Ouvrir le menu principal

Nouvelle Revue théologique
NRT
Image illustrative de l’article Nouvelle Revue théologique
Couverture NRT 2015.

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue française
Périodicité trimestrielle
Format 176 pages
Genre Théologie, Culture religieuse
Prix au numéro 18 €
Diffusion 2200 exemplaires ex. (janvier 2015)
Fondateur Jean-Joseph Loiseaux
Date de fondation 1869
Date du dernier numéro en cours
Éditeur A.S.B.L. Nouvelle revue théologique
Ville d’édition Bruxelles

Propriétaire Compagnie de Jésus
Directeur de publication Alban Massie s.j.
Comité éditorial A. Massie s.j., L. Calmeyn, B. Joassart s.j., J.-L. Deloffre, J.-M. Hennaux, s.j., P. Ide, D. Janthial, M.-G. Lemaire, A. Mattheeuws s.j.
ISSN 0029-4845
Site web Nouvelle Revue théologique

La Nouvelle Revue théologique [NRT] est une revue de recherches et réflexion théologique fondée en 1869 par Jean-Joseph Loiseaux, un prêtre du diocèse de Tournai. Depuis 1921 elle est dirigée par des jésuites, de Louvain d'abord, aujourd'hui de l'Institut d'études théologiques[1], faculté jésuite de théologie de Bruxelles.

HistoriqueModifier

Jean-Joseph Loiseaux (1815-1904), prêtre du diocèse de Tournai, fonde en 1847 une première revue, les Mélanges théologiques, qu’il dirige également. Divers problèmes interrompent sa publication en 1853. Loiseaux relance l’idée avec la Revue théologique qu’il lance en 1856. Il en est le directeur jusqu’en 1863. Nouveaux ennuis, et nouvelle interruption. Pas découragé pour autant l’abbé Loiseaux, devenu religieux sous le nom de père Piat, repart et, avec la collaboration des éditions Casterman (de Tournai) commence la publication de la Nouvelle Revue théologique en 1869. La revue ne connaîtra par la suite d’autre interruption que celles des deux guerres mondiales.

Le fondateur est directeur de la revue jusqu’en 1895. La revue passe alors entre les mains des pères rédemptoristes qui la dirigent de 1895 à 1907. La maison Casterman trouve alors un repreneur en la personne d’un jésuite français de Toulouse, Jules Besson (1855-1940) qui fusionne les ressources de deux revues, la Revue théologique française et la Nouvelle Revue théologique, tout en gardant l’éditeur Casterman et le titre belge. De Toulouse, où il est retourné résider après la guerre, Besson dirige la NRT jusqu’en 1921.

Appelé à Rome pour un travail lié à ses compétences de canoniste Besson demande aux jésuites belges de reprendre la revue. Ainsi en 1921 le travail éditorial est repris par les jésuites belges, l’imprimeur restant Casterman. Cette responsabilité est assumée par un groupe de professeurs enseignant la théologie aux jeunes jésuites en formation, à Louvain d’abord (1921 à 1948) puis au théologat jésuite saint Albert de Louvain (à Eegenhoven-Louvain), de 1948 à 1972.

Entre-temps, et à la suite de l’invitation conciliaire au renouveau, Philippe Franchimont, provincial des jésuites belges, charge Albert Chapelle de repenser l’enseignement donné à la faculté de théologie. En 1968 sous son impulsion est mis en route un processus de renouvellement des méthodes d’enseignement : c’est la naissance de l’Institut d'études théologiques (IET), aujourd’hui à Bruxelles.

De 1972 à 1997, tout en restant sous la responsabilité de professeurs de l’IET, la Nouvelle Revue théologique est publiée par le Centre de documentation et de recherche religieuses [CDRR], attaché aux facultés Notre-Dame de la Paix, à Namur, où avait été transférée la bibliothèque de philosophie et de théologie d’Eegenhoven-Louvain.

En 1997, la maison Casterman, toujours propriétaire du titre de la revue, le cède à la Compagnie de Jésus. Son siège administratif est désormais à Bruxelles. Depuis l’an 2000, la revue est imprimée par la célèbre "Imprimerie orientaliste" des éditions Peeters (Hérent).

En 2015, un partenariat est conclu avec le portail de revues cairn.info qui propose l'accès en ligne des articles récents. En 2018 est créée une collection de hors-série, "bonnes feuilles" de la revue, sous le titre de Cahiers de la NRT, en partenariat avec l'éditeur CLD qui assure l'impression et la gestion de la revue.

Présentation de la revueModifier

ContenuModifier

LectoratModifier

  • Publication scientifique de niveau universitaire, la revue reste abordable aux non spécialistes. Sa lecture ne demande pas de formation théologie particulière. Elle s’adresse à tout lecteur désirant se cultiver et réfléchir sur la foi chrétienne.
  • Mensuelle de 1921 à 1976 la revue est devenue bimensuelle en 1977. Elle est trimestrielle depuis 1997. Chacun de ses numéros (176 pages) comporte six à huit articles (de 10 à 20 pages) avec leurs résumés en français et en anglais. La section bibliographique de chaque numéro contient des recensions d'une centaine de publications, dont systématiquement des ouvrages d'exégèse, de théologie biblique et de théologie.
  • En 1922 la revue a 1 228 abonnés payants. Ce nombre atteint un record de 5 487 dans les années qui suivent le concile Vatican II (en 1969). En 2015, la revue est imprimée à 2 200 exemplaires pour plus de 2 000 abonnés. Son audience est internationale, et ses abonnés, dont une bonne moitié de francophones, sont répartis dans une centaine de pays.
  • Le site internet de la revue reçoit quotidiennement environ 220 visites d'internautes situés pour l'essentiel en Europe, puis en Afrique, puis au Canada et aux États-Unis, enfin dans le reste du monde.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier