Louis Bertignac

musicien français de rock
Louis Bertignac
Description de cette image, également commentée ci-après
Louis Bertignac en concert avec les Insus lors du festival des Vieilles Charrues 2016.
Informations générales
Nom de naissance Louis Laurent Bertignac
Naissance (66 ans)
Oran, Algérie[1]
Activité principale Guitariste
Auteur-compositeur-interprète
Producteur
Genre musical Rock
Instruments Guitare, basse, clavier, batterie
Années actives Depuis 1973
Labels Let It Bleed Music
Site officiel www.bertignac.com

Louis Bertignac, né Louis Laurent Bertignac, le à Oran, est un musicien français, parolier, chanteur, guitariste et cofondateur du groupe de rock français Téléphone, avec lequel il a vendu près de six millions de disques. Il entame une carrière solo à partir de 1986. De 2015 à 2017, il forme avec Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka le groupe Les Insus ? pour des concerts et des tournées où ils interprètent le répertoire de Téléphone, sans utiliser le nom du groupe, compte tenu de l'absence de la bassiste Corine Marienneau[2].

Il est membre du jury de 2014 à 2015 dans la version française de The Voice Kids et de 2012 à 2013 dans The Voice, diffusées sur TF1[3] .

Il est aussi connu pour jouer avec sa guitare fétiche : une Gibson SG junior de 1963 relookée, réparée et passée de 22 à 27 cases[réf. souhaitée].

BiographieModifier

Famille et jeunesseModifier

Louis Laurent Bertignac, né en Algérie française, est le fils de Joël Benhaïm[4], qui opte pour le patronyme « Bertignac » par volonté d'intégration, et d'une mère d'origine espagnole[5]. En 1957, sa famille quitte l'Algérie et s'installe en banlieue parisienne puis dans le 17e arrondissement[6].

En 1966, il obtient sa première guitare et est inscrit au conservatoire de musique, mais n'est pas encore passionné. Pourtant en 1968, il se passionne pour les grands albums anglo-saxons du moment tels que l'album blanc des Beatles ou encore Beggars Banquet des Rolling Stones et se passionne pour ces artistes devenus légendaires. Mais ce sera l'album Let It Bleed des Rolling Stones qu'il achètera en janvier 1970 qui va le marquer durablement, au point qu'il considère comme l'album de sa vie[7],[8] ! À partir ce moment-là, il commence véritablement à jouer de la guitare, à écrire des chansons et à monter des groupes[9].

En 1970, il commence à effectuer sa scolarité au lycée Carnot de Paris[10] où il partage sa passion avec ses amis, dont Lionel Lumbroso qu'il rencontrera en 1972 avec qui il formera un groupe[8]. Un soir durant l'été 1973, alors qu'il cherchait de la drogue avec son ami Lionel[8], il rencontre par hasard Corine Marienneau où elle vivait en colocation dans une maison à Saint-Cloud[11]. C'est le début d'une relation tant musicale qu'amoureuse. Toutefois, ils vont pour l'instant rester amis pendant plus d'un an et demi, avant de se mettre ensemble en 1975.

Durant l'année scolaire 1973-1974, alors qu'il redouble sa terminale, le jeune homme se retrouve dans la même classe qu'un autre jeune rocker qui vient d'arriver au lycée : Jean-Louis Aubert[12],[13]. C'est le début d'une longue amitié qui a commencé par une rivalité musicale durant les premières semaines[8]. Ensemble, ils forment le groupe Korange en 1973[14],[12]. À la fin de l'année scolaire en 1974, les deux amis obtiennent leur bac C.

Du 30 juin au , Louis et Lionel Lumbroso voyagent aux États-Unis, où ils croiseront plusieurs fois Jean-Louis Aubert et son ami Olivier Caudron, tous deux également en voyage. De retour en France, Louis se lancera dans des études de médecine.

Débuts musicauxModifier

En 1974, Louis achète sa célèbre Gibson SG Jr à Londres. Puis fin 1974, Louis se rend une soirée avec son ami Olivier Caudron au château d'Hérouville durant laquelle il rencontre la chanteuse Valérie Lagrange avec qui il a une liaison[15]. Grâce à elle, il est engagé par Jacques Higelin comme guitariste de son groupe Super Goujats. En août 1975, toujours membre des Super Goujats, Louis participe donc à l'album Irradié de Higelin[9]. Mais ne voulant pas rester comme simple musicien d'accompagnement, il quitte le groupe de Higelin[9].

En 1975, Louis Bertignac proposera à Valérie de travailler avec son ami Jean-Louis Aubert[15]. Le trio Louis-Valérie-Jean-Louis partagent un appartement à la Bastille appartenant à la famille de Bernard et David Guetta[15]. La même année, il se rend à un concert de Vince Taylor où il rencontre son batteur du moment Richard Kolinka[11] où ils deviennent amis. Louis organise une rencontre entre le batteur et son ami Jean-Louis à Macon chez Vince[15],[16].

Dans le courant de l'année, Louis quitte l'appartement de Bastille pour venir s'installer chez Corine à Saint-Cloud avec qui il commence sa relation amoureuse[17]. Ensemble, accompagné du guitariste Eric Lévi et de la chanteuse Fabienne Shine tous deux présentés par Valérie, ils fondent le groupe de hard rock Shakin' Street[9]. Cette formation participe au festival punk de Mont-de-Marsan en août 1976. Mais s'il ne connait qu'un succès d'estime durant les concerts, le courant ne passe pas au sein du groupe et Louis décide de suivre Corine en quittant le groupe en septembre suite aux nombreuses tensions entre elle et la chanteuse Fabienne[18].

Par la suite le duo continue à donner des petits concerts accompagnés de divers musiciens dans l'espoir de trouver une formation idéale. En parallèle, Louis propose à son ami Jean-Louis Aubert (avec qui il est resté en contact) de former un nouveau groupe. Ce dernier qui vient de se séparer d'une nouvelle formation avec son ami Olive décide de l'appeler en urgence pour jouer un concert au Centre Américain de Paris le prochain avec son binôme Richard Kolinka à la batterie. Louis impose au duo la présence de sa compagne Corine à la basse[18].

1977 à 1986 : Période TéléphoneModifier

Le , après dix jours de répétitions dans la cave de Ginette Kolinka (la mère de Richard)[16], la nouvelle formation joue son concert devant 600 personnes grâce à un stratagème de Richard qui a annoncé ce concert à la télévision sur FR3 pour fêter les élections américaines[18]. C'est durant ce concert que naît le groupe Téléphone. Après une intense période de concerts, le groupe perce enfin en 1977 avec Hygiaphone et Métro c'est trop et sort son premier album[9].

Le succès de Téléphone, qui propose un rock français authentique et puissant, est aussi celui de Louis Bertignac, qui s'affirme comme l'un des meilleurs guitaristes de France[9]. Ainsi, les albums Crache ton venin et Au cœur de la nuit permettent au groupe de continuer à percer et de marquer toute une génération grâce aux chansons devenues des standards du rock français tels La bombe humaine et Argent trop cher, et effectuent des tournées souvent complètes. Mais ce succès a son revers de la médaille puisque le couple Louis et Corine se sépare en raison de la forte présence des jeunes filles qui viennent voir les membres après les concerts. Malgré cette séparation, Corine et Louis continuent de jouer ensemble au sein du groupe.

En 1982, si l'album Dure Limite rencontre un nouveau succès (supérieur aux précédents), les sessions qui s'étaient déroulés chez le producteur Bob Ezrin ont connu de nombreuses tensions dû aux relations internes entre les membres et à la pression et aux rythmes infernaux des tournées. C'est durant ces sessions dont le producteur réussira à tirer le meilleur des tensions que Louis Bertignac écrit et compose le tube Cendrillon (dédié à Lio) qui deviendra rapidement un classique incontournable du paysage musical français. Après la sortie de l'album, le groupe tente de se lancer dans une tournée internationale qui ne rencontre qu'un succès mitigé (surtout aux États-Unis). Les membres du groupe, déçus de cet échec relatif dans la conquête de la scène internationale voulue par la maison de disque, voit que tout a changé au sein de Téléphone[19].

En 1984, lors des sessions de l'album Un autre monde réalisé chez le légendaire producteur Glyn Johns dans le Sussex, Louis Bertignac fête ses trente ans en jouant avec nombre de ses idoles invitées par le producteur tels que Jimmy Page, Eric Clapton, John Entwistle (qui enregistrera les cuivres de l'album), Ringo Starr, Charlie Watts, Bill Wyman... à la condition de ne pas enregistrer la séance le jour de son anniversaire. L'enregistrement de l'album se déroule dans de très bonnes conditions avec l'apparition du synthétiseur dans le son du groupe, et la sortie de l'album quelques mois plus tard est un nouveau succès. Le groupe se lance dans une tournée hexagonale qui est la dernière. En 1985, après la tournée, les membres travaillent sur un nouvel album, mais en raison de nombreuses tensions internes empêchant l'album d'avancer, le groupe décide de se mettre en pause en mars 1986, après la sortie du single Le jour s'est levé écrit par Jean-Louis Aubert pour patienter.

Le , après 450 concerts et cinq albums, le groupe Téléphone se sépare en deux. Pendant que Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka continuent de travailler ensemble sur la carrière solo du premier, Louis Bertignac et Corine Marienneau forment un nouveau groupe, Les Visiteurs.

1986 à 1991 : Bertignac et les VisiteursModifier

En 1986, après la séparation du groupe Téléphone, Bertignac et la bassiste Corine Marienneau fondent un nouveau groupe : les Visiteurs. La nouvelle formation, accompagnée de musiciens tels que le guitariste Serge Ubrette, le pianiste Loy Ehrlich et le batteur Afid Saidi, donne un concert sur la jonque La Belle de Canton à New-York puis enregistre l'album éponyme qui est enregistré à Paris et produit par John Potoker.

À la sortie le , l'opus comme celui de Jean-Louis Aubert (Plâtre et Ciment) connait un échec commercial dû à la séparation du groupe Téléphone, même s'il est bien accueilli par les critiques. Cependant, le single Ces idées-là connait le succès (classé n°13 au Top 50[20]).

En 1988, après le départ de Serge Ubrette, le groupe enregistre et publie le single Jack, dont le clip est réalisé par Costa Kekemenis, avant de repartir en tournée (dont le festival Festival de Roskilde au Danemark) avec de nombreux changements de musiciens.

En 1989, Louis et Corine participent à la série de Canal + Les Jupons de la Révolution dans les rôles des chanteurs de rue, révolutionnaires et chroniqueurs populaires à l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française[21]. Puis les Visiteurs recherchent un nouveau batteur pour leur tournée et c'est Topper Headon, le batteur des Clash fraichement sorti de 15 mois de prison pour une histoire de drogues, qui est recruté. Quelques mois plus tard, ce dernier, replongeant dans la toxicomanie, est remplacé par Hervé Verne pour l'enregistrement du prochain album et la reprise de Pas assez de toi de Mano Negra pour l'album Diversion.

En 1990, le second album des Visiteurs, enregistré à Memphis et produit par Jim Gaines, est publié. Malheureusement, l'opus passe complètement inaperçu, leur maison de disque Virgin préférant plutôt miser sur Jean-Louis Aubert (avec l'album Bleu Blanc Vert) pour récupérer le public de Téléphone[21]. La tournée qui suit voit une succession de musiciens qui viennent et qui partent.

Le , la bassiste Corine, devenue mère entre-temps et se lassant sur scène, annonce à Louis qu'elle se retire provisoirement de la musique, mettant fin aux Visiteurs.

Années 1990 : Deux albums en solos et tournéesModifier

Après la séparation des Visiteurs, Louis part voyager en Inde et au Népal pour se ressourcer[22]. À son retour, il se lance dans une nouvelle carrière solo en signant chez la maison de disque Colombia. Avec le producteur Tony Visconti (qui a notamment travaillé avec Paul McCartney, David Bowie, Thin Lizzy, T.Rex et Morrissey) et accompagné de la chanteuse Vanessa Paradis, du parolier Olivier Lorsac et du batteur Manu Katché, Louis enregistre l'album Elle et Louis qui contient la chanson Vas-y guitare interprétée à chaque concert ou encore le long titre La fille d'Essaouira. À sa sortie en 1993, l'opus est une nouvelle désillusion commercial pour l'artiste en n'étant pas classé[22]. Néanmoins Louis se lance dans une tournée acoustique, en témoigne l'album Bertignacoustic, mixé par Dominique Blanc-Francard, qui parait lui aussi en 1993.

Lors du concert du au Bataclan, après avoir appelé Corine à monter sur scène pour jouer Ces idées-là, il fait venir Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka pour une reformation improvisée du groupe Téléphone à l'improviste en interprétant cinq titres de leur répertoire, dont Un autre monde et Crache ton venin[21]. Malgré ce concert, le projet de reformation officiel pour les vingt ans du groupe est annulé, et Jean-Louis et Louis retournent à leur carrière solo respective. Entre-temps, ce dernier interprète un personnage du film Highander III et compose la chanson Tu tombes en larmes de Clémence Lhomme[23].

En 1995, il rencontre le parolier Étienne Roda-Gil avec qui il va écrire l'album Bertignac '96. L'opus, produit par Chris Kimsey (le producteur des Rolling Stones, [22] Peter Frampton, Led Zeppelin, Ten years after) et accompagné de Richard Kolinka et la participation exceptionnelle de la chanteuse Marianne Faithfull sur la chanson Cœur ouvert, est enregistré chez lui avant d'être finalisé dans le studio Electric Lady à New-York. À sa sortie en 1996, l'album, apprécié par les amateurs, n'est vendu qu'en édition limitée de 25 000 exemplaires (avec un second disque comportant deux chansons bonus) et n'est plus disponible à la vente physique depuis (bien qu'il soit disponible en streaming et en téléchargement numerique)[24]. La chanson Telle est ma vie, seule chanson du disque écrite par Louis, est un bilan sur sa vie.

À l'issue de la tournée qui s'ensuit, parait en 1998 l'album Bertignac Live qui comprend les meilleurs enregistrements de ses concerts, dont une nouvelle version de la chanson Cendrillon intitulée Cendrillon - version 97 avec un nouveau couplet et une nouvelle partie à la fin, accompagné d'un CD-Rom réalisé par Louis et Cyril Denis (le bassiste qui l'accompagne durant la tournée) comportant des clips, des accords de guitare, des jeux[25]...

Le , après s'être réconcilié avec son ami, Louis est rejoint sur scène par Jean-Louis Aubert pour deux morceaux en acoustique (Un autre monde et La bombe humaine) lors du concert à l’Esplanade de la Villette. Une tentative de reformation du groupe est ainsi amorcée sur une suggestion du patron de l'agence artistique Artmédia Bertrand de Labbey. Les 4 membres du groupe se retrouvent un soir de fin juillet 1999 dans les studios La Loupe (où Jean-Louis Aubert a l'habitude d'enregistrer ses albums solo). Durant la soirée, quand bien même tout a bien commencé, une querelle se dessine entre Corine Marienneau et Jean-Louis Aubert au sujet du bassiste qui pourrait prendre la relève de Corine si les trois garçons désiraient se produire dans un club après un concert. Hélas, Louis Bertignac qui avait assuré qu'il pourrait jouer le rôle de modérateur est sorti de la pièce pour prendre un appel au moment où la querelle éclate. Le ton monte entre Jean-Louis et Corine et la querelle se prolonge jusqu'à 6 heures du matin. En début d'après-midi, Richard Kolinka et Louis Bertignac reçoivent un appel de Jean-Louis qui annonce un final anticipé : « Je ne fais plus le groupe. ». « Je nous ai vraiment trouvés minables... », commente Kolinka[26],[27].

Après cela, Louis se fait plus discret car il est occupé à travailler sur l'album de Corine Marienneau. Entre-temps, Carla Bruni, ancienne mannequin récemment reconvertie en chanteuse et vieille connaissance du guitariste, fait appel à ses services pour réaliser son album pour lancer sa carrière.

Années 2000 : succès avec Carla Bruni et LongtempsModifier

 
Carla Bruni (ici en 2013), vieille connaissance de Bertignac a fait appel à ses service pour produire les albums Quelqu'un m'a dit (sorti en 2002) et No Promises (sorti en 2007).

En 2002, les albums Corine de Corine Marienneau et Quelqu'un m'a dit de Carla Bruni, tous deux produit par Louis, paraissent. Si l'accueil du premier reste confidentiel, le second en revanche est une réussite artistique et commerciale. Bertignac retrouve le succès, même s'il est dans l'ombre, et il devient producteur officiel et « accoucheur de talents musicaux » selon la biographie officielle. Il apparait ensuite sur les plateaux d'émissions musicales de télévision avec sa guitare pour partager son expérience. Malheureusement, il doit s’éloigner de la scène médiatique pour soigner une hépatite C[22].

En 2004, une fois remis, après avoir fondé le label Let It Bleed Music (en référence à l'album de ses idoles The Rolling Stones), il se remet au travail en enregistrant un nouvel album solo — le premier depuis neuf ans — à la maison, accompagné de ses amis comme Kolinka à la batterie ou Carla Bruni qui écrit dix chansons de l'album et pose sa voix sur Les frôleuses et Sans toi. Il s'amuse à incorporer des sons d'instruments africains et népalais, ramenés de ses voyages. À sa sortie le , l'album Longtemps est un succès critique et commercial (100 000 exemplaires) grâce à la chanson Je joue. Pour la tournée qui suit le disque, à l'instar du trio de Jimi Hendrix, The Jimi Hendrix Experience, Bertignac, le bassiste Cyril Denis et le batteur Hervé Koster forment le Power Trio. Ils passent notamment par L'Européen à Paris à guichets fermés[22], ou encore le festival des Vieilles Charrues à Carhaix-Plouguer, parfois accompagné du sitariste népalais Bijaya Vaidya. L'album Power Trio (Live), réalisé par Bertignac sous son nouveau label Let It Bleed Music, et qui témoigne cette tournée, sort en 2006.

Entre-temps, fidèle dans ses collaborations, Louis remet ensuite sa casquette de réalisateur pour les besoins de l'album de Carla Bruni, No Promises, qui sort le [28].

Après avoir changé de batteur avec Sylvain Joasson, le Power Trio repart en tournée en passant par Moutiers-sous-Chantemerle le , dans le cadre du Festival Les Festiv'été Musicales, et le festival d'Essaouira avec M'allem Mustafa Bakbou, puis en 2008, la tournée continue en passant par le salon de la moto de Pecquencourt, puis le festival des Moissons Rock de Juvigny et Les nuits de la guitare à Patrimonio, en Corse le . Enfin, la tournée s'achève en 2009 avec un concert à New Delhi[29] en Inde le , puis à Katmandou, Népal le .

Années 2010 : Trois nouveaux albums et juré de The VoiceModifier

Après la tournée, le guitariste redevient producteur pour superviser l'enregistrement de l'album Sur mes gardes de Joyce Jonathan.

Le , il publie un démenti sur des rumeurs de reformation du groupe Téléphone[30] avant de retourner en studio pour enregistrer l'album Grizzly (ça c'est vraiment moi). En 2011, après la sortie de l'album le , Louis est nommé chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres, puis il apparaît en musique de film dans RIF et fait partie de la première partie du Tour 2012 de Johnny Hallyday en 2012[31].

Il est juré aux côtés d'autres chanteurs comme Garou ou Zazie dans l'émission The Voice, la plus belle voix en 2012 et 2013, puis dans The Voice Kids en 2013 et 2015. En parallèle, il continue sa carrière d'artiste en sortant l'album Suis-moi en 2014, et participe l'année suivante à l'album de reprises de chants corses, Corsu Mezu Mezu, sur la chanson Solenzara, en duo avec Francine Massiani.

Le , le groupe Téléphone se réunit partiellement de façon éphémère pour un concert au Point Éphémère à Paris sous le nom « Les Insus ? »[32] (pour « insupportables »), la bassiste Corine Marienneau étant remplacée par Aleksander Angelov. Un autre concert est donné à Lille le . Les Insus ? donnent également un concert à Lyon, au Transbordeur, le . Puis, le nouveau groupe (toujours sans Corine) fait une véritable tournée française à guichets fermées du au dans plusieurs grandes villes et plusieurs festivals. Le , ils annoncent une tournée des festivals durant l'été 2017 et un final au Stade de France le . L'album live retraçant la tournée sort le [33].

Fin , Louis Bertignac annonce sur Facebook qu'il a enregistré de nouvelles chansons qui sortiront prochainement sous forme d'un nouvel album. Entre-temps, le chanteur publie un nouvel album live le intitulé Premier rang[34]. Fin 2018 paraît Origines, album de reprises réinterprétés. En 2020, Louis Bertignac interrompt sa tournée en raison du confinement. Mais durant le confinement, le guitariste est infecté par le zona[35] pour lequel il se rétablit rapidement avant de donner une série de concerts en direct chez lui sur les réseaux sociaux comme il a l'habitude de faire.

Vie privéeModifier

Louis Bertignac rencontre, avant la formation de Téléphone, la chanteuse Valérie Lagrange, avec qui il aura une liaison partagée avec son ami Jean-Louis Aubert, avant Corine Marienneau avec qui il aura une relation amoureuse. Il fréquente également Carla Bruni quelque temps en 1984, pour laquelle il conserve une profonde amitié au point produire et de co-écrire avec elle l'album Quelqu'un m'a dit, succès de l'année 2002, puis l'album No Promises en 2007, et chanter avec elle en duo Les Frôleuses en 2005.

Il est séparé de Julie Delafosse avec laquelle il a deux filles, Lola née le et Lili née le [36]. Son fils, Jack, est né le , de son union avec Lætitia[37], de 34 ans sa cadette[38],[39].

DiscographieModifier

Avec Jacques HigelinModifier

  • 1975 Irradié - (P) Pathé Marconi - 2C 066-14.250.

Avec TéléphoneModifier

Avec Les InsusModifier

Avec Bertignac et les VisiteursModifier

En soloModifier

  • 1993 : Elle et Louis - Enregistré à Paris et New York, produit par Tony Visconti; réédité quelques mois plus tard dans le coffret Le médiator avec un disque live
  • 1994 : Bertignacoustic Album live acoustique enregistré en France, mixé par Dominique Blanc-Francard; disponible avec l'album Elle et Louis dans le coffret Le médiator
  • 1996 : 96 - Enregistré à la maison, mixé à New York par Chris Kimsey à l'Electric Lady Studios
  • 1998 : Bertignac live - Album live enregistré en France, mixé par Louis « à la maison »
  • 2005 : Longtemps - Enregistré et mixé par Louis « à la maison », dix titres sont écrits par Carla Bruni
  • 2006 : Power Trio (Live) - Enregistré en public
  • 2011 : Grizzly (ça c'est vraiment moi)
  • 2014 : Suis-moi
  • 2018 : Premier rang - Enregistré en public pendant la tournée Suis-moi. double album + DVD
  • 2018 : Origines - Album de reprises enregistré intégralement par Louis Bertignac

ParticipationsModifier

Albums produitsModifier

InspirationModifier

FilmographieModifier

Louis Bertignac est évidemment présent dans le film Téléphone Public, réalisé par Jean-Marie Périer en 1979 et consacré au groupe Téléphone. Le film fut présenté hors compétition au Festival de Cannes 1980.

Il fait également une apparition en 1988 en garçon de café dans In Extremis d'Olivier Lorsac (lui-même parolier de l'album de Bertignac Elle et Louis). Il joue ensuite le rôle de Pierre Bouchet, noble français ami de Connor MacLeod, dans Highlander 3 (Highlander III: The Sorcerer), film réalisé par Andy Morahan en 1994

Notes et référencesModifier

  1. http://musique.rfi.fr/artiste-rock-louis-bertignac
  2. Olivier Horner, « Les Insus, un succès téléphoné », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  3. « The Voice - Louis Bertignac », Premiere,‎
  4. L'Acte de décès de Joël Joseph Bertignac (né Benhaïm), né à Relizane (Oran) le 20/07/1922 et décédé le 2/06/2007 au Kremlin-Bicêtre précise qu'il est le fils de Nessim Auguste Louis Benhaim et de Fortunée Ben Aim, et l'époux de Nelly Sebban-Le Kremlin-Bicêtre, acte de décès N° 346 du 2 juin 2007.
  5. L'Acte de décès de sa mère Nelly Sebban ne mentionne aucune référence à l'Espagne mais précise qu'elle est née à Oran en Algérie-Paris 14e, acte de décès N° 1069 du 20 juin 2014
  6. Daniel Ichbiah, « Telephone : Biographie », Biographie du groupe Téléphone
  7. Par Eric BureauLe 17 janvier 2019 à 08h44 et Modifié Le 17 Janvier 2019 À 11h30, « «Origines» : Louis Bertignac adapte en français les classiques pop-rock anglo-saxons », sur leparisien.fr, (consulté le 23 mars 2020)
  8. a b c et d Daniel Ichbiah, Téléphone, au coeur de la vie - biographie du groupe Téléphone, Daniel Ichbiah, (ISBN 979-10-91410-06-9, lire en ligne)
  9. a b c d e et f https://www.universalmusic.fr/artiste/10064-louis-bertignac/bio
  10. Ludovic Perrin, « Qui a tué Téléphone ? L'histoire secrète du plus grand groupe français », GQ no 98, mai 2016, pages, 124-131.
  11. a et b « Louis Bertignac raconte ses rencontres fortuites avec les fondateurs de Téléphone », sur Europe 1 (consulté le 26 février 2020)
  12. a et b « Téléphone : la pré-story »
  13. Ludovic Perrin, " Qui a tué Téléphone ? L'histoire secrète du plus grand groupe français ", GQ no 98, mai 2016, pages, 124-131.
  14. Hervé, « Téléphone au cœur de nos vies et de nos envies », sur Rock Made in France, (consulté le 28 mars 2020)
  15. a b c et d Christian Eudeline, Jean-Louis Aubert, Editions Prisma, (ISBN 978-2-8104-1852-7, lire en ligne)
  16. a et b Philippe Dana et Ginette Kolinka, Ginette Kolinka: Une famille française dans l'Histoire, Kero, (ISBN 978-2-36658-147-8, lire en ligne)
  17. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :5
  18. a b et c Daniel Ichbiah, Jean-Louis Aubert de Téléphone à aujourd'hui, City Edition, (ISBN 978-2-8246-4952-8, lire en ligne)
  19. « TÉLÉPHONE BIOGRAPHIE/PORTRAIT DU GROUPE ROCK FRANÇAIS », sur www.cadenceinfo.com (consulté le 26 février 2020)
  20. Classements du Top 50
  21. a b et c http://www.corinemarienneau.fr/bio/
  22. a b c et d http://www.universalmusic.fr/artiste/10064-louis-bertignac/bio
  23. http://www.bertiliste.com/bertignac/disco/divers/divers.html#lhomme
  24. "Ce CD n'est actuellement plus disponible." http://www.bertiliste.com/bertignac/disco/solo/solo.html#96
  25. « Discographie Louis Bertignac : Albums », sur www.bertiliste.com (consulté le 31 mars 2017)
  26. « Issu du livre Teléphone biographie - Daniel Ichbiah », sur Biographie du groupe Téléphone
  27. « Comment le groupe Téléphone a failli se reformer... », sur AgoraVox, (consulté le 6 avril 2020)
  28. « Carla Bruni - No Promises », sur Discogs (consulté le 30 mars 2017)
  29. Louis Bertignac en concert à New Delhi - Inde Information, 14 mai 2009
  30. Bertignac : pas de reformation de Téléphone, « mais on le fera avant de mourir » - AFP, 28 juin 2010
  31. http://www.le-mensuel.com/crazy-bertignac-interview/ consulté le 7 octobre 2017.
  32. Les Insus annoncent la reprise de leur tournée, sur rfm.fr, consulté le 17 octobre 2016
  33. « Les Insus annoncent la sortie d'un album live et dévoilent leur premier single. Écoutez ! », aficia,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juin 2017)
  34. « Le nouveau live de Louis Bertignac »
  35. « Louis Bertignac Officiel sur Facebook Watch » (consulté le 27 mars 2020)
  36. Biographie Louis Bertignac.Libération - édition du 14 février 2005, Ludovic Perrin.
  37. « Louis Bertignac, heureux papa d’un petit garçon », sur parismatch.com,
  38. Qui est Laeticia, la compagne de Louis Bertignac ?
  39. Louis Bertignac : découvrez celle qui partage sa vie, la belle Laeticia

Liens externesModifier