Léon Halévy

journaliste, poète, auteur dramatique et historien français

Léon Halévy[1], né à Paris le et mort à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) le , est un journaliste, poète, auteur dramatique et historien français, membre de la célèbre famille Halévy.

BiographieModifier

De son mariage en 1832 avec Alexandrine Le Bas (1813-1893), fille de l'architecte Hippolyte Le Bas, Léon Halévy a eu deux enfants : Ludovic (1834-1908), librettiste à succès et cousin par alliance de Georges Bizet, et Valentine (1846-1893). D'une liaison avec Mademoiselle Paradol, de la Comédie-Française, il est également le père d'Anatole Prévost-Paradol (1829-1870), brillant journaliste.

Il fait des études de droit. En 1824-1825, il est le dernier secrétaire de Saint-Simon, après Auguste Comte. Il considéra que cette rencontre fut un grand événement dans sa vie. Il est ainsi un compagnon de Saint-Simon pendant la dernière année de sa vie, avec Olinde Rodrigues. Après la mort de Saint-Simon (), Léon Halévy fait un discours très élogieux lors des obsèques de son maître. Il fait partie du premier noyau initial des adeptes de la pensée de Saint-Simon. En , il devient actionnaire du journal saint-simonien Le Producteur, fondé par Olinde Rodrigues et Prosper Enfantin[2].

Constatant l'évolution « religieuse » du saint-simonisme, qui devient une secte, Léon Halévy quitte assez rapidement le groupe.

Léon Halévy est professeur adjoint de littérature française à l'École polytechnique de 1831 à 1834[3] et assistant-bibliothécaire à l'Institut de France.

ŒuvresModifier

ThéâtreModifier

  • Le Duel, comédie en 1 acte et en prose, Paris, Théâtre-Français, .
  • Le Concert à la campagne, intermède en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, Paris, théâtre de l'Odéon, .
  • L'Espion, drame en 5 actes, en prose, avec Louis-Marie Fontan et Gustave Drouineau, Paris, théâtre de l'Odéon, .
  • Le Czar Démétrius, tragédie en 5 actes et en vers, Paris, Théâtre-Français, .
  • Le Dilettante d'Avignon, opéra-comique en 1 acte, de François Benoît Hoffmann, terminé par Léon Halévy, Paris, Opéra-Comique, .
  • Beaumarchais à Madrid, drame en 3 actes et en 5 parties, imité de Goethe, Paris, théâtre de la Porte-Saint-Martin, .
  • Le Chevreuil, ou le Fermier anglais, comédie en 3 actes, avec Ernest Jaime, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Folbert, ou le Mari de la cantatrice, comédie en 1 acte, mêlée de couplets, avec Ernest Jaime, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Le Grand seigneur et la paysanne, ou Une leçon d'égalité, comédie en 2 actes, mêlée de couplets, imitée d'un épisode du Barnave de Jules Janin, avec Ernest Jaime, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Grillo, ou le Prince et le banquier, comédie-vaudeville en 2 actes, avec Adolphe de Leuven et Ernest Jaime, Paris, théâtre des Variétés, .
  • M. Mouflet, ou le Duel au 3e étage, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Ernest Jaime, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Indiana, drame en 5 parties, avec Francis Cornu, Paris, théâtre de la Gaîté, .
  • Le Sauveur, comédie en 3 actes, mêlée de couplets, avec Victor Lhérie, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Geneviève, ou la Grisette de province, drame en 4 actes, mêlé de chant, avec Ernest Jaime, Paris, théâtre du Panthéon, .
  • Louise Duval, ou Un préjugé, drame en 4 actes, mêlé de chants, avec Ernest Jaime, Paris, théâtre de la Gaîté, .
  • Leone Leoni, drame en 3 actes, en prose, tiré du roman de George Sand, Paris, théâtre de l'Ambigu-Comique, .
  • La Madone, drame en 4 actes, avec Buy, Paris, théâtre de la Porte Saint-Martin, .
  • Carte blanche, comédie en 1 acte et en prose, avec Paul Duport, Paris, théâtre de la Renaissance, .
  • La Rose jaune, comédie en 1 acte, mêlée de couplets, imitée d'une nouvelle de Charles de Bernard, Paris, théâtre du Vaudeville, .
  • Le Château de Saint-Germain, drame en 5 actes, avec Francis Cornu, Paris, théâtre de l'Ambigu-Comique, .
  • Les Caprices, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Arsène de Cey, Paris, théâtre du Vaudeville, .
  • Les Trois Étoiles, comédie en 1 acte, mêlée de couplets, avec Ernest Jaime, imitée du Nœud gordien de Charles de Bernard, Paris, théâtre du Vaudeville, .
  • Un mari, s'il vous plaît, comédie-vaudeville en 1 acte, avec Pitre-Chevalier, Paris, théâtre du Vaudeville, .
  • Le Mari aux épingles, comédie en 1 acte, mêlée de couplets, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Ce que fille veut, comédie en un acte et en vers, Paris, théâtre de l'Odéon, .
  • Un fait-Paris, comédie-vaudeville en 1 acte, Paris, théâtre des Variétés, .
  • Le Mari sans le savoir, opérette en 1 acte, avec Ludovic Halévy, Paris, théâtre des Bouffes-Parisiens, .
  • Électre, tragédie en 4 actes, avec chœurs, traduite de Sophocle, Paris, théâtre de l'Odéon, .
  • Martin Luther, ou la Diète de Worms, drame historique en 4 actes, en vers, imité de Zacharias Werner, 1866 (texte en ligne).
Traductions
  • La Grèce tragique, chefs-d'œuvre d'Eschyle, de Sophocle et d'Euripide, traduits en vers, accompagnés de notices, 1846 (texte en ligne).
  • Les Euménides, tragédie d'Eschyle, traduite en vers, 1861.
  • Macbeth, tragédie en 5 actes, d'après Shakespeare, 1862.
  • La Mort de Nostradamus, drame historique en 1 acte et en vers, 1875.

Autres publicationsModifier

  • Emma ou la Nuit des noces, 1821.
  • Résumé de l'histoire des Juifs anciens, 1825.
  • Trois élégies : le Malade à la campagne, le Vieillard en enfance, le Sommeil de la mourante, suivies de : Commode et le gladiateur, fragment épique, 1825.
  • Poésies européennes, 1827.
  • Résumé de l'histoire des Juifs modernes, 1828.
  • Le Théâtre français, épître-satire à M. le baron Taylor, 1828.
  • Luther, poème dramatique en 5 parties, 1834 (texte en ligne).
  • Histoire et modèles de la littérature française, 4 volumes, 1837.
  • Fables, 1843.
  • Fables nouvelles, 1855.
  • F. Halévy, sa vie et ses œuvres. Récits et impressions personnelles. Simples souvenirs, 1862.
Traductions
  • Odes d'Horace, traduites en vers français, 5 volumes, 1821-1823.
  • Hérodien. Histoire romaine depuis la mort de Marc-Aurèle jusqu'à l'avènement de Gordien III, 1860.

Notes et référencesModifier

  1. Son père Elie Levy est un juif allemand qui migra en Bavière et prit comme patronyme le nom d’un musicien andalou du XIIe siècle, Juda Halevi.
  2. Olivier Pétré-Grenouilleau, Saint-Simon, L'utopie ou la raison en actes, Payot, p. 394.
  3. books.google.fr.

BibliographieModifier

  • Olivier Pétré-Grenouilleau, Saint-Simon, l'utopie ou la raison en actes, Biographie Payot.
  • Pierre Guiral, « Léon Halévy », in La famille Halévy, 1760-1960, sous la direction d'Henri Loyrette, Fayard, 1996.

Liens externesModifier