Ouvrir le menu principal

Little Big Man

film de Arthur Penn sorti en 1970
Little Big Man
Titre original Little Big Man
Réalisation Arthur Penn
Scénario Calder Willingham
Acteurs principaux
Pays d’origine États-Unis
Durée 139 à 149 minutes selon les versions
Sortie 1970

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Little Big Man est un film américain réalisé par Arthur Penn sorti en 1970.

Il est inscrit en 2014 au National Film Registry pour être conservé à la bibliothèque du Congrès. Le film est adapté du roman de Thomas Bergers, publié en 1964.

Âgé de 121 ans, Jack Crabb (Dustin Hoffman) se penche sur son passé et raconte à un historien (William Hickey) sa vie aventureuse, depuis son adoption par les Cheyennes dans les années 1860, alors qu'il n'était qu'un jeune enfant, jusqu'à sa participation à la défaite du général Custer (Richard Mulligan) lors de la bataille de Little Big Horn le , en passant par son association avec Wild Bill Hickok (Jeff Corey). Le film est donc constitué de longs flash-backs entrecoupés de retours au récit du vieillard.

SynopsisModifier

Jack et sa grande sœur Caroline (Carole Androsky) ont survécu au massacre de leurs parents par les Pawnees. Ils sont recueillis par un guerrier Cheyenne qui les conduit à son village. Caroline parvient à s'enfuir mais Jack est adopté par le vieux chef de tribu Peau de la Vieille Hutte (Chief Dan George). La vie parmi les Cheyennes s'avère idyllique même si Jack devient involontairement l'ennemi mortel d'un autre jeune garçon, Ours des Montagnes (Cal Bellini) : lors d’un affrontement avec une tribu ennemie, Jack sauve la vie à Ours des Montagnes, qui devient son débiteur. Jack reçoit le surnom de Grand Petit Homme ("Little Big Man") parce qu'il est de petite taille mais très courageux. Âgé de 16 ans, lors d’une attaque de la cavalerie des États-Unis, il renie son éducation amérindienne afin de se sauver. Il est confié au révérend Silas Pendrake (Thayer David) et à sa femme sexuellement frustrée, Louise (Faye Dunaway), qui tente de séduire Jack. Ce dernier finit par quitter le couple Pendrake.

Jack devient le complice du charlatan Merriweather (Martin Balsam). Tous deux sont couverts de goudron et de plumes lorsque leurs clients se rendent compte que les remèdes prétendument miraculeux de Merriweather sont inefficaces voire toxiques. L’un des clients en colère se trouve être la sœur de Jack, Caroline. Elle fait de son frère un as de la gâchette surnommé Soda Pop Kid. Jack fait la connaissance de Wild Bill Hickok dans un saloon et Hickok prend le jeune homme en amitié. Lorsque Hickok est obligé de tuer un homme en légitime défense, Jack perd le goût des fusillades.

Ensuite, Jack s’associe à un commerce et épouse une Suédoise nommée Olga (Kelly Jean Peters). Malheureusement, le partenaire commercial de Jack se révèle être un escroc et Jack fait faillite. Le fameux officier de cavalerie George Armstrong Custer arrive sur les lieux au moment de la liquidation du commerce de Jack et suggère au couple de recommencer leur vie plus à l’ouest. Jack et Olga prennent la route mais leur diligence est attaquée par les Cheyennes. Olga est enlevée et Jack part à sa recherche. Au cours de sa quête, il retrouve Peau de la Vieille Hutte, très heureux du retour de Jack au sein de la tribu. Ours des Montagnes est devenu un « indien contraire », un guerrier qui fait tout à l'envers ; il est toujours amer de l’humiliation infligée autrefois par Jack. Après un court séjour au sein de la tribu, Jack poursuit sa quête d’Olga.

Il finit par devenir un muletier au sein du 7e régiment de cavalerie de Custer, dans l'espoir d'obtenir des informations sur Olga. Il prend part à une bataille contre les Cheyennes, mais lorsque les soldats commencent à tuer des femmes et des enfants, Jack devient furieux et se retourne contre eux. À proximité, Jack découvre une jeune cheyenne en train d’accoucher, Rayon de Soleil (Aimée Eccles). Il la sauve des maraudes des soldats et retourne avec elle auprès de sa tribu. Rayon de Soleil devient sa femme et lui donne un enfant. Jack retrouve Ours des Montagnes qui n'est plus un « contraire » mais est maintenant le mari brimé d'Olga, devenue une femme cheyenne. Olga ne reconnaît pas Jack, qui ne tente pas de lui dévoiler son identité. Rayon de Soleil demande à Jack de prendre ses trois sœurs veuves comme épouses et d’être le père de leurs enfants. Il est tout d'abord réticent, mais finalement accepte et a des relations sexuelles avec les trois, notamment la première fois au cours de la même nuit.

Un jour d'hiver, Custer et le 7e régiment de cavalerie attaquent par surprise le campement cheyenne près de la rivière Washita. Peau de la Vieille Hutte, désormais vieux et aveugle, est sauvé par Jack, mais Rayon de Soleil, ses sœurs et leurs enfants sont tués. Jack tente d'infiltrer le camp de Custer pour se venger. Au moment crucial, le couteau à la main, Jack n’a pas le courage de tuer Custer, lequel lui dénie la moindre considération en négligeant même de le faire arrêter. Humilié et découragé, Jack devient un mendiant alcoolique à Deadwood dans le Dakota du Sud. Alors qu’il est ivre, il est reconnu par Wild Bill Hickok, qui lui donne de l'argent pour se nettoyer. Lorsque Jack retourne au saloon, Hickok est tué. Avant de mourir, il exprime ses dernières volontés concernant une veuve avec qui il entretenait une relation. Jack va voir la veuve, une prostituée qui s'avère être Louise Pendrake. Jack lui donne l'argent que Hickok avait prévu pour elle afin de commencer une nouvelle vie.

Jack devient trappeur et ermite. Il est profondément choqué lorsqu’il découvre un piège ne contenant qu’une patte rongée par l’animal pour se libérer. Il est sur le point de se suicider en se jetant du haut d'une falaise lorsqu’il entend dans la vallée Garryowen (en), la mélodie traditionnelle de la cavalerie, et voit Custer et ses troupes marchant à proximité. Jack décide de se venger. Custer, qui se souvient que Jack a déjà tenté de l'assassiner, l'engage comme éclaireur en considérant que tout ce que lui dira Jack sera faux, et qu’il lui servira ainsi de parfait baromètre inverse. Jack conduit les troupes dans un piège à Little Big Horn. Avant l'attaque, Jack dit la vérité à Custer concernant les écrasantes forces amérindiennes dissimulées dans la vallée de Little Bighorn. Custer ne le croit pas et conduit le 7e régiment de cavalerie à sa perte. Au cours de la bataille, Custer commence à délirer. Ignorant le cercle de guerriers se refermant sur lui, il pointe son pistolet vers Jack. Avant d’appuyer sur la gâchette, Custer est tué par Ours des Montagnes qui emporte Jack inconscient jusqu’au tipi de Peau de la Vieille Hutte. Fier d’avoir payé sa dette, il annonce à Jack qu’il pourra le tuer à leur prochaine rencontre sans pour autant devenir une mauvaise personne.

Jack accompagne Peau de la Vieille Hutte à une colline voisine, où le chef vieilli et fatigué décide de mettre fin à sa vie. Il offre son esprit au Grand Esprit et s'allonge pour attendre la mort. Mais lorsqu’il commence à pleuvoir, le vieillard soupire et dit : « Parfois, la magie fonctionne et parfois elle ne fonctionne pas ». Ils reviennent à son tipi pour dîner.

Le récit de Jack s’achève lorsqu’il renvoie l'historien, en pensant avec tristesse aux souvenirs d'un monde qui n'est plus.

ThèmesModifier

La représentation des Indiens dans le filmModifier

Little Big man est un western à part entière mais bouleverse les codes de la représentation de la frontière et des deux cultures qui s’opposent. Le conflit entre les deux cultures est dans la plupart des cas au centre de tous les films du genre western, dont Little Big Man

En termes de représentation, les Indiens d’Arthur Penn ne sont pas associés à des sauvages  mais plutôt représentés comme les victimes de la conquête de l’Ouest menée par l’armée Américaine. La plupart des films du genre western ne représentent pas la dimension identitaire de chaque individu de la tribu ou encore la dimension culturelle. Little Big Man se démarque des films classiques du genre grâce à cette représentation positive des Indiens, les Cheyennes, vivant en en harmonie[1].

Par leur dénomination (la tribu des « êtres humains »), Penn leur redonne de l'humanité et n'hésite pas à montrer des aspects de la vie indienne que le spectateur n'oserait imaginer: Un Indien « Heemaney », c'est-à-dire homosexuel, vit parmi la communauté indienne sans être jugé pour sa sexualité et en totale acceptation des autres, alors qu'à cette époque dans la civilisation occidentale l'homosexualité restait un sujet tabou. Les Indiens apparaissent donc plus sages que les Blancs dépeints comme débauchés et appâtés par le gain, la violence ou encore les plaisirs de la chair[2].

La double identitéModifier

Jack Crabb (Dustin Hoffman) est un homme qui oscille entre deux cultures, deux civilisations[3] : il est américain de naissance mais il grandit aux côtés du peuple Cheyennes. Tout au long du film, il sera partagé entre sa vie avec les amérindiens et les américains. Chaque épisode est ponctué d’aller-retour entre ces deux peuples. Bien qu’il ait grandi épanoui  au sein de la tribu Cheyenne, Jack demeure un Américain. Cette double identité implique un conflit : Jack est tiraillé entre les deux civilisations, et refuse de choisir un camp, ce qui l’amène à être confronté à la violence des Américains envers les amérindiens, et la haine des amérindiens envers les Américains : « C'était très démoralisant : quand ce n'était pas un Indien qui voulait me tuer parce que j'étais blanc, c'était un Blanc qui voulait me tuer parce que j'étais indien. »[4],[5]

La conquête de l'OuestModifier

Arthur Penn, à travers Little Big Man, choisit de démythifier[3] la conquête de l’Ouest et l’histoire de l’expansion de l’Amérique en général. Contrairement à la plupart des films du genre western, le but n’est pas de magnifier la Destinée Manifeste, mission sacrée entreprise par les Américains, mais plutôt de mettre en lumière une partie négligée de l’histoire. La conquête de l’Ouest représentée par Arthur Penn remet en question l’historicité de cette période, notamment à travers le personnage du Général Custer, figure historique, mort à la bataille de Little Big Horn, considéré comme un héros américain. Cette relecture rétablit la vérité historique[6] et apporte une dimension plus objective à l’histoire.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

DistinctionsModifier

RéceptionModifier

Diffusé durant la guerre du Vietnam, Little Big Man fut perçu comme une critique indirecte de cet événement. En effet, le comportement autoritaire et belliqueux du Général Cluster et de ses armées contraste avec le discours non-violent de Peau de la Vieille Hutte lors de la Bataille de Little Bighorn. Ce contraste à largement été mis en parallèle avec l'engagement contesté des troupes américaines au Viêt Nam un siècle plus tard. Arthur Penn déclara « Custer fit massacrer les habitants d’un village comme nous massacrons les habitants des villages vietnamiens »[10].

Lien externeModifier

RéférencesModifier