Ouvrir le menu principal

Kodak

entreprise américaine de photographie

Eastman Kodak Company
logo de Kodak
illustration de Kodak

Création 1881
Fondateurs George Eastman
Personnages clés Jeff Clarke (président du directoire et CEO), Philip J. Faraci (président et directeur général)
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (KODK)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan « You press the button, we do the rest »
Siège social Rochester, NY
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Jeff Clarke (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Institutionnels : 86 %
Public : 14 %
Activité Produits, équipement et services pour l’impression offset, flexo et jet d'encre
Produits Logiciel[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Kodak (Israel) (d), Kodak (Japan) (d), Kodak (Canada) (d), Kodak (Germany) (d) et Kodak (France) (d)
Effectif 7 600[2]
Site web www.kodak.com

Chiffre d'affaires 357 M$ en 2017[3]
Résultat net 25 M$ en 2017 (perte)
KodakB11

Kodak (officiellement : Eastman Kodak Company) est une entreprise américaine ayant fabriqué des produits et fournissant des services dans le domaine de la photographie, du cinéma, de l'informatique, de la radiologie et de l'impression.

HistoireModifier

Fondation et croissanceModifier

 
Publicité pour le Folding Pocket Kodak.

La société a été fondée par George Eastman en 1881[4] sous le nom de « Eastman Dry Plate Company »[5]. Concrétisation des recherches personnelles de George Eastman et de son brevet pour une « Méthode et Appareillage pour la réalisation des Plaques à Émulsion » déposé en 1879[6], la société oriente ses recherches dès 1885 vers un support souple destiné à remplacer les fragiles plaques de verre utilisées jusqu'à présent en photographie, qui débouchent en 1888 sur l'invention de John Carbutt d'un support souple et résistant en nitrate de cellulose que George Washington commercialise d'abord aux États-Unis.

L'appellation « Kodak » apparaît pour la première fois en 1888 à l'occasion du lancement des premiers appareils photo utilisant ce support innovant commercialisé sous la forme de rouleaux de 70 mm de large, enduits sur une face d'une pellicule photosensible. George Eastman cherchait un vocable qui se prononcerait d'une façon identique dans toutes les langues, ce qui est le cas des voyelles « O » et « A ». Pour encadrer ces deux voyelles, l'industriel, amateur d'anagrammes, choisit de placer en première et dernière partie la première lettre du nom de sa mère : le « K » (née Kilbourn)[7]. Par leur simplification technique — le slogan publicitaire illustre cette simplicité : « You press the button, we do the rest » (« Vous appuyez sur le bouton, on se charge du reste ») — ces appareils permirent la démocratisation de la photographie, la « révolution Kodak » s'adressant aux photographes amateurs. Dans le langage populaire, le mot « Kodak » servit longtemps à désigner tout appareil photo destiné à l'amateur[8].

En 1891, le support Eastman permet à Thomas Edison et à son ingénieur électricien William Kennedy Laurie Dickson, de fabriquer avec succès la première caméra de cinéma, le kinétographe, qui utilise d'abord ce support au format réduit de 19 mm de large et au défilement horizontal pour enregistrer les premiers films du cinéma, aux images circulaires. Afin d'obtenir une meilleure définition de l'image et une plus grande stabilité, l'équipe d'Edison augmentera les dimensions en coupant en deux dans la longueur le support de 70 mm de large qui est alors doté d'une rangée de perforations rectangulaires sur chaque bord des photogrammes, cette fois rectangulaires et au défilement vertical. « Edison fit accomplir au cinéma une étape décisive, en créant le film moderne de 35 mm, à quatre paires de perforations par image. »[9]

Et c'est en observant les films de Thomas sur un appareil à visionnement individuel, le kinétoscope, qu'en 1894, Charles Pathé, qui vend déjà des exemplaires de contrefaçon du phonographe (autre invention d'Edison), a la révélation de sa destinée. Au départ, colporteur dans les foires, Charles Pathé fonde en 1897 la « Compagnie générale des cinématographes, phonographes et pellicules ». Dix ans plus tard, enrichi, Charles Pathé entreprend la construction d'une usine à Vincennes, rue des Vignerons.

Ainsi, doués d'un grand sens commercial, George Eastman et Charles Pathé vont étendre leur influence respective sur plusieurs continents. En 1927, leurs sociétés en France fusionnent : c'est la naissance de Kodak-Pathé.

En 1898, Kodak commercialise l'appareil photo de poche pliant (à soufflet accordéon), le Folding Pocket Kodak et utilise un négatif de format 57 × 82 mm, qui restera la norme pendant des décennies[10].

 
Sevran - Usine des Films Kodak

Au milieu des années 1960, Kodak employait près de 80 000 personnes dans le monde. Les principales usines à cette époque étaient :

  • Rochester, État de New York (22 000 personnes), avec son siège à la tour Kodak
  • Kingsport, Tennessee
  • Longview, Texas
  • Peabody, Massachusetts
  • New York
  • Angleterre : usines à Harrow, Hemel Hempstead, Stevenage
  • Canada, usine à Toronto
  • Allemagne : usines à Abbotsford et Coburg
  • France : usines à Vincennes, Sevran, Chalon-sur-Saône
    • À Vincennes, 3 500 personnes travaillaient à la fabrication du support et des émulsions[11].
    • À Sevran, 1 300 personnes travaillaient pour le traitement des films photo et cinéma en couleurs pour amateurs[12]. Kodak contribue fortement à l'industrialisation de la ville. Elle permet d'augmenter le nombre de travailleurs et d'accroître la population sevranaise. Aux alentours des années 1942, elle est également un bastion de la résistance française, un lieu important pour le combat contre le adolf. Cela n'est pas anodin dans une ville de résistants.
    • L'usine de Chalon est un aboutissement de décentralisation avec le laboratoire de recherche (numérique), et il s'y fabriquait des produits chimiques ; l'ensemble des produits de la radiologie médicale y était fabriqué ; on y effectuait aussi une partie du conditionnement et de la finition des bobines 35 mm et des papiers[13].
    • Le siège social de Kodak-Pathé en France au milieu des années 1960 se situait au 39 avenue Montaigne à Paris.
    • L'association CECIL (CErcle des Conservateurs de l'Image Latente) gère depuis 2008 les archives des activités industrielles et commerciales des établissements de Kodak en France, couvrant la période de 1898 à 2007.

Dans les années 1980, Kodak collabore avec la dictature militaire au Brésil en lui transmettant des informations sur les activités des militants syndicaux de l'entreprise. Ces informations sont utilisées par la police pour surveiller, harceler et arrêter les syndicalistes afin d‘empêcher l‘organisation de grèves[14].

Une transition difficile vers le numériqueModifier

 
Le logo Kodak 'K' a été introduit en 1971. La version présentée ici - avec le nom 'Kodak' dans une police d'écriture plus moderne - a été utilisée de 1987 à sa discontinuation en 2006. Une version révisée a été réintroduite en 2016.
 
Logo Kodak de 2006 à 2016

Alors que Kodak a mis au point la photo numérique dès 1975 et qu'à la même période la firme fournit des bandes magnétiques (à enregistrement des sons audio système analogique et à stockage de données numériques pour ordinateur par bande backup), la firme américaine a du mal à s'adapter au numérique lors de son expansion dans les années 2000 et subit la forte concurrence de marques étrangères, notamment européennes et japonaises[15].

Le , un juge de la Cour suprême des États-Unis ordonne à Kodak de cesser la fabrication et la commercialisation de ses appareils à développement instantané dans le cadre d'une affaire de contrefaçon de brevet opposant Eastman Kodak à Polaroid Corporation.

Kodak se recentre sur ses activités photographiques en annonçant le [16]:

  • la vente de sa branche pharmaceutique Sterling Winthrop Inc. au groupe français Sanofi ;
  • la cession de ses produits de soins et de ses produits ménagers ;
  • la cession de sa division d'imagerie médicale.

En 1996, Kodak essaye de se relancer en développant son propre système format APS, dont l'innovation principale est l'ajout d'une bande magnétique qui permet de rembobiner, puis reprendre une pellicule photo.

Mais Kodak rate le virage numérique, en ne voyant pas arriver les appareils photo numériques, dont la mémoire interne remplace la pellicule.

Dès 2004, Kodak délaisse peu à peu son activité historique liée à la photographie argentique pour se concentrer sur les technologies modernes : la photographie numérique et le cinéma numérique[17], sans grand succès. Début 2012, l'entreprise est menacée de faillite[18].

Faillite et restructurationModifier

Le , la société dépose le bilan. Kodak et ses filiales américaines demandent à bénéficier de la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites[19], afin de pouvoir se restructurer[15]. Signe de ses difficultés, l'entreprise ne comptait plus que 17 000 salariés au moment du dépôt de bilan, contre 64 000 une dizaine d'années plus tôt[20]. Pour sortir de sa mauvaise situation financière, le groupe vend des brevets, notamment à Apple et Google, et change l'organisation de ses divisions[21]. Fin avril 2013, le groupe espère sortir de faillite dans les mois qui suivent, avec un nouveau statut et un nouveau conseil d'administration[22].

En septembre 2013, Kodak sort de la protection du chapitre 11, et la compagnie est de nouveau cotée en bourse à Wall Street dès novembre 2013[23]. Par ailleurs, des films vendus sous la marque Kodak sont à nouveau commercialisés depuis fin 2013, grâce à Kodak Alaris, société créée après l'acquisition des droits par le Kodak Pension Plan britannique[24]. Pourtant, les résultats de la société déçoivent les marchés financiers, qui retirent peu à peu leur confiance à la société dont le cours après un sommet à 35 dollars tombe sous les 3 dollars depuis 2017.

Début 2014, la licence de la division photo de Kodak est rachetée par JKimaging, partenaire d’Asia Optical Co Inc. (groupe taïwanais, grand ODM/OEM d'appareils photos)[21] qui présente ensuite le Pixpro S1, son premier hybride, qui adopte la monture du système Micro Four Thirds (Panasonic et Olympus), ce qui permet à la marque de rentrer sur le marché avec un parc optique important[25].

Début 2018, la société annonce son intention de lancer sa propre cryptomonnaie, le KodakCoin. Marquant un virage dans la stratégie de Kodak, la nouvelle suscite initialement l'enthousiasme des marchés financiers mais celui-ci retombe après quelques semaines, le titre retrouvant son niveau de la fin 2017.

ActionnairesModifier

Principaux actionnaires au 5 octobre 2019[26]
Nom %
GSO Capital Partners 20,6 %
BlueMountain Capital Management 15,9 %
Southeastern Asset Management 11,5 %
Momar Cor 7,30 %
George Karfunkel 6,42 %
Franklin Mutual Advisers 6,08 %
Moses Marx 5,93 %
Paradice Investment Management 5,37 %
Robinson Capital Management 3,49 %
First Eagle Investment Management 3,17 %

ProduitsModifier

 
Kodachrome II - Film pour diapositives couleur

Films et appareils photoModifier

 
Camera Center Kodak, au Tennessee, période 1930-1945.
 
Elite Chrome 200, Royal Supra Professional 200, Gold Ultra 400.

Kodak faisait partie des principaux émulsionneurs de films photographiques avec Fujifilm, pour les amateurs ou les professionnels ainsi que de films cinématographiques. Dans les années 1980, Kodak a tenté de se développer dans l'appareil photo instantané et l'industrie du cinéma, mais a perdu une bataille de brevet contre Polaroid Corporation en 1986 et a abandonné toute perspective dans ce domaine. L'arrivée de l'imagerie numérique a obligé Kodak à réduire son activité d'émulsionneur et à arrêter la production de plusieurs films, dont le célèbre Kodachrome.

Le format APS, ou Advanced Photo System (Système Photographique Avancé), est un format de pellicule photographique introduit en 1996 par Kodak, Fujifilm, Minolta, Nikon, Canon et quelques autres fabricants.

ImpressionModifier

Kodak est spécialisé dans l’impression pour les entreprises du secteur de l'industrie graphique. ll fournit des équipements, des logiciels, des consommables et des services à ses clients actifs dans les secteurs de la communication graphique, de l'emballage et de l'impression fonctionnelle.

Kodak produit aussi de nombreux papiers photos amateurs et professionnels et développe de nombreuses imprimantes photos personnelles ainsi que des bornes de tirage installées dans des lieux publics.

Kodak a également créé toute une ligne d'imprimante à jet d'encre connue sous le nom de Kodak hero ou Kodak ESP. Ces imprimantes possèdent un système d'impression à jet d'encre uniquement et possèdent également un scanner qui peut servir de photocopieur. Kodak a misé toute la communication de ces imprimantes en invoquant des coûts d'impression très réduits par rapport aux concurrents comme HP ou Epson. Le succès des imprimantes Kodak n'a été que très modeste en France, si bien qu'il est aujourd'hui pratiquement impossible de trouver des imprimantes Kodak, ainsi que des consommables pour celles-ci autre part que sur internet. Kodak a annoncé en 2012 qu'il arrêterait de produire des imprimantes à jet d'encre en 2013. Les consommables seraient toujours fabriqués par la firme pendant une durée estimée de quatre à cinq ans[27].

CapteursModifier

La marque a opéré sa reconversion dans le domaine de l'imagerie numérique en produisant des capteurs destinés à un marché haut de gamme. Kodak s'est associé avec la marque allemande Leica et produit le capteur du Leica M8. D'autres marques, comme Hasselblad intègrent des capteurs produits par Kodak dans leurs appareils moyen format numérique.

En novembre 2011, la Physics division de la marque a été acquise par Platinum Equity (en). Les capteurs ont d'abord été commercialisés sous la marque TrueSense Imaging, Inc, avant que la division ne soit rachetée en mai 2014 par ON Semiconductor[28].

SmartphonesModifier

Kodak innove en se lançant en 2015 sur le marché de la téléphonie mobile[29]. En décembre 2014, Kodak annonce qu'il a conclu un partenariat avec le fabricant Bullitt pour commencer la production de smartphones[30]. Son premier smartphone, dénommé IM5, est présenté en janvier 2015[31]. Il se veut simple d'utilisation et est destiné notamment aux seniors.

Fin 2016, est sorti le Kodak Ektra (en), toujours fabriqué par Bullitt. Il ne fait pas grand bruit, et loin d'être acclamé par la critique, la qualité des photos (son argument de vente) déçoit. Kodak a clairement joué sur le côté rétro du look de l'appareil (simili cuir, housse qui ressemble aux housses des appareils argentiques), mais la sauce ne prend pas[32],[33].

PersonnalitésModifier

DirectionModifier

 
George Eastman
Nom Titre Mandat
Henry A. Strong Président 1884 – 24 juillet 1919
George Eastman Président 1921 – 7 avril 1925
William G. Stuber Président 1925–1934
Frank W. Lovejoy Président 1934–1941
Thomas J. Hargrave Président 1941–1952
Albert K. Chapman Président 1952–1960
William S. Vaughn Président et CEO 1960 – 31 décembre 1968
Louis K. Eilers Président et CEO 1er janvier 1969 – 17 mai 1972
Walter A. Fallon Président et CEO 18 mai 1972 – 1983
Colby H. Chandler CEO mai 1983 – juin 1990
Kay R. Whitmore CEO juin 1990 – 27 octobre 1993
George M. C. Fisher CEO 28 octobre 1993 – 31 décembre 1999
Daniel A. Carp CEO 1er janvier 2000 – 31 mai 2005
Antonio M. Pérez Chairman et CEO 1er juin 2005 – 11 mars 2014
Jeff Clarke Chairman et CEO 12 mars 2014 – présent

ScientifiquesModifier

Marques de l'entreprise Eastman Kodak Co.Modifier

  • Apparent
  • Chinon
  • Creo
  • Imation
  • Kodak
  • Kodak Industrie
  • Kodak Polychrome
  • Lumisys
  • NexPress Solution
  • ofoto.com
  • PracticeWorks

Recherche et développementModifier

Notes et référencesModifier

  1. National Software Reference Library, (organisation) 
  2. Kodak veut retenir certains employés avec des bonus - Les Échos/AFP, 8 avril 2012.
  3. « Eastman Kodak enregistre des pertes », Boursier.com, .
  4. Nancy Martha West, Kodak and the lens of nostalgia, 245 p. (ISBN 0813919592), p. 20
  5. Traduisible en « compagnie des plaques sèches Eastman ».
  6. (en) George Eastman: Dry, transparent, and flexible photographic films - MIT, janvier 1997.
  7. (en) Linda Kaplan Thaler, Robin Koval, Bang ! : Getting Your Message Heard in a Noisy World, Random House LLC, (lire en ligne), p. 15
  8. François Brunet, La naissance de l'idée de photographie, Presses universitaires de France, , p. 213-267
  9. Georges Sadoul, Histoire du cinéma mondial, des origines à nos jours, Paris, Flammarion, , 719 p., p. 11
  10. Transmondia, , p. 59
  11. L'usine Kodak de Vincennes ferme en 1987. Voir également l'article sur l'Affaire des cancers pédiatriques de Vincennes.
  12. L'usine Kodak de Sevran ferme en 1993.
  13. L'usine Kodak de Chalon ferme en 2006.
  14. Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation, Don Quichotte, , p. 163
  15. a et b Julie de la Brosse, « Comment Kodak s'est tiré une balle dans le pied », L'Expansion, 6 janvier 2012.
  16. Agence France-Presse, « Kodak laisse tomber la pharmacie », La Presse,‎ , D4 (lire en ligne, consulté le 11 juin 2019)
  17. Actions #29 : Magazine professionnel cinéma & TV - Kodak, Automne 2007 [PDF]
  18. « La lente descente aux enfers de Kodak », Le Figaro, 4 janvier 2012.
  19. Kodak se place sous le régime du chapitre 11 de la loi des faillites - Le Monde/AFP/Reuters, 19 janvier 2012
  20. Kodak voit son avenir dans l'impression commerciale - Les Échos, 22 août 2013
  21. a et b Kodak : mort et résurrection d'un géant historique de la photographie - Adrian Branco, BFM TV, 21 mars 2014
  22. Kodak espère sortir de faillite dès juillet - Capital.fr/Reuters, 1er mai 2013
  23. Le nouveau Kodak revient à Wall Street, mais sans photo - Elsa Bembaron, Le Figaro, 1er novembre 2013
  24. (en) Kodak Alaris – Unlock the power - Site officiel
  25. Kodak crée la surprise et lance le S1, un hybride au format Micro 4/3 - Adrian Branco, 01net.com, 26 mai 2014
  26. « Kodak : Actionnaires », Zone Bourse (consulté le 5 octobre 2019).
  27. Fini les imprimantes jet d'encre chez Kodak - Génération-NT, 3 octobre 2012.
  28. (en) Vladimir Koifman, « ON Semi Closes Truesense Acquisition », Image-sensors-world.blogspot.fr, (consulté le 18 août 2016).
  29. CES 2015 – Kodak à l'abordage du marché des smartphones avec le IM5 - Les Numériques, 7 janvier 2015
  30. Kodak se convertit au smartphone - Lucie Ronfaut, Le Figaro, 31 décembre 2014
  31. CES 2015 : Kodak dévoile le IM5, un smartphone pour les seniors - Amélie Charnay, 01net.com, 6 janvier 2015
  32. « Kodak Ektra : clic clac, c'est un couac », sur www.lesnumeriques.com (consulté le 18 décembre 2017)
  33. Antoine Barbey, « Test du Kodak Ektra : ce photophone vaut-il vraiment 500 euros ? - FrAndroid », FrAndroid,‎ (lire en ligne, consulté le 18 décembre 2017)
  34. Kodak Cinema Digital Sound
  35. First 35 mm CDS film
  36. (en) Kodak Laser Projection Technology - Kodak, 2010 [PDF]
  37. a et b Kodak optimiste pour l’avenir - Review of Print, 14 février 2015

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Émulsionneurs concurrents

BibliographieModifier

  • François Sauteron, La chute de l'empire Kodak, ed. L'Harmattan, coll. Graveurs de mémoire, 2009 (ISBN 978-2296092174)

Liens externesModifier