Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riffard.
Marcel André Marie Riffard
Description de cette image, également commentée ci-après
Marcel Berthet dans le Vélodyne de Marcel Riffard, en 1933
Naissance
Villa Ocampo (en) (Drapeau de l'Argentine Argentine)
Décès
Versailles (Drapeau de la France France)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines aéronautique
Institutions École des mines

Marcel Riffard est un ingénieur et aérodynamicien français, né le à Villa Ocampo (en) en république Argentine et décédé le à Versailles en France.

Il travailla essentiellement dans l'aéronautique, où il fut le père de nombreuses avancées technologiques, mais s'intéressa également à divers sujets, tels que la motorisation mais aussi l'automobile.

Sommaire

FormationModifier

Très doué pour les mathématiques, il passe en 1903 le Concours général dans cette discipline, et fournit sept solutions à un problème pour lequel Henri Poincaré en avait donné cinq[1]. Il poursuit ses études en classes préparatoires à Saint-Étienne mais renonce à poursuivre vers une grande école[2] et travaille deux ans pour la Société des Pneumatiques Samson (octobre 1905-octobre 1907) avant d'effectuer son service militaire (1907-1909).

AéronautiqueModifier

  • En 1909, Marcel Riffard a élaboré un modèle réduit d'hélice à pas variable commandé électriquement.
  • En 1912, il réalise le premier avion sanitaire. Dans la foulée, il invente un dispositif anti-givrage et un volet thermorégulateur pour les moteurs à refroidissement par eau.
  • En 1917, il est responsable du bureau d'études de Breguet, puis entre 1923 et 1926, il assure la direction technique de Monge et de 1926 à 1930 il dirige le bureau d'études de Clichy de la Société de Constructions Aéronautiques d'hydravions Lioré et Olivier. Il construit plusieurs hydravions ː LeO H-180, H-24 et H-242.

Ces connaissances en aérodynamique étaient, pour Panhard, un plus dans sa politique de performance carrosserie (Cx) qui donnait suite à une première épreuve effectuée en 1948 avec la Dynavia (Dyna Aviation) qui conjuguait la technique de l'aviation avec l'automobile.

Viva Grand SportModifier

 
Renault Viva Grand Sport

Dans sa collaboration avec Renault, Marcel Riffard a dessiné la Renault Viva Grand Sport (appelée Vivastella Grand Sport avant 1935). La Viva Grand Sport sera présentée au Salon de Paris en 1934 avec la Nervastella. C'est une automobile qui a été fabriquée par Renault entre 1934 et 1939. Riffard qui a déjà dessiné des avions profilés réalise une carrosserie spécialement étudiée pour l'aérodynamisme. Très large (1,72 m), elle permet l'installation de 3 personnes de front. Elle adopte un moteur 6 cylindres en ligne de 4,1 litres de cylindrée en position longitudinale à l'avant.

La société Renault utilise la célébrité d’Hélène Boucher pour promouvoir sa voiture sport de prestige, la Vivasport 6 cylindres (130 km/h, 16 litres aux 100 km pour un prix de 27 700 Francs)[4].

Il décède à Versailles dans les Yvelines le et est inhumé à Chaville dans les Hauts-de-Seine[1]

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 894-895
  2. D'après Claude Le Maître, « Marcel Riffart », Renault-Histoire, no 9,‎ (lire en ligne).
  3. planeterenault.com, Chevaux ailés
  4. Hélène Boucher et la Vivasport

BibliographieModifier

  • Le "vélodyne" de Marcel Riffard, Les Ailes (journal hebdomadaire de la locomotion aérienne), n°641, 28 septembre 1933, p.9-11, article d'Edmond Blanc (plus photos).
  • Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 894-895.

AnnexesModifier