La Fédération

La Fédération est un mouvement fédéraliste français fondé en 1944 qui cherche à promouvoir un État décentralisé dans une France fédérale et une Europe des nations.

La Fédération
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
LFVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique
Objet social
Promouvoir un mouvement d'opinion en faveur de l'intégration politique, économique et sociale des différents pays d'Europe par la décentralisationVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Organisation
Fondateurs
Jacques Bassot (d), Max Richard (d), André Voisin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Identifiants
RNA

La Fédération a notamment :

HistoriqueModifier

La Fédération naît en octobre 1944[1] sous le nom de Centre d’études institutionnelles pour l’organisation de la société française; elle est déclarée à la préfecture de police de Paris au mois d’. Ses fondateurs sont André Voisin (pseudonyme d'André Bourgeois), Jacques Bassot (1907-1996), administrateur de la Compagnie des machines Bull de 1932 à 1964, et président-directeur général de sa propre entreprise de conditionnement d’air à partir de 1946[2], Max Richard, Jean Daujat, Jean Bareth et Jean-Maurice Martin, alors chargé de mission au ministère des prisonniers, déportés et réfugiés (1944-1945).

Le politiste Antonin Cohen a montré que la Fédération est issue des milieux corporatistes ayant hérité des réflexions du catholicisme social, de la Jeune Droite catholique et maurrassienne des années 1930 et accueilli favorablement l'idéologie communautaire de la Révolution nationale. La rhétorique fédéraliste a été substituée à celle du corporatisme communautaire. Bassot a dirigé les services parisiens de l’Office des comités sociaux fondé en 1941, Voisin a été le premier directeur de cet Office. Bassot a été aussi le directeur du service d'information et de propagande de l'Institut d'études corporatives et sociales; Voisin y a enseigné et dirigé son Collège d'études syndicales et corporatives. Jean Bareth et Jean Daujat ont aussi enseigné à l'IECS[3].

Le nom complet de l'association est « Le Mouvement fédéraliste français - La Fédération ». Elle devient l'une des nombreuses organisations fédéralistes françaises et plus largement européennes[4]. Le mouvement a pour objet social : « promouvoir un mouvement d'opinion en faveur de l'intégration politique, économique et sociale des différents pays d'Europe par la décentralisation »[5].

La circulaire interne du mouvement ne devient une véritable revue, Fédération, qu'en 1947, date de l'essor du mouvement[6]. Une Société à responsabilité limitée est constituée au début de l'année 1947 pour l'appuyer. Elle est appelée Les études fédérales. André Voisin est son gérant, et les autres associés sont Jacques Bassot, René Bazin de Jouy[7], Jean de Fabrègues, ancien de la jeune droite catholique, Marcel Felgines, autre ancien militant corporatiste, qui a aussi enseigné à l'Institut d'études corporatives et sociales, Eugène Hervouet, Pierre Masquelier, Max Richard, qui est aussi un ancien de L'Insurgé à l'instar d'André Voisin, et Luc Robert.

L'équipe rédactionnelle de la revue mensuelle Fédération, dirigée par Max Richard[8]est alors constituée de Voisin, Robert Aron, Daniel-Rops, l'économiste catholique et corporatiste Louis Salleron, Daniel Halévy, Thierry Maulnier, Robert Favre, Claude Saint-Jean, le Belge Marcel de Corte selon Olivier Dard. D'autres les rejoignent ensuite comme Bertrand de Jouvenel en 1951[9]. Selon le biographe de Daniel Halévy, ses membres sont, outre ce-dernier, Voisin, Aron, Maulnier, Gabriel Marcel, Hyacinthe Dubreuil, Paul Sérant, Georges Vedel, Bertrand de Jouvenel, Maxime Leroy[10]. En 1948, La Fédération se donne un « comité directeur » composé de Jacques Bassot et André Voisin, avec René Bazin de Jouy, Lucien De Broucker, patron d'une petite entreprise de métallurgie et délégué général de l'Union des chefs d'entreprise-Action pour des structures humaines (UCE-ACT), Jean de Fabrègues, Marcel Felgines, Raymond Marcellin, qui a été le secrétaire général de l'Institut d'études corporatives et sociales, Robert Aron, Alexandre Marc, Claude-Marcel Hytte, ancien communiste devenu un socialiste libertaire et antitotalitaire, fondateur en 1945 des Cercles socialistes, fédéralistes et communautaires pour une République moderne[11], le député Robert Bichet, François Mitterrand[12].

En , la SARL Les études fédérales change de nom et devient la revue Fédération, au capital de 500 000 francs, apportés par André Voisin (240 000 francs), l'homme d'affaires Eugène Schueller (100 000 francs), Jacques Bassot (70 000 francs), Daniel Halévy (50 000 francs), Bertrand Motte, Louis Salleron, René Bazin de Jouy et son gérant Max Richard (10 000 francs chacun)[13].

Parmi les collaborateurs plus ou mois réguliers de la revue Fédération, on relève aussi Claude-Joseph Gignoux, Jean-François Gravier, François Perroux, Louis Rougier, Gilbert Maire[14].

L'association a bénéficié de l'appui financier du Conseil national du patronat français de Georges Villiers et celui de l'industriel grenoblois Jacques Bouchayer[15], issu du Parti républicain de la liberté[16]; il a été un temps trésorier de l'association[17].

Les dirigeants de la Fédération sont liés à d'autres associations, parfois issues de ses rangs, et occupent des fonctions dans d'autres organisations, ce qui permet d'accroitre leurs réseaux. Ainsi, André Voisin est à la fois le dirigeant de l'association et l'animateur du Mouvement national des élus locaux (MNEL), fondé en 1953. Les deux organisations tiennent d'ailleurs leur congrès en 1959 le même jour dans la même ville, à Beaune, dont le maire est le sénateur Roger Duchet, membre de La Fédération et président-fondateur du MNEL[18]. Max Richard est membre du comité directeur du MNEL[19]. Jean-Maurice Martin, démographe, est à la fois secrétaire général de la Fédération à la fin des années 1950[20], secrétaire général[21] puis vice-président à partir de 1962 de l'Union nationale des combattants (UNC), secrétaire général en 1968 du Mouvement national pour la décentralisation et la réforme régionale, dont Voisin est l'un des vice-présidents, conseiller technique à la délégation à l'information du Conseil national du patronat français (CNPF) à partir de 1968[22]. Gilbert Gauer (1920-1983), délégué général de La Fédération, est un élu local membre du MNEL comme André Voisin - il est adjoint au maire de Meudon à partir de 1953 et maire de 1971 à sa mort -, vice-président de l'Union internationale des maires, de l'Association française des communes d'Europe et du Mouvement national pour la décentralisation et la réforme régionale, secrétaire général de sa fondation en 1952 à 1969 de la Conférence nationale des comités régionaux d’étude pour la mise en valeur de la France[23], délégué général du Comité national des économies régionales, secrétaire général du Comité national des 39/45 de l'UNC, membre du comité directeur du Parti républicain de la liberté à partir de 1946 puis membre du Centre national des indépendants et paysans[24],[25]. C'est au siège de l'UNC que Voisin, Gauer, Bassot, font connaitre leur avis positif sur le Référendum constitutionnel français de 1958, aux côtés de sympathisants ou membres de la Fédération comme Gabriel Marcel, Brigitte Luc, présidente de la fédération nationale des femmes, le syndicaliste catholique André Malterre[26]. Jacques Bassot préside deux associations catholiques, l'Union départementale des associations familiales de la Seine[27], et l’Association pour l’étude des questions religieuses, fondée en 1949 et qui s’est appelée par la suite Doctrine et vie ; elle appuie le Centre d’études religieuses de Jean Daujat, en publiant notamment son bulletin trimestriel. Bassot a été l’un des 6 élèves avec lesquels Daujat fonda son centre en 1925[28]. Il a fondé et appuyé les éditions Le Portulan, qui publient des ouvrages sur le fédéralisme et le régionalisme, à commencer par le livre de Jean-François Gravier, Paris et le désert français[29]. Il est aussi membre au début des années 1960 du comité de l’éphémère Association pour la meilleure sécurité sociale (APMSS), animée notamment par Claude Harmel et liée au Centre d'études politiques et civiques (CEPEC). Des dirigeants tel Max Richard et des membres du comité de rédaction de Fédération (Hyacinthe Dubreuil, Bertrand de Jouvenel, Georges Vedel, Claude Harmel, Marcel de Corte, Paul Sérant, Gustave Thibon) et des collaborateurs plus ou moins réguliers de la revue (Serge Jeanneret, Jean-François Gravier, Louis Rougier, le syndicaliste Jacques Tessier, l'économiste allemand Wilhelm Röpke, Daniel Villey, etc.) ont participé aux dîners et aux débats du CEPEC dont Louis Salleron est l'un des fondateurs et animateurs. Son premier président, Alfred Pose, a publié dans Fédération en mai 1954 un article intitulé « Plaidoyer pour une réforme de la constitution »; c’est la retranscription d’une conférence de Pose donnée au CEPEC le mois précédent. À partir des années 1960, La Fédération est proche d'une agence de presse destinée aux petits périodiques de province, l'Agence coopérative interrégionale de presse (ACIP), lancée en 1960 par le CEPEC. Jacques Jira (1928-2000), rédacteur en chef du XXe siècle fédéraliste, est le secrétaire de rédaction de l'ACIP puis son dirigeant jusqu'à sa mort en 2001. Serge Plenier, rédacteur en chef de la revue du Centre de Formation des élus locaux et rédacteur au XXème siècle fédéraliste, membre du comité directeur de La Fédération, en assure ensuite la rédaction en chef jusqu'à son décès en 2018[30].

Ce mouvement a eu plusieurs milliers d'adhérents à la fin des années 1940 et dans les années 1950 et a été appuyé par des journaux à cette époque. Il est désormais peu connu du grand public, ne cherchant plus à se mettre en avant des médias et préférant rester un catalyseur d'idées.

Il est depuis 1990[31] sous la responsabilité de Joël Broquet, secrétaire général, et de son président Laurent Grégoire, par ailleurs fondateur[32] de la section nationale française du Parlement européen des jeunes.

PériodiquesModifier

La Fédération a lancé plusieurs périodiques, à partir de sa Circulaire intérieure de la Fédération (1944-1946). Ont suivi Fédération: revue de l'ordre vivant, de 1947 à 1956, le Bulletin fédéraliste (1948-1953), Le XXe siècle fédéraliste, à partir de 1954, Les enjeux de l'Europe, revue diffusée aux décideurs politiques et économiques des pays d'Europe en trois langues à 10 000 exemplaires[33] ; notamment Les enjeux technologiques de l'Europe, publié en 2007 et dont le sommaire annonçait notamment : Jacques Delors, Bernard Bosson (L'Europe doit rester maître de son destin !), Henry Plumb (Préserver l'idéal européen), Franz Josef Strauß (La force de l'Europe : sa matière grise), Pierre Aigrain (Le handicap des barrières nationales, Frédéric d'Allest, Yves Sillard, Henri Delauze, Jean Teillac, Jérôme Monod (Vers un « service » européen), Jacques Poly, Patrick Ricard, Philippe Lazar, Jean Gandois, Jean-Marie Caro (Pas d'unité européenne sans défense commune), Paul Graziani, Marcel Rudloff (Alsace, Bade-Wurtemberg et Bâle vers une région européenne modèle), Charles Béraudier, (Rhône-Alpes : l'atout-recherche), Jacques Servier, François Ceyrac, Étienne Davignon, Laurent Grégoire, président exécutif de la Fédération, Une solidarité de fait, Joël Broquet, secrétaire général de la Fédération, Les bons dossiers, etc.

ObjetModifier

Le mouvement fédéraliste « La Fédération » s'inspire des idées du corporatisme catholique et communautaire, renouvelées avec un nouveau vocabulaire[34], et des thèses proudhoniennes en appliquant le principe fédéraliste à l’organisation de la société. C'est un catalyseur d’initiatives œuvrant pour la décentralisation, l’unification européenne et le développement des corps intermédiaires dans la société.

Le mouvement fédéraliste cherche à promouvoir le principe de subsidiarité qui devrait s’appliquer ainsi tant de façon verticale (la commune, le « pays », la région, la nation, l’Europe) que de façon horizontale (répartition des fonctions entre les corps intermédiaires de la société : institutions politiques, entreprises, syndicats, familles, associations, Églises, etc.).

Le principe de subsidiarité au sens européen est ainsi défini dans le Traité sur l'Union européenne, aussi appelé « Traité de Maastricht » : « La Communauté agit dans les limites des compétences qui lui sont conférées et des objectifs qui lui sont assignés par le présent traité. Dans les domaines qui ne relèvent pas de sa compétence exclusive, la Communauté n'intervient, conformément au principe de subsidiarité, que si et dans la mesure où les objectifs de l'action envisagée ne peuvent pas être réalisés de manière suffisante par les États membres et peuvent donc, en raison des dimensions ou des effets de l'action envisagée, être mieux réalisés au niveau communautaire. L'action de la Communauté n'excède pas ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs du présent traité. »[35].

Tendance politiqueModifier

Ce mouvement dépasse les clivages politiques. En effet, au sein du comité directeur, siègent ou ont siégé[36] par exemple François Mitterrand (jusqu'en 1956)[31], Jacques Chaban-Delmas, Antoine Pinay, Roger Duchet, René Coty, Raymond Marcellin, Jean Lecanuet, Germaine Peyroles, Jacques de Maupeou, Henri Barré[37], Jean-Marie Daillet, Nicole Fontaine (à partir des années 1990[38]), Maurice Schumann (président de La Fédération en région Nord)[39]. La Fédération est cependant anticommuniste. Dans le contexte de la guerre froide, certaines de ses initiatives en faveur de l’unité européenne marquent une volonté de défense de la civilisation chrétienne[40].

Le mouvement fédéraliste « La Fédération » est le seul mouvement qui adhère[41] à la fois au Mouvement européen, depuis 1948, et à l'Union paneuropéenne internationale[42].

ActionsModifier

Le mouvement fédéraliste « La Fédération » mène une action depuis 60 ans dans de nombreux secteurs, en faveur de l'intégration européenne et en faveur d'une France décentralisée.

Pour la construction européenneModifier

La Fédération a contribué à fonder des mouvements fédéralistes transnationaux comme en décembre 1946, dans ses locaux, l'Union européenne des fédéralistes (UEF) ou en 1950 le Conseil européen de vigilance (CEV), pour la constitution d’un gouvernement et d’un Parlement fédéraux, dans le contexte de la formation du Conseil de l'Europe l'année précédente[43],[44]. Des personnalités membres de l'association se sont cependant éloignées d'elle, comme Henri Frenay, président de l'UEF, qui rompt publiquement avec elle en 1953 lors d'une réunion à laquelle il l'était pas convié alors qu'il est membre de son comité directeur[45],[46], ou Alexandre Marc, estimant que Voisin est trop conciliant avec les hommes politiques et parce que Marc professe un fédéralisme maximaliste[47], d'où quelques controverses[48]. La Fédération rompt avec l'UEF et l'Union française des fédéralistes (UFF) en 1953, non sans polémiques[49] et rejoint le Centre d'action européenne fédéraliste (AEF), une organisation rivale fondée en 1956, regroupant, outre La Fédération, l’Europa-Union allemande, le Mouvement fédéraliste néerlandais, la Federal Union britannique et d’autres groupements fédéralistes en Belgique, au Luxembourg, au Danemark et en Italie[50],[51]. L'UEF et l'AEF se rapprochent par la suite et s'unissent en 1972-1973 dans le Mouvement fédéraliste européen[52].

L'association a agi pour la création des premiers jumelages européens, avec la fondation en 1951 du Conseil des communes d'Europe au siège du Centre européen de la culture de Denis de Rougemont, à Genève. Sa branche française est fondée la même année et animée par Jean Bareth, son secrétaire général, jusqu'à sa mort en 1969, par ailleurs maire-adjoint de Boulogne-Billancourt. Elle est présidée par des élus, le radical-socialiste Édouard Herriot puis le socialiste Gaston Defferre. Le rituel de jumelage conçu par les dirigeants de La Fédération est mis en œuvre pour la première fois à l’occasion du congrès de cette association à Troyes en novembre 1951[53],[54],[55].

La Fédération a favorisé des initiatives en faveur du rapprochement franco-allemand[56].

