Charles Magnette

avocat et homme politique belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnette.
Charles Magnette
Charles Magnettes.png
Charles Magnette
Fonctions
Sénateur
-
Député
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
LiègeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Liège (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti libéral (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charles Magnette, né le à Virton et mort le à Liège est un avocat, homme d'État et franc-maçon belge.

CarrièreModifier

Charles Magnette est le fils de Louis-Joseph Magnette et de Julie Koenig, il a épousé Mathilde Marcotty et ils ont eu deux enfants Paul Magnette et André Magnette.

Docteur en droit de l'université de Liège en 1885, il s'inscrit la même année comme avocat à la cour d'appel de Liège[1].

il commence sa carrière politique et est élu député libéral radical de l’arrondissement de Liège en 1894 et le reste jusqu'en 1900), il est secrétaire de la Chambre de 1898 à 1900. En 1904 il devient conseiller communal de Liège, poste qu'il occupe jusqu'en 1926. Il est ensuite, élu au Sénat de Belgique en 1909, secrétaire de cette chambre en 1911, il en devient le vice-président en 1924. Nommé ministre d'État en 1925, il est élu président du Sénat en 1928 : il conserve cette fonction jusqu'en 1932, année où il quitte la politique[1].

Deux fois grand maître du Grand Orient de Belgique[2], de 1914 à 1921 et de 1925 à 1927, il fait partie des fondateurs de l'Association maçonnique internationale en 1921. En 1914 et en 1916, il adresse des appels aux grandes loges allemandes, s'élevant notamment contre les atrocités commises et les déportations de travailleurs belges au cours de la Première Guerre mondiale[2].

Après la mort de Magnette en 1937, une importante artère de Liège porte son nom, entre la place Cathédrale et la place du 20-août[3].

Il est inhumé au Cimetière de Robermont à Liège

DistinctionsModifier

  • Croix civique de 1ère classe - avec citation - (Belgique) le 15 janvier 1927
  • Médaille de bronze du Comité national de la Guerre (1914-1918)

Notes et référencesModifier

  1. a et b Paul Delforge, « Magnette Charles », sur wallonie-en-ligne.net, (consulté le 22 janvier 2018).
  2. a et b Yves Hivert-Messeca, « Hiram entre paix et guerre. L’humanisme maçonnique à l’épreuve de la Grande Guerre », sur yveshivertmesseca.wordpress.com, (consulté le 22 janvier 2018).
  3. Claude Warzée, « Les origines de la rue Charles Magnette », sur histoiresdeliege.skynetblogs.be, (consulté le 22 janvier 2018).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier