Ouvrir le menu principal

Doire (département)

ancien département français en Italie (1802-1814)

Département de la Doire
(it) Dipartimento della Dora

18021814

Description de cette image, également commentée ci-après
Le sud de l'empire français. Le département de la Doire est situé au Nord.
Informations générales
Statut Ancien département français successivement du/de :
- Drapeau de la France Consulat
- Drapeau de la France Premier Empire
Chef-lieu Ivrée
Démographie
Population 224 127
Superficie
Superficie 2 508,53 km2
Histoire et événements
Annexion de la république subalpine et création
Traité de Fontainebleau : réintégration au royaume de Sardaigne
Préfets
(1er) 1801-1805 Ange Gandolpho
(Der) 1813-1814 Scipion de Nicolaï

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Doire est un ancien département français situé dans l'actuel territoire de l'Italie. Son chef-lieu était Ivrée.

Sommaire

HistoireModifier

Le département fut créé le (décret du 24 Fructidor, an X). Ce territoire annexé au Piémont sarde en 1798 fut d'abord administré au sein d'une entité dénommée Éridan, qui incluait aussi le département du Pô. Le département tire son nom de la Doire Baltée, qui traverse Aoste et Ivrée, distincte de la Doire Ripaire, autre affluent du .

Il revint aux États de Savoie en vertu du traité de Fontainebleau du .

AdministrationModifier

Le département comptait deux sous-préfectures : Aoste et Chivasso.

Le département de la Doire faisait partie de la 27e division militaire, avec Marengo, le , la Sesia, la Stura et, jusqu'en 1805, le Tanaro. Le 24e régiment de chasseurs à cheval avait son dépôt à Ivrée. Le , la 9e compagnie du régiment fut créée et stationnée à Ivrée, avec des cadres et des chasseurs sortant des 3e, 14e et 24e régiments de chasseurs à cheval.

PopulationModifier

La population était estimée à 224 127 habitants, dont une bonne partie francophones, correspondant à l'actuelle Vallée d'Aoste.

ÉconomieModifier

D'après le Dictionnaire géographique portatif (1809), le département abondait en pâturages, grains, chanvre, fruits de toutes espèces. Il y avait quelques mines de fer, des fabriques de toiles et des manufactures de soie. On retient aussi le commerce de bestiaux.

Liste des préfetsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Almanach impérial... : présenté à Sa Majesté l'Empereur par Testu, Testu, , Page 392-393 p. (lire en ligne)

Voir aussiModifier