Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lady Oscar.
La Rose de Versailles
ベルサイユのばら
(Berusaiyu no Bara)
Type Shōjo
Genre Historique, Drame, Romance
Manga : Berusaiyu no Bara
Auteur Riyoko Ikeda
Éditeur (ja) Shueisha
(fr) Kana
Prépublication Drapeau du Japon Margaret
Sortie initiale 19721973
Volumes 10

Autre

La Rose de Versailles (ベルサイユのばら, Berusaiyu no bara?) de Riyoko Ikeda est un manga de type shōjo paru pour la première fois au Japon en 1972. Le monde francophone ayant découvert la série à travers son adaptation animée de 1979, Lady Oscar, ne verra la parution du manga en français qu'en 2002.

Berusaiyu est la translittération de la prononciation japonaise de Versailles. Berusaiyu no bara signifie la - ou les - rose(s) de Versailles.

Sommaire

Résumé de l'histoireModifier

L'action se situe en France, avant et pendant la Révolution Française. Dans la première partie de l'histoire, le personnage principal est la jeune et étourdie Reine de France, Marie-Antoinette, mais plus tard, l'histoire se recentre sur une femme du nom de Oscar François de Jarjayes. Le père d'Oscar, le général de Jarjayes, désespéré de ne pas avoir de fils (il a six filles), décide d'élever sa plus jeune fille comme un homme. Il la forme aux arts de l'escrime et de l'équitation. Oscar s'exerce souvent avec son meilleur ami et (techniquement) serviteur, André Grandier. André est le petit-fils de sa nourrice et, de ce fait, ils ont passé la plupart de leur temps ensemble dans une amitié harmonieuse qui, vers de la fin de l'histoire, se change en amour.

Oscar est le commandant de la garde royale et responsable de la sécurité de Marie-Antoinette, ainsi que du reste de la famille royale. L'histoire tourne autour de la prise de conscience grandissante d'Oscar sur la manière dont la France est gouvernée, et sur le sort des pauvres.

Un autre point important de l'histoire est l'amour entre Marie Antoinette et le comte suédois Hans Axel de Fersen. Leur relation fait l'objet de rumeurs à travers toute la France, mettant en danger la réputation de la Reine et qui conduit Oscar à demander au comte de quitter le pays. Ce dernier décide alors de se porter volontaire et d'aller combattre pour l'indépendance de la jeune nation américaine sous les ordres de monsieur de La Fayette.

Marie-Antoinette se laisse alors aller au désespoir : elle commence à dépenser de l'argent en bijoux et vêtements coûteux, assiste à des bals tous les soirs dans le but de se détourner de la nostalgie des moments passés avec le seul homme qu'elle ait jamais aimé. Cette situation pèse encore plus sur les contribuables français et la France s'enlise dans la pauvreté.

Surviennent ensuite l'Affaire du Collier et l'apparition de la comtesse Julie de Polignac, qui aggravent la haine des Français envers leur souveraine. La reine eut un fils, Louis-Joseph, mais sa santé ne fit qu'empirer, jusqu'au jour où la reine demanda la permission au roi de quitter le château de Versailles pour se rendre dans un petit pavillon, de façon à s'écarter un temps de la cour et de s'occuper davantage de ses enfants, jusqu'à la mort de son fils. La reine appelait souvent Oscar pour se confier à lui et obtenir quelque soutien de sa part, mais elle fut obligée de retourner à Versailles afin d'accomplir ses devoirs de reine.

Le 14 juillet 1789, c'est la prise de la Bastille : la foule se révolte, mais manque de stratégie, à l'avantage de l'armée, et devient une cible facile pour les tirs de canons. Toutefois, Oscar et le régiment des Gardes Françaises qu'elle commande arrivent alors pour aider les insurgés à mieux s'organiser. La Bastille tombe finalement, frappant symboliquement la monarchie française.

Une fois la Bastille prise, les révolutionnaires font irruption dans le Palais à la recherche de Marie-Antoinette et de sa famille. Un grand nombre de miliciens sont tués et la famille royale est faite prisonnière. Un long procès commence alors pour Louis XVI puis pour Marie-Antoinette et les deux sont finalement déclarés coupables et guillotinés.

PersonnagesModifier

  • Oscar François de Jarjayes

Née le 25 décembre 1755, Oscar est la sixième fille du général de Jarjayes et est d'une beauté incroyable. Las de n'avoir eu que des filles, son père décide de l'élever comme un garçon et de lui apprendre l'art du combat pour qu'elle lui succède dans la garde royale. À 14 ans, Oscar devient capitaine de la garde royale et doit assurer la protection de la jeune princesse autrichienne Marie-Antoinette lorsque cette dernière vient en France célébrer son mariage et ainsi sceller l'union mise en place par la France et l'Autriche. Elle parvient à déjouer les intrigues de Madame du Barry, maîtresse de Louis XV, qui cherche à nuire à la dauphine. À son couronnement, Marie-Antoinette demande la promotion d'Oscar au roi et la fait nommer Colonel de la garde royale. Ainsi, Oscar de Jarjayes obtient un grade enviable alors qu'elle n'a même pas 20 ans. Malgré les troubles qui commencent à éclater, Oscar reste fidèle à la reine. Mais devant les souffrances du petit peuple, elle ne peut rester insensible : c'est pourquoi elle visite les terres des Jarjayes pour constater de ses propres yeux la vie des gens du peuple. Elle tente même de raisonner la reine mais cette dernière, sous l'influence de Madame de Polignac, ne prête pas attention à ses conseils. Oscar est tombée amoureuse du comte Axel de Fersen, qui ne la considère cependant que comme sa meilleure amie. Elle décide de quitter la garde royale car elle ne veut plus être considérée comme une poupée. La reine lui demande des explications mais Oscar lui dit qu'elle n'a pas réussi à capturer le Masque Noir et qu'elle mérite d'être rétrogradée. Marie-Antoinette la nomme donc aux Gardes françaises. Oscar meurt entre deux canons le 14 juillet 1789 en prenant la Bastille. Elle avait 33 ans et demi.

Oscar est le personnage principal du manga, bien que l'histoire se poursuive après sa mort, jusqu'à l'exécution de Marie-Antoinette.

  • André Grandier

Né le 26 août 1754 et orphelin à sept ans, il est introduit chez les Jarjayes par sa grand-mère en tant que camarade de jeu d'Oscar. Ils développent une amitié profonde, qui se mue chez André en amour non réciproque. Il en souffre mais ne dit rien jusqu'au moment où il apprend qu'Oscar aime Fersen. Il lui avoue son amour, mais elle le rejette avant de, plus tard, développer des sentiments pour lui. Suite à une blessure, André devient peu à peu aveugle. Ils s'unissent juste avant l'intervention à Paris où il meurt en protégeant Oscar d'une balle.

  • « Grand-mère »

Grand-mère d'André, elle s'occupe de celui-ci ainsi que d'Oscar. Elle est gentille et affectueuse avec Oscar mais peut se montrer sévère avec André. Elle est choquée quand le père d'Oscar décide de l'élever en garçon. Quand Oscar accueille Rosalie, elle s'occupe d'elle et lui fait porter les robes d'Oscar. Elle voit qu'André est aveugle et lui dit de ne rien dire pour ne pas inquiéter les Jarjayes. Elle meurt de chagrin en apprenant les morts d'André et d'Oscar.

Née le 2 novembre 1755, onzième fille de l’impératrice Marie-Thérèse d'Autriche, elle épouse le dauphin de France le 16 mai 1770 à 14 ans et demi et lui donne 3 enfants. Très frivole, elle voue une haine contre la maîtresse du roi Louis XV mais est obligée de faire la paix sous la menace d'une guerre entre la France et l'Autriche . Elle est amie avec Oscar de Jarjayes, qui est chargée de sa protection, et écoute ses conseils jusqu'à ce qu'elle tombe sous l'influence de la comtesse de Polignac. Marie-Antoinette est amoureuse du comte de Fersen. Au début très aimée du peuple, son attitude dépensière, qui culmine avec l'Affaire du Collier, et son incompréhension des difficultés du peuple, la mènent peu à peu à être détestée. Elle est emprisonnée avec sa famille après la fuite à Varennes, où Rosalie s'occupe d'elle, et meurt guillotinée après le roi Louis XVI.

Née le 19 décembre 1778, fille ainée de Louis XVI et Marie-Antoinette, elle est surnommée "Madame Royale". Très attachée à sa mère, elle voue beaucoup d'amour à ses frères dont elle s'occupe. Emprisonnée au Temple avec sa famille, elle voit son père, sa mère et sa tante guillotinés, son frère Louis-Joseph mourir de tuberculose et son frère Louis-Charles élevé par les révolutionnaires. En 1795, elle est échangée contre des prisonniers français et va vivre à la cour de son cousin François Ier (empereur d'Autriche). Elle épouse le 10 juin 1799 son cousin germain Louis de France (1775-1844) dont elle n'a pas d'enfants.

Né le 22 octobre 1781, fils aîné de Louis XVI et Marie-Antoinette, il est la joie et l'espoir du peuple français et de ses parents. Vers 1786, il développe une tuberculose, dont il mourra le 4 juin 1789 à l'âge de 8 ans. Intelligent et cultivé, il fait preuve d'une grande maturité et s'intéresse à la politique du pays, notamment à la tenue des États Généraux. Son frère Louis-Charles lui succède en tant que dauphin.

Né le 27 mars 1785 sous le nom de Louis-Charles de France, duc de Normandie, il est le deuxième fils de Louis XVI et Marie-Antoinette. On accuse faussement le comte de Fersen d'être son père biologique. Devenu dauphin à la mort de son frère, il est très proche de sa mère et, à la mort de son père, les monarchistes le proclament roi sous le nom de Louis XVII, à l'âge de 7 ans et demi. Les révolutionnaires l'enlèvent alors à sa mère, pour confier son éducation au cordonnier Antoine Simon et son épouse. Afin de nuire à Marie-Antoinette, des accusations d'inceste sont fabriquées. Il est ensuite retiré de la garde de Simon et emprisonné au Temple. Dans des conditions d'hygiène déplorables, il contracte lui aussi la tuberculose et en meurt le 8 juin 1795 de tuberculose à l'âge de 10 ans.

Né le 23 août 1754, 3e fils de Louis-Ferdinand de France et de Marie-Josèphe de Saxe, petit-fils de Louis XV, il épouse Marie-Antoinette d'Autriche en 1770 à l'âge de 15 ans et demi. Ce mariage est mal assorti car Marie-Antoinette n'est pas amoureuse de son mari, mais elle le respecte, alors que Louis XVI l'aime sans oser lui avouer. Il faudra attendre 8 ans avant que naisse leur premier enfant. Ils en auront 4, mais leur dernier enfant, Sophie-Hélène, morte à 1 an, n'est pas citée dans le manga.

Né le 4 septembre 1755 en Suède, fils du feld-maréchal Frederick Axel de Fersen, il fait un grand tour d'Europe pour parfaire son éducation. Il rencontre Marie-Antoinette au bal de l'Opéra le 30 janvier 1774 et tombe fou d'amour pour elle. Cet amour est réciproque mais étant dauphine de France, leur amour est impossible. Ils se voient souvent ce qui inquiète Oscar. Finalement, il repart en Suède ce qui attriste Marie-Antoinette. Il revient à la cour de France en août 1778, la reine est heureuse et cherche de plus en plus sa présence ce qui fait jaser la cour et le peuple. Quand elle apprend que Fersen compte se marier, elle ne peut retenir ses larmes, il lui avoue son amour tous comme elle et ils s'embrassent. Il lui promet de ne jamais se marier et de n'aimer qu'elle. Ne pouvant s'empêcher de côtoyer Marie-Antoinette et pour ne pas commettre d'adultère, il part pour les Amériques fin mars 1780 où il participe à la guerre d'indépendance des États-Unis sous les ordres du comte de Rochambeau. En juin 1784, il revient à Versailles pour la joie de Marie-Antoinette et Oscar qui commence à avoir des sentiments pour lui. La France entière accuse la reine d'avoir une relation charnelle avec Fersen, alors qu'il n'en n'est rien et on dit que son deuxième fils Louis-Charles né en 1785 est le fils de Fersen, ce qui est faux. Apprenant qu'Oscar est amoureuse de lui, il refuse de la revoir pour ne pas la faire souffrir. En 1791, il participe à la fuite de Varennes mais la famille royale et ramener à Paris. Ils s’envoient des lettres d'amours et il la rejoint à Paris où ils s'unissent pour la première fois. Obligé de partir de France, il recherche des fonds pour la famille royale. À la mort de Marie-Antoinette, il n'est plus lui-même et il meurt le 20 juin 1810 (date de la fuite de Varennes) assassiné par le peuple suédois.

Née le 8 septembre 1749, épouse de Jules de Polignac et ayant 6 ans de plus que la reine, elle devient comme une mère pour la jeune femme en mal d'affection. Sa famille est comblée par les faveurs royales, tire un immense profit de la manne que constituent les titres et les pensions dont elle est gratifiée et dont le total coûte à l'État un demi-million de livres par an. Oscar et le duc de Choiseul essayent de lui faire comprendre à la reine qu'elle est manipulée par la comtesse mais elle ne les écoute pas et elle fait de la comtesse, duchesse de Polignac. Elle a de plus en plus d'influence et fait subir au royaume des dépenses calamiteuses. Pour assoir son pouvoir, elle veut marier sa fille Charlotte de Polignac au duc de Guiche. Suite au suicide de celle-ci, elle cherche à donner au duc de Guiche sa fille Rosalie, qu'elle a eue à 15 ans avec Jacques de Valois-Saint-Rémy, son ancien amant. Celle-ci s'enfuit et la duchesse tombe en disgrâce.

  • Charlotte de Polignac

Née le 7 mai 1768, fille imaginaire de Gabrielle de Polignac et Jules de Polignac (1746-1817), elle est la demi-sœur de Rosalie. Son double dans la vraie vie est Aglaé de Polignac. Prétentieuse, elle ne supporte pas Rosalie, qui fréquente Oscar. Amoureuse d'Oscar, elle ne veut pas se marier au duc de Guiche plus vieux qu'elle. Rosalie la console et elles deviennent amies contre l'avis de Mme de Polignac. Désespérée, elle se suicide au grand damn de sa mère.

Née en 1764, fille de Gabrielle de Polastron, comtesse de Polignac et de Jacques de Valois-Saint-Rémy, elle est élevée par une ancienne servante de son père, Mme Lamorlière et avec sa demi-sœur Jeanne. Elle ne sait pas qui est sa vraie mère. Un jour Jeanne s'enfuit et laisse Rosalie et sa mère toutes seules. Suite à cela, Mme Lamorlière tombe malade et Rosalie est renvoyée de son travail. N'ayant plus d'argent, elle décide de se prostituer, rencontre Oscar par hasard qui est choquée de voir une fille aussi jeune se prostituer et lui donne de l'argent. Rosalie se trouve naïve d'avoir cru que tout s’arrangerait à la mort du roi Louis XV et que le roi et la reine seraient meilleurs, mais les prix sont de plus en plus élevés. Elle veut aller voir Jeanne pour qu'elle lui donne de l'argent mais celle-ci la fait fouetter par son fiancé Nicolas de La Motte. Elle trouve un nouveau travail chez Rose Bertin, elle est heureuse et au moment où tout semble aller mieux, sa mère est tuée par le carrosse de la comtesse de Polignac. Rosalie se jette sur le carrosse, accusant l’occupante de meurtre. La comtesse de Polignac réagit en disant que si elle veut se plaindre, qu'elle n'a qu'à aller à Versailles. Avant de mourir, Mme Lamorlière lui dit qu'elle n'est pas sa mère mais que c'est Martine Gabrielle, une noble dame. Bernard Châtelet, qui était là lors de la mort de Mme Lamorlière, paie les frais d'enterrement. Rosalie jure de se venger et va à Versailles pour tuer la meurtrière de sa mère. Elle croit la voir sortir de carrosse mais manque de tuer la mère d'Oscar qui s'interpose entre les deux. Elle se rend compte de son erreur et éclate en sanglots. Oscar lui dit qu'elle s'est trompée et qu'elle n'est pas à Versailles mais dans la demeure des Jarjayes. Elle est adoptée par la famille et porte les robes d'Oscar faites par Grand-Mère. Elle s'entraine avec Oscar pour le jour où elle se vengera. Peu à peu, elle tombera amoureuse d'Oscar. Celle-ci ne voit en elle qu'une sœur. Elle fait ses débuts à la cour et s'attire la jalousie de Charlotte de Polignac qui la ridiculise. Elle voit au cours d'un bal Mme de Polignac et tente de la tuer mais Oscar l'en empêche lui disant qu'elle sera tuée si elle le fait. Au final, elle annonce à Oscar et André qu'elle est fille de noble. André fait des recherches pour savoir qui est Martine-Gabrielle. Il voit que la comtesse de Polignac et la seule à porter ce nom et qu'elle est donc la mère de Rosalie. Mme de Polignac apprend par sa fille Charlotte le nom de Rosalie et au nom de Lamorlière se rend compte qu'elle est sa fille. Mme de Polignac change d’attitude et veut récupérer Rosalie mais celle-ci ne voit en elle que la meurtrière de sa mère adoptive. Mme de Polignac, à la mort de Charlotte, va faire du chantage à Rosalie, affirmant que si elle ne va pas chez elle, elle forcerait la reine à arrêter Oscar. Par amour pour elle, elle va chez les Polignac contre son gré. Oscar tente de l'en empêcher mais Rosalie insiste en lui disant que les Polignac sont plus fortunés que les Jarjayes. Oscar ne la croit pas mais la laisse partir. Obligée de se marier à un homme qu'elle ne connaît pas, elle s'enfuit et retourne à Paris. Elle rencontre Oscar et retourne chez elle. Elle se fait capturer par le Masque Noir ; Oscar la libère. Suite à un combat entre Oscar et le Masque Noir, elle tire sur celui-ci qui se révèle être Bernard Châtelet. Elle s'en veut mais il lui pardonne et elle tombe amoureuse de lui. Quand Oscar s'en rend compte, il laisse partir Bernard et Rosalie va vivre avec lui à Paris. Mariée, elle vit sa vie tranquillement et elle est contente de revoir Oscar. À la mort d'Oscar, elle est très malheureuse. Quand la reine est emprisonnée, Rosalie s'occupe d'elle et pleure lors de sa mort.

