Ouvrir le menu principal

Herbeys

commune française du département de l'Isère

Herbeys
Herbeys
Village d'Herbeys
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Pont-de-Claix
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Françoise Reverbel Fontana
2014-2020
Code postal 38320
Code commune 38188
Démographie
Gentilé Herbigeois
Population
municipale
1 360 hab. (2016 en augmentation de 0,82 % par rapport à 2011)
Densité 176 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 20″ nord, 5° 47′ 36″ est
Altitude Min. 417 m
Max. 935 m
Superficie 7,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Herbeys

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Herbeys

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Herbeys

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Herbeys
Liens
Site web www.herbeys.fr

Herbeys est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Herbigeois et les Herbigeoises.

Sommaire

GéographieModifier

La commune d'Herbeys se trouve à 8 km à vol d'oiseau de Grenoble. Le village est situé à 510 m d'altitude. Le bourg est desservi par la ligne 67 du réseau de transports de l'agglomération grenobloise.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom d'Herbeys au cours des siècles :

  • Herbisium au XIe siècle (cartulaire de Saint Hugues) ;
  • Erbisium en 1191 (cartulaire Ulciensis-Oulx) ;
  • Herbeis -Erbeis - Herbeys en 1260.

Puis il y a eu un retour à la latinisation :

  • Erbesium ERBESIUM en 1300 (Charte de Prémol) ;
  • Arbetium au XIVe siècle (nécrologie de Saint Robert) ;
  • Herbeis en 1757 (État des terres du Dauphiné).

En 1777 (État des paroisses du Dauphiné), le nom du village s'écrit Herbeys et ne changera plus.

HistoireModifier

Le village d’Herbeys devait déjà exister au XIe siècle, car dans le plus ancien pouillé du diocèse de Grenoble, dont la rédaction remonte au début du XIe siècle, on trouve la mention de son église paroissiale : ECCLESIA SANCTI VICTORIS de HERBISIUM (église Saint-Victor d’Herbeys). Cette mention prouve qu’Herbeys était déjà un centre suffisamment important pour former une paroisse. Il est probable que dès l'époque gallo-romaine se trouvaient plusieurs exploitations desservies par la voie romaine. Cette voie romaine fut jusqu'au XVIIe siècle la seule route praticable pour se rendre d’Herbeys à Grenoble.

Herbeys, comme les communes voisines, fut secouée par les guerres de religion entre catholiques et protestants qui ensanglantèrent la France au cours des XVIe siècle et XVIIe siècle. La bataille de Jarrie, qui a eu lieu sur le plateau d'Herbeys, Brié et Haute-Jarrie le 19 août 1587, fut une des plus meurtrières pour la région grenobloise, avec 1 500 morts, presque tous suisses[1].

 
Le plateau d'Herbeys et de Brié-et-Angonnes vu depuis les Crêtes d'Herbeys, où eut lieu la bataille de Jarrie.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie d'Herbeys.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 M. Pierre Sion ... ...
2008 2014 Mme Brigitte Goillot ... ...
2014 En cours Mme Françoise Fontana SE Retraitée Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 1 360 habitants[Note 1], en augmentation de 0,82 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
504548530661572628583614640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608584592565597546521509477
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
522466452368391332346358375
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3753557659451 0861 1671 2251 3421 358
2016 - - - - - - - -
1 360--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Au bourg se trouve une école.

ÉconomieModifier

Commune rurale, une épicerie et le marché du dimanche matin proposent les produits locaux, à découvrir également durant la foire d'automne, le 3e dimanche d'octobre, où le boudin et le miel sont à l'honneur. Un café-réstaurant est ouvert à côté de l'église depuis 1911. Un centre équestre est présent sur la commune.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Herbeys compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[6] et un lieu répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[7].

Château d'HerbeysModifier

 
Le château d'Herbeys.
Article détaillé : Château d'Herbeys.

Le village d'Herbeys est indissociable de son château et de sa silhouette au large dôme. Depuis 1998 d'un propriétaire privé, au début du XIVe siècle l’édifice se résumait à une maison forte carrée (la partie centrale actuelle) qui servit par la suite d’hospice.

Plusieurs évêques occupèrent la bâtisse. Monseigneur Le Camus, surnommé le « cardinal des montagnes », à qui l’on doit un précieux inventaire des églises et chapelles, fit aménager dans le parc des jardins à la française.

Pendant la Première Guerre mondiale on transforma la salle du dôme en hôpital.

Le château, datant du XVIIe siècle et non accessible aux visiteurs, possède plusieurs pièces remarquables : le plafond du salon du premier étage fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 22 juin 1948 ; le salon à l'italienne dit le Dôme, avec ses décorations en trompe-l'œil, et la salle à manger font l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par arrêté du 14 décembre 1949[8].

Son parc, avec ses jardins remarquables, fait partie de l'Inventaire général du patrimoine culturel[9].

Fort des Quatre SeigneursModifier

 
La casemate à l'est du bâtiment principal du fort

Le fort des Quatre Seigneurs est une structure militaire du XIXe siècle se situant à 937 mètres d'altitude, sur la colline nommée « Montagne des Quatre Seigneurs », à la limite des communes d'Herbeys et d'Uriage. Il est l'un des six forts constituant la ceinture fortifiée de Grenoble.

Église catholique d’HerbeysModifier

 
L’intérieur de l'église.

Une église du XIXe siècle[10] se dresse sur la place du village, une très belle décoration intérieure est à découvrir.

Pont basculeModifier

Proche des écoles, au centre du bourg ancien, se trouve un pont bascule du XIXe siècle très bien conservé. Breveté par Pierre Guillaumin, connu à son époque pour le pesage, le pont bascule a été construit en 1887 par une société de Voiron.

Maison forte du VillardModifier

Maison forte à l'Ouest du hameau du Villard, du XVIe siècle[10]

Château du CholletModifier

Château du Chollet, manoir du XVIIIe siècle[10]

ChâtelardModifier

Le lieu-dit de Châtelard, au hameau de Romage, évoque la présence d'un ancien châtelard ou d'une fortification en bois. Il est bien possible que la colline elle-même ait été considérée comme une motte castrale[10].

Les fermes-fortesModifier

Quelques fermes-fortes se remarquent dans le paysage agricole, temoines des siècles passés, notamment la ferme au Plâtre[11].

Personnalités liées à la communeModifier

Bruno Saby pilote de rallye (vainqueur de Rallye Monte-Carlo et du Tour de Corse) et de rallye raid (vainqueur du Paris Dakar).

HéraldiqueModifier

  Blason D’or au rencontre de bœuf de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. La Bataille de Jarrie, le 19 août 1587 sur www.sudgrenoblois-tourisme.com (accès le 24 avril 2016).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Liste des monuments historiques de la commune de Herbeys », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Liste des lieux et monuments de la commune de Herbeys à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Château », notice no PA00117205, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Parc du château », notice no IA38000417, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. a b c et d Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 318-322
  11. Agence d'Urbanisme de la Région Grenobloise, Commune d'Herbeys. Plan d'occupation des sols. Rapport de présentation de la révision, sitdl.lametro.fr, mai 2000, p. 15 (accès le 15 août 2017). (PDF)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Communes de l'Isère

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :