Vittorio De Seta

cinéaste italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seta.
Vittorio De Seta
Vittorio De Seta.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Mère
Maria Elia De Seta Pignatelli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Vittorio De Seta, né le à Palerme en Sicile et mort le à Sellia Marina[1], est un réalisateur de cinéma italien.

BiographieModifier

Après avoir entrepris des études d'architecture, Vittorio De Seta les interrompt pour devenir l'assistant du réalisateur français Jean-Paul Le Chanois (Le Village magique, 1955). Mais, il dirige surtout, à partir de 1954, une série de documentaires dans l'extrême Sud italien qui l'a vu naître. Il traverse la Calabre, la Sicile, la Sardaigne avec sa caméra 16 mm et en rapporte des témoignages à caractère ethnographique non dénués d'inspiration poétique. En 1958, Pastori di Orgosolo et Un giorno in Barbagia, tournés en Sardaigne, annoncent son premier long métrage Bandits à Orgosolo (1961) qui obtient un vif succès critique mais dont la diffusion commerciale demeurera limitée. « Il montre pour la première fois avec rigueur les problèmes des paysans pauvres amenés à devenir des hors-la-loi. En tournant Padre padrone, les Taviani se souviendront de la leçon de De Seta. »[2]

Loin de l'esprit de cette première réussite, proche du néoréalisme, les films suivants dévoileront des préoccupations pour la psychanalyse. Un homme à moitié (Un uomo a metà, 1966) et L'Invitée (L'invitata, 1970) décrivent les désarrois d'êtres humains à la croisée des chemins.

En 1973, il s'oriente vers la télévision : Diario di un maestro (Journal d'un instituteur), découpé en quatre épisodes, retient l'attention de quinze millions de téléspectateurs italiens.

Son ultime long métrage Lettere dal Sahara (2006) témoigne, au fil de son œuvre, d'une volonté documentaire permanente. Au pavillon 7 de Cantieri Culturali della Zisa de Palerme, en 2012 est inaugurée une salle de cinéma de 500 places nommée d'après Vittorio De Seta, le Cinema De Seta , et ils sont projetés entre autres, le cineforum de films français organisés par l'Institut français de Palerme.

DocumentairesModifier

FilmographieModifier

RéférencesModifier

  1. (it) Pietro Caccavo, « Addio a De Seta, regista di "Banditi a Orgosolo" », La Repubblica,‎ (lire en ligne)
  2. Jean A. Gili, Hommage à Vittorio De Seta, Positif, no 614, avril 2011.

Liens externesModifier