Affaire du chalet Asama

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Affaire du chalet Asama
Le chalet Asama en 2009.
Le chalet Asama en 2009.

Localisation Chalet Asama, au pied du mont Asama, près de Karuizawa, île de Honshu, au Japon.
Coordonnées 36° 17′ 21″ nord, 138° 37′ 19″ est
Date Du 19 au
(heure normale du Japon)
Type Prise d'otage
Armes Fusils de chasse, armes de poing, bombes tuyaux
Morts 2 policiers et un civil tués, 5 membres de l’Armée rouge unifiée arrêtés
Blessés 26
Auteurs 5 militants de l'Armée rouge unifiée
Organisations Armée rouge unifiée
Mouvance Extrême gauche
Géolocalisation sur la carte : Japon
(Voir situation sur carte : Japon)
Affaire du chalet Asama

L’affaire du chalet Asama (あさま山荘事件, Asama sansō jiken?) est une prise d'otage qui s'est déroulée près de Karuizawa au Japon, du 19 au . Pendant dix jours, des membres de l’Armée rouge unifiée, barricadés dans un chalet de montagne avec une otage, résistent à une importante mobilisation policière. L’otage est finalement libérée et la police capture tous les preneurs d’otage vivants. Mais trois personnes ont perdu la vie et une dizaine d'autres ont été blessées. L’événement, l’assaut final du dernier jour en particulier, a été largement couvert par les médias.

Cette affaire met dramatiquement fin aux mouvements étudiants nés dans les universités japonaises au milieu des années 1960, discrédite les partis de gauche et renforce le Parti libéral-démocrate installé durablement au pouvoir.

Plus de trente ans après les faits, deux œuvres cinématographiques retracent la prise d'otage, au-delà de sa seule dimension de fait divers : The Choice of Hercules du cinéaste Masato Harada et United Red Army, un docu-fiction de Kōji Wakamatsu.

Contexte historiqueModifier

 
Étudiants manifestant dans le « quartier latin » de Tokyo.

Au milieu des années 1960, le Japon connaît une forte agitation étudiante ; sur les campus universitaires, les militants gauchistes sont particulièrement actifs. Au fil des années, cependant, la contestation s'essouffle : les associations étudiantes se divisent en groupes d'activistes de plus en plus radicaux et, dans tout le pays, la police japonaise multiplie les arrestations de militants[1].

En , constatant l’échec du mouvement étudiant, un groupe de militants trotskistes, issu de la Ligue des communistes, fonde la Faction armée rouge (FAR)[note 1]. Cette organisation d'extrême gauche, décidée à mener contre le gouvernement japonais une révolution armée, bascule alors dans la clandestinité[2]. Au début des années 1970, la police japonaise procède au démantèlement de nombreuses cellules autonomes de la FAR, impliquées dans des actes criminels (attaques de commissariats, pillages de banques, prises d'otages[note 2], etc.)[3]. En , voyant ses effectifs se réduire, la FAR s'unit à un groupuscule radical d'extrême gauche, dissident du Parti communiste japonais, la Fraction révolutionnaire de gauche (FRG)[note 3], pour former l’Armée rouge unifiée (ARU)[note 4],[4].

Début 1972, l’ARU, conjointement dirigée par Tsuneo Mori de la FAR et Hiroko Nagata de la FRG, se replie dans un chalet de montagne de Myōgi[note 5] (préfecture de Gunma) sous la menace de la répression policière qui s'intensifie[5]. Le , l’étau se resserre ; la police, qui a découvert, non loin du mont Haruna, l’une des plus récentes caches de l’ARU, arrête ses deux meneurs à Myōgi[6] puis, le 19, quelques autres membres du groupuscule à la gare de Karuizawa (préfecture de Nagano)[7]. Seuls cinq membres de l’organisation terroriste réussissent encore à échapper à la police.

La prise d'otageModifier

Le chalet AsamaModifier

Le , anticipant l’arrivée de la police, Hiroshi Sakaguchi[note 6] (25 ans, no 3 de l’ARU), Kunio Bandō[note 7] (25 ans, no 5 de l’organisation), Masakuni Yoshino[note 8] (23 ans, membre du comité central), Michinori Katō[note 9] (19 ans) et son frère Motohisa Katō[note 10] (16 ans), quittent à pied la cachette de Myōgi et trouvent refuge dans une auberge de montagne, le chalet Asama, un bâtiment de trois étages adossé au mont Asama. Ce mont est situé sur l’île de Honshu, au Japon. Il est plus précisément localisé dans la préfecture de Nagano, non loin de la ville de Karuizawa, à environ 140 km au nord-ouest de Tokyo[8]. Les cinq jeunes hommes, armés de fusils et de pistolets, se barricadent dans le chalet et prennent en otage la propriétaire Mme Yasuko Muta[7], seule occupante du chalet à ce moment-là.

Siège du chaletModifier

De retour d'une balade avec son chien, dans le froid glacial des montagnes de la région de Nagano, le mari de Mme Muta aperçoit les barricades obstruant les portes et les fenêtres du chalet ; il alerte immédiatement la police. Celle-ci, lancée sur les traces des militants radicaux de l’ARU depuis déjà plusieurs jours, arrive rapidement sur le lieu de la prise d'otage et prend position aux abords du chalet. Les forces de police, qui s'accumulent autour de l’auberge au fil des heures qui passent, mettent en place un important dispositif d'intervention et tentent, pendant plusieurs jours, de négocier la reddition des preneurs d’otage[9]. Mais ces derniers, déterminés à défendre chèrement leur vie, ne se manifestent que par quelques coups d'armes à feu qui font deux morts, dont un civil.

Intervention de la policeModifier

Le , au matin, l’auberge Asama est cernée par plus d'un millier d'agents de police[10]. L'inspecteur chargé de l'enquête, Atsuyuki Sassa[11] de l'Agence nationale de police, venu de Tokyo pour superviser l’opération policière en cours, a pour mission de sauver l’otage, de capturer les terroristes vivants et d'éviter les pertes parmi les policiers mobilisés[12]. C'est pourquoi il s'efforce d'abord d'affaiblir physiquement et psychologiquement les preneurs d’otage retranchés dans le chalet. Pour ce faire, il donne l’ordre de couper l’alimentation électrique du chalet, d'arroser le bâtiment à jets continus à l’aide de canons à eau et de lancer des grenades lacrymogènes près des ouvertures de l’édifice. Le soir, les preneurs d’otage sont maintenus éveillés par la diffusion à fort volume d'enregistrements de bruits de sirènes, de motos, de trains ou encore de tronçonneuses[13].

Assaut finalModifier

Au matin du , il neige et « des rangées de stalactites de glace pendent du toit et des balcons. Et, sous le soleil éclatant, le chalet Asama se changea en un château de glace »[14]. Pour le chef Sassa, il est temps de donner l’assaut.

À 10 h, à l’aide d'une boule de démolition installée devant le chalet, un conducteur d'engins de la police défonce la toiture et la seule porte d'entrée située au second étage du bâtiment[note 11]. Dans les ouvertures ainsi créées, les policiers lancent des grenades lacrymogènes et des torrents d'eau. Vers 11 h 30, la police pénètre dans le rez-de-chaussée, tandis qu'au second, un policier, qui tentait de se faufiler dans l’entrée, est grièvement atteint à la tête par une balle[15] (la balle ayant touché le cerveau, le policier mourra des suites de sa blessure).

Vers 16 h 30, alors que la nuit commence à tomber, l’un des frères Katō est appréhendé au second étage. Vers 18 h, après plusieurs tentatives infructueuses, la police investit la chambre du second étage, dans laquelle les trois derniers preneurs d’otage encore menaçants se sont repliés. À 18 h 30, la prise d'otage se termine après plus de 240 heures d'un face-à-face tendu entre les forces de l’ordre et les preneurs d’otage. Les quatre derniers preneurs d’otage encore actifs sont capturés et Mme Muta est évacuée hors du chalet saine et sauve. Selon son témoignage, Mme Muta n'a pas été maltraitée par les preneurs d’otage[16].

BilanModifier

À l’issue de la prise d'otage, la police déplore deux morts et vingt-six blessés dans ses rangs[17]. Un journaliste est à compter parmi les blessés, ainsi qu'un civil, Yasuhiko Tanaka. Ce dernier, venu le de Niigata, s'était mis en tête de sauver lui-même l’otage. Grièvement blessé à la tête alors qu'il tente de passer de la nourriture aux preneurs d’otage à travers une barricade, il meurt quelques jours plus tard[18].

Le , dans la soirée, le père de Kunio Bandō se suicide à Karuizawa[note 12],[19].

Couverture médiatiqueModifier

Le , de h 30 à 20 h 30, la télévision publique japonaise diffuse en direct l’assaut du chalet Asama[20],[21]. Elle enregistre alors une part d’audience moyenne de 50,8 %.

Vers 18 h 30, au moment où la prise d'otage prend fin, l’ensemble des chaînes de télévision qui retransmettent l’événement rassemblent une audience cumulée équivalente à une part d’audience de 89,7 %[22].

Pendant toute la durée de la prise d'otage, l’attention des médias japonais et du public se porte surtout sur le sort de l’otage, Mme Muta. À l’annonce de sa libération saine et sauve, le , tous les députés présents ce jour-là à la Diète applaudissent ; le Premier ministre, Eisaku Satō, retient ses larmes[23].

Suites de la prise d'otageModifier

Cette prise d'otage et les révélations publiques d'autres actes criminels commis au sein de l'ARU[24] jettent un discrédit général sur la mouvance d'extrême gauche et les mouvements étudiants. Dans le pays, les partis de droite, tirant profit de cette affaire, renforcent leur emprise sur l'espace politique japonais, la gauche est laminée[25], et la classe politique au pouvoir réaffirme la priorité de son projet de développement économique. La « Question sociale » (le sort des défavorisés, le productivisme, la protection de l'environnement, la présence militaire américaine), placée au centre des débats publics par les manifestations de la fin des années 1960, est reléguée au second plan[26].

Devenir des preneurs d’otageModifier

Les cinq membres de l'ARU sont d'abord placés en détention provisoire dans une prison de Nagano. [réf. nécessaire] Le plus jeune d'entre eux, Katō Motohisa, trop jeune à l'époque pour être pénalement poursuivi, est placé en maison de redressement le [27]. Les quatre autres terroristes sont incarcérés au centre de détention de Tokyo[28].

En 1973, les quatre preneurs d’otage, incarcérés à la prison de Tokyo, sont convoqués devant le tribunal du district de Tokyo où ils apprennent qu'un procès commun est prévu. La même année, Masakuni Yoshino et Michinori Katō obtiennent un procès séparé par l'intermédiaire de leur avocat[29].

En , cinq membres de l'Armée rouge japonaise, la branche internationale de l'ARU, prennent cinquante-trois personnes en otages dans les ambassades de Suède et des États-Unis à Kuala Lumpur, en Malaisie. Ils exigent, en échange des otages, une rançon et la libération de sept de leurs camarades détenus en prison à Tokyo, dont Kunio Bandō et Hiroshi Sakaguchi[30]. Le gouvernement japonais cède et fait libérer Kunio Bandō, qui quitte le Japon pour se réfugier en Libye[31]. Cependant, Sakaguchi décline l'offre de l'Armée rouge et reste en prison[32]. En , le nom et la photo de Kunio Bandō, 68 ans, figurent toujours sur la liste des personnes recherchées par la police nationale japonaise[33].

Le , Masakuni Yoshino est condamné à une peine de prison à vie et Michinori Katō à treize ans de prison ferme, une décision confirmée en appel en [34],[35]. En , Michinori est libéré sur parole[36]. Il devient technicien agronome dans sa ville natale et militant environnementaliste, directeur de l'antenne d'Aichi de la Société de protection des oiseaux du Japon[37]. En 2007, Masakuni Yoshino est toujours incarcéré à la prison de Chiba, centre de détention accueillant les détenus condamnés définitivement à de longues peines[38].

Le , Sakaguchi est condamné à mort. Incarcéré à la prison de Tokyo, il publie trois livres[note 13] dans lesquels il expose sa vision des faits et exprime des remords. Le , son recours en appel est rejeté ; le la Cour suprême du Japon confirme le maintien de sa condamnation à mort[39]. Un nouveau recours en appel est rejeté par la Cour suprême du Japon en [40].

Tableau récapitulatif des condamnations
Nom Condamnation Commentaire
Katō Motohisa Maison de redressement Mineur à l'époque des faits (16 ans)
Hiroshi Sakaguchi Condamné à mort Détenu à la prison de Tokyo
Kunio Bandō Aucune Jamais jugé (libéré dans le cadre d'un échange d'otages, toujours recherché par la police)
Masakuni Yoshino Prison à vie Détenu à la prison de Chiba
Michinori Katō 13 ans de prison ferme Libéré en 1987

Devenir des autres personnes impliquéesModifier

Mme Muta, l'otage, passe quelques jours en observation à l'hôpital puis retourne à Karuizawa où elle trouve un emploi dans une autre résidence hôtelière[41]. Une fois libérée, elle fait des déclarations à la police et à la presse avant de ne plus jamais parler de cette expérience[39].

Fin 1972, l'inspecteur chargé de l'enquête, Atsuyuki Sassa, est promu chef du bureau des investigations du service de sécurité de l'Agence de la police nationale[25].

Mémoire de l'événementModifier

Le chalet Asama, devenu une attraction touristique, est transformé en centre de loisirs en 2008 puis en atelier d'art. En 2011, il est racheté par une entreprise chinoise[42].

Chaque année, depuis 1973, une cérémonie commémorative est organisée à Karuizawa pour rendre hommage aux deux policiers morts au cours de la prise d'otage[43].

En 2002 sort au Japon The Choice of Hercules, un long métrage du cinéaste Masato Harada qui retrace l'affaire du point de vue des forces de l'ordre en s'inspirant des mémoires d'Atsuyuki Sassa.

Le cinéaste japonais Kōji Wakamatsu réalise en 2007 le docu-fiction United Red Army, retraçant la dérive meurtrière de l'Armée rouge unifiée, de sa formation en 1971 jusqu'à la prise d'otage du chalet Asama. Le film, qui dure plus de trois heures, contient une séquence de 45 minutes reconstituant la prise d'otage du point de vue de ses auteurs.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Faction Armée Rouge (赤軍派, Sekigun ha?).
  2. Le 31 mars 1971, neuf militants de la FAR détournent un avion de la compagnie Japan Airlines vers la Corée du Nord.
  3. Fraction révolutionnaire de gauche (京浜安保共闘, Littéralement, Comité de lutte Tōkyō-Yokohama contre le Traité de sécurité nippo-américain?, Keihin Ampo Kyōtō).
  4. Armée rouge unifiée (連合赤軍, Rengō Sekigun?).
  5. En mars 2006, le bourg de Myōgi a été intégré à la ville de Tomioka (préfecture de Gunma).
  6. Hiroshi Sakaguchi (坂口弘, Sakaguchi Hiroshi?) est né le à Futtsu (préfecture de Chiba). Étudiant à la faculté des sciences de la pêche de l'université océanographique de Tokyo à la fin des années 1960, il devient militant d'extrême gauche puis, au début des années 1970, membre de l'ARU. Au moment des faits, il est marié à Hiroko Nagata.
  7. Kunio Bandō (坂東國男, Bandō Kunio?) est né le à Ōtsu (préfecture de Shiga). C'est un ancien étudiant à la faculté d'agronomie de l’université de Kyoto.
  8. Masakuni Yoshino (吉野雅邦, Yoshino Masakuni?) est né le à Suginami (préfecture de Shiga). Il est étudiant de l’université nationale de Yokohama.
  9. Michinori Katō (加藤倫教, Katō Michinori?) est né en 1952 à Kariya (préfecture d'Aichi). Ancien élève du lycée privé Tokai de Nagoya, il est membre actif de l’ARU au moment des faits.
  10. Motohisa Katō (加藤元久, Katō Motohisa?) est né en 1956 à Kariya (préfecture d'Aichi). Il est élève au lycée technique Higashiyama de Nagoya et membre actif de l’ARU au moment des faits.
  11. Le rez-de-chaussée et le premier étage ne sont pas accessibles directement ; l’unique porte d'entrée du chalet se trouve au second et on y accède par un chemin pentu à flanc de montagne (D. Bayley 1978, p. 160).
  12. Dès le début de la prise d'otage, les parents de Kunio Bandō sont contactés par la police chez eux à Ōtsu près de Kyoto. Ils se rendent à Karuizawa pour assister la police qui tente alors de négocier avec les preneurs d’otage. Les demandes de reddition adressées à leur fils par mégaphone sont restées sans effet.
  13. Le premier livre de la série s'intitule : « Chalet Asama 1972 » (あさま山荘 1972, Asama Sansō 1972?) (OCLC 29752522).

RéférencesModifier

  1. (en) Akemi Nakamura, « « We did not leave anything positive », says ex-radical », sur www.japantimes.co.jp, (consulté le 19 mars 2016).
  2. M. Prazan 2002, p. 21-22.
  3. M. Prazan 2002, p. 33-34.
  4. « United Red Army : le fond de l’air est vraiment rouge », sur www.bakchich.info (consulté le 29 mai 2015).
  5. M. Prazan 2002, p. 58.
  6. M. Prazan 2002, p. 59.
  7. a et b M. Prazan 2002, p. 61.
  8. M. Prazan 2002, p. 70.
  9. M. Prazan 2002, p. 62-63.
  10. M. Prazan 2002, p. 64.
  11. M. Prazan 2002, p. 55.
  12. P. Katzenstein 1998, p. 88.
  13. D. Bayley 1978, p. 161.
  14. (ja) Ōizumi Yasuo, 氷の城 : 連合赤軍事件・吉野雅邦ノ-ト, Shinchōsha,‎ , 282 p. (ISBN 4104224014, OCLC 41078863), p. 156.
  15. M. Prazan 2002, p. 69.
  16. M. Prazan 2002, p. 68-69.
  17. (ja) Nagano Prefecture, « 長野県警察50年の主な事件・事故(昭和40~49年) », sur le site de la préfecture de Nagano,‎ (consulté le 8 juin 2015).
  18. M. Prazan 2002, p. 65.
  19. M. Prazan 2002, p. 63-64 et 70-71.
  20. M. Schreiber 1996, p. 208.
  21. (ja) NHK, « みのがし なつかし: あさま山荘事件 » [« Retour en arrière et nostalgie : l'Affaire du chalet d'Asama »] [vidéo], sur NHKアーカイブス (consulté le 26 juin 2015).
  22. (en) « Real-time TV experience: Asama-Seno Incident », « 50 Years of NHK Television » (consulté le ).
  23. J. M. Chun 2006, p. 237.
  24. La fouille des caches de l'ARU par la police et les aveux des militants arrêtés permettent la mise au grand jour de quatorze cadavres de membres du groupuscule victimes d'une purge interne sanglante commencée en (M. Prazan 2002, p. 37-55).
  25. a et b M. Prazan 2002, p. 73.
  26. (en) Roger Pulvers, « Mammon and myopia: Japan’s governing ’70s legacy », sur www.japantimes.co.jp, (consulté le 19 mars 2016).
  27. M. Prazan 2002, p. 153.
  28. M. Schreiber 1996, p. 214.
  29. Ōizumi Yasuo 2002, p. 96, 205-208, 214.
  30. M. Prazan 2002, p. 150-153.
  31. (en) The Japan Times, « Wanted Red Army member left trail in Philippines », sur www.japantimes.co.jp, (consulté le 22 juin 2015).
  32. M. Prazan 2002, p. 154.
  33. (ja) Fukuoka prefectural police, « 国際手配中の日本赤軍 » [« Membres de l'Armée rouge japonaise recherchés à l'international »], sur www.police.pref.fukuoka.jp (consulté le 12 juin 2016).
  34. M. Prazan 2002, p. 72.
  35. Ōizumi Yasuo 2002, p. 9, 234.
  36. Ōizumi Yasuo 2002, p. 9.
  37. (ja) Aichi Prefecture, « 海上の森・県民参加の組織づくり準備会合プロフィール » [« Forêt Kaisho : organisation de la réunion préparatoire à la création d'une organisation citoyenne »], sur www.pref.aichi.jp,‎ (consulté le 8 juin 2015).
  38. AlloCiné, « United Red Army : les secrets du tournage », sur www.allocine.fr (consulté le 19 mars 2016).
  39. a et b M. Schreiber 1996, p. 217.
  40. (en) The Japan Times, « Top court rejects United Red Army member’s appeal », sur www.japantimes.co.jp, (consulté le 12 mars 2013).
  41. M. Schreiber 1996, p. 215.
  42. (ja) The Asahi Shimbun Company, « 浅間山荘、中国系企業の手に 元活動家「歴史の皮肉」 », sur www.asahi.com,‎ (consulté le 22 juin 2015).
  43. (ja) The Asahi Shimbun Company, « 長野)殉職警官の慰霊式典 あさま山荘事件から43年 », sur www.asahi.com,‎ (consulté le 21 juin 2015).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) David H. Bayley, Forces of Order : Police Behavior in Japan and the United States, University of California Press, , 201 p. (ISBN 0520036417).  
  • (en) Jayson Makoto Chun, A Nation of a Hundred Million Idiots? : A Social History of Japanese Television, 1953 - 1973, Routledge, , 304 p. (ISBN 1135869774).  
  • (en) Peter J. Katzenstein, Cultural Norms and National Security : Police and Military in Postwar Japan, Cornell University Press, , 328 p. (ISBN 0801483328).  
  • (fr) Michaël Prazan, Les Fanatiques : Histoire de l’Armée rouge japonaise, Paris, Seuil, coll. « L’Épreuve des faits », , 324 p. (ISBN 2020486865).  
  • (en) Mark Schreiber, Shocking Crimes of Postwar Japan, Tuttle Publishing, , 312 p. (ISBN 4900737348).  
  • (ja) Ōizumi Yasuo, 「あさま山荘」籠城 (« Asama Sansō » Rōjō) : 無期懲役囚・吉野雅邦ート (Mukichōeki shū, Yoshino Masakuni Nōto) [« Affaire Asama Sensō : arrêté et emprisonné à vie (Notes de Masakuni Yoshino) »], Tokyo, Shōdensha, coll. « 祥伝社文庫 »,‎ , 362 p. (ISBN 4396330383).  

Articles connexesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 10 avril 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 10 avril 2016 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.