Ouvrir le menu principal
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tanche (homonymie).

La Tanche
Image illustrative de l’article La Tanche
Silhouette approximative du chalutier patrouilleur La Tanche, vers 1918
Histoire
Chantier naval chantiers Delaunay Belleville,
La Rochelle
Statut épave
Caractéristiques techniques
Longueur 40,22 m
Maître-bau 7,12 m
Tirant d'eau 4,87 m
Puissance 450 ch
Vitesse 9 nœuds
Carrière
Pavillon France

La Tanche est un navire français utilisé pour diverses activités entre son inauguration en 1918 à La Rochelle et son naufrage en 1940 à la sortie de la rade de Lorient.

Le navire commence son service pour la Marine française en 1919 comme patrouilleur. Il est ensuite racheté par le secrétariat à la marine marchande en 1920 afin d'être reversé à l'Office scientifique et technique des pêches maritimes, et d'y servir jusqu'en 1928. Il est par la suite racheté par un armateur de Fécamp et est utilisé comme navire de pêche jusqu'en 1940.

Lors de la bataille de France, il rejoint le port de Lorient, le , et y embarque près de 250 personnes qui fuient l'avancée des troupes allemandes. Le même jour, il saute sur une mine dans la passe Ouest des Courreaux de Groix à 16 h 10. Seule une douzaine de passagers et de membres de l'équipage survivent au naufrage.

ConceptionModifier

Développement de la flotte de chalutiersModifier

Lors de la Première Guerre mondiale, la Marine française procède à des réquisitions de bateaux de pêche afin d'effectuer différentes opérations le long des côtes françaises. Après quelques aménagements, ceux-ci sont jugés aptes à remplir dans de bonnes conditions les missions qui leur sont confiées. Cela incite le haut commandement à commander, le , huit navires chalutiers-patrouilleurs aux chantiers Delaunay Belleville de La Rochelle[1].

La Tanche est l'un des huit navires construits par le chantier, avec L'Ablette, L'Anguille II, Le Barbeau, La Brême, Le Brochet, La Truite, et La Perche. À l'exception de ce dernier qui est construit à Nantes, tous sont construits à La Rochelle[1]. La guerre entraîne de nombreux retards dans la construction de ces navires, et La Tanche n'est achevée que le [2].

CaractéristiquesModifier

La Tanche a, comme les autres navires de cette série, une longueur hors-tout de 40,22 m et une largeur de 7,12 m. Il a un tirant d'eau de 4,87 m. Sa jauge brute est de 276,55 tonneaux et sa jauge nette de 90,79 tonneaux[2].

Le navire est équipé d'une machinerie alternative à triple expansion de 450 chevaux[1], ce qui permet à La Tanche de naviguer à une vitesse de 9 nœuds. Dans sa configuration initiale, il est aussi équipé d'un canon de 90 mm et d'un canon de 47 mm[2].

ExploitationModifier

Marine françaiseModifier

Il entre en service actif pour la marine nationale le [3], et est placé, le , en réserve dans la flottille de la zone Loire dans le groupe B, avec Lorient pour port d'attache. Le 25 du même mois, il est affecté à la flottille de Syrie, mais le un contre-ordre le réaffecte à Rochefort pour intégrer la division de patrouille du golfe de Gascogne, où il reste jusqu'au 25 septembre de la même année. À cette date, il est affecté à la flottille de Provence et y est armé comme garde-pêche un mois plus tard[2].

À la fin de l'année 1919, il fait partie d'un groupe de 71 patrouilleurs dont la marine cherche à se défaire après-guerre, et est envoyé à Marseille pour y être désarmé[2].

Marine marchandeModifier

La Tanche est acquis par le secrétariat à la marine marchande afin d'être reversé à l'Office scientifique et technique des pêches maritimes. Il quitte Marseille pour Lorient le . Après une escale à Vigo le 18 février, il arrive en Bretagne le 20 février. Son espace intérieur est retravaillé dans l'arsenal de Lorient : les cales à poissons sont transformées en six pièces pouvant contenir des laboratoires et des soutes pour divers équipements[2].

Entre le et le le navire opère depuis Lorient[n 1] pour des campagnes de recherche dans différents domaines. Un équipage de 18 hommes dont trois garde-pêche assurent ainsi pendant sept ans des missions dans le golfe de Gascogne et au large des côtes du Maroc[4]. Il est sous le commandement de Raymond Rallier du Baty, puis de deux officiers des Équipages de la flotte, et est équipé de bouteilles à renversement avec thermomètres et de plusieurs dragues de prélèvement pouvant opérer jusqu'à une profondeur supérieure à 1 000 mètres. Tous les ans, à l'exception de 1925, le navire effectue une campagne de quatre mois sur la façade Atlantique[5]. Celles-ci portent sur la migration des thons et sur l'influence du bruit des hélices sur les poissons entre autres[4].

L'Office scientifique et technique des pêches maritimes connaît cependant des difficultés financières malgré l'aide de la marine nationale et doit se séparer de La Tanche[6]. Le navire est finalement retiré du service le et mis en vente[4].

PêcheModifier

La Tanche est revendu le à un chantier de démolition, mais est ensuite de nouveau revendu à un armateur de Fécamp, Merrienne Frères. Il est réaménagé au Havre pour être transformé à nouveau en navire de pêche, et reprend le service la même année. Son équipage est alors composé de trente personnes et pratique la pêche au hareng en utilisant la technique des filets maillants[4].

Il est ainsi utilisé comme navire de pêche jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Il est réquisitionné au début du conflit, le , par l'armée qui commence à le reconvertir en navire de guerre le 16 septembre ; mais la reconversion est abandonnée dès le 20 septembre[7], et le navire est rendu à son propriétaire dès le 20 octobre suivant[3]. Il poursuit ses activités de pêche au hareng, puis au maquereau pendant toute la période de la drôle de guerre[7].

Fin du navireModifier

Exode vers LorientModifier

Localisation de l'épave

L'exode de civils fuyant l'avancée des troupes allemandes en mai-juin 1940 amène de nombreuses personnes à Lorient. Dès le 15 juin, les navires présents dans la ville commencent à évacuer la population par la mer ; certains navires mettent le cap vers l'Angleterre. Des mines maritimes sont mouillées dans la rade de Lorient par des bombardiers allemands pour éviter que des navires ne puissent rejoindre les troupes alliés[8].

Le 18 juin, le préfet maritime ordonne à tous les navires de pêche d'évacuer Lorient et de nombreux civils et soldats fuient par la même occasion l'avancée allemande[7]. La Tanche arrive dans ce contexte dans le port le matin du 19 juin, de retour d'une campagne de pêche au maquereau. Il rejoint un autre navire du même armateur, Le Saint Pierre, arrivé à Lorient dans des conditions similaires[9].

Au matin du 19 juin, il ne reste plus que ces deux chalutiers au port de pêche de Keroman qui puissent servir aux réfugiés[8]. Les 70 tonnes de charbon nécessaires au fonctionnement des bateaux sont chargées à la main, les grutiers du port ayant quitté la ville la veille[9]. Le premier des deux bateaux, Le Saint Pierre, prend la mer le même jour avec à son bord des réfugiés, des soldats français et polonais de Coëtquidan, des apprentis de l’école des mécaniciens de la Marine nationale et des soldats de corps divers[8],[n 2].

NaufrageModifier

Vers 15 h, La Tanche quitte le port avec environ 250 personnes à bord[8]. Il s'engage dans la passe Ouest des Courreaux de Groix à 16 h[n 3], mais celle-ci n'a pas encore été draguée alors que des avions allemands y ont largué des mines sous-marines[10]. À 16 h 10, il saute à la sortie de la rade, dans les Courreaux de Groix, sur une des mines magnétiques mouillées par un avion allemand à proximité des rochers nommés « Les Errants » et « La Truie » et coule en quelques minutes. Le courrier de Groix est le premier navire à arriver sur les lieux, suivis par une pinasse de Gâvres[8].

Très peu de rescapés sont dénombrés, à peine une douzaine, dont plusieurs meurent de leurs blessures. Cent dix-sept corps seront ensuite repêchés dans les mois suivants, dans une zone s'étendant de Clohars-Carnoët à Quiberon[8].

PostéritéModifier

 
Une rue est nommé en l'honneur du chalutier et des victimes de son naufrage à Lorient.

Plusieurs victimes sont enterrées dans les jours suivant le naufrage au cimetière de Beg tal Men à Larmor-Plage. La municipalité fait par la suite élever un monument portant l'inscription « La commune de Larmor-Plage Aux Naufragés de La Tanche Morts pour La France Le 19 juin 1940 ». Les victimes repêchées les jours suivants et dont les corps n'ont pas été réclamés ou identifiés, sont enterrées à Lorient dans le cimetière de Kerentrech[11]. D'autres sont aussi enterrées au cimetière de Groix[8].

Une stèle à la mémoire des victimes de ce naufrage est érigée au cimetière de Kerentrech à Lorient en 1987[12]. Des commémorations ont lieu tous les ans aux cimetière de Beg tal Men à Larmor-Plage[11] et de Kerentrech à Lorient[12].

SourcesModifier

NotesModifier

  1. C'est à cette époque que la ville développe ses activités liées à la pêche, notamment via la mise en place du port de pêche de Keroman dont les principales infrastructures sont construites entre 1919 et 1927
  2. Les premiers Allemands arrivent à Lorient le 21 juin
  3. Le Saint Pierre a emprunté la passe Est des Courreaux.

RéférencesModifier

  1. a b et c J.-L. Maurette et C. Moriceau 2011, p. 44
  2. a b c d e et f J.-L. Maurette et C. Moriceau 2011, p. 45
  3. a et b Hervé Severe, et al., « La Tanche, Lorient », Épaves, sur Wreck (consulté le 13 mai 2012)
  4. a b c et d J.-L. Maurette et C. Moriceau 2011, p. 46
  5. Bernard Estival 2003, p. 41
  6. Bernard Estival 2003, p. 42
  7. a b et c J.-L. Maurette et C. Moriceau 2011, p. 47
  8. a b c d e f et g Serge Chiarovano, « 19 juin 1940, le drame du chalutier La Tanche à Lorient », sur Âme de nos marins, (consulté le 13 mai 2012)
  9. a et b J.-L. Maurette et C. Moriceau 2011, p. 48
  10. J.-L. Maurette et C. Moriceau 2011, p. 49
  11. a et b Amghar Julien, « Tombe et mémorial des naufragés de La Tanche », sur Glad, le portail des patrimoines de Bretagne, (consulté le 18 juin 2012)
  12. a et b « Le chalutier La Tanche. 70e anniversaire de la tragédie », Lorient Ville, sur Le Télégramme, (consulté le 13 mai 2012)

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 1er juillet 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 1er juillet 2012 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.