Jean-Marie Caro

personnalité politique française

Jean-Marie Caro
Fonctions
Député de la 6e circonscription du Bas-Rhin

(4 ans, 9 mois et 9 jours)
Élection 12 juin 1988
Groupe politique RDS (1973-1978)
UDF (1978-1986)
Successeur Alain Ferry

(12 ans, 11 mois et 30 jours)
Élection 11 mars 1973
Réélection 19 mars 1978
14 juin 1981
Groupe politique UDF
Prédécesseur Gérard Lehn
Député du Bas-Rhin
scrutin proportionnel à un tour

(2 ans, 1 mois et 13 jours)
Élection 16 mars 1986
Groupe politique UDF
Biographie
Nom de naissance Jean-Marie Michel Louis Caro
Date de naissance
Lieu de naissance Constantinople (Turquie)
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Bourgoin-Jallieu (France)
Nationalité Française
Conjoint Anne-Marie Vonesh
Profession Administrateur au Conseil de l'Europe
Résidence Bas-Rhin

Jean-Marie Caro, né le à Constantinople (Turquie), et mort le à Bourgoin-Jallieu[1] est un homme politique français.

Il fut député du Bas-Rhin (UDF) de 1973 à 1993, président de l'assemblée de l'UEO de 1984 à 1987 et Conseiller général de Villé de 1973 à 1993.

Député (1973-1993)Modifier

Les élections de 1973 provoquèrent dans la sixième circonscription du Bas-Rhin un petit "tremblement de terre" avec l'élection d'un candidat réformateur, proche de la démocratie-chrétienne, inconnu quelques mois auparavant dans la circonscription, Jean-Marie Caro qui l'emporta très facilement contre le député sortant au deuxième tour (56 %). J.-M. Caro consolida son implantation locale en étant élu en 1973 conseiller général de Villé, poste qu'il devait conserver jusqu'en 1992. Il fut facilement réélu en 1978, en battant le maire RPR de Molsheim P. Klingenfus, puis en 1981, 1986 et 1988, à chaque fois avec des scores importants.

J.-M. Caro joua un rôle important à l'Assemblée nationale, étant lui-même très impliqué dans les dossiers de politique européenne. Mais en 1993, critiqué pour ses absences fréquentes dans la circonscription qui avait déjà provoqué sa défaite aux élections cantonales de 1992, ainsi que marquée par une certaine usure, J.M Caro fut battu de quelques voix par un candidat de centre-droit (Parti radical valoisien), Alain Ferry (50,4 %). Celui-ci rassembla une majorité dans les cantons vosgiens, ainsi qu'à Molsheim.

Il meurt le des suites d’une infection pulmonaire[2].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier