Joanna Shimkus

actrice de cinéma, chanteuse
Joanna Shimkus
Naissance (76 ans)
Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Profession Actrice
Films notables Les Aventuriers
Tante Zita
La Vierge et le Gitan
Le Temps d'aimer

Joanna Shimkus, née le à Halifax (Nouvelle-Écosse), est une actrice canadienne, surtout connue pour ses films de la deuxième moitié des années 1960.

Elle est l'épouse de l'acteur américain Sidney Poitier et la mère de l'actrice Sydney Tamiia Poitier.

BiographieModifier

Joanna Shimkus est née à Halifax d'un père juif lituanien et d'une mère d'origine irlandaise. Son père travaille pour la Marine royale du Canada. Elle fréquente l'école du couvent des Sœurs du Saint-Nom à Montréal, au Québec, et grandit dans cette ville[1],[2],[3],[4].

Âgée de 19 ans, elle vient à Paris, où elle travaille comme mannequin[4]. Vite remarquée, elle commence une carrière au cinéma en 1964, en tournant dans un film de Jean Aurel, De l'amour. Elle devient l'actrice fétiche du réalisateur Robert Enrico, qui la choisit pour des rôles importants dans trois de ses films : Les Aventuriers en 1967, aux côtés Alain Delon et de Lino Ventura[5], Tante Zita, toujours en 1967, où elle interprète des chansons de François de Roubaix avec une « voix chaude et intimiste »[6], et Ho ! en 1968[7]. Si Les Aventuriers sont au bout du compte un succès qui contribue à la faire connaître, le tournage a été tendu : Alain Delon a essayé d'imposer son épouse Nathalie Delon pour le rôle joué par Joanna Shimkus[8].

Elle interprète aussi en duo avec Sacha Distel la chanson Ces mots stupides[9], adaptation de Somethin' Stupid, créée aux États-Unis et interprétée notamment par Frank et Nancy Sinatra.

En 1968, elle tourne dans Boom de Joseph Losey, aux côtés d'Elizabeth Taylor et Richard Burton[10], et l'année suivante dans The Lost Man, au cours duquel elle rencontre Sidney Poitier, son partenaire dans le film et futur mari dans la vie. Elle figure également comme actrice vedette dans L'Invitée de Vittorio De Seta en 1969, puis dans plusieurs films de Christopher Miles au début des années 1970.

Elle prend ensuite sa retraite d'actrice, a deux filles, Anika et Sydney Tamiia (née en 1973, devenue également actrice), avec Sidney Poitier qu'elle épouse le [11]. Joanna Shimkus a trois petits-enfants : deux chez Anika et un chez Sydney Tamiia.

FilmographieModifier

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Joanna Shimkus » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Joyce Haber, « Joanna Shimkus: Filmdom's Beautiful Ugly Duckling », Los Angeles Times, .
  2. (en) Joyce Haber, « Joanna Shimkus Happy To Get By On Personality », Toledo Blade, .
  3. (en) « She's From Halifax », The Calgary Herald, .
  4. a et b (en) Enid Nemy, « And, Besides, She Can Type », The New York Times, .
  5. Jean de Baroncelli, « Les Aventuriers », Le Monde, .
  6. Gilles Loison, François de Roubaix, charmeur d'émotions, éditions Chapitre douze, (lire en ligne), p. 189.
  7. Jean de Baroncelli, « HO ! », Le Monde, .
  8. Vincent Quivy, Alain Delon, ange et voyou, Le Seuil, (lire en ligne).
  9. « Sacha Distel et Johanna Shimkus - Ces mots stupides », sur youtube.com.
  10. Nicole Zand, « Entretien avec Joseph Losey " Boom ! " est un film sur le déclin du monde occidental », Le Monde, .
  11. Margaret Macdonald, « Il était une fois... Sidney Poitier », Paris Match, .

AnnexesModifier

Liens externesModifier