Ouvrir le menu principal

Jacek Dehnel

écrivain polonais
Jacek Dehnel
Dehnel1.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (39 ans)
GdańskVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
Genres artistiques
Site web
Distinctions
Prix littéraire de la fondation Kościelski ()
Paszport Polityki ()
Śląski Wawrzyn Literacki (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacek Dehnel, né le (39 ans) à Gdańsk, est un écrivain polonais, poète, traducteur, romancier et peintre.

BiographieModifier

Après un cursus scolaire secondaire au Lycée Żeromski (pl) d'Oliwa (quartier de Gdańsk), Jacek Dehnel suit un cursus interdisciplinaire en sciences humaines (pl) (lettres polonaises et anglaises) à l'université de Varsovie. Il est lauréat de nombreux concours de poésie et l'auteur de plusieurs livres de poésie, romans et nouvelles.

Il publie notamment dans les revues Studium, Topos, Tytuł, Kwartalnik Artystyczny (pl),Zeszyty Poetyckie (pl)[1], Akcent (pl)[2] Przegląd Powszechny (pl)[3]. Il traduit en polonais des poèmes de Osip Mandelstam (inédits) et Philip Larkin.

De septembre 2006 à juillet 2009, il anime sur TVP 1 avec le musicien Tymon Tymański (pl) et journaliste Maciej Chmiel (pl), l'émission culturelle Łossskot (pl).

Il est membre du Conseil des programme de la Galerie Zachęta (pl), chroniqueur sur le site web Wirtualna Polska (Rubrique Livres) et pour l'hebdomadaire Polityka (Rubrique Café littéraire).

Il vit à Varsovie. Il assume son homosexualité, qui se reflète dans sa poésie[4].

ŒuvresModifier

PoésieModifier

  • Żywoty równoległe (Vies parallèles), Cracovie, Zielona Sowa, 2004
  • Wyprawa na południe (Expédition vers le Sud), Teatr Mały (Tychy) (pl), 2005
  • Wiersze (Poèmes), Varsovie, Lampa i Iskra Boża, 2006
  • Brzytwa okamgnienia, Wrocław, Biuro Literackie, 2007
  • Ekran kontrolny (Écran de contrôle), Wrocław, Biuro Literackie, 2009
  • Rubryki strat i zysków (Par pertes et profits), Wrocław, Biuro Literackie, 2011
  • Języki obce (Langues étrangères), Wrocław, Biuro Literackie, 2013
 
À l'occasion d'une soirée de lecture

ProseModifier

  • Kolekcja (La Collection), Gdańsk, Marpress, 1999
  • Lala (La Poupée), W.A.B., 2006
  • Rynek w Smyrnie (Le Marché de Smyrne), W.A.B., 2007
  • Balzakiana (À la Balzac), W.A.B., 2008
  • Fotoplastikon, W.A.B., 2009
  • Saturn. Czarne obrazy z życia mężczyzn z rodziny Goya, W.A.B., 2011
  • Kosmografia, czyli trzydzieści apokryfów tułaczych, catalogue de l'exposition "Świat Ptolemeusza. Włoska kartografia renesansowa w zbiorach Biblioteki Narodowej", 2012
  • Młodszy księgowy. O książkach, czytaniu i pisaniu, W.A.B., 2013
  • Matka Makryna (La Mère Makryna), W.A.B, 2014
  • Tajemnica domu Helclów (Le Mystère de la Maison Hetzel), Znak literanova 2015; sous le nom de plume de Maryla Szymiczkowa (avec son partenaire Piotr Tarczyński)
  • Dziennik Roku Chrystusowego, W.A.B., 2015[5]
  • Nowy Tajny Detektyw, NCK et Fonsation Picture Doc 2015 (sélection de documents d'archives avec Barbara Klicka)
  • Proteusz, czyli o przemianach. Spacerownik po historii Muzeum Narodowego w Warszawie, Musée national de Varsovie, Serenissima 2015[6]
  • Krivoklat, Znak, 2016, dans la traduction de Marie Furman-Bouvard), Noir sur Blanc, 2018 (ISBN 978-2-88250-495-1), 154 pages
  • Rozdarta zasłona, (co-written with Piotr Tarczyński) Społeczny Instytut Wydawniczy Znak, 2016

TraductionsModifier

DiversModifier

Principales récompensesModifier

Sur quelques ouvragesModifier

SaturneModifier

Le livre alterne l'évocation de telle peinture noire et les commentaires généralement féroces de Francisco, Javier (fils), Mariano (petit-fils) sur leurs vies (et peintures) croisées, pendant les dernières années de Goya, en Espagne, puis en France, puis le lourd héritage familial, à la Quinta del Sordo.

KrivoklatModifier

Le livre se présente comme la confidence (en un seul paragraphe de près de 150 pages) d'un homme, enfermé comme fou, dans les années 2000, au Centre Médical du Château Immendorf (de), prestigieux dépôt d'art, à Wullersdorf, arrondissement de Weinviertel, en Basse-Autriche. Il se présente comme arroseur d'œuvres à l'acide sulfurique, voire de chefs-d'œuvre, dans des musées célèbres.

L'inventeur de la Méthode Krivoklat est un connaisseur : Je m'honore de n'avoir jamais détruit une œuvre quelconque (p. 14). Il sait apprécier Bosch, Vermeer, Dürer, Rembrandt, Van Gogh, La Tour, Brueghel, Le Titien, Le Tintoret, Kubin, Feininger, Friedrich, Runge, Munch, Chardin, Velasquez, Renoir. Il sait se détourner de peintres moins intéressants, comme Rosalba Carriera (1675-1757), aussi côtés soient-ils. Il se fait prendre une fois à hésiter à vandaliser Memling ou Holbein. Ce qui entraîne à chaque fois procès et enfermement.

Au Centre Médical, l'art-thérapie du docteur Paul Immervoll n'est guère pertinente ni conséquente, dans la mesure même où celui-ci est responsable d'obstructions et de destruction de l'œuvre du patient Zeyetmayer, que Krivoklat aurait peut-être aimé vandaliser.

Notes et référencesModifier

  1. (pl) « Jacek Dehnel », sur zeszytypoetyckie.pl (consulté le 6 juillet 2011)
  2. Akcent (pl) nr 3/2006, nr 2/2010
  3. Przegląd Powszechny no 3/2004
  4. "Polityka": Wychowała mnie Szeherezada (C'est Shéhérazade qui m'a élevé)
  5. (pl) Jacek Dehnel, Dziennik roku chrystusowego, Varsovie, W.A.B., (ISBN 978-83-280-1520-3)
  6. (pl) « Jacek Dehnel na spacerze po życiu Muzeum Narodowego », sur Polskie Radio Program Drugi (consulté le 4 décembre 2015)
  7. Dorota Gacek, « Istnienie duchów a praca tłumacza. Nowy Henry James », sur Polskie Radio Program Drugi (consulté le 12 août 2015)
  8. Institut polonais de Londres

Liens externesModifier