Ouvrir le menu principal

Louis Meznarie

ingénieur français
Louis Meznarie
MeluaLucLeMans1975-1.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité

Louis Meznarie, né le 14 janvier 1930 à Saintry-sur-Seine, est un ancien préparateur de motocyclettes et d’automobiles de compétition, et propriétaire d’écurie ayant concouru aux 24 Heures du Mans.

BiographieModifier

Né d’un père et d’une mère originaire de Yougoslavie, il est un garçon attiré par les jeux mécaniques, bricolant des pièces afin de constituer une machine de compétition. À 13 ans, il entre dans un atelier de réparation et acquiert rapidement une bicyclette à moteur auxiliaire.

De 1945 à 1948, il travaille dans une usine de motocyclettes, MR, qui utilisait des moteurs 2 temps Sachs.

En 1948 et 1949, après avoir devancé son appel, il est militaire chargé de l’entretien des motocyclettes de service.

Au début des années 1950, il se lance dans le motocross avec une NSU Max 250 cm3 OSL monocylindre[1] : ses concurrents sont Rémy Julienne qui créera la première agence de cascadeurs en France, Roger Pinard (propriétaire d’un magasin de motocyclettes et champion local au guidon de sa Dot Cycle and Motor Manufacturing Company) et Georges Diani (futur garde du corps du général De Gaulle, au guidon d’une Monet-Goyon équipée d’un moteur Villiers).

De 1959 à 1971, il est concessionnaire officiel de NSU, préparateur motocyclette, puis préparateur automobile.

En 1968, il ouvre un atelier plus grand au Plessis-Chenet (commune du Coudray-Montceaux en bordure de la RN 7), avec le support de la compagnie Shell : il devient un des préparateurs de renom de l’histoire mécanique française.

De 1971 à 1983, il est un préparateur officiel des Porsche 911, avec une série de victoires dans leur catégorie aux 24 Heures du Mans, au Championnat de France des rallyes et au Championnat d'Europe des rallyes.

Concessionnaire officiel NSUModifier

Préparateur officiel de Porsche 911Modifier

Citation personnelleModifier

« Préparer ou vendre une voiture ne m’intéresse pas si je sais pas qui va la conduire », Louis Meznarie[4].

RéférencesModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier