Enseignement professionnel

L'enseignement professionnel est un enseignement technique secondaire ou supérieur, en formation initiale ou par alternance, en relation avec le monde de l'entreprise qui permet d'acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel, alors que l’enseignement général est plus académique.

Enseignant d’informatique en situation de démonstration des composants de l’unité centrale d’un ordinateur au Lycée professionnel de Ferké (Nord de la Côte d'Ivoire)

Enseignement secondaireModifier

L'enseignement secondaire technique, comme l'enseignement secondaire professionnel, est un enseignement secondaire qui permet d'acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel, alors que l’enseignement général est plus transversal et conceptuel.

En BelgiqueModifier

Enseignement technique de transitionModifier

Cet enseignement issu de celui de général de transition, vise à rendre des élèves performants pour les amener vers les études supérieures (universités, etc.)

Plusieurs options dépassent le niveau instauré par l'enseignement général : sciences appliquées, technicien chimiste, etc.

Enseignement technique de qualificationModifier

Cet enseignement regroupe plusieurs branches portant les élèves soit vers un métier qualifié, soit vers les études supérieures (Hautes écoles, universités). Plusieurs options dépassent le niveau instauré par l'enseignement général : techniques chimiques, gestion, accueil tourisme, etc.

L'enseignement technique de qualification porte les étudiants vers les études supérieures et donne une préparation adéquate et nécessaire à la réalisation de celles-ci.

En FranceModifier

En France, l'enseignement secondaire technologique ou professionnel correspond à la voie technologique de l'enseignement secondaire qui s'effectue dans des lycées d'enseignement général et technologique et permet de préparer l'un des baccalauréats technologiques. Il a aussi lieu dans des lycées professionnels et des lycées techniques. Il peut mener à un Certificat d'aptitude professionnelle (CAP), à un Brevet d'études professionnelles (BEP), ou au Baccalauréat professionnel (Bac. pro.).

Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) souligne qu'en France « les probabilités d’intégrer les filières de l’enseignement professionnel plutôt que [celles de] l’enseignement général restent très dépendantes de l’origine sociale et du niveau de formation des parents ». Ainsi, l'enseignement professionnel des lycées n’attire « qu’à peine plus d’un enfant de cadres et d’enseignants sur dix, soit 3,4 fois moins que ceux des employés, 5 fois moins que ceux des ouvriers qualifiés et 5,5 fois moins que ceux issus de familles d’ouvriers non qualifiés et d’inactifs »[1].

En SuisseModifier

En Suisse, on parle de formation professionnelle initiale. Il permet l'obtention d'un certificat fédéral de capacité (CFC). En Suisse, deux tiers des jeunes en fin de scolarité optent pour un apprentissage et donc pour la voie duale. « Dual » signifie ici que la formation s'effectue aux niveaux pratique et théorique.

Dès le début, les apprentis travaillent dans une entreprise et étudient dans une école professionnelle. Une fois terminé, les possibilités de formation continue sont nombreuses. Les diplômés peuvent poursuivre leurs études dans un établissement supérieur ou une haute école spécialisée[2].

Elle se déroule soit en école des métiers (à temps plein) soit en mode dual (en alternance entre école professionnelle et entreprise). La formation dure 3 ou 4 ans, selon le métier choisi, et peut être complétée par une maturité professionnelle qui peut être obtenue à l'issue même de l'apprentissage (maturité intra-CFC) ou en complétant son apprentissage par une année de cours supplémentaires (maturité post-CFC). La force d'attraction de son modèle au niveau international réside dans sa capacité à favoriser l'insertion professionnelle des jeunes sur le marché du travail, faisant ainsi figure de remède au chômage[3].

Enseignement supérieurModifier

En France, l’enseignement professionnel supérieur permet notamment d’obtenir un brevet de technicien supérieur (BTS).

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Michel Dumay, « Les lycées professionnels, parent pauvre de l’éducation », sur Le Monde diplomatique,
  2. Un seul monde, N°2/juin 2019, La formation duale et ses limites, par Christian Zeier, p.33
  3. Maël Dif-Pradalier et Samuel Zarka, Redonner ses chances à l'apprentissage : une comparaison France, Suisse, Italie, Pantin, IRES/CFTC, coll. « Arguments », , 240 p. (ISBN 978-2-917686-17-1, lire en ligne [PDF]).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier