Lamorteau

section de Rouvroy, Belgique

Lamorteau
Lamorteau
Vue générale du village
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Virton
Commune Rouvroy
Code postal 6767
Zone téléphonique 063
Démographie
Gentilé Lamortois(e)[1]
Population 572 hab. (31/12/2006)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 37″ nord, 5° 28′ 54″ est
Superficie 558 ha = 5,58 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Lamorteau
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Lamorteau
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Lamorteau
Géolocalisation sur la carte : province de Luxembourg
Voir sur la carte administrative de province de Luxembourg
City locator 14.svg
Lamorteau

Lamorteau (en gaumais La mourte awe) est un village à l'extrême sud de la Gaume belge. Sis sur le Ton et à proximité de la frontière française, il fait administrativement partie de la commune de Rouvroy située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

GéographieModifier

Le village se trouve en Gaume, à six kilomètres au sud-ouest de la ville de Virton. C’est le dernier village belge sur la route qui va à Montmédy : la route nationale 87 qui borde le village au nord et dont l’autre extrémité est le village de Parette dans la commune d’Attert, près de la frontière luxembourgeoise. La frontière française se trouve à 800 mètres.

Le village est niché au creux d'une vallée issue de la troisième cuesta bajocienne entre les villages d'Harnoncourt et Torgny. C'est dans cette vallée que s'écoule lentement le Ton (un affluent de la Chiers), aux nombreux méandres, dominé par trois collines : la Solire au nord, la Havane au sud et la Hornule à l'est.

Lamorteau bénéficie d'un climat sensiblement le même que celui de Torgny tout proche.

InondationsModifier

La proximité du village au Ton, rivière peu encaissée, a valu de nombreuses inondations dans les maisons les plus proches. Sur un sol marneux, l’eau stagnait sur de grandes étendues. Cette situation a rythmé la vie des habitants des hivers durant. Ils n’osaient rien laisser au niveau du sol de peur que l’eau ne l’emporte.

ÉtymologieModifier

Étymologiquement, le nom fait référence à de l’eau morte ou dormante, qui ne s'écoule pas. Le Ton, dont la pente est faible de par la multitude de ses méandres, est sujet à de fortes inondations laissant çà et là des mares d'eau stagnante, mais en Gaume, une seule explication ne suffit pas, d'autres racines sont avancées. Lamorteau s'écrivait :

  • en 1472, La Morte Yawe ;
  • en 1691, La Mortiaux ;
  • en 1776, La morte Awe.

On aurait dit de l’eau dormante. Avec un peu d’ironie, nos ancêtres ont appelé leur village « La morte eau ».

 
Détail du Ton et de la rue du Régnier

HistoireModifier

LégendeModifier

Au XIe siècle, le comte de Chiny tomba malade dans la forêt du village. Pour remercier le curé qui le guérit, le comte fonda un ermitage et un prieuré à l'ancien moulin de Radru.

Époque contemporaineModifier

Lamorteau était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

PatrimoineModifier

  • La maison Franque, située à l'extrémité de la rue de l'Église. Si cette maison n'avait habité que la famille de Franque elle n'aurait pas de valeur historique. En effet, la tradition raconte que cette maison aurait dû accueillir le roi de France Louis XVI lors de sa fuite après la Révolution française, mais fut arrêté le à Varennes-en-Argonne.
  • Le moulin de Radru
 
L'ancienne gare restaurée
  • L’ancienne gare : village frontalier, Lamorteau a eu une vie ferroviaire importante avec une gare de triage de 3e classe. La douane y a pendant plus de cent ans régit le passage des commerçants, des touristes et des contrebandiers. La gendarmerie y a aussi été présente pendant de longues années.

PolitiqueModifier

Lamorteau fait maintenant partie de la commune de Rouvroy, mais avant la fusion des communes en 1977, c’était une commune à part entière. Le dernier bourgmestre avant la fusion des communes était Jean Zimmer.

Voici la liste des différents bourgmestres après 1945 :

Années Noms
1939-1946 Jean Toussaint
1947-1952 Marcel Derlet
1953-1959 Marcel Derlet
1960-1964 Marcel Derlet
1965-1966 Marcel Derlet
1966-1970 Jean Zimmer
1970-1976 Jean Zimmer

DémographieModifier

Lamorteau compte environ 600 habitants pour une superficie de 558 ha. Aujourd’hui, c’est un village vivant et jeune. Pas moins de 150 enfants fréquentent ses écoles.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Bernard Joannes, Et si Lamorteau m'était conté..., Les éditions de la Joyeuserie, 2001, 336 p.

Liens externesModifier