Ouvrir le menu principal

Izy (transport)

marque commerciale du consortium Thalys
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Izy.

Izy
logo de Izy (transport)
illustration de Izy (transport)
Rame affectée au service Izy,
à Bruxelles.

Création 2016
Slogan « Faites la route en train ! »
Siège social Région de Bruxelles-CapitaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires ThalysVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Entreprise ferroviaire
Produits Train à grande vitesse
Société mère Thalys
Site web izy.com

Izy est le nom d'une marque commerciale du consortium franco-belge Thalys, désignant une offre de trains à grande vitesse (TGV) à bas coûts entre la France et la Belgique. Le lancement a été effectué le . Les trains relient les gares de Paris-Nord et de Bruxelles-Midi.

HistoriqueModifier

Annoncée le , pour un lancement effectué le [1] (date de l'inauguration par Agnès Ogier, PDG de Thalys)[2], l'offre Izy cherche à attirer les voyageurs pour qui le prix est le premier critère dans le choix du mode de transport pour un trajet. Alors que la fréquentation du Thalys est en baisse sur cette ligne, Izy vient en réaction à la concurrence émanant de BlaBlaCar ou Ouibus (désormais BlaBlaBus), et représentant entre 5 et 8 % du trafic[1].

ConceptModifier

TrajetModifier

Empruntant la ligne classique entre Paris-Nord et Arras, les trains Izy payent ainsi à SNCF Réseau des péages plus faibles qu'en empruntant la LGV Nord sur cette même section, au prix d'un allongement du temps de parcours de 55 min en moyenne.

Confort à bordModifier

En plus des sièges de 1re et 2e classe, IZY commercialise également sur chaque trajet 25 billets permettant de voyager sur un strapontin numéroté, et 10 billets permettant d'effectuer le trajet sans place assise garantie[1].

Contrairement aux trains Thalys classiques, Izy ne propose pas d'accès Internet aux voyageurs, ni de service bar.

Politique commercialeModifier

Izy reprend les modèles commerciaux des trains à bas coûts Ouigo, gérés par la SNCF : les billets, vendus uniquement en ligne (sur smartphone ou sur le site web dédié), ne sont ni échangeables ni remboursables[1], les SMS d'information et de trafic, facultatifs, sont facturés, un seul bagage de cabine et un seul bagage à main sont compris dans le billet de chaque voyageur[3]. Le bagage supplémentaire coûte 30 euros, soit environ le prix moyen du billet[1]. Izy ne propose pas de voiture-bar à bord de ses trains, celle-ci étant dédiée, sans le bar, aux voyageurs debout[1].

Les enfants de moins de 12 ans bénéficient également de billets au tarif fixe de 10 euros. La cible première reste d'ailleurs les familles avec enfants[1].

Au total, les coûts de production pourraient être réduits de 30 % par rapport au fonctionnement d'un Thalys[1].

Les billets ne sont ni modifiables ni remboursables ; si le voyageur arrive 10 minutes avant l'horaire inscrit sur le billet, il ne peut pas accéder au train et son billet est perdu. Au contraire, si le train a 60 minutes de retard, 25 % du prix du billet est remboursé par un bon d'achat valable sur un prochain voyage Izy ; s'il a 120 minutes de retard ou plus, ce remboursement atteint 50 %.

Réseau actuelModifier

 
Izy, Thalys et ICE, côte à côte, en gare de Bruxelles-Midi.

Les trains Izy relient les gares de Paris-Nord et de Bruxelles-Midi[4], à raison de deux allers-retours du lundi au jeudi et le samedi, et de trois allers-retours le vendredi et le dimanche[3]. Cette ligne est ouverte à la concurrence européenne depuis 2006[1]. Mais Izy doit aussi faire face à l'engorgement de cette desserte (manque de « sillons », les droits de circulation) ; ses possibilités d’expansion restent limitées[1].

Les villes de Paris et Bruxelles sont reliées en h 15 min en moyenne, contre h 22 min pour les trains TGV Thalys classiques[1].

Matériel roulantModifier

 
Rame TGV Réseau 4551, traversant la gare de Longueau en .

Deux rames dédiées prises sur le parc des TGV Réseau (rames tricourant nos 4521 et 4551) de la SNCF, comptant chacune 393 places, sont initialement dédiées au service Izy. Elles sont reconnaissables à leur livrée blanche et vert pomme, avec une touche de violet, siglée du nom de la marque[5].

À partir du , Izy n'utilise plus qu'une rame dédiée[6] (la 4551) ; celle-ci peut circuler couplée, si la demande l'exige, avec une rame PBA ou PBKA de Thalys[7]. Toutes ces rames sont classiques, donc non densifiées, contrairement à Ouigo[1].

Cette rame Réseau est remplacée au service annuel 2019 par un TGV TMST (formé des demi-rames nos 3213 et 3224) ex-Eurostar, comportant 18 remorques. Ce dernier introduit une version révisée de la livrée Izy, sans masque noir sur les faces frontales (motrices) et argenté sur les parois latérales ; la base du toit est désormais peinte en mauve[8].

Les deux rames TGV Réseau ont depuis été réaffectées :

  • la 4521, qui a retrouvé la livrée Carmillon, est de nouveau utilisée par la SNCF ;
  • la 4551 a réintégré les effectifs de Thalys (elle en faisait originellement partie, sous le numéro 4531).

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l Damour 2016.
  2. « Inauguration des premiers TGV low-cost Izy », sur businesstravel.fr, (consulté le 4 avril 2016).
  3. a et b Thalys, « Thalys lance IZY : la nouvelle alternative low-cost entre Paris et Bruxelles » [PDF], sur Thalys, (consulté le 1er mars 2016).
  4. Thalys lance Izi, des trains low cost entre Paris et Bruxelles. La Voix du Nord. Le 2 mars 2016.
  5. Florence Guernalec, « Thalys se lance dans le low cost », sur mobilicites.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  6. Thalys, « 1er anniversaire : Avec IZY, Thalys réussit le pari de l’agilité » [PDF], sur sncf.com, (consulté le 26 juin 2019), p. 2 ; ce document est une archive.
  7. Ph.-E. Attal, « Izy fête sa première année sous le signe du succès », sur railpassion.fr, (consulté le 18 novembre 2018).
  8. (en) « [FR] First Eurostar train in Izy livery for Paris – Brussels low-cost services », sur railcolornews.com, (consulté le 18 novembre 2018).

SourceModifier

  • Pauline Damour, « Thalys prend la voie du low cost », Challenges, no 473,‎ , p. 50 (ISSN 0751-4417).  

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier