Ouvrir le menu principal

Édouard Reynart

peintre français
Édouard Reynart
Lille PdBA carolus duran reynart.jpg
Portrait d'Édouard Reynart par Carolus-Duran
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maîtres
Lieu de travail
Distinctions

François Édouard Joseph Reynart, né le à Lille[1] et mort dans la même ville le , est un peintre français. Il est le premier conservateur du palais des Beaux-Arts de Lille.

BiographieModifier

Étudiant, Édouard Reynart est l'élève d'Édouard Liénard et de François Souchon. Dès 1830, il est administrateur des écoles académiques de Lille. En 1842, il est nommé directeur du palais des Beaux-Arts de Lille et le reste jusqu'à sa mort, en 1879.

 
Un faune (1869), La Piscine à Roubaix

Il est présent à l'exposition universelle de 1851 à Londres et expose au Salon de Paris de 1859, 1865, 1867 et 1868. Mais c’est son activité de conservateur du musée de Lille qui reste dans les mémoires. Dès 1862, Reynart publie le Catalogue des tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée des tableaux de Lille. La collection s'est considérablement enrichie sous son impulsion, passant de 188 tableaux en 1841 à 715 en 1875. Parmi les œuvres majeures acquises par le musée sous son directorat, on compte notamment Médée furieuse d’Eugène Delacroix, La Tentation de saint Antoine de David II Teniers, L'Ascension des élus de Dirk Bouts, Cache-cache de Jean-Baptiste Camille Corot, L'Après-dînée à Ornans de Gustave Courbet, Les Jeunes (ou La Lettre) et Les Vieilles (ou Le Temps) de Francisco de Goya.

Édouard Reynart est également membre de la société impériale des sciences à partir de 1864. Nommé chevalier de la Légion d'honneur en juin 1856, il est promu officier en 1867[2].

BibliographieModifier

  • Édouard Reynart, Notice des tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée des tableaux de Lille, Lefebvre-Ducrocq, coll. « 3e édition », , 258 p. (lire en ligne).

Liens externesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier