Jeux d'influence

Série télévisée française
Jeux d'influence

Genre Série dramatique
Création Antoine Lacomblez
Jean-Xavier de Lestrade
Sophie Hiet
Pierre Linhart
Production Producteurs exécutifs :
Matthieu Belghiti
Jean-Xavier de Lestrade
Sociétés de production :
What’s Up Films
Arte France
Pictanovo
Stenola Productions
Acteurs principaux Alix Poisson
Laurent Stocker
Marie Dompnier
Pierre Perrier
Jean-François Sivadier
Marc Citti
Anne Coesens
Marilou Aussilloux
Romann Berrux
Christophe Kourotchkine
Nathalie Boutefeu
Anthony Bajon
Thierry Hancisse
Guillaume Marquet
Catherine Salée
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Arte
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée 62 minutes
Diff. originale – en production

Jeux d'influence est une série télévisée française réalisée par Jean-Xavier de Lestrade, mise en ligne le sur le service streaming d'Arte puis diffusée à la télévision du au sur Arte.

La série est aussi disponible depuis le , sur le service Amazon Prime Video avec un découpage de huit épisodes d'environ 48 minutes.

SynopsisModifier

Un agriculteur, Michel Villeneuve, tombe inanimé au pied de son tracteur, alors qu'il vient d'épandre un pesticide. L'entreprise qui le fabrique cherche à obtenir l'autorisation de mise sur le marché d'un nouveau produit présenté comme écologique et s'attache les services d'un cabinet de lobbying alors qu'un député mène un combat pour l'interdiction des pesticides les plus toxiques[1].

La série semble une « transposition en fiction de l’affaire Monsanto. Affaire qui a vu, en France, l’agriculteur Paul François attaquer en justice la firme américaine (depuis rachetée par Bayer), après être tombé malade en ayant utilisé un de leurs produits, le Lasso »[2],[3].

DistributionModifier

Fiche techniqueModifier

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Jean-Xavier de Lestrade évoque le souvenir de son père, agriculteur dans le Gers, qui lui avait envoyé une coupure de presse relative à l'affaire d’un paysan charentais, Paul François, qui avait déposé plainte contre Monsanto. Après l'affaire DSK, Jean-Xavier de Lestrade a l'idée de « raconter la porosité entre le milieu politique et des intérêts industriels — ces soirées réunissaient un ancien ministre, un commissaire de police, le grand patron d’une succursale de BTP, des escort-girls… C’était un mélange fascinant mais très fantasmatique. Or, je trouvais qu’il fallait aller au-delà du fantasme, et tâcher d’être le plus concret possible. En montrant quelles répercussions directes ces liens d’influences peuvent avoir sur la vie des gens, sur ce qu’ils mangent, sur ce qu’ils respirent… »[4].

Les scénaristes ont fourni un long travail de documentation, et notamment validé leurs scripts auprès d’élus et de lobbyistes. Le réalisateur explique: "Je voulais effectivement qu'on soit au plus près de la réalité, être le plus crédible possible. Dire aux téléspectateurs : ce que vous regardez est une fiction, mais c'est une fiction très documentée. Voilà comment ça se passe."[5] Alix Poisson indique s’être beaucoup documentée, notamment auprès de journalistes du Parisien et de Cash Investigation[4]. Même si la mini-série traite du pesticide "Limithrol", le réalisateur a reconnu que l'inspiration principale concerne le glyphosate de Monsanto : "aujourd'hui, si on remplace (dans la série) le terme « Limithrol » par « Glyphosate », on n'a rien de faux..."[6]

Le producteur Matthieu Belghiti indique que l'ambition est de « produire une série du réel qui interpelle nos concitoyens sur un enjeu aussi important, pour notre santé et notre environnement que les pesticides. Produire aussi une série dite politique sur les rapports tortueux qu’entretiennent de puissants groupes industriels avec le pouvoir, sur l’utilisation des lobbies pour défendre leurs intérêts »[7].

TournageModifier

La série est tournée à Roubaix, dans les anciens locaux de la Banque de France[4], ainsi qu'à Tours, en Belgique et en Ile-de-France de à [8],[9].

Accueil critiqueModifier

Jeux d'influence obtient le prix de la meilleure mini-série au festival de la fiction TV de La Rochelle en 2018[10].

Igor Hansen-Love estime que « Jeux d'influence colle à l'actualité comme aucune autre série française », et que cette série « pédagogique et effrayante, se dévore comme un polar trépidant, à mi-chemin entre Engrenages et Baron noir, et s'impose comme le meilleur feuilleton de l'année produit par la chaîne franco-allemande »[11]. En revanche, Émilie Grangeray juge la série décevante, en raison du traitement caricatural de ses personnages[12].

Saison 2Modifier

Une saison 2 est en cours d'écriture, reprenant les personnages de Guillaume Delpierre, Mathieu Bowman et Claire Lansel[13].

Notes et référencesModifier

  1. « Jeux d'influence (1/6) », sur ARTE (consulté le )
  2. Aude Massiot, « Jeux d'influence, l'affaire Monsanto revisitée en série », sur Libération.fr, Libération, (consulté le )
  3. Annabelle Laurent, « « Jeux d’influence », la série d’Arte qui résonne avec l’affaire Monsanto », sur usbeketrica.com, Usbek et Rica, (consulté le )
  4. a b et c Emilie Gavoille, « Sur le tournage de Jeux d’influence, la série qui sonde le lobby des pesticides », Télérama,‎ (lire en ligne)
  5. « Comment Jean-Xavier de Lestrade a réalisé la série Jeux d’influence | CNC », sur www.cnc.fr (consulté le )
  6. « Jeux d'influence (Arte) : "Sur le plan juridique, il a fallu faire très attention" », sur Premiere.fr, (consulté le )
  7. leblogtvnews.com, « DVD et VOD de La série Jeux d'influence, avec Alix Poisson et Laurent Stocker, le 5 juin (dès le 13 juin sur ARTE). », sur Leblogtvnews.com (consulté le )
  8. « Jeux d'influence, la mini-série tournée à Tours, en avant-première ce mercredi », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  9. « Jeux d’influence : la nouvelle série d’Arte par l’auteur de 3 X Manon », sur cineserie.com (consulté le )
  10. Carine Didier, « Arte : regardez en avant-première «Jeux d’influence», une série sur les lobbies », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  11. Igor Hansen-Love, « À la télé cette semaine : Jeux d'influence et Big Little Lies », L'Express,‎ (lire en ligne)
  12. Émilie Grangeray, « « Jeux d’influence » : pesticides et clichés en série », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Jeux d'influence : la saison 2 est en cours d'écriture », sur premiere.fr (consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier