Ouvrir le menu principal

Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte

évêque d'Amiens

Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte
Image illustrative de l’article Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte
Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte
Biographie
Naissance
à Carpentras
Décès
à Amiens
Évêque de l’Église catholique
Évêque d'Amiens
Administrateur du diocèse de Senez
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte, né à Carpentras le et mort le à Amiens est un homme d'Église français des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est évêque d'Amiens de 1733 à 1774[1].

BiographieModifier

FamilleModifier

Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte est issu d'une famille originaire de Vicence, en Italie et installée dans le Comtat Venaissin depuis le XIVe siècle. Le nom originel de la famille était Aureliani, il a été francisé en d'Orléans[2]. Son père était le chevalier Joseph d'Orléans, seigneur de La Mothe et sa mère était Marthe-Ursule de Blegiers d'Antelon.

Début de sa carrièreModifier

Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte commença ses études chez les jésuites d'Avignon et les poursuivit à l'université de la Sapience d Rome. Toute sa vie, il manifesta un attachement au Saint-Siège[3].

Il commence sa carrière ecclésiastique comme théologal du diocèse de Carpentras avant de devenir le vicaire général de l'archevêque d'Arles Jacques II de Forbin-Janson, fonction dans laquelle il se dévoua pendant la peste de 1720-1721. Il est présent au Concile d'Embrun. Après la condamnation de Jean Soanen, il fut nommé vicaire général et administrateur du diocèse de Senez de 1728 à 1733 à la suite de Jean d'Yse de Saléon [4].

Un évêque restaurateurModifier

Il prit possession de l'évêché d'Amiens le , et fut sacré le . Il fut également abbé commendataire de l'abbaye de Valloires qu'il fit reconstruire dans sa totalité.

Il finança également les travaux d'embellissement de la Maison du Chapitre de Croissy-sur-Celle, qui eurent lieu de 1734 à 1767[5]. Il fut l'initiateur de travaux concernant la chapelle Saint-Vincent-de-Paul d'Amiens et la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. Il se montra, durant son ministère, un adversaire résolu du jansénisme et un ardent défenseur des jésuites[3].

Un acteur de l'affaire du Chevalier de La BarreModifier

En 1765, alors que l'affaire qui met en cause le Chevalier de La Barre secoue la ville d'Abbeville, il mène, pieds nus, la cérémonie de pénitence pour « réparer » l'offense faite à la statue du Christ, en présence de tous les dignitaires de la province.

Il intervint par la suite auprès de Louis XV pour qu'il accorde sa grâce au chevalier au vu de la minceur du dossier d'instruction et du fait que la condamnation à mort avait été rendue en toute illégalité, mais le roi refusa d'user de son droit de grâce[6].

En 1776, il fit don des reliques de saint Félicien à la paroisse de Conteville dans la Somme, comme l'atteste l'acte dressé par le curé de celle-ci qui indique "avoir fait la déposition des reliques de St Félicien dont [l'évêque d'Amiens] nous a fait don dans un petit reliquaire de bois doré et nous l'avons placé dans une [...] pratiqué[e] dans le coffre de notre autel dudit Conteville (...)".

Il mourut le à Amiens.

HéraldiqueModifier

De gueules au léopard lionné d'or et une burelle d'azur brochant sur le tout, au chef d'or chargé d'une aigle de sable[7]. Ses sceaux privés portent les mêmes armes[8].

Notes et référencesModifier

  1. Armorial des Évêques d'Amiens, M. A. Demarsy, 1865
  2. http://beauchesne.immanens.com/appli/article.php?id=12335
  3. a et b Raymond Darricau, « Martial Levé. Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte, évêque d'Amiens (1683-1774) », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 49, no 146,‎ , p.128-131 (lire en ligne).
  4. Armand Jean, Les évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris et Mamers, 1891 p. 202 & 310
  5. Mémoires pour servir à l'histoire de la vie de feu messire Louis-François-Gabriel de La Motte, évêque d'Amiens par l'abbé d'Argnies, vicaire général, 1786. Autre édition : Mémoires en forme de lettres sur Monseigneur Louis-François-Gabriel d'Orléans de La Motte, Évêque d'Amiens, par l'abbé (Louis Michel) d'Argnies, 1835.
  6. Marc Chassaigne, Le procès du chevalier de La Barre, 1920, consultable sur le site Internet Archive, par exemple les pages V à VII de la préface.
  7. D. et Pithon-Curt., Hist. de la noblesse du Comtat.
  8. n° 6445 et 6446 de l'invent. de la collect. sigill. des archives (qui le nomme seulement Louis-François-Gabriel, sans donner son nom de famille)

AnnexesModifier