immigration du Québec
Prédécesseur Yves Gabias
Successeur Pierre Laporte
Sénateur de De la Durantaye
Prédécesseur Jean Bazin
Successeur Lise Bacon
Député de Dorion
Prédécesseur François Aquin
Successeur Alfred Bossé
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Plantagenet (Ontario)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Saint-Sauveur (Québec)
Parti politique Union nationale,
Parti progressiste-conservateur du Canada
Conjoint Louise Thomas
Diplômé de Université de Montréal
Profession Notaire

Mario Beaulieu, né le et décédé le , est un notaire québécois, homme politique et sénateur du Canada.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Né à Plantagenet, en Ontario, fils de Henri de Montpellier Beaulieu et de Berthe Lalonde, il fait ses études à l'École Saint-Jean-de-Brébeuf[1], au Collège Saint-Ignace, au Collège Sainte-Marie et à l’Université de Montréal et il est admis à la Chambre des notaires du Québec en 1956.

DéputéModifier

Il est défait comme candidat de l’Union nationale dans le comté de Montréal-Laurier par René Lévesque en 1962. Il dirige la campagne électorale de l'Union nationale en 1966 ; il devient chef de cabinet du Premier ministre du Québec Daniel Johnson de 1966 à 1968, puis directeur général de l’Union nationale en 1968. Il est élu député du comté de Dorion à l’élection partielle du 3 mars 1969.

MinistreModifier

Dans le cabinet du Premier ministre Jean-Jacques Bertrand, il occupe plusieurs fonctions ministérielles, dont celles de l’Immigration (1969-1970), des Institutions financières, Compagnies et Coopératives (1969) et des Finances (1969-1970). Il est défait à l’élection générale québécoise de 1970, et défait aussi à la direction du parti de l’Union nationale en 1971.

SénateurModifier

En 1984, il est coprésident de la campagne du Parti progressiste-conservateur du Canada au Québec, puis président de la campagne de 1988. Le 30 août 1990, le Premier Ministre du Canada Brian Mulroney le nomme au Sénat du Canada, représentant la division sénatoriale canadienne De la Durantaye, au Québec, et il démissionne de son poste le 21 juin 1994[2],[3].

OuvragesModifier

  • « La victoire du Québec », Montréal : Leméac, 1971, 150 p.
  • « Daniel Johnson tel que je l'ai connu : témoignage ».
  • In : Daniel Johnson, rêve d'égalité et projet d'indépendance, sous la direction de Robert Comeau, Michel Lévesque et Yves Bélanger. Sillery : Presses de l'Université du Québec; 1991. p. [5]-9.
  • « Les 10 plus grands mythes sur le français au Québec», in : Action nationale, 90:7-17 juin 2000.

Liens externesModifier

Fonds d’archivesModifier

Bibliothèque et archives nationales du Québec :

  • P669 : Film relatant la dernière campagne électorale de Jean-Jacques Bertrand, dans lequel apparaît Beaulieu, le fonds Jean-Jacques Bertrand, 1937-1971.
  • P729 : films et enregistrements audiovisuels dans lesquels apparaît Beaulieu la collection Jean Valois, 1962-1985.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mario Beaulieu » (voir la liste des auteurs).