Ouvrir le menu principal

How to Dismantle an Atomic Bomb

album de U2, sorti en 2004

How to Dismantle an Atomic Bomb

Album de U2
Sortie
Enregistré février 2003 - août 2004
HQ Studios, Dublin
Èze
Durée 49:08
Genre Rock
Producteur Steve Lillywhite
Chris Thomas
Jacknife Lee
Flood
Daniel Lanois
Brian Eno
Label Island Records
Drapeau : États-Unis Interscope Records
Critique

Albums de U2

Singles

How to Dismantle an Atomic Bomb (« Comment désamorcer une bombe atomique »)[2] est le onzième album studio du groupe de rock irlandais U2 sorti en 2004. Principalement produit par Steve Lillywhite, le disque a été enregistré à Dublin, aux Hanover Quay Studios et en France à Èze dans les Alpes-Maritimes[3]. Comme son prédécesseur All That You Can't Leave Behind, il est composé de onze chansons rock et de ballades, beaucoup moins expérimentales que les compositions des années 1990. Les quatre singles de l'opus sont Vertigo, All Because of You, Sometimes You Can't Make It on Your Own et City of Blinding Lights. Assez bien reçu par la critique, l'album connait surtout un succès commercial, avec plus de neuf millions de copies vendues dans le monde entier[4]. Le disque a remporté 9 Grammy Awards entre 2005 et 2006 dont celui de meilleur album de l'année et 3 pour Vertigo, un tube planétaire[5]. Il est suivi de la tournée mondiale Vertigo Tour. Une réédition vinyle de l'album sort le 7 juin 2019 pour son quinzième anniversaire[6].

EnregistrementModifier

Après une pause de deux ans ayant suivi la fin de la tournée promotionnelle de l'album All That You Can't Leave Behind et la sortie de leur second Best of[7] accompagné du single Electrical Storm[8] en 2002, U2 se lance dans l'élaboration d'un nouvel opus.

Avant l'enregistrement, Bono se replonge dans l'écoute de groupes qui lui ont donné envie de faire de la musique de façon professionnelle, tels que Buzzcocks, Siouxsie and the Banshees et Echo and the Bunnymen[9].

En février 2003, U2 entre au Hanover Quay Studios à Dublin avec Chris Thomas[10], producteur légendaire des Beatles, des Sex Pistols et des Prétenders. Le son recherché est dans le même genre que pour l'album précédent mais plus rock encore. Après neuf mois de travail, l'album semble en bonne voie pour une parution avant Noël. Contre tout attente, le groupe n'est pas satisfait du résultat. Pour Larry Mullen Junior, « les chansons n'avaient pas de magie ». Chris Thomas jette l'éponge, après avoir produit quand même Sometimes You Can't Make It on Your Own et Yahweh.

L'enregistrement du disque reprend en janvier 2004 à Èze, où Bono et The Edge ont des résidences. Steve Lillywhite devient le producteur principal de l'album aidé de collaborateurs différents, parmi lesquels Jacknife Lee. Pendant six mois, ils retravailleront avec succès les chansons du groupe. Toutefois, un incident viendra contrarier cette dynamique retrouvée. Une démo sur laquelle figure des versions inachevées de certaines chansons de l'album, est volée à Nice en juillet 2004 pendant une séance photo du groupe pour un magazine[11]. Par chance, aucune chanson du disque ne sera divulguée sur internet avant sa sortie officielle.

Bono affirme sur le DVD de l'album que « C'est notre premier album rock. Ça nous a pris vingt ans, mais c'est notre véritable premier album rock »[12]. Adam Clayton abonde dans ce sens en affirmant que beaucoup de chansons étaient un retour à ce qu'ils faisaient à leurs débuts, avec beaucoup de parties de guitare[13].

L'albumModifier

L'album est publié le , sa sortie étant précédée par celle du single Vertigo. Interrogé un an plus tard sur le fait de savoir si cet album était un prétendant au titre de l'un des trois meilleurs albums du groupe, Bono a répondu qu'il n'y avait « pas de chansons médiocres mais, en tant qu'album, l'ensemble n'est pas supérieur à la somme de ses parties et c'est ça qui m'emmerde »[14]. Au niveau des thèmes abordés, l'album évoque un monde qui est à un carrefour de son existence. Bono explique que « beaucoup de chansons sont des hymnes à la naïveté, un rejet de la connaissance »[14]. La paix, la guerre, l'amour et la mort sont des thèmes récurrents de l'album.

N°1 en Angleterre à a sortie[15], Vertigo est un rock évident, reposant sur un des riffs les plus gras jamais sortis des doigts de The Edge[16]. Ce morceau exprime le sentiment de vertige ressenti par Bono lors d'une soirée dans une boîte de nuit luxueuse « où les boissons sont au prix d'un bar dans un pays du tiers-monde […] On regarde autour de soi et on voit le grand et gras capitalisme au sommet de sa montagne, prêt à s'effondrer. C'est ce sentiment de vertige qu'on a en réalisant qu'on est ici, buvant, mangeant, polluant, nous escroquant nous-mêmes jusqu'à notre mort »[17].

Moins électrique et plus aérien, Miracle Drug est une chanson d’amour, avec des batteries tribales et un chorus mené à la guitare[18]. On constate les présences de The Edge et de Larry Mullen Junior au chant, ce qui pour ce dernier est assez rare[19].

Produit par Chris Thomas[20], le lyrique[21]Sometimes You Can't Make It on Your Own est un morceau composé par Bono pour rendre hommage à son père décédé d'un cancer en 2001. Le titre évoque la relation difficile entre les deux hommes, campant chacun sur leur fierté pour tenir le coup après la mort de la mère de Bono, ou tout au long de la longue agonie qui a emporté Bob Hewson[22]. Comme Vertigo, la chanson atteint la première place des charts anglais[23].

Love and Peace or Else est un blues lascif datant de All That You Can't Leave Behind[24]. Ce morceau froid et métallique parle de l'état du monde dans lequel nous vivons[25]. La chanson prit toute sa dimension en live lors du Vertigo Tour[26].

City of Blinding Lights avec ses parties de guitare fédératrices signées The Edge[27], est un titre qui date des sessions de l'album Pop[28]. Le thème principal de ce morceau est la perte de l'innocence[29]. Barack Obama a utilisé cette chanson pour sa campagne électorale lors des élections présidentielles américaines de 2008 et 2012.

All Because of You est le titre le plus puissant de l'album avec Vertigo[30]. Les paroles suggèrent que Bono marche dans les couloirs des Nations unies, qu’il rencontre les présidents et qu’il soit capable d’appeler le pape sur son portable, mais que parfois, il préférerait rester simplement lui-même[31].

Le thème de la ballade A Man and a Woman est l’amour perdu[32]. En 2004, Bono déclara qu’il voulait avec ce titre « réunir dans un même morceau The Clash et Marvin Gaye ». Le résultat laisse perplexe[33].

Morceau efficace, coloré et rythmé[34], Crumbs for Your Table traite des relations entre les pays occidentaux et les pays du tiers-monde et du fossé existant entre les prévisions socio-économiques à long terme des premiers et les besoins immédiats des seconds. La phrase « You speak in signs and wonders » peut aussi être vue comme une critique de l'église catholique[35].

One Step Closer, est une chanson atmosphérique dont une première version avait été créée pendant l'enregistrement de All That You Can't Leave Behind. Elle est inspirée à Bono par une conversation avec Noel Gallagher alors que son père était mourant. Bono lui avait demandé s'il pensait que son père croyait en Dieu et Gallagher lui avait répondu « Well, he's one step closer to knowing » (« il est à une étape plus près de le savoir »)[36].

Le très beau Original of The Spécies parle de la jeunesse et les doutes que l'on peut avoir[37]. Bono tient là une mélodie scintillante, avec ses rafales de cordes et son lyrisme bridé, le genre de chanson intemporelle et retenue[38].

Dans Yahweh, où l'on entend notamment le son d'une mandoline jouée par Daniel Lanois, Bono médite sur l'avenir de Jérusalem[39].

Enfin, le titre de l'album vient de la phrase « They're in the desert to dismantle an atomic bomb » qui fait partie de la chanson Fast Cars, présente uniquement sur les éditions britannique, irlandaise et japonaise de l'album ainsi que sur l'édition Collector.

EpilogueModifier

How to Dismantle an Atomic Bomb est l'un des disques les plus conventionnels au plan stylistique de U2. Il est dénué des textures exotiques et des tangentes que Brian Eno et Daniel Lanois auraient amenées. Steve Lillywhite donne aux chansons un son brillant et cohérent, mais le résultat est prosaïque et terre à terre. On retiendra surtout Vertigo, hymne punk de stade inégalé dans l'histoire du groupe, Sometimes You Can't Make It on Your Own un tire-larmes majestueux, City of Blinding Lights un hymne vibrant[40] et Original of The Spécies une sorte de mini-opéra à la Roy Orbison[41].

 
Concert de U2 au Madison Square Garden le 10 octobre 2005.

Edition de luxeModifier

Une édition Deluxe de l'album comprenant un DVD de bonus est sortie. Ce DVD comporte un documentaire, U2 and 3 Songs, ainsi que des vidéos de Sometimes You Can'T Make It on Your Own (studio), Crumbs from Your Table (studio), Vertigo (Temple Bar Mix), Sometimes You Can'T Make It on Your Own (Acoustic Couch Mix) et Vertigo (studio). Une édition Collector comprenant le DVD, la chanson bonus Fast Cars et un livret avec de nombreuses illustrations et photographies est également parue.

PochetteModifier

C'est une pochette sobre genre premier album de groupe punk. On y voit les 4 membres de U2 assis avec des têtes de mauvais garçons, lunettes noires (sauf pour le batteur Larry Mullen Junior), fermetures éclairs, et à la nonchalance affichée. La photo est encadrée de noir dominée par des lignes rouges obliques. Elle a été réalisée par le néerlandais Anton Corbijn[42].

Accueil critiqueModifier

L'album recueille d'assez bonnes critiques, obtenant un score de 79/100, sur la base de 26 critiques collectées, sur le site Metacritic[43]. Rob Sheffield, de Rolling Stone, lui donne 4 étoiles sur 5, évoquant un album « grandiose de la part d'hommes grandioses, en totale confiance dans l'exécution de leurs fonctions » dans lequel « vous êtes invité à méditer sur la mort (Sometimes You Can't Make It on Your Own), la naissance (Original of the Species), l'amour (A Man and a Woman), la guerre (Love and Peace or Else) et la paix (City of Blinding Lights) » et où « Yahweh poursuit la tradition de bavardage de fin d'album avec le Seigneur. [Le morceau] est trop long et trop lent mais cela fait partie de la tradition »[44]. Pour le magazine Uncut, c'est « le sentiment d'un groupe bandant des muscles qu'il n'avait pas utilisés pendant des années... Parfois, on les soupçonne d'avoir été personnellement soulagés par la mort de l'ironie post 11 septembre ». Uncut rajoute enfin que « c'est le premier disque de U2 entièrement familier avec le Destin... même à leur plus pompeux et désinvoltes, il y a un sous-courant mélancolique dont ils ne peuvent se débarrasser »[45]. Dans une critique positive, le NME écrit : « Le génie de Bono est que son monologue intérieur est si énorme et héroïque qu'il est à la hauteur de la musique ». Pour Billboard, « le son est plus gros, le jeu meilleur, les paroles plus intelligentes et la spiritualité plus fascinante que sur tout ce qu'a fait le groupe depuis des années ». Alexis Petridis, du Guardian, estime que l'album « est peut-être conventionnel et mélodramatique mais il est rempli de moments désarmants » et que « guidé par une section rythmique puissante et féroce, le son est agréablement brut ». Il met particulièrement en avant City of Blinding Lights, Vertigo, All Because of You, Sometimes You Can't Make It on Your Own et Original of the Species[46]. Pour Stephen Erlewine, d'AllMusic, qui lui donne 3,5 étoiles sur 5, How to Dismantle an Atomic Bomb possède « tous les ingrédients qui en font un très bon album de U2, mais ce qui l'empêche d'atteindre des sommets est qu'il paraît trop limité et calculé, trop concerné par un retour au passé plutôt que de foncer courageusement vers le futur. C'est un détail mineur mais important […] qui l'empêche de se tenir côte à côte avec War, The Joshua Tree et Achtung Baby »[47]. Amanda Petrusich, de Pitchfork, lui donne la note de 6,9/10, évoquant un « mélange classique de ballades colossales et de rock saccadé » où le bon (Love and Peace and Else, City of Blinding Lights) côtoie le mauvais (Miracle Drug, Yahweh)[48].

Jean-Daniel Beauvallet, des Inrockuptibles, écrit que la deuxième partie de l'album « ne parvient pas à faire oublier les embarras gastriques et flatulences de la première partie » et conseille de l'acheter en vinyle afin de rayer « impitoyablement la face A »[49]. Le site albumrock lui donne 3 guitares sur 5, affirmant que la musique « coule tranquillement, sans aucune surprise » avec « de jolies mélodies agréables à écouter » mais qu'il manque « un titre vraiment fort. Et surtout de l'originalité, dans le fond et dans la forme »[50].

