Ouvrir le menu principal
Marc Pourpe
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Mère
Autres informations
Conflit

Marc, Marie, Edmond, Armand Pourpe (né le à Lorient, mort le à Villers-Bretonneux[1]) est un pilote qui fait partie des pionniers de l'aviation française[2]. Il est le fils de Liane de Pougy.

Sommaire

BiographieModifier

Naissance et étudesModifier

Marc Pourpe, né le 17 mai 1887 à Lorient, est le fils de la future courtisane Liane de Pougy et de l'enseigne de vaisseau Joseph Armand Henri Pourpe.

Il fait des études durant un an et demi en Angleterre, à Harrow.

Après de longues vacances à travers l'Europe, il revient en France pour achever ses études qu'il arrête bien vite pour "se lâcher dans la vie".

Les débutsModifier

Il trouve un emploi dans une usine de mécanique automobile, et y reste 2 ans.

En 1908, il suit la période héroïque de l'aviation française et côtoie les grands champions de cette époque.

Il part avec un aviateur anglais pour une tournée d'exhibition en Australie avec un biplan Wright, lui servant de mécanicien et, quand il ne travaille pas sur les problèmes mécaniques, fait des conférences aux spectateurs.

Après le mariage de l'aviateur anglais, il hérite du vieux biplan et fait son apprentissage de pilote en autodidacte.

De retour en France en 1909, il devient chef pilote à Nice.

En juillet 1911 il passe enfin son brevet de pilote (No 560) sur un Blériot, alors qu'il pilote déjà depuis plus de 3 ans.

La double traversée de la MancheModifier

Le 27 aout 1911, il effectue la double traversée de la Manche, Boulogne-sur-Mer/Douvres, puis le lendemain Douvres/Folkestone et retour à Boulogne.

Pourpe est si sûr de lui-même et de son appareil, qu'il n'avait pas jugé nécessaire de se faire assister durant les traversées. Marc Pourpe atteint une grande renommée, il fait des démonstrations en public dans la région Nord.

Participation à la Coupe PommeryModifier

En 1912, il participe à la coupe Pommery, vole d’Étampes à Liège et se blesse accidentellement alors que son avion est déséquilibré et détruit. Durant sa convalescence, Marc Pourpe met au point son projet : se consacrer à l'aviation coloniale.

Vols en extrême OrientModifier

Il part pour l’extrême Orient et vole avec un Blériot, à travers les Indes anglaises, le Cambodge, la Malaisie, l’Indochine.

Il réalise les liaisons Saïgon/Phnom Penh, Long Xuyên/Baclin, Lạng Sơn/Hanoï.

À Saïgon, il se lie d'amitié avec Raoul Gervais Lufbery, qui devient son mécanicien et qui sera le grand as de l'escadrille La Fayette.

Le raid Le Caire / KhartoumModifier

En 1914, Marc Pourpe, accompagné de Lufbery, prépare un nouvel appareil un Morane-Saulnier 60 CV, avec lequel il fera le raid Le Caire/Khartoum et retour, il parcourt ainsi plus de 4 500 kilomètres au-dessus de régions désertiques et inconnues.

La guerre de 1914-1918Modifier

À la déclaration de guerre, Marc Pourpe s'engage ; il est l'un des premiers aviateurs militaires et se distingue par d'audacieux vols de reconnaissance. En quatre mois, il totalise 80 heures de vol.

Sa mortModifier

Le 2 décembre 1914, dans la Somme, au retour d'un de ces vols de reconnaissance au-dessus des lignes ennemies avec le lieutenant Vauglin, son appareil sortant d'un nuage bascule et s'écrase au sol. Il est mortellement blessé et meurt le même jour à Villers-Bretonneux, à l'ambulance 17/20. Ainsi disparait à 27 ans, l'un des plus prestigieux pilotes français de l'époque. Il est enterré au cimetière de Carnel à Lorient dans le Morbihan.

BibliographieModifier

  • Jacques Mortane, Deux grands chevaliers de l'aventure: Marc Pourpe et Raoul Lufbery, Éd. Baudinière, , 317 p. (OCLC 82991440, lire en ligne).

Notes et référencesModifier

  1. Findagrave
  2. Bernard Marck, Antoine de Saint Exupéry T1 : La soif d'exister: 1900-1936, Archipel, (ISBN 9782809806830, lire en ligne)

Liens externesModifier