Hucbald de Saint-Amand

moine bénédictin et écrivain

Hucbald de Saint-Amand (Hucbaldus Elnonensis), né vers 840, ou plus probablement vers 850[1], et mort le à l'abbaye de Saint-Amand, à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), est un moine bénédictin, connu comme théoricien de la musique, poète et hagiographe.

Hucbald de Saint-Amand
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
HucbaldVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Mouvement
Maîtres

BiographieModifier

Originaire de Flandre ou d'une contrée voisine, Hucbald porte un nom germanique qui semble le rattacher à une famille de l'aristocratie franque ; Yves Chartier propose d'y voir un membre de la famille d'Évrard de Frioul, gendre de l'empereur Louis le Pieux[2].

Il est l'élève d'Heiric et le condisciple de Remi d'Auxerre à l'école monastique d'Auxerre. De 883 environ à 892-893, il enseigne à l'abbaye de Saint-Bertin, à Saint-Omer, à la demande de l'abbé, Raoul, fils d'Évrard de Frioul. Vers 893, il est appelé à Reims, en même temps que Remi, par l'archevêque, Foulques le Vénérable, qui a restauré l'école cathédrale et veut y attirer les meilleurs maîtres de son temps. Vers 900, il succède à son maître Milon (parfois présenté comme son oncle) comme écolâtre à l'abbaye de Saint-Amand.

Il a été un familier de la cour de Charles le Chauve.

La date de sa mort, le dimanche , est attestée par les annales de Saint-Amand et celles de Lobbes.

ŒuvresModifier

Traité de musiqueModifier

  • De harmonica institutione. Éditions modernes: M. Gerbert, Scriptores ecclesiastici de musica sacra potissimum, St. Blasien, 1784, vol. I, p. 103-125[3]; J. P. Migne, Patrologia cursus completus, series latina, Paris, Garnier, 1844-1904, vol. 132, p. 905–929[4].

PoèmesModifier

  • Ecloga de calvis

Vies de saintsModifier

  • Passio SS. Quirici et Julittae Martyrum (martyre de Cyr de Tarse et de sa mère Julitte).
  • Vita Sanctae Aldegundis Virginis (vie de sainte Aldegonde de Maubeuge).
  • Vita Sancti Lebwini Presbyteri et Confessoris (vie de saint Lebwin ou Leboin, évangélisateur des Saxons, au-delà de l'IJssel).
  • Vita Sancti Rictrudis Batissae Marcianensis (vie de sainte Rictrude de Marchiennes).
  • Vie de saint Jonas, premier abbé de Marchiennes.

Notes et référencesModifier

  1. La date de 840 est donnée par Gonthier de Saint-Amand dans un texte peu fiable du XIIe siècle. Si cette date était exacte, elle ferait mourir Hucbald à quatre-vingt-dix ans environ. Yves Chartier, op. cit., p. 2, juge plus vraisemblable une naissance autour de 850.
  2. Yves Chartier, Ibid..
  3. Publication sur le site du TML
  4. Publication sur le site du TML

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Yves Chartier, L'œuvre musicale d'Hucbald de Saint-Amand : les compositions et le traité de musique, Saint-Laurent (Québec), éditions Bellarmin, 1995. (En ligne.)
  • Léon van der Essen, « Hucbald de Saint-Amand (840-930) et sa place dans le mouvement hagiographique médiéval », Revue d'histoire ecclésiastique, 19, 1923.
  • Rembert Weakland, « Hucbald as musicien and theorist », The Musical Quarterly, 52, 1956, pp. 66-84.

Liens externesModifier