Ouvrir le menu principal

Église hussite

(Redirigé depuis Hussite)
Reconstitution du bouclier Hussite d'après un original conservé au Musée national de Prague.
Débats de théologiens hussites en présence du roi Ladislas de Pologne.

Le hussitisme est un mouvement religieux et social inspiré par les doctrines de Jan Hus. Il continue d'inspirer des mouvements religieux actuels : les Frères moraves et l'Église hussite tchécoslovaque.

HistoireModifier

La Bohême à l'aube de la révolution hussiteModifier

Le roi de Bohême Charles IV de Luxembourg, empereur du Saint-Empire romain germanique, règne alors sur les pays dits « de la Couronne de Bohême », à savoir : la Bohême, la Moravie, la Lusace et la Silésie[1]. Prague est la capitale rayonnante d'un royaume peuplé d'Allemands et de Tchèques ; elle compte environ quarante mille habitants[2]. Le roi gouverne avec la haute noblesse et le haut clergé, et sa cour attire de nombreux artistes italiens, allemands, français[3] ; mais Charles IV meurt en 1378 et Venceslas Ier, son successeur, s'avère être un prince faible et alcoolique, qui n'échappe à l'influence de son cadet Sigismond qu'en tombant sous la coupe des barons de Bohême. La peste finit de ravager le pays en 1380, qui devient peu sûr[4]. Sous l'influence de clercs formés à l'université de Prague, le peuple des villes réclame désormais une piété plus intériorisée, et les critiques contre l'Église, qui détient un tiers des terres du royaume, se multiplient : elle est devenue trop temporelle et plus assez spirituelle[5].

Jan HusModifier

Article détaillé : Jan Hus.

Prédicateur depuis 1402 à la chapelle de Bethléem de Prague[6],[7], Jan Hus prêche, avec d'autres, un retour à l'Église apostolique, spirituelle et pauvre. Il pense que la réforme de l'Église doit passer par le pouvoir laïc. Ces propos trouvent des échos dans la haute noblesse qui voit la possibilité de s'attribuer les biens ecclésiastiques.

Des mouvements millénaristes apparaissent également, parlant de faux prophètes et d'Antéchrist : les Taborites. L'idée des temps derniers se fait jour de plus en plus, et beaucoup aspirent à retrouver l'Église originelle. Jan Hus est accusé d'hérésie par les professeurs allemands de Prague. Le roi Venceslas Ier soutient Hus dans un premier temps, puis, quand celui-ci provoque en 1412 un soulèvement contre les indulgences (sur la vente desquelles Venceslas prenait sa part), il lui retire ce soutien. Convoqué au Concile de Constance en 1414 pour se justifier, Jan Hus s'y rend ; emprisonné, convaincu d'hérésie[6], il est brûlé en 1415. Son disciple Jérôme de Prague, relaps, est brûlé l'année suivante[8].

Débuts de la révolutionModifier

 
La première défenestration de Prague (d'après Adolf Liebscher, 1857-1919).

Hus est considéré comme un saint par ses partisans. Les principaux, dont Jacques de Mies dit Jacobellus[9], pratiquent la communion sous les deux espèces (pain et vin). Le calice devient leur symbole de ralliement. Les hussites sont divisés en deux groupes : les utraquistes praguois et les radicaux taborites. La Bohême se divise : la majorité devient hussite, mais quelques villes restent catholiques (Plzeň et les villes moraves de Brno et Olomouc, ainsi que la Silésie et la Lusace).

Le 30 juillet 1419, une procession de la Nouvelle Ville de Prague, conduite par Jan Želivský, prédicateur à Notre-Dame-des-Neiges, est atteinte par une pierre[10]. Des émeutes éclatent, et les hussites prennent l'hôtel de ville, défenestrant les échevins[11]. Le mois suivant, la mort de Venceslas Ier provoque des émeutes marquées par des profanations iconoclastes. En juillet 1420, ils élaborent les quatre articles de Prague, qui forment la base de leur programme dont ils exigent la reconnaissance par le pouvoir royal[12]. Ces quatre articles sont :

  1. la communion sous les deux espèces, qui autorise les communiants à boire le vin au calice (privilège jusque-là réservé aux seuls membres du clergé) ;
  2. la pauvreté des ecclésiastiques ;
  3.  la punition des péchés mortels sans distinction du rang ou de la naissance du pécheur ;
  4. la liberté du prêche[13].

Leur volonté est également de convertir toute la chrétienté à leurs idées ; pour cela, ils envoient des émissaires partout en Europe.

Guerres hussites et fin du mouvementModifier

Sigismond, l'héritier de Venceslas au trône de Bohême, se heurte aux barons tchèques adeptes de Hus, qui exigent qu'il prenne fait et cause pour la réforme de l'Eglise. Sous-estimant la force du mouvement, Sigismond refuse de transiger : il proclame qu’il est prêt à prendre les armes ; le 17 mars 1420, à Boroszló (en Silésie), il fait proclamer par le légat du pape qui l’accompagne, une bulle papale qui appelle à la croisade contre les hussites[14]. Alors les hussites brûlent les couvents et saccagent les monastères, tel celui d'Osek (district de Teplice), qui subit deux de leurs assauts.

 
La bataille de Lipany, par Josef Mathauser (1846 – 1917).

Dans l'est de la Bohême, le mouvement donne naissance aux orébites (Orebité) au terme d'une procession au Mont Oreb[15], dans les environs de Třebechovice pod Orebem. Leur prêcheur est Ambrož Hradecký. La plupart de la noblesse locale rejoint dès lors les Frères moraves. Parmi les chefs de l'insurrection, il y a Hynek Krušina de Lichtenburg et Diviš Bořek de Miletínek, capitaine des hussites pour le centre et l'est de la Bohême. Les orébites jouent un rôle militaire décisif dans le succès des hussites : ils incendient le puissant monastère de Mnichovo Hradiště, dans le nord du pays, au début de l'été 1420, puis à l'automne ils font la décision à la bataille de Vyšehrad en faisant leur jonction avec le reste de l'armée hussite. En 1423 ils se joignent aux Sirotci de Jan Žižka.

Conduits par Jan Žižka puis Procope Le Grand, les hussites remportent maintes batailles, ce qui ouvre la voie aux pourparlers qui aboutissent sur un compromis, les Compactata (1433), qui autorisent la communion sous les deux espèces. Les dissensions internes au mouvement sont nombreuses. Les adamites, membre d'une secte ultra, sont exécutés. En 1422, Zelivsky est exécuté en secret à l'hôtel de ville[16].

Maîtrisant la Bohême et la Moravie, les hussites font des « raids » vers l'extérieur, pour essayer d'exporter leur mouvement : Silésie, Haute-Hongrie, Autriche, Saxe de 1429 à 1430, Pologne (1433). Les taborites, qui refusent toute concession, se soulèvent encore et sont vaincus à la bataille de Lipany en 1434, par les hussites modérés alliés aux catholiques. Ensuite, la diète d'Iglau (actuelle Jihlava) reconfirme les Compactata (1436). En 1458, les hussites et les catholiques s'entendent pour élire Georges de Poděbrady, représentant le juste milieu hussite, sur le trône de Bohême. La diète du royaume de Bohême, réunie à Kutná Hora en 1485 confirme une nouvelle fois les Compactata, qui restent applicables dans le royaume de Bohême jusqu'en 1567.

HéritageModifier

 
Église d'Olmütz avec, au sommet du clocher, le calice, symbole des hussites.

La plupart des hussites de Bohême subiront au XVIe siècle l'influence du luthéranisme. Les taborites les plus fervents entreront dans l'Église des Frères moraves (présente surtout aux États-Unis) ou dans celle des Frères tchèques. Après la Première Guerre mondiale, une fraction de l'Église catholique fonde l'Église tchécoslovaque qui se revendique de l'héritage du hussisme.

Le hussisme et son interprétation a joué un rôle très important dans l'historiographie tchèque au XIXe siècle en particulier, en ce qui concerne les rapports entre les communautés tchèques et allemandes en Bohême et en Moravie.

František Palacký, le grand historien tchèque, en fait le sommet du mouvement séculaire de la formation d'une identité nationale tchèque. Josef Pekař (1870-1937) pour sa part, révise les thèses de son prédécesseur en lui reprochant une interprétation parfois erronée des faits pour les faire coller aux débats national et social de son temps. En revanche, et pour des raisons similaires, les hommes politiques de l'entourage de Tomáš Masaryk, le président de la Première République, font de la vision palackienne la doxa idéologique et scolaire (à l'instar de l'apport historique de Michelet en France dans la construction idéologico-politique de la IIIe République). L'héritage de Jan Hus symbolise alors :

  • le combat des Tchèques contre l'impérialisme allemand en général et autrichien en particulier,
  • l'« humanisme » tchèque contre le prétendu « obscurantisme » catholique,

Il n'est pas interdit de penser que les décrets Beneš et le nettoyage ethnique qui en découle sont la conséquence directe du premier point de cette idéologie, ni que le fait que la République tchèque soit le pays le plus athée d'Europe soit également un héritage de cette « guerre de religion[17] », en plus de l'apport idéologique du marxisme. Si les rapports de la société tchèque avec la minorité allemande semblent avoir été réglés, une fois pour toutes, avec les décrets Beneš et l'expulsion définitive des Allemands du pays, ceux avec l'Église catholique sont toujours distants. Les débats sur la restitution des biens confisqués par les communistes en 1948 (faut-il rendre à l'Église et aux ordres monastiques les immenses domaines qu'ils possédaient parfois dans l'ancienne Tchécoslovaquie ?) et des procès à haute teneur symbolique, par exemple celui portant sur la propriété (étatique ou religieuse ?) de la cathédrale Saint-Guy dans l'enceinte du Château de Prague en sont l'illustration. À cet égard, il faut également tenir compte de la répression autrichienne qui a suivi la défaite de la Montagne Blanche (1620) et qui s'est concrétisée par la dépossession des biens des bourgeois et des citoyens tchèques, au profit de la noblesse et de l'Église.

L'église hussite actuelle, au demeurant peu active, apparait donc pour bien des catholiques tchèques comme une création politique délibérée des milieux libres penseurs.


BibliographieModifier

  • (cs) František Michálek Bartoš, České dějiny II./6. Čechy v době Husově (1378-1415). Praha: Jan Laichter, 1947. 515 p.
  • (cs) František Michálek Bartoš, České dějiny II./7. Husitská revoluce. 1. Doba Žižkova 1415-1426. Praha: Nakladatelství Československé akademie věd, 1965. 236 p.
  • (cs) František Michálek Bartoš, České dějiny II./8. Husitská revoluce. 2. Vláda bratrstev a její pád 1426-1437. Praha: Academia, 1966. 263 p.
  • (cs) František Šmahel, Husitská revoluce. 1. Doba vymknutá z kloubů. Praha: Karolinum, 1995. 498 s. (ISBN 80-7184-073-4).
  • (cs) František Šmahel, Husitská revoluce. 2. Kořeny české reformace. Praha: Karolinum, 1996. 364 s. (ISBN 80-7184-074-2).
  • (cs) František Šmahel, Husitská revoluce. 3. Kronika válečných let. Praha: Karolinum, 1996. 420 s. (ISBN 80-7184-075-0).
  • (cs) František Šmahel, Husitská revoluce. 4. Epilog bouřlivého věku. Praha: Karolinum, 1996. 550 s. (ISBN 80-7184-076-9).
  • (cs) František Šmahel, Husitské Čechy : struktury, procesy, ideje. Praha: Nakladatelství Lidové noviny, 2001. 758 s. (ISBN 80-7106-468-8).
  • (cs) František Šmahel, Idea národa v husitských Čechách. České Budějovice: Růže, 1971. 229 s.

