Ouvrir le menu principal

Jules Hiernaux

pédagogue et militant wallon
Jules Hiernaux
Charleroi - Jules Hiernaux - Bibliothèque de l'UT (détail).jpg
Plaque apposée dans l'atrium de la bibliothèque de l'Université du Travail (détail).
Fonctions
Grand maître (en)
Grand Orient de Belgique
-
Ministre
Instruction publique (en)
-
Directeur
Université du Travail Paul Pastur
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Jules Marie Adolphe HiernauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jules Hiernaux, né le à Charleroi et mort assassiné dans la nuit du au à Mont-sur-Marchienne, est un pédagogue et militant wallon d'opinion libérale[1] .

Sommaire

BiographieModifier

Né à Charleroi le 27 juillet 1881 et mort à Mont-sur-Marchienne le 29 juillet 1944[2],[a], Jules Marie Adolphe Hiernaux est le fils de Jules François-Joseph Hiernaux, comptable et de Virginie Florence de Guffroy, professeur de musique. Son père meurt lorsque Jules Hiernaux a sept ans et sa mère se remarie avec Gustave Roullier, professeur de français[2].

Après ses études secondaires, il entre à l'École des mines du Hainaut à Mons où, en 1904, il obtient les diplômes d'ingénieur des mines, ingénieur électricien et le certificat d'études spéciales des chemins de fer[2].

En 1905, il épouse Denise Moreau. Le couple a une fille, Marie-Louise, née le 24 février 1907[2].

Pédagogue et organisateurModifier

Dès sa sortie de l'École des Mines, il est engagé par les Charbonnages réunis de Charleroi où il devient ingénieur en chef du département électrique. Attiré par l'enseignement il sera, à la même période, également enseignant. Successivement à l'École industrielle de Fleurus (1904-1905) et à l'École industrielle de Charleroi 1905-1913). En 1913, Il remplace Omer Buyse lorsque celui-ci démissionne de la fonction de directeur de l'École industrielle du soir de la province de Hainaut[2].

En 1914, il est nommé directeur de l'Université du Travail (UT), établissement scolaire de la province de Hainaut situé à Charleroi. Cet établissement regroupe des écoles professionnelles du jour et du soir et une École industrielle supérieure du soir. Son entrée en fonction, prévue le ne sera effective qu'après le fin de la Première Guerre mondiale. Pendant la guerre, il s'active à préparer l'organisation future de l'établissement[2] en collaboration avec le député permanent Paul Pastur[3]. Conscient de l'importance d'une main-d'œuvre qualifiée, Jules Hiernaux privilégie les aspects techniques et pratiques de la formation[3].

l'École des Ingénieurs techniciens de l'UT ouvre ses portes en 1918 sur le modèle des Arts et Métiers français et des Technikums allemands. En 1923, Hiernaux obtient l'équivalence des diplômes délivrés à Charleroi avec ceux des Arts et Métiers français[2].

Le nombre d'élèves de l'UT passe de 1 044 en 1914 à 4 316 en 1939[2].

Le , Jules Hiernaux est nommé directeur général de l'Enseignement technique provincial du Hainaut, fonction qu'il exercera jusqu'à sa mort[3].

Il fut brièvement ministre de l'éducation nationale de novembre 1934 à mars 1935.

Militant wallon et résistantModifier

Il avait milité dans de nombreux mouvement wallons avant la guerre, siégé à l'Assemblée wallonne puis il entra dans la Résistance et adhéra au mouvement Wallonie libre.

Franc-maçonModifier

Jules Hiernaux est membre de la loge « La Charité » à Charleroi. Il est choisi comme grand maître du Grand Orient de Belgique, fonction qu'il occupe de 1937 à 1939[1].

À cette époque, les francs-maçons sont pris à partie par les milieux catholiques conservateurs et par l'extrême droite. Une liste de noms, dont celui de Jules Hiernaux, est publiée dans La Libre Belgique du [1].

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, cette liste facilitera l'identification et la persécution par l'occupant allemand et les collaborateurs. Après Désiré Horrent à Liège et François Bovesse à Namur, Hiernaux sera victime d'un assassinat perpétré à son domicile par des Rexistes. Identifiés, les dix auteurs seront condamnés à mort par le Conseil de guerre le [1].

HommageModifier

Le , est inauguré un mémorial, œuvre des sculptures Joseph Witterwulghe et Alphonse Darville, apposé dans l'atrium de la bibliothèque de l'Université du Travail. Par ailleurs, sous le nom de « L'Effort », un fonds est créé, dans le but de « soutenir les étudiants pauvres et méritants » de l'Université du Travail. En mars 1949, le Grand Orient de Belgique constitue l'ASBL « Fondation Magnette-Engel-Hiernaux », en hommage à ses trois membres illustres, dans le but d'octroyer des prix ou des prêts d'honneur et de contribuer à des publications défendant les principes de l'association maçonnique[4],[5]. Enfin, un square et le parc y attenant à Charleroi et une école industrielle et commerciale à Mont-sur-Marchienne portent son nom.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les lieux naissance et de mort varient selon les ouvrages. Né à Berchem (Defosse, p. 162) ou Berchem-Sainte-Agathe (Staquet, p. 74). Mort à Montigny-le-Tilleul (Defosse, p. 162) et (Delforge, Destatte et Libon, p. 805).

RéférencesModifier

  1. a b c et d Delforge et Dubois, p. 200.
  2. a b c d e f g et h Delforge et Dubois, p. 198.
  3. a b et c Delforge et Dubois, p. 199.
  4. Delforge et Dubois, p. 200-201.
  5. Defosse, p. 139-140.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier