Ouvrir le menu principal

François Aquin

personnalité politique canadienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aquin.
François Aquin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député de l'Assemblée nationale du Québec
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

François Aquin est un homme politique québécois né le à Montréal et mort le à Laval[1].

Il participa à la fondation du Mouvement Souveraineté-Association en 1968, lequel devint le Parti québécois.

BiographieModifier

Admis au Barreau du Québec en 1956, François Aquin fut ensuite président des jeunes du PLQ de 1959 à 1963. Il est le premier député indépendantiste québécois au provincial (et deuxième député indépendantiste québécois tout court après Gilles Grégoire au fédéral), François Aquin était un libéral qui quitta le parti le 28 juillet 1967, étant opposé au point de vue défavorable adopté par son chef Jean Lesage face au Vive le Québec libre ! de De Gaulle. Aquin ajouta après:

« Par-delà des querelles de mots d’interprétation, de protocole, je veux voir dans les propos du général de Gaulle un appel à la dignité du peuple québécois et au droit qui est le sien de s’auto déterminer. »[2]

Dans l'orbite du RIN et au côté de Pierre Bourgault, il adopte des positions plutôt radicales tel que restreindre l'assistance sociale aux familles immigrantes qui n'enverraient pas leurs enfants dans une école francophone[3] - orientations que René Lévesque qualifia d'injustice comme réponse à une autre injustice.[4] Aussi, lors du congrès fondateur du Mouvement Souveraineté-Association en novembre 1967, il représentait la mouvance nationaliste de gauche mais fut défait au profit de Lévesque sur la question de l'unilinguisme au sein du mouvement.[5] ll démissionna de son poste de député le 20 novembre 1968 et retourna à la pratique du droit et de l'enseignement en plus d'assumer divers rôles de conseiller au près de l'appareil juridique[6].

FamilleModifier

François Aquin est de plus le cousin d'Hubert Aquin[7].

RéférencesModifier

  1. « Mort de François Aquin, premier député indépendantiste au Québec », sur Le Devoir,
  2. Marc-André Robert, « « Vive le Québec libre !": la moralité au cœur d’une polémique », Bulletin d'histoire politique,‎ (lire en ligne, consulté en (date de consultation)).
  3. Karim Larose, La langue de papier: : spéculations linguistiques au Québec, 1957-1977, PUM, (lire en ligne), p. 118.
  4. (en) Marc Levine, The Reconquest of Montreal : Language Policy and Social Change in a Bilingual City, Temple University Press, (lire en ligne).
  5. Luc Racine, « Les mouvements nationalistes au Québec et la lutte pour le socialisme », Socialisme 68, revue du socialisme international et québécois,‎ (lire en ligne, consulté en (date de consultation)).
  6. « Biographie de François Aquin », sur Assemblée nationale du Québec.
  7. Jean-François Nadeau, « Bourgault avait raison », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté en (date de consultation)).