Montigny-le-Tilleul

commune du Hainaut, Belgique

Montigny-le-Tilleul
Montigny-le-Tilleul
L’ancien château Wilmet
Blason de Montigny-le-Tilleul
Héraldique
Drapeau de Montigny-le-Tilleul
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Bourgmestre Marie Hélène Knoops[1] (MR)
Majorité MR et PS
Sièges
MR
Ecolo
PS
OSONS!
21
12
2
3
4
Section Code postal
Montigny-le-Tilleul
Landelies
6110
6111
Code INS 52048
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Montagnard(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
10 136 ()
47,21 %
52,79 %
671 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
18,20 %
61,17 %
20,63 %
Étrangers 5,97 % ()
Taux de chômage 11,25 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 955 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 46″ nord, 4° 22′ 47″ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
15,10 km2 (2005)
43,25 %
10,52 %
42,01 %
4,22 %
Localisation
Localisation de Montigny-le-Tilleul
Localisation de la commune dans l’arrondissement de Charleroi et la province de Hainaut
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Montigny-le-Tilleul
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Montigny-le-Tilleul
Liens
Site officiel www.montigny-le-tilleul.be

Montigny-le-Tilleul (en wallon Montgneye-Tiyoû, localement Mont’gnî[2]) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut, ainsi qu’une localité (Montignies-le-Tilleul[2]) où siège son administration.

Communes voisinesModifier

 
L’église Saint-Martin
 
Pont du R3 et pont du chemin de fer sur la Sambre.

Montigny-le-tilleul est bordée par les communes de Thuin, de Charleroi, de Fontaine-l’Évêque et d’Ham-sur-Heure-Nalinnes. En 1977 Landelies fusionna avec Montignies-le-Tilleul. La commune est traversée par la Sambre

ÉtymologieModifier

ArmoiriesModifier

 
Blason de Montigny-le-Tilleul. Ces armoiries sont basées sur le sceau du village de 1785 qui montrait un tilleul. Le petit écu montre les armoiries de Guillaume-Joseph Comte de Looz, dernier seigneur de Landelies à la fin du XVIIIe siècle.
Blasonnement : D’or à un arbre au naturel terrassé de sinople, chargé en abime d’un écu écartelé : aux 1 et 4, burelé d’or et de gueules de dix pièces (Looz), aux 2 et 3 d’argent à deux fasces de sable (Diest) et sur le tout d’hermine à deux fasces de gueules (Corswarem)[5].



 
Armoiries du Comté de Loon.
Blasonnement : Burelé d'or et de gueules.



 
Armoiries de Diest.
Blasonnement : D’argent à deux fasces de sable.



DémographieModifier

Elle comptait, au , 10 120 habitants (4 771 hommes et 5 349 femmes), soit une densité de 670,20 habitants/km²[6] pour une superficie de 15,10 km².

Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année[7]

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[8]

Personnalités liées à la communeModifier

Folklore et cultureModifier

Un petit cortège de gilles et de « paysannes » se déroule le 1er dimanche de juillet, de 14 à 19 heure.

Depuis 2009 a lieu au printemps le Thirtysfaction Festival. Ce festival pop/rock, avec une touche de chanson française, met en avant des groupes belges. Il détient le titre officieux de « premier festival de la saison »[9].

JumelagesModifier

Montigny-le-Tilleul est jumelée avec les communes suivantes[10] :

Notes et référencesModifier

  1. « Marie-Hélène Knoops succède officiellement à Véronique Cornet comme bourgmestre de Montigny-le-Tilleul », L’Avenir,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2015)
  2. a b et c Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Bruxelles, Éditions Racine, (ISBN 2-87386-409-5), p. 424.
  3. P.-C. Lecomte, L’observateur impartial aux armées de la Moselle, des Ardennes, de Sambre et Meuse, et de Rhin-Moselle, depuis la fin de 1792, jusques et compris le premier trimestre de l’an 5 de la République (fin de 1796), Paris : Onfroy & Strasbourg : Treuttel, an V, p. 32.
  4. Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la province de Hainaut, Bruxelles, A l’établissement géographique, (lire en ligne), pp. 347-348.
  5. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 2 : Communes wallonnes M-Z, Communes bruxelloises, Communes germanophones, Bruxelles, Dexia, , p. 562.
  6. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  7. 3_Population_de_droit_au_1_janvier,_par_commune,_par_sexe_2011_2014_G_tcm326-194205 sur le site du Service Public Fédéral Intérieur
  8. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
  9. Article de Vers l’Avenir,  : Thirtysfaction garantie.
  10. « Comité de jumelage — Montigny-le-Tilleul », sur www.montigny-le-tilleul.be (consulté le 29 avril 2016)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Guy Weyn, « Les avoués de Thuin : Contribution à l’histoire de l’abbaye de Lobbes et des seigneurs de Marchienne, Mont-sur-Marchienne et Montigny-le-Tilleul », Documents et rapports de la Société royale d’archéologie et de paléontologie de Charleroi, t. LVIII,‎ 1979-1981, p. 73-168
  • J. Sottiaux, Histoire de Montigny-le-Tilleul, Marchienne-au-Pont, 1946.
  • André Lépine, La ligne 132 en cartes postales anciennes, Cahier du Musée de Cerfontaine no 500, 120 vues, 1998.