Ouvrir le menu principal

Jean-Pierre Farandou

dirigeant d'entreprises français
Jean-Pierre Farandou
Jean-Pierre Farandou-IMG 2179.jpg
Jean-Pierre Farandou en 2008.
Fonctions
Président
Société nationale des chemins de fer français
depuis le
Président
Union des transports publics et ferroviaires
-
Président
Keolis
-
Président du conseil d'administration (d)
Orchestre national d'Île-de-France
-
Directeur général
Thalys
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
BacalanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean-Pierre, Eugène FarandouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jean-Pierre Farandou, né le à Bordeaux, est un dirigeant d’entreprises français, président de Keolis de 2012 à 2019[1].

Jean-Pierre Farandou est choisi par le Président de la République, Emmanuel Macron, le pour succéder à Guillaume Pepy comme Président du Directoire de la Société nationale des chemins de fer français, avec date d'effet au [2].

Biographie   Modifier

Jean-Pierre Farandou est né en 1957 à Bacalan (quartier du nord de Bordeaux), d’un père agent des douanes à Bordeaux et d’une mère institutrice[3].

Formation   Modifier

Il a fait ses études au Lycée Michel-Montaigne puis est diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (promotion d'entrée 1976).

CarrièreModifier

Au sein du groupe SNCF Modifier

Il commence sa carrière au sein de la compagnie minière AMAX à Denver avant de rejoindre le groupe SNCF en 1981, au sein duquel il effectue la suite de sa carrière.

Il y occupe d’abord différentes fonctions en production et marketing avant d’être nommé chef de projet pour le lancement du TGV Paris – Lille en 1993.

De 1993 à 1998, il est directeur général de Thalys International (filiale du groupe SNCF). Il reprend ensuite des fonctions au groupe SNCF (directeur des cadres RH en 1998 puis directeur adjoint grandes lignes en 2000).

En 2002, il dirige l'entité régionale Rhône-Alpes, avant d’entrer chez Keolis (opérateur de transport public et filiale de la SNCF à 70 %) en 2004, en tant que directeur de Keolis Lyon[4],[5].

En 2006, il est nommé directeur de la branche SNCF Proximités (qui regroupe le Transilien, 20 TER et le groupe Keolis). En 2012, il est nommé directeur général délégué du groupe SNCF et devient président du directoire de Keolis (63 000 salariés)[6].

À la tête de KeolisModifier

Sous la présidence de Jean-Pierre Farandou, l’activité de Keolis croît significativement (de 4,4 milliards d’euros en 2011 à 5.4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017)[7],[8].

Jean-Pierre Farandou accorde une place importante à l’innovation, en développant par exemple des services de navette autonome[9],[10],[11].

Après son départ, il est remplacé à la tête de Keolis par Patrick Jeantet[12].

Gouvernance de la SNCFModifier

Jean-Pierre Farandou est nommé le Président de la Société nationale des chemins de fer français en remplacement de Guillaume Pepy au .

Dès son arrivée à la tête de la SNCF, Jean-Pierre Farandou prône l'ouverture vers les syndicats, assurant vouloir "renouer le fil"[13],[14]. Il entend ramener de "l'apaisement" et de "la sérénité" et évoque "la transition ferroviaire"[15]. Au cours de la présentation de sa feuille de route, Jean-Pierre Farandou condamne les derniers mouvements sociaux liés à un droit de retrait des cheminots après un accident et délivre une première indication en ce qui concerne ses prioritésː réduire les files d'attente et imposer, au plus tard à l'été 2020, une durée maximale de 30 minutes dans les files d'attente[16]. "Cela veut dire que j’accepte que l’on mette plus de personnel au guichet. Il n’y a pas de magie.[17]"

Autres fonctionsModifier

Jean-Pierre Farandou a été président du GIE Objectif transport public de 2013 à 2015 et a été président de l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP) de 2014 à 2017.

De 2012 à 2014, il a été président du conseil d’administration de l’Orchestre national d'Île-de-France[9].

Prises de positionModifier

En 2016, Jean-Pierre Farandou s’est investi, en tant que président de l'Union des transports publics et ferroviaires, dans la création de la convention collective nationale du secteur ferroviaire en France[18].

Il s’est aussi prononcé pour l’ouverture des données dans le secteur du transport[19] et contre la gratuité des transports publics en ville, dont il pense qu'elle peut avoir des effets pervers sur le respect du personnel par les usagers et la qualité du service[20].

Prix et distinctionsModifier

Jean-Pierre Farandou est chevalier de la Légion d’honneur depuis 2010[3].

En 2017, il a reçu le grand prix du cercle Humania, qui récompense un DRH devenu patron[9].

Vie personnelleModifier

Jean-Pierre Farandou est amateur de vins de Bordeaux, de rugby, de peinture et de musique classique[9].

Il est marié et a deux enfants.

Notes et référencesModifier

  1. « Jean-Pierre Farandou - Who's Who », sur www.whoswho.fr (consulté le 10 août 2018)
  2. Jean-Pierre Farandou officiellement nommé patron de la SNCF, en poste le 1er Novembre, Le Figaro, 9 octobre 2019
  3. a et b « Un Bordelais vient d’être nommé à la tête du groupe Keolis », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  4. « Les dix décideurs du groupe Keolis », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  5. « Portait de Jean-Pierre Farandou, par Paule Boffa-Comby », ReThink & Lead,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  6. « Jean-Pierre Farandou | Keolis », sur www.keolis.com (consulté le 10 août 2018)
  7. « Keolis », sur www.ville-rail-transports.com (consulté le 10 août 2018)
  8. « Keolis ou quand la SNCF profite à plein de la concurrence », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  9. a b c et d « Jean-Pierre Farandou, des ressources humaines à la présidence - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 10 août 2018)
  10. « Transportez-moi. L'intelligence artificielle », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  11. « "En 2040, une voiture sur deux sera autonome." Jean-Pierre Farandou (08/01/2018) - Radio Classique », Radio Classique,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  12. Le Figaro avec AFP, « SNCF: Patrick Jeantet va remplacer Jean-Pierre Farandou à la tête de Keolis », sur Le Figaro.fr, (consulté le 6 novembre 2019)
  13. Le Figaro avec AFP, « SNCF: Patrick Jeantet va remplacer Jean-Pierre Farandou à la tête de Keolis », sur Le Figaro.fr, (consulté le 6 novembre 2019)
  14. « Jean-Pierre Farandou, nouveau PDG de la SNCF, cherche la « paix sociale » », sur www.20minutes.fr (consulté le 6 novembre 2019)
  15. « Le nouveau patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, dit vouloir renouer le dialogue social », sur Franceinfo, (consulté le 6 novembre 2019)
  16. Le Point magazine, « SNCF : Jean-Pierre Farandou dévoile son « programme » », sur Le Point, (consulté le 6 novembre 2019)
  17. « Jean-Pierre Farandou, nouveau président de la SNCF : "Je veux renouer le fil" avec les cheminots », sur Europe 1 (consulté le 6 novembre 2019)
  18. « Pour un secteur ferroviaire sûr, moderne et compétitif - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 10 août 2018)
  19. « L'ouverture des données, oui; la fin du secret industriel, non - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 10 août 2018)
  20. « Les transports publics gratuits en ville, une idée qui avance », sur Le Parisien, (consulté le 10 août 2018)

Liens externesModifier