Ouvrir le menu principal

Louignac

commune française du département de la Corrèze

Louignac
Louignac
Blason de Louignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Brive-la-Gaillarde
Canton L'Yssandonnais
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin de Brive
Maire
Mandat
Régis Lescure
2015-2020
Code postal 19310
Code commune 19120
Démographie
Population
municipale
237 hab. (2016 en augmentation de 7,73 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 42″ nord, 1° 16′ 53″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 314 m
Superficie 21,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Louignac

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Louignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louignac
Liens
Site web louignac.fr

Louignac (Lonhac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

La commune est arrosée par l'Elle, un affluent de la Vézère.

Communes limitrophesModifier

Louignac est une commune limitrophe avec le département de la Dordogne.

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

  Blason De gueules à trois fasces de vair.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2014 Jean-Claude Pellegry    
mars 2014 septembre 2015 Sylvie Verdier[Note 1]    
novembre 2015 En cours Régis Lescure   Technicien

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 237 habitants[Note 2], en augmentation de 7,73 % par rapport à 2011 (Corrèze : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
677722815693827731746731759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
687648670650630637673642640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
636604582455438440413380354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
293266246208194186230220237
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Château de Loms.
  • L'église romane, restructurée au début des années 1900, conserve quelques éléments intéressants : deux chapiteaux du XIe siècle, une série de modillons, une cuve baptismale, les trois chapiteaux du chœur.
  • Les sépultures « mérovingiennes » — Lo cementeri dau Vars — près de la Reynie, une dizaine de sarcophages disséminés sur un tertre creusées à même le rocher dont un à deux cavités[5].
  • Les puits couverts du bourg, de la Fournerie
  • La peira de la peça del Bon Diu près du lieu-dit la Fournerie, une trace dans le rocher faisant penser à celle de l'empreinte d'un sabot. Pour la mémoire locale, le bon dieu après avoir œuvré sur terre aurait pris là l'impulsion pour regagner les cieux[5]
  • La mine des Farges : elle fut exploitée jusqu'au XIXe siècle. De cette exploitation il ne reste rien si ce n'est le toponyme attestant d'une exploitation très ancienne[5]
  • Près de là un souterrain refuge en très bon état de conservation "la grotte des Farges".

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Démissionnaire.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :