Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nabert.
Jean Nabert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean Francisque NabertVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Distinction

Jean Nabert, né le 27 juin 1881 et mort le 13 octobre 1960 à Loctudy dans sa propriété de Bretagne (29125), agrégé de philosophie, est un philosophe français représentant de la philosophie réflexive. Blessé à Verdun, la Croix Rouge l'envoie en Suisse. Inspecteur Général de l'Académie. Il fut professeur de philosophie en première supérieure au lycée Henri-IV de 1931 à 1941, et fut notamment le professeur de Jean Paul Sartre. Il fut également Directeur de la Bibliothèque Victor Cousin. Son épouse, Jeanne, née Neis, est écrivaine (Le Cavalier de la mer, l'ilienne, etc.).

Sa philosophieModifier

De son vivant, Nabert n'a publié que trois œuvres, qui suffisent à lui donner une place de choix en tant que représentant de la philosophie réflexive française. Sa réflexion morale et métaphysique a exercé une influence déterminante sur Paul Ricœur, qui contribua à la redécouverte de son œuvre[1],[2].

La philosophie réflexiveModifier

Voyant dans Maine de Biran le père de la philosophie réflexive que représentent Lachelier, Lagneau et Brunschvicg, Nabert distingue « une réflexion où c'est l'absolu qui se réfléchit dans le mouvement d'une conscience particulière et une réflexion qui constitue, d'abord, le sujet lui-même...»[3]. Dans cette seconde orientation à laquelle Nabert se rattache et, sans que soit en rien reniée la conscience transcendantale kantienne, l'esprit est surtout considéré dans ses actes et dans ses productions. L'analyse réflexive ainsi conçue rapporte donc « aux actes de la conscience constituante l'organisation du monde et les déterminations de l'idéal »[4].

La libertéModifier

L'éthiqueModifier

Le malModifier

"L'injustifiable (...) ce n'est pas encore le mal; il y faut la complicité du vouloir. Mais c'est ce qui permet de restituer au mal toutes ses dimensions." (Essai sur le mal, Cerf, 1997, p.61)

Le divin et DieuModifier

PublicationsModifier

  • l'Expérience intérieure de la Liberté, PUF, 1923, 2e éd. augmentée d'un choix d'articles, d'une préface de Paul Ricœur et d'une bibliographie, PUF, 1992
  • Éléments pour une éthique, PUF, 1943, 2e éd. avec une préface de Paul Ricœur, Aubier, 1962
  • Essai sur le mal, PUF, 1955, 2e éd.,avec une préface de Paule Levert, Aubier, 1970
  • "Le divin et Dieu", in Les Études philosophiques, 1959-n°3, juillet-septembre, PUF
  • Le Désir de Dieu, recueil de textes posthumes, préface de Paul Ricœur, Aubier, 1966, 2e éd. augmentée du texte inédit La conscience peut-elle se comprendre ?, présenté par Emmanuel Doucy, aux éditions du Cerf, 1996

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Die Bewegung der Reflexion in der Ethik Jean Naberts, Philos.Diss. von Walter Kirchgessner, Universität Mainz, 1983
  • Jean Nabert ou l'exigence absolue de Paule Levert, Seghers, 1971.
  • La philosophie religieuse de Jean Nabert de Jacques Baufay, Presses Universitaires de Namur, 1974, texte partiellement en ligne.
  • Les grandes lignes de la philosophie de Monsieur Jean Nabert de Ludovic Robberechts, Louvain, 1960.
  • Essai sur la philosophie réflexive, vol. II, Jean Nabert et après, de Ludovic Robberechts, Presses universitaires de Namur, 1974 (ISBN 2870370512), (ISBN 9782870370513), texte partiellement en ligne.
  • L'itinéraire de la conscience : étude de la philosophie de Jean Nabert (coll. « Analyse et raisons », 4), Paris, Aubier, 1963, 517 p.
  • Le problème de Dieu dans la philosophie de Jean Nabert de Paul Naulin, Presses Universitaires Blaise Pascal, 1980, texte partiellement en ligne.
  • « La philosophie de Jean Nabert et la morale de l'autonomie », Les Études philosophiques, n° 3, juillet-septembre 1962.
  • Évolution éthico-religieuse de Jean Nabert vers le Christ des Évangiles de Jacques François Thomas, éd. A. G. Nizet, 1969.
  • Jean Nabert et la question du divin de Philippe Capelle, éd. du Cerf, 2003. (ISBN 2204073458), (ISBN 9782204073455)
  • La solitude chez Jean Nabert de Lorraine Lamoureux, Université de Montréal, 1977.
  • La dialectique de l'aspiration dans la philosophie de Jean Nabert de Georges Nassib Khairallah, Faculté des lettres Paris-Sorbonne.
  • « Sentiment et vénération et volonté d'égalité à soi-même chez Jean Nabert » d'André-A. Devaux, in Les Études philosophiques 1962, n° 3, numéro spécial Jean Nabert, PUF.
  • Jean Nabert, l'affirmation éthique de Stéphane Robilliard, Frédéric Worms et al., Beauchesne, coll. Prétentaine, 2010.

Liens externesModifier

NotesModifier

  1. Cf. Paul Ricœur, l'itinérance du sens de Jean Greisch, p. 377, éd. Jérôme Millon, 2001, (ISBN 2841371182), (ISBN 9789068317930) [1]
  2. Paul Ricœur, une poétique de la morale d'Alain Thomasset, note 49 p. 74, éd. Peeters Publishers, 1996 (ISBN 9068317938), (ISBN 9782841371181) [2]
  3. La philosophie réflexive, article de Jean Nabert, vol. 19, p. 19.04-14 de L'Encyclopédie française, Larousse, 1957. Rééd. au PUF, 1992.
  4. Ibid. p. 19.06-2.