  • Bernard Châtelet

Journaliste à Paris, il est en admiration devant Maximilien de Robespierre. Devenu le Masque Noir, il vole les riches pour redistribuer aux pauvres. Pris au piège par André et Oscar, il capture Rosalie. Ayant pris une balle par Rosalie, il est fait prisonnier chez les Jarjayes. Rosalie s'occupe de lui et il lui avoue qu'elle ressemble à sa mère qui est morte quand il était enfant. Ils s'embrassent et Oscar les surprend. Ils retournent tous les deux à Paris où ils se marient. Il fait des discours politiques et intervient pour faire sortir les soldats d'Oscar de prison. Il fait un discours pour la prise de la Bastille.

Née en 1764 tous comme Rosalie, elle est un peu plus âgée (dans la vraie vie, elle est née en 1756). Fille de Mme Lamorlière et Jacques de Valois-Saint-Rémy, elle veut absolument changer de mode de vie et devenir quelqu'un d'important. Elle abandonne sa mère et Rosalie suite à une dispute et elle est adoptée par la marquise de Bougainvilliers. Au bout de 3 ans, elle a tout d'une dame et se marie à Nicolas de La Motte. Elle le fait comte et ensemble, ils tuent la marquise en la faisant basculer d'une rembarde. Pour avoir plus d'argent, elle dit au cardinal de Rohan qu'elle est une intime de la reine et ce-dernier la croit. Il lui verse de l'argent croyant qu'il revient à la reine qui le déteste. Elle lui organise un rendez-vous avec la reine pour l’escroquer encore plus, en fait c'est une prostituée, Olivia, qui ressemble vaguement à la reine, qui joue le rôle. Croyant avoir vu la reine, il donne de plus en plus d'argent à Jeanne. Un jour, elle voit un magnifique collier coûtant très cher, Jeanne dit au Cardinal que la reine le veut mais que cela doit rester secret. Il l'achète et Jeanne le donne à son mari qui va le vendre en Angleterre. Le joailler se rend compte qu'il n'est pas payé et envoie un message à la reine qui n'en comprend pas le sens. La supercherie est découverte et Jeanne est jugée. Elle raconte des mensonges pour se sauver et dit que c'est la reine qui a tout manigancé. Elle dit qu'elles sont amantes et que la reine est lesbienne. Jeanne est condamnée à la prison à vie. La même peine est appliquée à son mari Nicolas. Cependant, le cardinal de Rohan est innocenté et cela ne plaît pas à la reine. Cette affaire est appelée « Affaire du collier de la reine ».

  • Alain de Soissons (de la Vigne dans le dessin animé)

Soldat français, noble mais pauvre. Il a une sœur Diane, qu'il aime beaucoup. D’abord hostile à Oscar, il s'adoucit après le suicide de Diane qui l'admirait. Il est courageux et jaloux d'André, étant donné qu'il est aussi amoureux d'Oscar, mais il essaie de cacher ses sentiments. Il tente de faire renvoyer Oscar sans succès car, au final, Oscar devient sympathique aux autres soldats. Il volera un baiser à Oscar qui se débattra mais André interviendra et le menacera de son poing. Devant l'air désespéré d'Alain, il arrêtera son geste et le laissera partir. Il tentera d'empêcher André d'aller au combat mais celui-ci voudra absolument y aller et donc décide de le protéger. À la mort d'André, il tente de protéger Oscar qui est touchée par une balle et qui meurt à ses côtés.

  • Autres personnages important :
  • Louis XV, roi de France et de Navarre. Grand-Père de Louis XVI .
  • Madame du Barry, maîtresse de Louis XV, ennemie de Marie-Antoinette.
  • Diane de Soissons, sœur d'Alain.
  • Les soldats français.
  • La mère d'Oscar.
  • Le général de Jarjayes, père d'Oscar.
  • Le général de Girodelle : amoureux d'Oscar, il est un moment son prétendant.
  • Le peintre.
  • Maximilien de Robespierre, avocat puis député.
  • Louis Antoine de Saint-Just, député et cousin de Bernard.
  • Louis-René de Rohan, cardinal-évêque de Strasbourg.

PublicationModifier

Le manga a été prépublié dans le magazine japonais Margaret de 1972 à 1973.

Liste des volumes chez KanaModifier

  1. Tome 1 (novembre 2002) (ISBN 2-87129-478-X)
  2. Tome 2 (décembre 2002) (ISBN 2-87129-479-8)
  3. Tome 3 (septembre 2005) (ISBN 2-87129-822-X)

Le tome 3Modifier

Ce tome se divise en 4 histoires différentes.

  1. Loulou et la poupée qui l'accompagne
  2. Le fils du général de Jarjayes ?!
  3. Le pirate turc et la religieuse
  4. L'élixir du diable

Ce troisième tome raconte les aventures d'un personnage de la série : Loulou de la Rolancy (elle est apparue dans le tome 2 au niveau de l'histoire annexe). Cette petite fille espiègle qui n'a pas sa langue dans sa poche est la fille de l'aînée de la famille des Jarjayes, et donc la nièce d'Oscar. Cette fillette ne tient pas en place et ne manque pas de culot. Elle est toutefois gentille et très rusée pour son âge. Elle est en visite chez les Jarjayes qui doivent parfaire son éducation et la transformer en vraie demoiselle...

AdaptationsModifier

Série animéeModifier

  • D'octobre 1979 à 1980, une adaptation animée du manga a été produite au Japon : Lady Oscar (ベルサイユのばら, Berusaiyu no bara).

Film liveModifier

Films d'animationModifier

  • Un premier long métrage est sorti au Japon en 1990. Il reprend des extraits de la série TV, avec un nouveau doublage. À ne pas confondre avec l'épisode 41 de la série TV, inédit en France, qui est également un montage de morceaux de la série animée.
  • Toei Animation avait annoncé pour 2009 un long métrage, La Rose de Versailles, réalisé par Eisaku Inoue et mis en musique par Yoshiki. Peu d'informations filtraient sur le film, seul un film pilote ayant vu le jour. Le design devait être réactualisé, sur la base de celui vu dans le pachinko Berubara, et les dernières techniques d'animation par ordinateur devaient été utilisées pour la réalisation. Toei Animation n'a cependant jamais confirmé officiellement l'annulation du film.

Voir aussiModifier