Lycée Henri-IV (Béziers)

établissement d'enseignement français

Lycée d'État Henri-IV
Image illustrative de l’article Lycée Henri-IV (Béziers)
Généralités
Création 1598[1]
Pays France
Académie Académie de Montpellier.
Coordonnées 43° 20′ 37″ nord, 3° 12′ 39″ est
Adresse 1, rue Ignace-Brunel
34500 Béziers
Site internet henri-iv-beziers.mon-ent-occitanie.fr
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)[2].
Proviseur Stéphane Reina[3]
Matricule Collège : 0340118 U[4]
Lycée : 0340009 A[5]
Population scolaire ~1 800 élèves avec les classes préparatoires.
Niveau 6e à bac +2.
Formation Brevet, bac (ES, L, S, STMG), Atelier de préparation aux concours de Science Po et des I.E.P.[6] et CPGE lettres et sciences sociales[7].
Langues étudiées allemand, anglais, espagnol, grec ancien, italien, latin, occitan et russe.
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Béziers
(Voir situation sur carte : Béziers)
Point carte.svg

Le lycée d'État Henri-IV est nommé aussi collège et lycée d'État Henri-IV ou cité scolaire Henri-IV. Fondé en 1598[1], c'est un établissement d'enseignement secondaire et d'enseignement supérieur situé au centre de la ville de Béziers (Hérault). Il comprend un collège (environ 500 élèves), un lycée d'enseignement général [2], accueillant environ 1200 élèves et abritant une classe préparatoire lettres et sciences sociales[8].

HistoireModifier

L'histoire de ce lieu d'enseignement est étroitement liée à celle de la ville. Le vicomté de Béziers est cédé à Saint-Louis, en 1247, par le sieur Trencavel Raymond Roger[9],[10]. En , une lettre patente du roi Henri IV (conservée aux archives municipales) permet la création d'un grand Collège Royal et, qui plus est, d'avoir des revenus conséquents en octroyant un supplément de la gabelle pour soulager les finances municipales[11]. L’édit de Nantes ou édit de tolérance est promulgué en [12] et au mois d'octobre, un premier contrat est signé avec Fiacre Picard en tant que docteur et professeur de théologie pour assurer le cursus d'enseignement des humanités avec l'aide de sept régents[11],[13]. Cet établissement peut être considéré comme l'un des plus anciens collèges (puis lycées) du pays. Grâce à l'entregent de Jean de Bonsi nommé évêque la même année, la fratrie du clan[14], alliée des Bourbons, mène le service de Dieu à celui de la royauté et favorise en retour l’enrichissement personnel et le profit jusqu’en 1669[15].

Après plusieurs décennies de troubles religieux que connut le Languedoc au XVIe siècle, le collège change de nom aux gré des enseignements entre collège des jésuites (Compagnie de Jésus ou jésuites de 1599 à 1762) et collège Saint-Louis (prêtres séculiers de 1598 à 1599 et de 1763 à 1793)[11]. C'est à partir du fonds de bibliothèque du collège des jésuites établi en 1637 que la bibliothèque municipale de la ville voit le jour[16].

Très vite prisé par les membres de la bourgeoisie locale, ce collège de renom joue un double rôle au XVIIe siècle : instruction des jeunes fils de l'élite régionale et substitut d'un séminaire, assurant une formation de théologie morale aux futurs clercs[15]. C'est dans ce siècle que l'établissement joue le rôle de pépinière d'intellectuels biterrois, tel Jacques Esprit, proches des salons parisiens et de la cour du roi Louis XIV.

Avec l'arrivée de la révolution française de 1789, les habitudes éducatives locales et la tradition jésuite cohabitent en harmonie. La gestion rigoureuse de l'intendance a bénéficié au collège où le conservatisme pédagogique et le consensus social ont dressé un rempart contre les mouvements de réforme. Le personnel encadrant est formé d'un principal, du préfet des études, six professeurs titulaires partageant les disciplines de théologie, de philosophie et de rhétorique et quatre régents. Le collège est fermé sous l'époque révolutionnaire, plus précisément en 1793[11].

Au cœur de la vieille ville de Béziers, les bâtiments haussmanniens actuels, en pierre de taille, datent de 1904. En effet, l'ancien Collège Royal de plus en plus à l'étroit dans ses murs d'origine sera démoli et reconstruit selon la topographie des grands lycées parisiens, c'est-à-dire avec une partie collège agrémentée d'une petite cour et une partie lycée donnant sur le jardin d'honneur que prolonge une grande cour ombragée ; des coursives à chaque étage desservent les salles de classes ; un parloir permet d'accueillir les personnes extérieures à l'établissement ; enfin, le jardin d'honneur paysagé agrémente le bâtiment central et la grande cour du lycée.

Durant la Première Guerre mondiale, sous le contrôle du Service de santé, le lycée devient un hôpital complémentaire (HC no 29) du au , en disposant d'un unité de petite chirurgie, de consultation ORL, d'un cabinet d'ophtalmologie et de 467 lits. D'autres lieux ont été également réquisitionnés dans la ville durant cette période, tel que le collège de jeunes filles (collège Paul Riquet) avec 130 lits et le pavillon du Sacré Cœur (Lycée Privé Sacré-Cœur) avec 105 lits[17],[18].

Un monument, représentant une croix de Lorraine, dédié à Jean Moulin, est inauguré, le , dans la cour du lycée (derrière la conciergerie)[19],[20]. À la demande de sa famille et faisant partie du cercle d'amis du défunt, le médaillon est réalisé par le Docteur Augustin Tuset, médecin et artiste[21]. Le sculpteur retranscrit avec réalisme les divers traits de l'ancien élève des lieux[19]. Une plaque commémorative est posée le même jour sur la façade de sa maison natale (6 rue d'Alsace) par Georges Bidault, chef du gouvernement provisoire de la République[22].

Classement du LycéeModifier

En 2015, le lycée se classe 6e sur 28 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement et 806e au niveau national[23]. Pour la région, parmi le classement de réussite au bac, il se classe 21e sur 50 avec un taux de 94 %[24],[25]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[26].

Pour le baccalauréat de l'année 2017, il se classe parmi les vingt premiers lycées de l'académie de Montpellier[27] avec un taux de réussite de 91,74 %[28].

EnseignementModifier

La cité scolaire Henri IV dispose de trois unités de formation en externat avec un accueil pour les élèves à mobilité réduite, sous la tutelle du ministère chargé de l'Éducation nationale :

  • Le collège Henri IV dispose de l'enseignement des langues suivantes :
    • Langues vivantes 1 (LV1) : allemand, anglais et espagnol ;
    • Langues vivantes 2 (LV2) : allemand, anglais et espagnol ;
    • Langues et cultures de l'Antiquité (Options facultatives) : Grec ancien et Latin.
  • Le lycée Henri IV. ( À noter qu'aux 3 langues vivantes enseignées au collège s'ajoutent au lycée les enseignements de : L' italien, du russe et de l'occitan ).
    • Classe de 2de générale et technologique
    • Classe de 1re ( GÉNERALE ou technologique : gestion-mercatique) : il n ' existe plus de SÉRIES en filiaire "générale" à partir de 2019 mais des matières obligatoires Et à option.
    • Bac général et technologique
      • Baccalauréat général : ES série économique et sociale, L série littéraire et S série scientifique ;
      • Baccalauréat technologique : STMG sciences et technologies du management et de la gestion.
    • Classe préparatoire B/L, CPGE lettres et sciences sociales[8].
    • Atelier de préparation intensif aux concours de Sciences Po et des IEP[6].

Anciens élèves célèbresModifier

Liste non exhaustive (Classement du plus récent au plus ancien)

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Lycée Henri IV. Béziers, Hérault, sur le site Data.bnf.fr (consulté le 11 octobre 2017)
  2. a et b Cité scolaire Henri IV : formations, sur le site de l'Académie de Montpellier (consulté le 10 octobre 2017)
  3. Béziers : un nouveau proviseur au lycée Henri-IV, publié le par Guilhem Richaud, sur le site du Midi-Libre (consulté le )
  4. Fiche établissement : Collège Henri IV, sur le site de l'Onisep (consulté le 15 octobre 2017)
  5. Fiche établissement : Lycée Henri IV, sur le site de l'Onisep (consulté le 15 octobre 2017)
  6. a et b Le projet d'établissement 2016-2019, publié sur le site de la Cité scolaire Henri IV (consulté le 22 février 2018)
  7. Cité scolaire Henri IV : Classe préparatoire B/L, BCDI lycée, BCDI collège et thématique « De l'eau et des Hommes » (consulté le 10 octobre 2017)
  8. a et b Classe préparatoire B/L Henri IV, publié par Sébastien Pelletier, sur le site prepablbeziers.fr (consulté le 10 octobre 2017)
  9. Trincavel, vicomte de Béziers : Cession de sa vicomté à saint Louis, Paris, oct. 1247, numérisé en 1992 sur le site BnF Archives et manuscrits (consulté le 13 octobre 2017)
  10. M. Ph. Le Bas, France. Dictionnaire encyclopédique : L'univers: histoire et description de tous les peuples, vol. 1, t. 14, Paris, Firmin Didot, , 576 p., 14 cm (lire en ligne), p. 500 (consulté le 13 octobre 2017)
  11. a b c et d Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, Institut national de recherche pédagogique, « Les collèges français, XVIe et XVIIIe siècles : collège Saint-Louis (ou Henri IV) », Bibliothèque de l'Histoire de l'Éducation, Paris, vol. 10, t. 1,‎ , p. 131-133 (ISBN 2-7342-0003-1, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017) (consulté le 13 octobre 2017)
  12. « Histoire du protestantisme et du temple de Béziers », sur le site epu-paroissebeziers.com (consulté le 14 octobre 2017)
  13. Augustin Fliche, Société archéologique, scientifique et littéraire, Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, vol. 49, Béziers, Mme Vve Millet, Imp. Bourdou & Rul, , 182 p., 14 cm (notice BnF no FRBNF34410837, lire en ligne), p. 109-110 (consulté le 14 octobre 2017)
  14. Liste des évêques de Béziers, publié le 5 juillet 2014 sur le site monumentshistoriques.free.fr (consulté le 14 octobre 2017)
  15. a et b Le XVIIe siècle à Béziers : Le cheminement vers l’état moderne, page 2/10, publié le 15 avril 2011 par Édouard Bertouy (1936-2014) (notice BnF no FRBNF11891720) sur le site edouard.bertouy.pagesperso-orange.fr (consulté le 14 octobre 2017)
  16. Médiathèque André Malraux : L'origine des fonds, sur le site de la mediatheque-beziers-agglo.org(consulté le 14 octobre 2017)
  17. Les hôpitaux militaires de l'Hérault (guerre 1914-1918), mise à jour le 28 septembre 2017 sur le site de la marcophilie de Sète (consulté le 13 octobre 2017)
  18. François Olier et Jean-Luc Quénec'hdu, Hôpitaux militaires dans la guerre, 1914-1918 : répertoire général, marques postales sanitaires, indice de rareté, t. 3, Louviers, Ysec Éditions, , 336 p., 21 × 29,7 cm (ISBN 9782846731379, présentation en ligne), p. 114 à 133 (consulté le 13 octobre 2017)
  19. a et b « Les monuments à Jean Moulin dans la ville de Béziers » (consultable au format [PDF]), publié en 2001 par Nicole Riche sur le site des études héraultaises (consulté le 14 octobre 2017)
  20. « Il était de gauche, malgré lui, malgré elle, malgré nous », publié le 3 février 2016 sur le site envieabeziers.info (consulté le 15 octobre 2017)
  21. (notice BnF no FRBNF15524566) Augustin Tuset (1893-1967) sur le site de la BnF (consulté le 14 octobre 2017)
  22. Exposition Jean Moulin : une vie d'engagements, page 15/15, publié par le préfet du Calvados sur le site calaméo.com (consulté le 14 octobre 2017)
  23. « Classement département et national du lycée », sur L'Express, (consulté le 21 mai 2015)
  24. Languedoc-Roussillon : le classement régional des lycées au bac, publié le 1er avril 2015 sur le site du Midi-Libre (consulté le 15 octobre 2017)
  25. Page de référence : Indicateurs de résultats des lycées, sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 15 octobre 2017)
  26. « Méthodologie du classement 2015 des lycées français », sur L'Express, (consulté le 21 mai 2015)
  27. Classement des lycées 2017, publié sur le site du Monde.fr (consulté le 11 octobre 2017)
  28. Résultats des examens de la session 2017, publié sur le site de la Cité scolaire Henri IV (consulté le 11 octobre 2017)
  29. [PDF] Chroniques de Glaudi Barsotti, page 4/32, sur le site Leis Amics de Mesclum (consulté le 12 octobre 2017)
  30. Notice de type Personne, dernière modification du 1er juin 2007, sur le site de l'ABES (consulté le 12 octobre 2017)