Elle a soutenu les initiatives gouvernementales comme la Communauté européenne de défense[57] , même si des cadres de l'association y ont été hostiles et l'ont alors quittée, comme Louis Salleron en 1954, le Traité instituant la Communauté économique européenne en 1957, l'entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun[58], même si Max Richard, directeur des études et délégué général de La Fédération, a émis des réserves sur le référendum sur l'élargissement des Communautés européennes de 1972[59]. Elle a critiqué la politique gaullienne réservée à l'égard de la CEE, notamment sa politique de la chaise vide en 1965-1966. La Fédération rappelle alors ses convictions : « L'avenir de la France est lié à la solidarité de l'Occident, à la construction progressive d'une Europe unie, (...) les États-Unis d'Europe dotés d'un gouvernement fédéral, d'un Parlement composé d'une assemblée des peuples et d'une assemblée des États, et d'une Cour suprême de justice qui garantirait une charte de l'homme et des communautés »[60]. Et appelle à la poursuite de la construction européenne[61].

Ces dernières années, « La Fédération » a notamment été un membre actif du Comité d’action pour l’Union européenne, issu du cercle Chateaubriand qu’elle avait fondé. Elle participe actuellement aux activités du Carrefour des acteurs sociaux et au développement du « Partenariat Eurafricain »[41].

La Fédération a co-organisé le un colloque scientifique pour le 210e anniversaire de la Fête de la Fédération ()[62],[63] et organise des conférences-débats[64].

Pour une France décentralisée, au profit des régions et des communesModifier

La Fédération, hostile à la tradition jacobine et au centralisme parisien, soutient la publication de l’ouvrage Paris et le désert français de Jean-François Gravier, publié en 1947. Elle initie en 1950 la création des « jeunes chambres économiques » (JCE), grâce à l'un des membres, Yvon Chotard. La première jeune chambre, celle de Paris, a été créée dans les locaux même de La Fédération[65]. De même, en 1950, « La Fédération » prend l'initiative d'organiser à Versailles les 24 et , quelques mois avant la fondation à Genève du Conseil des Communes d'Europe, « Les états-généraux des communes et départements de France »[66].

André Voisin fonde en 1953 avec Roger Duchet et anime, en tant que secrétaire général, le « Mouvement national des élus locaux »[67],[68]. Max Richard est membre de son comité directeur. La Fédération favorise l’émergence de la notion de « pays », la formation d'organismes promouvant le développement économique régional, comme le Comité d'étude et de liaison des intérêts bretons et les comités d'expansion, dans l'optique de l'aménagement du territoire afin de limiter la polarisation parisienne. La Fédération organise ainsi à Reims en février 1952, les « Journées nationales de la mise en valeur des régions de France » sous la présidence d’honneur du ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, Eugène Claudius-Petit et est à l'origine la même année de la Conférence nationale des comités régionaux d’études pour la mise en valeur de la France[69],[70].

Des dirigeants et des membres de la Fédération comme le Breton Joseph Martray, dirigeant du CELIB, lancent en 1968 le Mouvement national pour la décentralisation et la réforme régionale[71].

BibliographieModifier

  • Antonin Cohen, De la révolution nationale à l’Europe fédérale. Les métamorphoses de la troisième voie aux origines du mouvement fédéraliste français : La Fédération (1943-1948), in Le mouvement social, p. 53-72, octobre-, éditions La découverte (Lire en ligne)
  • Ibid., De Vichy à la Communauté européenne, Presses Universitaires de France, 2016
  • Véronika Heyde, Le mouvement fédéraliste français « La Fédération », 1944-1960, Revue d’histoire diplomatique, 2003, no 2, p. 133-170.
  • Romain Pasquier, L’invention de la régionalisation « à la française » (1950-1964), Journée d’études AFSP/Groupe Local et politique, IEP de Rennes/CRAP — , [lire en ligne]
  • Antoine Vion, Les jumelages ou la commune libre : invention d'une tradition et mobilisations pour un droit (1951-1956), Journée d’études AFSP/Groupe Local et politique, IEP de Rennes/CRAP — , [lire en ligne]
  • Bertrand Vayssière, Vers une Europe fédérale ? Les espoirs et les actions fédéralistes au sortir de la seconde guerre mondiale, Peter Lang, 2007

RéférencesModifier

  1. « L’invention de la régionalisation « à la française » (1950-1964) », sur Journée d’études AFSP/Groupe Local et politique, IEP de Rennes/CRAP, (consulté le 28 février 2013)
  2. Fils de l’industriel polytechnicien Marcel Bassot (1871-1943), gérant des laminoirs de Paris, Rouelles et Harfleur – Marcel Bassot et Cie et administrateur des Hauts-fourneaux de Denain-Anzin, il est Diplômé de l’École libre des sciences politiques et docteur en droit, il a été secrétaire général (1932-38) puis administrateur de la Compagnie des machines Bull (dont son père, sur ses conseils, a été actionnaire et administrateur-délégué) de 1938 (ou 1941 ?) à 1964, PDG de l’entreprise J. Bassot (conditionnement d’air) de 1946 à 1966, PDG de la société Variel-France ( depuis 1965 ), et administrateur d’autres sociétés. Mobilisé en 1940, il est fait prisonnier puis libéré l’année suivante comme père de famille nombreuse.
  3. Antonin Cohen, De la révolution nationale à l’Europe fédérale. Les métamorphoses de la troisième voie aux origines du mouvement fédéraliste français : La Fédération (1943-1948), op. cit.
  4. Véronika Heyde, Le mouvement fédéraliste français « La Fédération », 1944-1960, Revue d’histoire diplomatique, 2003, no 2, p. 133
  5. https://entreprise.data.gouv.fr/etablissement/751P00006595.
  6. Olivier Dard, Bertrand de Jouvenel, Perrin, 2008, p. 269
  7. Né en 1906, petit-fils de René Bazin, secrétaire général de l'Union départementale des associations familiales de la Seine, Journal officiel, 11 octobre 1945
  8. auteur en 1956 de l'essai PRINCIPES ET MÉTHODES DU FÉDÉRALISME, [lire en ligne]
  9. O. Dard, Bertrand de Jouvenel, Perrin, 2008
  10. Sébastien Laurent, Daniel Halévy, Grasset, 2001
  11. Bertrand Vayssière, op. cit. p. 109
  12. Antonin Cohen, op. cit.
  13. La Loi, 5 mai 1951
  14. Véronique Auzépy-Chavagnac, L'Europe au risque de la démocratie: essai sur le sens de la construction européenne, L'Harmattan, 2006, p. 107
  15. Antonin Cohen, Les métamorphoses de la troisième voie aux origines du mouvement fédéraliste français : La Fédération (1943-1948), op. cit.
  16. Collectif, Le moment PRL: Le Parti républicain de la liberté. 1946-1951, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013
  17. Collectif, Dix ans d'efforts pour unir l'Europe, 1945-1955, Bureau de liaison franco-allemand (de la Fédération), 1955, Le Monde, 26 juin 1950
  18. Le Monde, 6 juillet 1959, Ibid., 7 juillet 1959
  19. Le Monde, 5 juillet 1963
  20. Le Monde, 26 octobre 1959, J-M Martin, "Sur le fédéralisme algérien"
  21. Le Monde, 25 mars 1959, "M. ANTOINE PINAY a reçu les dirigeants de l'Union nationale des combattants"
  22. Population et avenir, 1986]
  23. cner-france.com, Le CNER a 60 ans : les origines
  24. Le Monde, 22 juin 1983, Ibid., 16 décembre 1968, Ibid., 5 juillet 1963, Ibid., 3 juin 1957, Ibid., 29 avril 1946
  25. Collectif, « Le moment PRL » : le Parti républicain de la liberté, 1946-1951, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 51
  26. La Croix, 24 septembre 1958
  27. L’Aube, 6 juin 1947
  28. Doctrine et vie, n° 79, janvier 1971, n° 179, janvier 1991 (Collection en ligne)
  29. Véronika Heyde, op. cit., p. 139
  30. rance-catholique.fr, 16 décembre 2018, "Serge Plenier est mort"
  31. a et b Toutes éditions du QUID, chapitre « Institutions françaises »
  32. « Laurent Grégoire, Fondateur du PEJ-France reçoit les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur », sur site du Parlement européen des jeunes, (consulté le 28 février 2013).
  33. QUID, édition 2007, p. 1205b
  34. Antonin Cohen, De Vichy à la Communauté européenne, Presses Universitaires de France, 2016
  35. « TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE », sur eur-lex.europa.eu, (consulté le 28 février 2013).
  36. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées HIST
  37. Le Monde, 18 avril 1949
  38. lepoint.fr, 18 mai 2018, "Mort de l'ex-présidente du Parlement européen Nicole Fontaine"
  39. Le Monde, 11 juillet 1962
  40. Antoine Vion, L'invention de la tradition des jumelages (1951-1956) : mobilisations pour un droit, dans la Revue française de science politique, 2003/4
  41. a et b « Associations nationales membres », sur site du Mouvement européen, (consulté le 28 février 2013).
  42. Le XXe siècle fédéraliste, Actualité du fédéralisme, colloque de Vincennes, 18-19 novembre 1978
  43. Bertrand Vayssière, Mettre les parlementaires européens devant leurs responsabilités : l’action fédéraliste auprès du Conseil de l’Europe (1949-1951), dans Parlement(s), Revue d’histoire politique, 2011, 2
  44. Combat, 15 novembre 1950
  45. Robert Belot, Henri Frenay. De la Résistance à l'Europe, Seuil, 2003
  46. , Jean-Pierre Gouzy, Henri Frenay, incarnation française du fédéralisme européen Témoignage pour l’histoire, p. 4-5
  47. cife.eu : Alexandre Marc : du personnalisme communautaire à l'Europe fédérée, un nouveau fonds aux Archives historiques, p. 21
  48. Le Contrat social, mars 1959
  49. Bertrand Vayssière, Vers une Europe fédérale ?: Les Espoirs et les Actions fédéralistes au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Peter Lang, 2007, p. 313-314
  50. Union des fédéralistes européens : 70 ans de campagnes fédéralistes pour une Europe unie et fédérale, p. 17
  51. Bertrand Vayssière, op. cit., p. 358-360
  52. Le Monde, 11 avril 1972
  53. « Les jumelages ou la commune libre : invention d'une tradition et mobilisations pour un droit (1951-1956) », sur Journée d’études AFSP/Groupe Local et politique, IEP de Rennes/CRAP, (consulté le 28 février 2013).
  54. Le Monde, 30 juin 1964, "Un débat sur l'avenir de la démocratie en Europe", Ibid., 30 novembre 1962, "Visite de cent trente maires des communes d'Europe, Paris-presse, L’Intransigeant, 23 décembre 1969
  55. Fabio Zucca, L'organisation du consensus parmi les administrateurs locaux européens
  56. Le Monde, 1er août 1953, "Congés payés européens", Ibid., 6 novembre 1954
  57. Le Monde, 20 octobre 1953, "Les fédéralistes français réclament la ratification du traité de la C.E.D."
  58. Le Monde, 2 juillet 1971, Ibid., 20 avril 1972
  59. Le Monde, 7 avril 1972, Max Richard, "ON NE PEUT PAS HÉSITER"
  60. Le Monde, 2 juillet 1963, "" L'AVENIR DE LA FRANCE EST LIÉ À LA SOLIDARITÉ DE L'OCCIDENT " déclare la " Fédération " réunie en conférence nationale à Lyon"
  61. Le Monde, 16 septembre 1964, "" LA FÉDÉRATION " APPROUVE L'INITIATIVE DE M. SPAAK", Ibid., 1er juin 1965, Ibid., 19 juillet 1965, "LES FÉDÉRALISTES FRANÇAIS RÉCLAMENT LE RETOUR À BRUXELLES DE M. BOEGNER"
  62. « Commémorer la fête de La Fédération et contribuer au débat sur l’identité nationale », sur site de l'hebdomadaire France catholique, (consulté le 23 février 2013).
  63. Actes du colloque du 25 juin 2010, 117 pages, [lire en ligne].
  64. 7 avril 2013 : Un référendum qui interpelle les Français de l’Intérieur et les diasporas issues de l’immigration, rencontre du 21 février 2013 à Strasbourg, [lire en ligne].
  65. Michel Meyer, « La JCE de Strasbourg - Histoire », sur site de la Jeune chambre économique de Strasbourg (consulté le 28 février 2013).
  66. « Discours de Lucien Sergent, membre fondateur du CCRE », sur site du Conseil des communes et régions d'Europe), (consulté le 28 février 2013).
  67. Le Monde, 26 septembre 1953, "M. Antoine Pinay lui donne une " adhésion enthousiaste "
  68. Gilles Richard, Histoire des droites en France (1815-2017), Perrin, 2017
  69. Romain Pasquier, « La régionalisation française revisitée : fédéralisme, mouvement régional et élites modernisatrices (1950-1964)», Revue française de science politique, 2003/1, vol. 53
  70. La Bourgogne républicaine, 5 juin 1957
  71. Christian Bougeard, L’Ouest dans les années 68, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 171