RécompensesModifier

En 2006, lors de la 48e cérémonie des Grammy Awards, l'album remporte le Grammy Award de l'album de l'année et celui du meilleur album de rock, alors que Sometimes You Can't Make It on Your Own remporte celui de la chanson de l'année et City of Blinding Lights, celui de la meilleure chanson de rock, prix qui avait déjà été remporté l'année précédente par Vertigo[51]. Au total entre 2005 et 2006, cet album a reçu neuf Grammy Awards comme Supernatural de Santana, triomphant dans toutes les catégories dans lesquelles il a été nominé.

TournéeModifier

Durant la tournée promotionnelle de l'album, nommée Vertigo Tour, le groupe donne 131 concerts. La première partie, 28 dates, se déroule en Amérique du Nord de mars à mai 2005 ; la deuxième partie, 32 dates, a lieu de juin à août en Europe ; la troisième partie, 50 dates, a lieu de nouveau en Amérique du Nord de septembre à décembre ; la quatrième partie, 8 dates, se déroule en Amérique du Sud et en Amérique centrale en février-mars 2006 ; et la cinquième partie, repoussée de plusieurs mois quand une leucémie est diagnostiquée à la fille de The Edge, compte 13 dates et se déroule en Océanie et au Japon[52]. Plus de 4 600 000 spectateurs assistent à cette tournée, qui a rapporté 389 000 000 $, ce qui en fait à l'époque la deuxième tournée la plus rentable de tous les temps derrière celle des Rolling Stones pour A Bigger Bang[53].

Liste des titresModifier

Toutes les chansons sont écrites et composées par Bono, sauf indication contraire, toute la musique est composée par U2..

No TitreParolesProducteur Durée
1. VertigoBono et The EdgeSteve Lillywhite 3:14
2. Miracle DrugBono et The EdgeSteve Lillywhite 3:59
3. Sometimes You Can't Make It on Your OwnChris Thomas 5:08
4. Love and Peace or ElseBono et The EdgeBrian Eno, Daniel Lanois 4:50
5. City of Blinding LightsFlood 5:47
6. All Because of YouSteve Lillywhite 3:39
7. A Man and a WomanJacknife Lee 4:30
8. Crumbs from Your TableSteve Lillywhite 5:03
9. One Step CloserThomas, Lanois 3:51
10. Original of the SpeciesSteve Lillywhite 4:41
11. YahwehBono et The EdgeThomas 4:21
Titre bonus -   Royaume-Uni  Japon
No TitreParolesProducteur Durée
12. Fast CarsBono et The EdgeSteve Lillywhite 3:43

DVD (Double CD/DVD et édition limitée seulement)

U2 and 3 Songs
No Titre Durée
1. U2 and 3 Songs (documentaire) 20:02
2. Sometimes You Can't Make It on Your Own (performance en studio) 5:09
3. Crumbs from Your Table (live) 5:00
4. Vertigo (Temple Bar Mix) 3:08
5. Sometimes You Can't Make It on Your Own (Acoustic Couch Mix) 4:43
6. Vertigo 3:23

Classements et certificationsModifier

ClassementsModifier

Liste des classements de ventes pour l'album How to Dismantle an Atomic Bomb
Pays Positions
  Allemagne[54] 1
  Australie[55] 1
  Autriche[55] 1
  Belgique Comm. fl.[55] 1
  Belgique Comm. fr.[55] 2
  Canada[56] 1
  Danemark[55] 1
  Espagne[55] 6
  États-Unis[56] 1
  Finlande[55] 1
  France[55] 1
  Irlande[57] 1
  Italie[55] 1
  Norvège[55] 1
  Nouvelle-Zélande[55] 1
  Pays-Bas[55] 1
  Portugal[55] 1
  Royaume-Uni[58] 1
  Suède[55] 1
  Suisse[55] 1

CertificationsModifier

Liste des certifications pour l'album How to Dismantle an Atomic Bomb
Pays Ventes Certifications
  Allemagne 300 000 +   3 × Or[59]
  Australie 280 000 +   4 × Platine[60]
  Autriche 20 000 +   Platine[61]
  Belgique 30 000 +   Platine[62]
  Brésil 250 000 +   2 × Platine[63]
  Canada 500 000 +   5 × Platine[64]
  États-Unis 3 000 000 +   3 × Platine[65]
  Finlande 20 000 +   Or[66]
  France 300 000 +   Platine[67]
  Irlande 150 000 +   10 × Platine[68]
  Japon 250 000 +   Platine[69]
  Pays-Bas 40 000 +   Or[70]
  Pologne 20 000 +   Or[71]
  Royaume-Uni 1 200 000 +   4 × Platine[72]

CréditsModifier

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. (en) U2 - How to Dismantle an Atomic Bomb - AllMusic.com
  2. site internet : www.u2france.com/actu, Corine Dead, 31 décembre 2014
  3. pochette de l'album, crédit album à la page 20, How to Dismantle an Atomic Bomb, 2004
  4. (en) Michelle Nichols, « New York City honors U2 by renaming street », Reuters (consulté le 11 octobre 2012)
  5. Vertigo (2004), par Cyril, http://www.u2srnr.com/actualites/vertigo/2462/, jeudi 5 février 2015
  6. https://www.atu2.com/news/u2-to-rerelease-the-unforgettable-fire-and-how-to-dismantle-an-atomic-bomb-on-red-vinyl.html
  7. https://www.u2achtung.com/pages/ressources/discographie.php?genre=bestof#focus
  8. https://www.u2songs.com/discography/u2_electrical_storm_single
  9. (en) Dan Martin, « The Gospel According to U2 », New Musical Express,‎
  10. https://www.u2songs.com/discography/u2_sometimes_you_cant_make_it_on_your_own_single
  11. (en) « Police hunt for 'stolen' U2 album », BBC (consulté le 11 octobre 2012)
  12. Documentaire U2 and 3 Songs, DVD édition Deluxe How to Dismantle an Atomic Bomb
  13. (en) « How to Dismantle an Atomic Bomb », sur u2.com (consulté le 11 octobre 2012)
  14. a et b (en) Jann Wenner, « Bono on the Records », Rolling Stone,‎
  15. https://www.officialcharts.com/artist/21874/u2/
  16. Les Inrockuptibles 2, U2 40 ans au sommet, analyse de Vertigo par Louis-Julien Nicolaou, page 75, 30 novembre 2017
  17. McCormick 2006, p. 323
  18. www.u2france.com/actu/NME-decode-HTDAAB.html, avis du NME qui décode HTDAAB, analyse de Miracle Drug, vendredi 1er octobre 2004, par Acrobat
  19. https://www.u2srnr.com/u2ranking/, analyse de Miracle Drug
  20. Pochette d'album d'How to Dismantle an Atomic Bomb, crédits albums, page 9, bas des paroles de Sometimes You Can't Make It on Your Own, produced by Chris Thomas, Island records group, Universal international Music, 2004
  21. Le nouveau dictionnaire du rock, sous la direction de Michka Assayas, notice U2, page 2950, volume 2, février 2014
  22. Les Inrockuptibles 2, U2 40 ans au sommet, Morceaux choisis, par Emmanuelle Delsol, analyse de Sometimes You Can't Make It on Your Own , page 91, 30 novembre 2017
  23. https://www.officialcharts.com/artist/21874/u2/
  24. U2, l'histoire complète, collection Rock & Folk, analyse de Love and Peace or Else, album How to Dismantle an Atomic Bomb, par Stephen Dalton, page 118
  25. U2, les secrets de toutes leurs chansons, Niall Stokes, Love and peace or else, page 155
  26. https://www.u2srnr.com/u2ranking/, analyse de Love and Peace or Else
  27. http://clashdohertyrock.canalblog.com/archives/2018/05/03/36302536.html, 3 mai 2018
  28. U2 by U2, Until the end of the world 2002-2006, propos d'Adam Clayton, page 324
  29. McCormick 2006, p. 324
  30. https://www.youtube.com/watch?v=MsB5nZSOvMU
  31. www.u2france.com/actu/NME-decode-HTDAAB.html, avis du NME qui décode HTDAAB, analyse de All Because of You, vendredi 1er octobre 2004, par Acrobat.
  32. www.u2france.com/actu/NME, U2, avis du NME qui décode HTDAAB, analyse de A Man and a Woman, vendredi 1er octobre 2004, par Acrobat
  33. https://www.u2srnr.com/u2ranking/, analyse de A Man and a Woman
  34. https://www.u2srnr.com/u2ranking/, analyse de Crumbs for Your Table
  35. McCormick 2006, p. 324-325
  36. McCormick 2006, p. 325
  37. Petit dico de U2, Hubert Allin, page 61
  38. https://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/how-to-dismantle-an-atomic-bomb/
  39. U2, les secrets de toutes leurs chansons, Niall Stokes, Yahweh, page 162
  40. U2, L'histoire complète, Collection Rock&folk, N°2, en collaboration avec Uncut, How to Dismantle an Atomic Bomb, Stephen Dalton, page 119, 2017
  41. Niall Stokes, U2 les secrets de toutes leurs chansons, analyse d'Original of The Spécies, page 161, mars 2013, éditions Hors Collection
  42. couverture de l'album How to Dismantle an Atomic Bomb, 2004
  43. (en) « How to Dismantle an Atomic Bomb », Metacritic (consulté le 11 octobre 2012)
  44. (en) Rob Sheffield, « How to Dismantle an Atomic Bomb Rolling Stone Review », Rolling Stone (consulté le 11 octobre 2012)
  45. U2, l'histoire complète, collection Rock & Folk, critiques de presse, album How to Dismantle an Atomic Bomb, par Stephen Dalton, page 118
  46. (en) Alex Petridis, « How to Dismantle an Atomic Bomb The Guardian Review », The Guardian (consulté le 11 octobre 2012)
  47. (en) Stephen Erlewine, « How to Dismantle an Atomic Bomb Allmusic Review », AllMusic (consulté le 11 octobre 2012)
  48. (en) Amanda Petrusich, « How to Dismantle an Atomic Bomb Pitchfork Review », Pitchfork (consulté le 11 octobre 2012)
  49. JD Beauvallet, « How to Dismantle an Atomic Bomb Chronique Les Inrockuptibles », Les Inrockuptibles (consulté le 11 octobre 2012)
  50. « How to Dismantle an Atomic Bomb Chronique Albumrock », sur albumrock.net (consulté le 11 octobre 2012)
  51. (en) « Past Winners Search - U2 2005 », sur grammy.com (consulté le 11 octobre 2012)
  52. (en) « U2's Vertigo Tour », sur u2gigs.com (consulté le 11 octobre 2012)
  53. (en) Jonathan Cohen, « U2: From joshua trees to palm trees », Reuters (consulté le 11 octobre 2012)
  54. (de) « U2 - Chartverfolgung », sur musicline.de (consulté le 11 octobre 2012)
  55. a b c d e f g h i j k l m n et o « U2 - How to Dismantle an Atomic Bomb », sur lescharts.com (consulté le 11 octobre 2012)
  56. a et b (en) « How to Dismantle an Atomic Bomb Billboard », AllMusic (consulté le 11 octobre 2012)
  57. (en) « Top 75 Artist Album 16/12/04 », sur chart-track.co.uk (consulté le 11 octobre 2012)
  58. (en) « U2 Albums », sur officialcharts.com (consulté le 11 octobre 2012)
  59. (de) « Gold-/Platin-Datenbank - How to Dismantle an Atomic Bomb », sur musikindustrie.de (consulté le 11 octobre 2012)
  60. (en) « ARIA Charts - Accreditations - 2006 Albums », Australian Recording Industry Association (consulté le 11 octobre 2012)
  61. (de) « Gold & Platin - U2 », sur ifpi.at (consulté le 5 mars 2013)
  62. (en) « Gold and Platinum Certifications Albums 2004 », sur ultratop.be (consulté le 5 mars 2013)
  63. (pt) « Certificados - U2 », sur abpd.org.br (consulté le 5 mars 2013)
  64. (en) « Gold Platinum Database - How to Dismantle an Atomic Bomb », sur musiccanada.com (consulté le 11 octobre 2012)
  65. (en) « Searchable Database - How to Dismantle an Atomic Bomb », RIAA (consulté le 11 octobre 2012)
  66. (fi) « Tilastot - U2 », sur ifpi.fi (consulté le 5 mars 2013)
  67. « Certifications Albums Platine - année 2004 », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 11 octobre 2012)
  68. (en) « 2005 Certification Awards Multi Platinum », sur irishcharts.ie (consulté le 5 mars 2013)
  69. (ja) « Gold Disc Certification », sur riaj.or.jp, (consulté le 29 avril 2019)
  70. (nl) « Goud/Platina - How to Dismantle an Atomic Bomb », sur nvpi.nl (consulté le 15 octobre 2018)
  71. (pl) « Zlote CD », sur zpav.pl (consulté le 5 mars 2013)
  72. (en) « Cerified Awards Search - U2 », BPI (consulté le 11 octobre 2012)