ÉtudesModifier

Daniel S. Larangé, La Parole de Dieu en Bohême et Moravie : La tradition de la prédication de Jan Hus à Jan Amos Comenius, Paris, L'Harmattan, coll. « Religions & spiritualité », [détail de l’édition] (ISBN 978-2-296-06552-9).

Art et LittératureModifier

Kouichi Ohnishi, Dívčí Vàlka - La guerre des pucelles, Komikku,

Notes et référencesModifier

  1. Cf. Joseph Calmette, Le Reich allemand au Moyen Âge, Paris, Payot, .
  2. Estimation donnée par Bernard Michel, Histoire de Prague, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-60269-7).
  3. Entre autres les architectes Peter Parler et Mathieu d'Arras, ou le poète François Pétrarque.
  4. Cf. Graus František, « Autour de la peste noire au XIVe siècle en Bohême », Annales. Economies, sociétés, civilisations, série 18ᵉ année, no 4,‎ , p. 720-724 (DOI 10.3406/ahess.1963.421041)
  5. L'église est critiquée dès les années 1360 par Ernest de Pardubice, archevêque de Prague, qui dénonce notamment la prérogative exclusive du Vatican de nommer tous les prêtres ; et Jan Milic de Kromeritz qui fustige l'exploitation des pauvres, ainsi que la dépravation des religieux : cf. à ce sujet Paul De Vooght, L'hérésie de Jean Huss, Louvain, Publications universitaires de Louvain, coll. « Bibliothèque de la revue d'histoire ecclésiastique - Fascicule 34 », , p. 20.
  6. a et b Cf. Daniel Bergèse, « Jean Huss – Une réforme avant la Réforme », La Revue réformée, vol. LXVI, no 275,‎ (lire en ligne).
  7. Sur les débuts de Jean Hus, cf. Václav Novotný, M. Jan Hus : Život a učení, vol. I : Život a dílo (Vie et œuvre) 1-2, Prague, Nákladem Jana Laichtera, 1919-1921, p. 69 –76.
  8. Sur les parcours comparés de Hus et Jérôme de Prague, cf. Ota Pavlíček, « La figure de l’autorité magistrale à travers Jean Hus et Jérôme de Prague », Revue des Sciences Religieuses, vol. 85, no 3,‎ , p. 371-389 (lire en ligne)
  9. D'après Gordon Leff, Heresy in the Later Middle Ages: The Relation of Heterodoxy to Dissent (1250-1450), (ISBN 0719057434), « The Hussite Reformation », p. 625.
  10. Détail donné par Pierre Meignan, « Le difficile essor de la communauté franciscaine à Prague », sur Radio Praha, (consulté le 30 décembre 2018)
  11. Cf. Martin Malia, Histoire des révolutions, éditions Tallandier, (EAN 9791021002524), « La dynamique religieuse »
  12. Cf. Anna Petitova-Bénoliel, L'Eglise à Prague sous la dynastie des Luxembourg, 1310-1419, Hilversum, Verloren Publ, (ISBN 9065502874), « Conclusion », p. 190.
  13. D'après « Jan Hus (1369-1415) et les guerres hussites (1419-1436) », sur Musée protestant (consulté le 30 décembre 2018)
  14. Cf. Pál Engel, Gyula Kristó et András Kubinyi, Histoire de la Hongrie médiévale, vol. II : Des Angevins aux Habsbourg, Presses universitaires de Rennes, , 480 p. (EAN 9782753500945, DOI 10.4000/books.pur.4122, lire en ligne), « IV. Sigismond, le premier roi-empereur », p. 115-160
  15. George Sand décrit la genèse de ce mouvement au chapitre IV de son roman historique Jean Ziska (1845).
  16. Cf. Jacques Paul, Histoire intellectuelle de l'Occident médiéval, Armand Colin, (ISBN 9782200270469), « La révolte hussite ».
  17. voir l’article démographie de la République tchèque

Voir aussiModifier