Ouvrir le menu principal

Jehan Desanges

historien, philologue et épigraphiste français

BiographieModifier

Agrégé de grammaire en 1953, chargé de cours à l’École des hautes études de Tunis entre 1958 et 1959, chef de travaux, puis maître-assistant d’histoire ancienne à l’université de Dakar entre 1959 et 1963. Il est chargé d’enseignement en histoire ancienne à l’université d’Alger entre 1963 et 1964 puis à l’université de Nantes entre 1964 et 1976, avant d'en devenir maître de conférences après la soutenance de sa thèse en 1976. De 1983 à 2001, il est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, IVe section, puis directeur d’études pensionné[2].

Membre, puis président, de la Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths), membre de la Société nationale des antiquaires de France, ancien responsable du Réseau interuniversitaire d’études sur l’Afrique du Nord antique et l’Islam médiéval, ancien membre du Conseil national des universités, du Conseil scientifique et du Conseil d’administration de l’École française de Rome , du Conseil scientifique de l’Institut français d'archéologie orientale. Il est également membre, puis président, du conseil scientifique de la revue Aouras, du Conseil scientifique et du Comité de rédaction de l’Encyclopédie berbère ainsi que du Comité de rédaction de la série Graeco-Arabica (Athènes)[3].

Directeur d’une mission archéologique en République de Djibouti en 1987, il est membre, puis président, de la Société d’étude pour le Maghreb préhistorique, antique et médiéval; de la Société d’études latines; de la Société française d’études épigraphiques et de la Society for Libyan Studies. En 1961, il lance avec Serge Lancel la Bibliographie analytique de l'Afrique antique, dont ils rédigent 19 fascicules[3].

Membre de l’Institute for Advanced Study de Princeton[4], président scientifique du 121e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques et membre, puis vice président et président en alternance, du Comité de patronage étranger des congrès de l’Institute for Graeco-Oriental and African Studiesil. Il est Research Fellow à l'université de Princeton puis Visiting Fellow à l’université de Cincinnati en 2004. Correspondant français de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 2000, il est élu le 4 mai 2012 comme membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, au fauteuil de Claude Nicolet[3].

DécorationsModifier

Principales publicationsModifier

  • Catalogue Des tribus africaines de l'Antiquité classique à l'ouest du Nil, éd. Publications de la section d'histoire de l'université de Dakar, Dakar, 1962[5]
  • Recherches sur l'activité des Méditerranéens aux confins de l'Afrique (VIe siècle avant J-C. – IVe siècle après J.-C.), éd. Collection de l'École française de Rome, Rome, 1978[6]
  • Pline l'Ancien, histoire naturelle, 1-46 (L'Afrique du Nord), texte établi, traduit et commenté, éd. Les Belles Lettres, Paris, 1980[7]
  • Les Routes millénaires (en collaboration avec M. Mollat du Jourdin), éd. Nathan, Paris, 1988
  • Sur les routes antiques de l’Azanie et de l’Inde. Le Fonds Révoil du musée de l'Homme (Heïs et Damo, en Somalie) (en collaboration avec E.M. Stern et P. Ballet), éd. l'Académie des inscriptions et belles-lettres, nouvelle série, XIII, Paris, 1993[8]
  • Toujours Afrique apporte fait nouveau. Scripta minora, éd. Boccard, Paris, 1999[9]
  • Pline l’Ancien, histoire naturelle, Livre VI, 4e partie (L’Asie africaine sauf l’Égypte, les dimensions et les climats du monde habité), texte établi, traduit et commenté, éd. Les Belles Lettres, Paris, 2008[10]
  • La Nouvelle Carte des voies romaines de l’Est de l’Africa dans l’Antiquité tardive d’après les travaux de P. Salama (Direction avec Claude Lepelley et Noël Duval), éd. Brepols, Turnhout, 2010[11]
  • Strabon, Géographie, tome XV, Livre XVII, 2e partie (L'Afrique, de l'Atlantique au Golfe de Soloum), texte établi, traduit et commenté, éd. Les Belles Lettres, Paris, 2014[12]

Notes et référencesModifier

  1. « Jehan Desanges », sur babelio.com
  2. « Jehan Desanges », sur revues.org
  3. a b et c « DESANGES, Elie, Marcel, Henri, Jehan », sur aibl.fr
  4. « Jehan Desanges », sur ias.edu
  5. Henri Moniot, « Jehan Desanges, Catalogue des tribus africaines de l'Antiquité classique à l'ouest du Nil », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 19, no 1,‎ , p. 199 (lire en ligne)
  6. Monod, Théodore, « Desanges, Jehan, Recherches sur l'activité des Méditerranéens aux confins de l'Afrique (IVe siècle av. J.-C.) — IVe siècle après J.-C. », Journal des africanistes, vol. 49, no 1,‎ , p. 183-187 (lire en ligne)
  7. Louis Maurin, « Pline l'ancien, "Histoire Naturelle ; Livre V, 1-46, lère partie : L'Afrique du Nord. Texte établi, traduit et commenté par Jehan Desanges" », Revue des études anciennes, vol. 83,‎ , p. 161-163 (lire en ligne)
  8. (en) Carol Meyer, « Sur les routes antiques de l'Azanie et de l'Inde : Le fonds Révoil du Musée de l'Homme (Heïs et Damo, en Somalie) . Jehan Desanges, E. Marianne Stern, Pascale Ballet », Journal of Near Eastern Studies, vol. 56, no 4,‎ , p. 282-283 (lire en ligne)
  9. Louis Maurin, « Dessanges (Jehan), Toujours l'Afrique apporte fait nouveau. Scripta Minora », Revue des Études Anciennes, vol. 103, no 3,‎ , p. 599-600 (lire en ligne)
  10. Monique Mund-Dopchie, « Jehan Desanges, "Pline l’Ancien. Histoire naturelle. Livre VI, 4e partie (L’Asie africaine sauf l’Égypte, les dimensions et les climats du monde habité)" », L'Antiquité classique, vol. 80,‎ , p. 319-320 (lire en ligne)
  11. Monique Dondin-Payre, « Jean Desanges et al. (Coord.), "Carte des routes et des cités de l’est de l’Africa à la fin de l’antiquité. Nouvelle édition de la carte des « Voies romaines de l’Afrique du nord » conçue en 1949" », L'Antiquité classique, vol. 81,‎ , p. 523-525 (lire en ligne)
  12. Évelyne Samama, « Strabon, "Géographie. Tome XV, Livre XVII, 2e partie. L’Afrique de l’Atlantique au Golfe de Soloum, Texte établi et traduit par B. Laudenbach, commenté par J. Desanges" », Revue des études grecques, vol. 127,‎ , p. 636-637 (lire en ligne)

Liens externesModifier