Ouvrir le menu principal

Clupea harengus

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Arran.
Clupea harengus

Le Hareng, plus exactement le hareng atlantique (Clupea harengus), est une espèce de poissons appartenant à la famille des Clupeidae. Il se déplace en grands bancs dans les eaux froides, à la fois fortement salées et oxygénées.

Parvenu à maturité à 3 ans, il fraye le long des côtes ou en eaux peu profondes. La femelle libère 20 000 à 100 000 œufs qui se déposent et se développent sur le fond vaseux. Les harengs n'ont pas de comportements migratoires systématiques, mais ils sont présents dans presque toutes les zones froides de l'Atlantique nord et de l'Europe boréale. Ils vivent en profondeur le jour et se rapprochent de la surface la nuit.

Suivant les saisons, et s'adaptant aux eaux qu'ils recherchent, les bancs de harengs peuvent stationner aux voisinages des zones marines de faible profondeur, profiter des eaux froides et oxygénées qui coulent vers les fosses par effet cascading et enfin gagner les rivages et les zones à faible fonds pour se reproduire.

Sommaire

ÉtymologieModifier

Au IIIe siècle est attesté le bas latin aringus. Le germanique hâring est à l'origine du mot français hareng comme de l'allemand Hering. La raison est probablement que les principaux bancs de la mer du Nord sont déjà pêchés et les harengs traités par des locuteurs germaniques. Le commerce du hareng séché ou hareng saur en caque [1] ou en maise a pris une extension considérable au XIIIe siècle. La maise, ou moise, est un tonneau à 1 000 harengs. Mais il constitue dans les contrées rhénanes, du Hunsrück aux Vosges, du Taunus à la Forêt-Noire, une des premières nourritures connues, ne serait-ce que par l'ancienneté du nom alors que ce produit d'exportation antique est au terme d'une longue et lente remontée du fleuve et de ses affluents.

GastronomieModifier

Sous-espècesModifier

Toponymes dérivésModifier

  • Haringzelle, hameau de la seigneurie d'Audresselles, aujourd'hui emplacement de batteries allemandes, dans la commune d'Audinghen (France).

Références bibliographiquesModifier

Textes culinairesModifier

  • François Guennoc, Tony Lestienne et Xavier Nicostrate, Le Hareng : Histoire & recettes en côte d'opale, Wimille, Punch éditions, (ISBN 2913132790)
  • Jacky Durand et Tony Lestienne, Le Hareng de nos mers, Paris, Les Quatre Chemins, (ISBN 9782847841909)
  • Sonia Ezgulian, Le Hareng - 10 façons de le préparer, Paris, Les Éditions de l'Épure, (ISBN 9782352551164)
  • (de) Marion Kiesewetter, Hering & Co. : Matjes, Bückling und Konsorten - Meine besten 80 Rezepte, München, Zabert Sandmann, (ISBN 392467888X)
  • Jean-Claude Ribaut, « Hareng le Magnifique », Le Monde,‎ , p. 17

Textes littérairesModifier

  • Le Débat de deux demoyselles, l'une nommée la noyre, et l'autre la tannée, suivi de la vie de Saint Harenc, et d'autres poésies de XVe siècle, avec des notes et un glossaire. Paris, Firmin Didot, 1825. On trouve les pièces suivantes : Le débat de deux demoiselles. - La vie de saint Harenc. - Le débat et le procès de Nature et de Jeunesse. - Le débat du corps et de l'âme, et la vision de l'ermite. - Complainte de trop tard marié. - Le débat du vin et de l'eau. Il s'agit d'un ensemble de textes rares du Moyen Âge.
  • La Vie de Saint Harenc, glorieux martyr, poème burlesque du XVe siècle à la gloire du hareng.
  • Alain Borne, Célébration du hareng, Robert Morel éditeur, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Références taxinomiquesModifier

BibliographieModifier

  • Dollfus RP (1956) Liste des Parasites Animaux du Hareng de l'Atlantique Nord et de la Baltique. Journal du Conseil, 22(1), 58-65.

Notes et référencesModifier