Ouvrir le menu principal

Joseph Méry

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méry.
Joseph Méry
Joseph Méry by Alophe.png
Lithographie de Méry par Alophe.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Joseph MéryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Genres artistiques
signature de Joseph Méry
Signature de Joseph Méry.
Statue on the grave of Joseph Méry.jpg
Statue sur la tombe de Méry au cimetière de Montmartre.

Joseph Méry, né le aux Aygalades et mort le [1] à Paris, est un journaliste, romancier, poète, dramaturge et librettiste français.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études au lycée Thiers de Marseille, Méry se jeta de bonne heure dans le parti bonapartiste[2]. Sa première célébrité lui vint d’une satire en vers qui lui valut quinze mois de prison en 1820[2]. Il collabora au journal la Méditerranée, et il fonda, plus tard, le Phocéen, journaux qui ont fusionné pour devenir le Sémaphore.

Monté à Paris, en , il fait la connaissance d’Auguste Barthélemy, et rédige avec lui des satires, comme les Sidiennes, la Villéliade, – que l’éditeur avait payée 25 000 fr. –, le Napoléon en Égypte, la Peyronnéide, la Guerre d’Alger, et un grand nombre de romans et de nouvelles aujourd’hui oubliés. Il a produit beaucoup de romans et de pièces de théâtre, son premier roman ayant été le Bonnet vert et la Bataille de Toulouse sa première pièce[2].

Lors de la Révolution de Juillet, il prit le fusil et composa un poème, l’Insurrection, et un hymne, la Tricolore, dont Halévy a composé la musique[2]. En , parut la Némésis mais, la seconde année, le Gouvernement ayant demandé à Méry et à Barthélémy 100 000 francs de cautionnement, les auteurs furent obligés de cesser leur publication.

En , il fonde avec Louis-Charles Mahé de La Bourdonnais la première revue échiquéenne Le Palamède. En , il va en Italie retrouver la reine Hortense[2]. En 1847, il publie un recueil de règles de jeux intitulé L'Arbitre des jeux, accompagné de poèmes sur ce thème.

Librettiste, il a écrit aussi pour le théâtre, notamment La Bataille de Toulouse,, que Verdi a adapté pour son opéra La battaglia di Legnano.

De son temps, il est reconnu pour son esprit et ses capacités d’improvisation. Il produit plusieurs pièces de théâtre à Paris et collabore avec Gérard de Nerval à des adaptations de pièces, dont quelques-unes de Shakespeare.

« Trois de ses ouvrages sont considérés comme des romans criminels : Le Bonnet vert (Boulland, 1830) ; L'Assassinat (Lanel & Guyot, 1832) et Salons et souterrains de Paris (Lévy, 1851)[3] ».

Ami de Balzac, Hugo, Gautier, Nerval, Dumas, il fréquente les cercles littéraires et intellectuels à la mode. Journaliste de métier, « ses critiques contre le gouvernement de la Restauration lui valent trois mois de prison »[3]. Alexandre Dumas décrit ainsi son ami Joseph Méry : « C'est une de ses créatures à part que Dieu a faites en souriant, et dans laquelle il a mis tout ce qu'il y a de bon, d'élevé et de spirituel dans les autres hommes. Méry, c'est un cœur d'ange, c'est une tête de poète, c'est un esprit de démon »[4].

En , Alexandre Dumas invite tous les poètes de France à faire montre de leurs talents en composant des poèmes à partir de bouts-rimés choisis à cet effet par Joseph Méry. En , Georges Bizet compose son recueil pour piano Les Chants du Rhin, en s’inspirant de six de ses stances. À l’opéra, il a signé notamment le livret de Sémiramis (1860), opéra en 4 actes de Rossini et, en collaboration avec Camille du Locle, Don Carlos (1867), opéra en cinq actes de Verdi.

Il était le frère de Louis Méry[5], journaliste au Caducée, au Tambourinaire et au Ménestrel, archiviste de la ville de Marseille, auteur d’une Histoire de Provence en quatre volumes, parue de 1830 à 1837. Il a succombé à une maladie du larynx[6]. Il avait reçu une pension de Napoléon III.

ŒuvreModifier

Romans, nouvelles et proses diversesModifier

  • Le Quartier général des jésuites, ou la Ligue à Marseille et à Aix, Paris, A.-J. Denain, 1829.
  • Le Bonnet vert, Paris, Boulland, 1830.
  • L'Assassinat, scènes méridionales de 1815, Paris, U. Canel et A. Guyot, 1832.
  • Scènes de la vie italienne, 2 vol., Paris, Dumont, 1837.
  • Les Nuits de Londres, 2 vol., Paris, Dumont, 1840.
  • Un amour dans l'avenir, 2 vol., Paris, Dumont, 1841 disponible sur Gallica disponible sur Gallica
  • Le Siège de Marseille par le connétable de Bourbon, chronique du XVIe siècle, Paris, Dumont, 1841.
  • Anglais et Chinois, Paris, Michel Levy frères, , 116 p., 1 vol. in-16 (lire en ligne).
  • La Comtesse Hortensia, Paris, Victor Magen, 1844.
  • Héva, Paris, Michel Levy frères, , 273 p., 18 cm (lire en ligne).
  • La Floride, Paris, Calmann-Levy, , 292 p., 1 vol. 19 cm (lire en ligne).
  • L'Éden, mystère en 2 parties, Paris, Vve Jonas, 1844.
  • La Guerre du Nizam, Paris, Magen, 1847.
  • Un mariage de Paris, 2 vol., Paris, G. Roux et Cassanet, 1849.
  • André Chénier, 3 vol., Paris, Wittersheim, 1849.
  • La Juive au Vatican : ou Amor e Roma, Paris, Arnauld de Vresse, , 2 vol. (lire en ligne).
  • Muses et fées. Histoire des femmes mythologiques, avec Louis-François Raban, Paris, G. de Gonet, 1851.
  • Salons et souterrains de Paris, 3 vol., 1851.
  • Trafalgar, 4 vol., Paris, Michel Levy, 1852-1853.
  • Georges Bell, La Ferme de l'Orange : précédée d’une Étude littéraire sur Méry, Paris, Baudry, , XXVIII-248 p., 1 vol. in-16.
  • Le Dernier Fantôme, Paris, Gabriel Roux, 1853.
  • Nouvelles nouvelles, Paris, Hachette, , 251-4 p., 19 cm (lire en ligne).
  • Les Nuits anglaises, contes nocturnes, Paris, Michel Lévy frères, 1853.
  • Les Nuits italiennes : contes nocturnes, Paris, Michel Levy frères, , 314 p., in-12 (lire en ligne).
  • Les Nuits d'Orient : contes nocturnes, Paris, Michel Levy frères, , xii-341 p., in-18 (lire en ligne).
  • Les Nuits espagnoles, Paris, Michel Lévy frères, 1854.
  • Saint-Pierre de Rome, Paris, Gabriel Roux & Cassanet, , 320 p., 2 vol. in-8° (lire en ligne).
  • Un amour dans le crime, 2 vol., 1854.
  • Une histoire de famille, 2 vol., 1854.
  • Le Paradis terrestre, 2 vol., 1855.
  • Trois bluettes : Le Voile. La Pèlerine. Le Manchon, 1855.
  • Les Nuits parisiennes, 1855.
  • Histoire d'une colline, 1855.
  • Le Bonheur d'un millionnaire, 1855.
  • Le Château d'Udolphe, 1855.
  • Les Damnés de Java, 3 vol., 1855.
  • Les Matinées du Louvre : paradoxes et rêveries, entretiens de salons, 1855.
  • Un carnaval de Paris, 1856.
  • Les Amants du Vésuve, 1856.
  • La Circé de Paris, 2 vol., 1856.
  • Les Deux Amazones, 1857.
  • Ems et les bords du Rhin, 1858.
  • Monsieur Auguste, 1859.
  • Le Château vert, 1859.
  • Napoléon en Italie, 1859.
  • Le Château des trois tours, 1860.
  • Marseille et les Marseillais, Paris, Calmann-Levy, , 308 p., 19 cm (lire en ligne).
  • Contes et nouvelles, Paris, L. Hachette, , 321 p., in-16 (lire en ligne).
  • Ursule, 1860.
  • Un crime inconnu, 1861.
  • Une nuit du midi, 1862.
  • La Comédie des animaux, histoire naturelle en action, 1862.
  • Les Amours des bords du Rhin, 1864.
  • Les Uns et les Autres, 1864.
  • La Vie fantastique, 1864.
  • La Prima Dona. Précédé du Bonheur des grandes artistes, 1866.
  • La Chasse au chastre, 1860.
  • Les Journées de Titus, Paris, Michel Lévy frères, , 376 p., in-18 (lire en ligne).
  • La Vénus d'Arles, 1866.
  • Les Fleurs mystérieuses, 1867.
  • Le Château de la favorite, 1874.
  • Marthe la blanchisseuse. La Vénus d'Arles, Paris, Michel Lévy frères, , 302 p., in-18 (lire en ligne).
  • La Cour d'amour, Paris, Calmann-Levy, , 275 p., 1 vol. in-12 (lire en ligne).
  • La Comtesse Adrienne, 1876.

PoésieModifier

  • Une revanche de Waterloo, ou Une partie d'échecs : poème héroï-comique, Paris, Au Club des Panoramas, , 19 p., in-8°.
  • L'Arbitre des jeux : accompagné de petits poèmes historiques, Paris, Gabriel de Gonet, , 506 p., 11 cm (OCLC 68974928).
  • Mélodies poétiques, Paris, V. Lecou, , 280 p., 18 cm (OCLC 32914495).
  • Les Vierges de Lesbos : poème antique, Paris, G. Bell, , 24 p., 31 cm (OCLC 38285269, lire en ligne).
  • Poésies intimes, mélodies, Paris, Michel Lévy Frères, , 316 p., 18 cm (OCLC 457723751).

ThéâtreModifier

  • La Bataille de Toulouse, ou un Amour espagnol, drame en 3 actes, en prose, Paris, Théâtre Beaumarchais, .
  • L'Univers et la Maison, comédie en 5 actes et en vers, Paris, théâtre de l'Odéon, 3 novembre 1846.
  • Le Quinze Janvier, ou Comédiens et parrains, comédie en un acte et en vers, Paris, Théâtre de l'Odéon, .
  • Le Paquebot, comédie en 3 actes et en vers, Paris, Théâtre de l'Odéon, .
  • Le Vrai Club des femmes, comédie en 2 actes, en vers, Paris, Comédie-Française, .
  • Une veuve inconsolable, ou Planète et satellites, comédie en 4 actes et en prose, Paris, Théâtre de l'Odéon, .
  • Raphaël, comédie historique en 3 actes, en vers, 1851.
  • Le Sage et le Fou, comédie en 3 actes, en vers, avec Bernard Lopez, Paris, Théâtre-Français, .
  • Gusman le Brave, drame en 5 actes et en vers, Paris, Théâtre de l'Odéon, .
  • Aimons notre prochain, parabole en 1 acte, en prose, Paris, Salle Herz, 2 mai 1854.
  • L'Essai du mariage, comédie en 1 acte, en prose, Paris, Théâtre-Français, .
  • Frère et Sœur, drame en 5 actes, avec Bernard Lopez, Paris, théâtre de l'Ambigu-Comique, .
  • Les Deux Frontins, comédie en 1 acte, en vers, avec Paul Siraudin, Paris, Théâtre-Français, .
  • La Fiancée aux millions, comédie en 3 actes, en vers, avec Bernard Lopez, Paris, théâtre de Belleville, .
  • Théâtre de salon : Après deux ans. La Coquette. Aimons notre prochain. Le Château en Espagne. Être présenté. La Grotte d'azur. Une veuve inconsolable, Paris, Michel Levy frères, , 339 p., in-12 (lire en ligne).
  • Nouveau théâtre de salon : La Comédie chez soi. Une éducation. Comédiens et diplomates. M. Rousseau. Gloire et amour. Le Récit de Théramène. La Soubrette de Clairon. Le Prix de famille, 1865.

LivretsModifier

  • Maître Wolfram, musique d’Ernest Reyer, opéra-comique en 1 acte, 1854.
  • Herculanum, musique de Félicien David, opéra en quatre actes, 1859.
  • Sémiramis, musique de Gioachino Rossini, opéra en 4 actes, 1860.
  • Érostrate, musique d’Ernest Reyer, opéra en 2 actes, avec Émilien Pacini, 1862.
  • Jeanne d'Arc, musique de Gilbert Duprez, opéra en 5 actes, avec prologue, avec Édouard Duprez, 1865.
  • Don Carlos, musique de Giuseppe Verdi, opéra en cinq actes, avec Camille du Locle, 1867.

Publications écrites en collaborationModifier

Publications écrites en collaboration avec Auguste BarthélemyModifier

  • Sidiennes, épîtres-satires sur le dix-neuvième siècle, Paris, Stahl, 1825.
  • Biographie des quarante de l'Académie française, Paris, chez les marchands de nouveautés, 1826.
  • Les Jésuites, épître à M. le président Séguier, Paris, chez les marchands de nouveautés, 1826.
  • La Villéliade ou la prise du château Rivoli. Poème héroï-comique en cinq chants, Paris, Marchands de nouveautés, 1826, disponible sur Gallica
  • Une soirée chez M. de Peyronnet ou le seize avril. Scène dramatique, 1827.
  • La Censure, scène historique, Paris, Marchands de nouveautés, 1827.
  • Rome à Paris, poème en 4 chants, Paris, Ambroise Dupont, 1827.
  • Le Congrès des ministres, ou la Revue de la garde nationale : scènes historiques, Paris, Ambroise Dupont, 1827, disponible sur Gallica
  • Peyronnéide, épître à M. de Peyronnet, Paris, Ambroise Dupont, 1827.
  • La Corbiéréide, poème en 4 chants, Paris, Ambroise Dupont, 1827, disponible sur Gallica
  • La Bacriade, ou la Guerre d'Alger, poème héroï-comique en 5 chants, Paris, Ambroise Dupont, 1827.
  • Napoléon en Égypte, poème en 8 chants, Paris, Ambroise Dupont, 1828.
  • Le Fils de l'homme, ou Souvenirs de Vienne, Bruxelles, H. Tarlier, 1829.
  • Waterloo. Au général de Bourmont, Paris, A.-J. Denain, 1829.
  • L'Insurrection, poème dédié aux Parisiens, Paris, A.-J. Denain, 1830.
  • Œuvres de Barthélemy et Méry, Paris, A.-J. Denain, 1831.
  • Les Aygalades et Fontainieu, Marseille, Feissat aîné et Demonchy, 1834.

Publications écrites en collaboration avec Gérard de NervalModifier

  • Le Chariot d'enfant drame en vers, en 5 actes et 7 tableaux, traduction du drame indien du Roi Soudraka, D. Giraud et J. Dagneau, 1850, disponible sur Gallica
  • L'Imagier de Harlem, ou la Découverte de l'imprimerie, drame-légende à grand spectacle, en 5 actes et 10 tableaux, en prose et en vers, avec Gérard de Nerval et Bernard Lopez, ballets d’Adrien, Paris, Librairie théâtrale, 1852, disponible sur Gallica

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Certaines sources, notamment le Dictionnaire des littératures policières, donnent le comme date de décès, mais les journaux de l’époque rapportent sa mort en juin 1866.
  2. a b c d et e Georges Marye, « Causerie », Journal des arts : peinture, sculpture, architecture, gravure, arts appliqués à l'industrie, poésie, musique, théâtres, modes, etc., no 7,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  3. a et b Claude Mesplède (dir.), Dictionnaire des littératures policières, vol. 2 : J - Z, Nantes, Joseph K, coll. « Temps noir », , 1086 p. (ISBN 978-2-910-68645-1, OCLC 315873361), p. 356.
  4. Alexandre Dumas, Impressions de voyage : Midi de la France, t. 2, Paris, Michel Lévy frères, , 293 p. (lire en ligne), p. 120.
  5. Né à Marseille le , mort le .
  6. « Méry », Le Monde illustré, vol. 18, no 480,‎ , p. 396 (lire en ligne).

SourcesModifier

NoticesModifier

Textes en ligneModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Quatre nouvelles humoristiques (introduction et notes d’Ernest Jaubert), Paris, Bossard, coll. « des chefs-d’œuvre méconnus », , Bibliothèque électronique de Lisieux (lire en ligne).