Louis-Léopold Boilly

peintre français
Louis-Léopold Boilly
Image dans Infobox.
Louis-Léopold Boilly, Autoportrait (vers 1805),
musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Enfants
Autres informations
Membre de
Maîtres
Genre artistique
Distinction
Père-Lachaise - Division 23 - Boilly 01.jpg
Vue de la sépulture.

Louis-Léopold Boilly né le à La Bassée et mort le à Paris est un peintre, miniaturiste et graveur français.

Il est connu notamment pour ses scènes de la vie parisienne dans les années qui suivent la Révolution et ses très nombreux portraits de petit format.

BiographieModifier

 
Sépulture de Louis-Léopold Boilly, Paris, cimetière du Père-Lachaise.

Né à une vingtaine de kilomètres de Lille dans un milieu modeste, Louis-Léopold Boilly est le fils d'un sculpteur sur bois. Il est élevé à Douai où il s'initie à la peinture auprès de Charles-Alexandre-Joseph Caullet jusqu'à l'âge de 17 ans[1]. Il étudie ensuite la peinture en trompe-l'œil à Arras auprès de Dominique Doncre[2] avant de s'établir à Paris en 1785. Pour vivre, il se fait portraitiste. Entre et , il exécute une série de commandes pour le collectionneur avignonnais Esprit Calvet[3],[note 1]. Sa première manière rappelle le style sentimental ou moralisateur de Greuze et de Fragonard au XVIIIe siècle, genre auquel il intègre peu à peu la précision des maîtres hollandais du siècle précédent, dont il possède une importante collection.

Il expose pour la première fois au Salon de 1791 et se fait connaître tant pour ses portraits et ses peintures en trompe-l'œil que pour ses scènes de genre aux thèmes galants ou grivois. En 1794, il est dénoncé par le peintre Jean-Baptiste Wicar, révolutionnaire puritain, et la Société populaire et républicaine des Arts menace de le faire poursuivre pour obscénité par le Comité de salut public. Pour sa défense, il invite les agents du Comité à venir dans son atelier et leur montre une série de toiles sur des sujets patriotiques, dont un Triomphe de Marat exécuté à l'occasion du concours de l'an II organisé par le gouvernement révolutionnaire[4].

Ses peintures minutieusement observées et exécutées reflètent toute la diversité de la vie urbaine, de ses costumes et de ses coutumes, entre la période révolutionnaire et la Restauration. Elles sont très appréciées par le public du Salon, qui lui attribue une médaille d'or en 1804. En 1823, Boilly produit une série de lithographies humoristiques intitulée Les Grimaces. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur et devient membre de l'Institut de France en 1833. Son œuvre, qui compte au total environ 4 500 portraits (dont seulement le dixième nous est parvenu[5]) et 500 scènes de genre, passe de mode après la Restauration. Elle est de nouveau appréciée aujourd'hui, notamment pour son intérêt documentaire. Boilly est certainement le seul peintre opposant aux régimes révolutionnaires, de la Terreur à l'Empire. Il peint la vie quotidienne et paisible des petites gens et des plus grands,quand la peinture officielle vantait les batailles ou le sacre. Sa seule guerre à lui est autour d'un billard et oppose des jeunes femmes à des hommes perplexes.

Marié en 1787 à Marie-Madeleine Desligne[6], puis après son veuvage en 1795 à Adélaïde-Françoise Leduc[7], il aura six fils. Trois d'entre eux, Julien Léopold (1796–1874), Édouard (1799–1854) et Alphonse Léopold (1801–1867), sont également artistes peintres.

Il est enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise (23e division).

Collections publiquesModifier

Dates non documentées
  • Portrait de M. de Bonnegens, huile sur toile, 21,5 × 16,4 cm, Dijon, musée des Beaux-Arts[31].
  • Portrait de femme, huile sur toile, 22,1 × 16,6 cm, Dijon, musée des beaux-arts de Dijon[31].
  • Portrait d'homme, huile sur toile, 21,5 × 16,5 cm, Dijon, musée des beaux-arts de Dijon[31].
  • Portrait de femme en bonnet de gaze, Dijon, musée Magnin.
  • Portrait de Mélanie Waldor, dessin préparatoire, Dijon, musée Magnin.
  • Portrait de la fille du général Barthélémy, huile sur toile, 31 × 24 cm, Gray, musée Baron-Martin.
  • Portrait d'un capitaine à la première compagnie des mousquetaires, huile sur toile, 65 × 54 cm, Paris, musée Marmottan-Monet[32].
  • Portrait de femme (attribution), musée des Beaux-Arts de Beaune.

ExpositionsModifier

PostéritéModifier

HommageModifier

Une rue de Paris dans le 16e arrondissement porte son nom.

IconographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Antoine Calvet de Lapalun (1736-1820) selon [1].

RéférencesModifier

  1. Souvenirs à l'usage des habitants de Douai, ou Notes pour faire suite à l'ouvrage de M. Plouvain sur l'histoire de cette ville, depuis le jusqu'au , Douai, 1843, p. 16.
  2. culture .fr, « Louis-Léopold Boilly : rétrospective » (consulté le ).
  3. larousse.fr, « Louis-Léopold Boilly » (consulté le ).
  4. « La comédie humaine de Boilly », L'Estampille - L'Objet d'art, no 474, , p. 44.
  5. Annie Yacob, « Variations sur un grand genre », Dossier de l'art, , pp. 47-53.
  6. Etienne Bréton Pascal Zuber avec Annie Yacob, « Louis-Leopold Boilly » (consulté le ).
  7. « Boilly. Chroniques parisiennes »
  8. a et b Fondation Bemberg.
  9. Robespierre, Lille.
  10. Notice Berthe.
  11. Artistes, Lille.
  12. Notice Chaudet.
  13. Notice Talma.
  14. Notice Drolling.
  15. Notice Van dael.
  16. Le palais des beaux-arts de Lille conserve 23 études pour ce grand tableau (cf.pba-lille.fr).
  17. RKD, Schwerin.
  18. Rouen, Boïeldieu.
  19. D'Aucourt, Lille.
  20. Notice Diligence.
  21. Autoportrait, Versailles.
  22. Notice Bordeaux.
  23. Femme Bordeaux.
  24. Petit Palais.
  25. Notice Gabrielle
  26. Pied de bœuf, Lille.
  27. « Osages », sur Alienor.org, .
  28. « Les Osages », sur Alienor.org, .
  29. Musée de Tourcoing.
  30. Guittemie Maldonado, « Numéros de cirque », Connaissances des arts, no Hors Série : La Grande parade,‎ , p. 62.
  31. a b et c mba-collections.dijon.fr.
  32. Laure Murat, « Jules et Paul Marmottan Collectionneurs », Beaux Arts, no Hors Série,‎ , p. 14.
  33. Une jeune fille qu’il a pris pour une prostituée refuse la pièce que lui tend un bourgeois bien mis tandis qu'il fait cirer ses bottes par un jeune décrotteur.
  34. Représentation de costumes féminins de style néo-classique en vogue dans les années 1800.
  35. Le modèle du sculpteur est un mathématicien de renom, peut-être Monge ou Laplace, habillé ici à l'ancienne mode.
  36. Mise au point en Europe par Jenner, prônée par l'Encyclopédie, l'inoculation contre la « petite vérole » se répand dans les familles.
  37. L'une des nombreuses lithographies humoristiques du peintre.
  38. « Boilly. Chroniques parisiennes | Musée Cognacq-Jay », sur www.museecognacqjay.paris.fr (consulté le )
  39. a et b Édouard Reynart, Catalogue des tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du Musée des tableaux de Lille, Lille, Le Musée, 1872, p. 197.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Henry Harrisse, L.-L. Boilly, peintre, dessinateur, et lithographe ; sa vie et son œuvre, 1761-1845. Étude suivie d'une description de treize cent soixante tableaux, portraits, dessins et lithographies de cet artiste, Société de propagation des livres d'art, Paris, 1898.
  • Paul Marmottan, Le Peintre Louis Boilly (1761-1845), Paris, H. Gateau, 1913.
  • André Mabille de Poncheville, Boilly, Paris, Plon, 1931.
  • (en) Suzanne L. Siegfried, The Art of Louis-Leopold Boilly: Modern Life in Napoleonic France, New Haven, Yale University Press, 1995.
  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 2, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030125), p. 471-473.
  • Étienne Bréton, Pascal Zuber, Boilly, le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe, 2 volumes, Paris, Arthena, 2019, 2 vol., 1 008 p., prix Paul-Marmottan (ISBN 9782903239640).
  • Boilly. Chroniques parisiennes, Paris Musées, Musée Cognacq-Jay, 2022 (ISBN 978-2-7596-0518-7).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier