Ouvrir le menu principal

Escadrille La Fayette

Unité de volontaires américains
Ne doit pas être confondu avec Brigade La Fayette.

Escadrille La Fayette
Image illustrative de l’article Escadrille La Fayette
Le second des deux emblèmes de l'escadrille La Fayette : une tête de Sioux

Création 1916
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France France
Branche Aéronautique militaire
Type Escadrille
Guerres Première Guerre mondiale

L'escadrille La Fayette est une unité de volontaires américains constituée en 1916 sous commandement français afin de venir en aide à la France lors de la Première Guerre mondiale. Elle fut nommée en mémoire du marquis de La Fayette, héros français de la guerre d'indépendance des États-Unis. Ces volontaires américains, étrangers donc, étaient immatriculés à la Légion étrangère. Les couleurs de la Légion, le vert et le rouge, apparaissent dans l'insigne de l'Escadrille.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Dr Edmund L. Gros
 
De gauche à droite : Kiffin Rockwell, Capt. Georges Thenault, Norman Prince, Lt. Alfred de Laage de Meux, Elliot Cowdin, Bert Hall, James McConnell et Victor Chapman
 
Les mascottes de l'escadrille Lafayette, les deux lionceaux « Whiskey » et « Soda ».

Alors que les États-Unis ont déclaré leur neutralité vis-à-vis du conflit européen, le Dr Edmund Louis Gros, le directeur médical de l'American Field Service (AFC) et Norman Prince, un Américain expatrié en France, entreprennent de persuader le gouvernement français de l'intérêt que pouvait avoir une escadrille de volontaires américains combattant aux côtés de la France. L'objectif est alors que les efforts de ces volontaires soient reconnus par le public américain et donc, que la publicité créée par leurs actions, éveillerait l'opinion publique américaine et la conduirait à demander l'abandon de la neutralité.

Autorisée par le Département de l'Air le 21 mars 1916, l’ Escadrille Américaine N 124 est déployée à partir du 20 avril à Luxeuil-les-Bains. Ses avions sont des Nieuport 11, et ses missions sont l'escorte de bombardiers anglais et français[1].

Le 26 avril, la base aérienne subit un bombardement aérien qui blesse six hommes, dont le soldat Pierre Massé qui décèdera peu après[2].

En juin elle s'installe à Bar-le-Duc pour prendre part à la bataille de Verdun, où elle remporte 13 victoires homologuées en 146 combats[3]. Elle déplore en ce mois son premier pilote mort au combat, Victor Chapman (en).

Elle reprend ensuite ses missions d'escorte au profit des bombardiers, puis est engagée dans la bataille de la Somme, après avoir troqué ses Nieuport XI pour des Nieuport 17 et des SPAD S.VII[4]. Elle subit là sa seconde perte, Kiffin Rockwell (en).

Tous les pilotes américains n'appartenaient pas à l'escadrille Lafayette, un grand nombre de volontaires américains servaient au sein du Royal Flying Corps, du Royal Naval Air Service, et de la Royal Air Force.

En octobre, le capitaine Georges Thenault choisit le premier emblème collectif de l'unité : une tête de Séminole. En février 1917 est adopté un second emblème : une tête de Sioux[5].

En décembre 1916 une objection allemande parvient au gouvernement américain sur l'utilisation du nom d' Escadrille Américaine pour l'unité d'aviation, alors que les États-Unis sont supposés neutres. Ce même mois est donc adopté le nom d' Escadrille Lafayette.

Lorsqu'en 1917 les États-Unis entrèrent en guerre aux côtés de l'Entente, l'escadrille fut intégrée à l'aviation américaine sous l'appellation de 103rd Aero Squadron (en), et placée sous le commandement de William Thaw II (en).

 
Bannière de l'escadrille, Première Guerre.

L'escadrille La Fayette est constituée de volontaires, elle compte à l'origine 42 aviateurs dont 4 officiers Français. Elle est financée par des Américains francophiles qui s'engagèrent au côté de la France, tels que Norman Prince, le fils d'une famille de riches industriels américains habitant la ville de Pau, qui périt en combat aérien. Puis avec un plus grand nombre de volontaires, son nom devient le Corps d'Aviation La Fayette (Flying Corps Lafayette) dans lequel 209 aviateurs ont servi, parmi lesquels Kiffin Rockwell, Norman Prince, Raoul Lufbery, Eugene Jacques Bullard (premier pilote de chasse noir, et unique de la Première Guerre mondiale). En 1917, lors de l'entrée en guerre des États-Unis, de nombreux pilotes de l'escadrille La Fayette rejoignent l’United States Army Air Service américain, mais pas tous. Ainsi, l'USAAS refuse l'intégration du noir Bullard. Edwin Parsons, entre autres, refuse de quitter ses camarades de combat français et de se retrouver sous l'autorité d'officiers américains qui ne se sont jamais battus. En décembre 1917, l'escadrille est basée sur l'aérodrome de la Noblette[6].

L'escadrille cesse d'exister le 18 février 1918 et c'est le 103e escadron de poursuite aérienne qui reprend ses insignes et ses traditions dans la force aérienne américaine. Actuellement c'est l'Escadron de chasse 2/4 La Fayette qui a repris le nom dans l'armée de l'air française[7].

L'escadrille La Fayette est aujourd'hui peu présente dans les mémoires américaines, mais un mémorial, le mémorial de l'Escadrille La Fayette, leur est dédié à Marnes-la-Coquette [8]. En avril 2016, une cérémonie commémorant le centenaire de l'arrivée des aviateurs américains fut organisée en présence de Deborah Lee James, secrétaire d’État des services de l'armée de l'air américaine, Jane D. Hartley, ambassadrice des États-Unis à Paris et Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État aux Anciens combattants[9].

On ne peut omettre de citer deux membres de l'escadrille entrés dans la légende : le lion "Whiskey" et la lionne "Soda", mascotes de l'unité, éternellement liés à son souvenir. Fin 1917 ils furent confiés à un zoo parisien, parce qu'ils perturbaient trop la vie des pilotes.

MembresModifier

 
Debout (de gauche à droite) Soubiron, Doolittle, Campbell, Persons, Bridgman, Dugan, MacMonagle, Lowell, Willis, Jones, Peterson et de Maison Rouge. Assis (de gauche à droite) Hill, Masson avec « Soda », Thaw, Thenault, Lufbery avec « Whiskey », Johnson, Bigelow et Rockwell

Il existe une certaine confusion entre les pilotes qui faisaient partie de l'escadrille Lafayette et du Lafayette Flying Corps, en particulier dans le film Flyboys. L'escadrille était composée de ces cinq officiers français et de 38 pilotes américains (également connu sous le nom de The Valiant 38)[10].

Officiers françaisModifier

Pilotes américainsModifier

Le symbole « † » indique que ces individus ont été tués au combat, y compris ceux entrés par la suite dans l'Air Service, ou morts des blessures reçues au combat.

  1. Horace Clyde Balsley
  2. Stephen Sohier Bigelow
  3. Ray Claflin Bridgman
  4. Andrew Courtney Campbell, Jr.†
  5. Victor Emmanuel Chapman (en)
  6. Elliott Christopher Cowdin
  7. Charles Heave Dolan
  8. James Ralph Doolittle
  9. John Armstrong Drexel (en)
  10. William Edward Dugan, Jr.
  11. Christopher William Ford
  12. Edmond Charles Clinton Genet (en)
  13. James Norman Hall
  14. Bert Hall (en)
  15. Willis Bradley Haviland (en)
  16. Thomas Moses Hewitt, Jr.
  17. Dudley Lawrence Hill
  18. Edward Foote Hinkle
  19. Ronald Wood Hoskier†
  20. Charles Chouteau Johnson
  21. Henry Sweet Jones
  22. Walter Lovell (en)
  23. Raoul Lufbery
  24. James Rogers McConnell (en)
  25. Douglas MacMonagle
  26. Kenneth Archibald Marr
  27. Didier Masson
  28. Edwin Charles « Ted » Parsons
  29. Paul Pavelka†
  30. David McKelvey Peterson (en)
  31. Frederick Henry Prince, Jr. (en)[12]
  32. Norman Prince
  33. Kiffin Yates Rockwell (en)
  34. Robert Lockerbie Rockwell
  35. Laurence Dana Rumsey, Jr.
  36. Robert Soubiran
  37. William Thaw (en)
  38. Harold Buckley Willis (en)

CitationsModifier

Le Groupe La Fayette totalise huit citations à l'ordre de l'Armée aérienne, il a droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918, ainsi qu'au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire.

BilanModifier

 
Mémorial à l'escadrille La Fayette de Marnes-la-Coquette.

Le 1er janvier 1918, au moment où elle disparaît officiellement, son bilan est le suivant :

  • 267 Américains se sont engagés dans l'aviation française ;
  • 255 ont reçu leur brevet de pilote ;
  • 180 servirent au front ;
  • 66 moururent, dont 51 au combat ;
  • 19 furent blessés ;
  • 15 furent faits prisonniers ;
  • 199 victoires furent officiellement reconnues.

Escadrille américaine durant la guerre du RifModifier

Durant la guerre du Rif, les difficultés qu'a connues l'armée française ont fait surgir l'idée d'une escadrille de mercenaires. Neuf officiers et sept sous-officiers américains, anciens pour l'immense majorité de l'escadrille La Fayette participèrent donc en 1925 à ce conflit avec sept avions mais l'opinion publique et l'administration américaine étaient contre cette présence[13].

Membres d'honneurModifier

  • Amelia Earhart le 6 juin 1932, quelques jours après être devenue la première aviatrice à traverser l'Atlantique en solitaire, fut faite membre d'honneur de l'escadrille La Fayette[14].

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Transfert officiel de 12 Curtiss P-40F Warhawk de l'USAAF au groupe de chasse 2/5 le 9 janvier 1943 à Casablanca.

L'escadrille La Fayette devient la troisième escadrille du Groupe de Chasse 2/5 La Fayette.

Commandant de la troisième escadrille
Nom Prise de commandement Fin de commandement
Capitaine Monraisse septembre 1939 3 octobre 1940
Lieutenant Villacèque 4 octobre 1940 19 janvier 1944
Lieutenant de Monplanet 20 janvier 1944 8 mai 1945
Appareils en service dans l'escadrille
Appareils Début Fin
Curtiss H75 septembre 1939 novembre 1942
  Curtiss H75A-1 juillet 1940 septembre 1940
  Dewoitine D.520 octobre 1942 novembre 1942
  Curtiss P-40 Warhawk (P-40F) novembre 1942 mars 1943
  Curtiss P-40 Warhawk (P-40L) mars 1943 mars 1944
Republic P-47 Thunderbolt (P-47D) mars 1944 mai 1945

Au cinémaModifier

L'escadrille La Fayette est évoquée dans les films suivants :

MémorialModifier

Il existe un mémorial de l'Escadrille Lafayette à Marnes-la-Coquette. Il est composé de 2 étages : un sous-sol, où sont enterrés les aviateurs, et une plate-forme, avec le symbole de l'escadrille et les noms des aviateurs sur les murs.

 
Le mémorial de l'escadrille Lafayette au 11 novembre 2012

Ce Mémorial de l'Escadrille La Fayette a été inauguré le 4 juillet 1928. Érigé en mémoire des aviateurs français et américains, tous volontaires de l'Escadrille La Fayette engagés durant la Première Guerre mondiale, dont un des As, le Major Raoul Gervais Lufbery (1885-1918), comptant 17 victoires homologuées.

Une crypte souterraine contient les restes de la plupart de ces aviateurs tués au combat. Le mémorial se trouve dans le parc jouxtant le musée des Applications de la Recherche Louis Pasteur. Ce monument, situé 5, boulevard Raymond Poincaré, est constitué d'un « arc monumental »[15].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Jon Guttman, SPA124 Lafayette Escadrille : American Volunteer Airmen in World War I. Oxford, Osprey, 2004.
  2. Site internet albindenis.free.fr
  3. Site internet www.opex360.com __ "Verdun 1916-2016 - L'escadrille Lafayette est créée".
  4. www.opex360.com
  5. Site internet albindenis.free.fr __ "La Fayette - Les escadrilles françaises de la guerre 1914-1918".
  6. Escadrille La Fayette
  7. « Traditions de la N 124 », sur Traditions-air (consulté le 14 novembre 2013)
  8. Un site internet est consacré à ce mémorial : « Lafayette flying corps » (consulté le 14 novembre 2013)
  9. Jérôme Bernatas, « Cent ans après, les pilotes américains honorés », leparisien.fr, (consulté le 13 juillet 2017)
  10. (en) Liste de pilotes. pagesperso-orange.fr. consulté le 19 août 2010.
  11. a b c d e et f May 1, 1928 directory published by Memorial De L'Escadille Lafayette
  12. Frederick Henry Prince Jr., fils de Frederick H. Prince (en).
  13. William Dean, « Des Américains dans la guerre du Rif », sur Revue historique des armées, (consulté le 14 novembre 2013)
  14. (en) « Amelia becomes honorary member of Lafayette Escadrille », sur Purdue e-archives (consulté le 14 novembre 2013)
  15. Notice no IA00051397, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Au même titre de reconnaissance pour l'aide apportée au moment de leur indépendance, des aviateurs américains fondèrent une escadrille en Pologne. Elle s'appelait Escadrille Kościuszko et participa à la guerre russo-polonaise de 1920. Ses héritiers s'illustrèrent ensuite pendant la seconde Guerre mondiale. L'escadrille, appelée alors 303e escadrille de chasse polonaise, fut un élément indispensable pendant la Bataille d'Angleterre.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :