Ouvrir le menu principal

Saint-Martin-d'Uriage

commune française du département de l'Isère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.

Saint-Martin-d'Uriage
Saint-Martin-d'Uriage
Blason de Saint-Martin-d'Uriage
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Oisans-Romanche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Gérald Giraud
2014-2020
Code postal 38410
Code commune 38422
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
5 416 hab. (2016 en diminution de 0,81 % par rapport à 2011)
Densité 182 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 08″ nord, 5° 50′ 21″ est
Altitude Min. 320 m
Max. 2 200 m
Superficie 29,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Uriage

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Uriage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Uriage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Uriage
Liens
Site web http://www.saint-martin-uriage.com

Saint-Martin-d'Uriage est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Saint-Martinois (Saint-Martinoises).

Sommaire

GéographieModifier

 
Les gorges du Sonnant au XIXe siècle illustrées par Victor Cassien (1808 - 1893).

Saint-Martin d'Uriage possède un vaste territoire communal qui comprend les entités suivantes :

Villages et hameauxModifier

 
Vue aérienne du complexe thermal et du casino d'Uriage-les-Bains.
  • Saint-Martin, le centre bourg principal, qui a donné son nom à la commune
  • Saint-Nizier
  • Le Pinet d'Uriage
  • Villeneuve d'Uriage
  • Uriage-les-Bains, établi en fond de vallée du Sonnant[1], le long de la D 524, station thermale dont les eaux étaient déjà appréciées à l'époque romaine et qui a pris son essor au XIXe siècle.

Lieux-dits et écartsModifier

  • Le Sonnant d'Uriage
  • Le Bouloud
  • Les Rossins (de Corps et de Saint Nizier)
  • Corps d'Uriage
  • Le Penet
  • La Ronzière
  • Le Belin
  • Les Ferrats
  • La Grivolée
  • Les Cortières
  • Les Eaux
  • La Croix de Pinet
  • Les Izards
  • Le Rocharey
  • Le Replat (de Pinet et de Bouloud)
  • Les Rapeaux
  • Les Oddoz
  • Le Bit
  • La Planchette
  • Les Planches
  • La Relatière
  • Le Replaton
  • Les Bonnets
  • Les Angères
  • La Richardière
  • Villeneuve
  • Le Chenevas
 
Les hameaux depuis le Belvedere sous le marais de Seiglières.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saint-Martin-d'Uriage
Gières
Venon
Murianette
Domène
(quadripoint)
Revel
Herbeys  
Vaulnaveys-le-Haut Chamrousse

HistoireModifier

Saint-Martin-d'Uriage, comme les communes voisines, fut secouée par les guerres de religion entre catholiques et protestants qui ensanglantèrent la France au cours des XVIe siècle et XVIIe siècle (voir la Bataille de Jarrie, appelée aussi bataille d'Uriage)[2].

Durant la Seconde Guerre mondiale, le château d’Uriage a été choisi par le Régime de Vichy pour abriter l'École des cadres d'Uriage, remplacée en 1943 par l'École des cadres de la Milice.

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason D'argent à un écureuil contourné du même issant d'un bouquet de feuille de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Jeannine Creissels DVG  
mars 2008 mars 2014 Bruno Murienne    
mars 2014 En cours Gérard Giraud SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 5 416 habitants[Note 1], en diminution de 0,81 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9161 8931 8962 1712 4542 3802 5912 6002 400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4352 2342 2522 2532 1392 1652 2112 0231 917
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7841 6611 6301 4071 3741 3141 2531 2931 659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3541 5111 8152 5273 6784 7945 1055 4245 398
2016 - - - - - - - -
5 416--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

SportsModifier

  • La station de ski à Chamrousse est très proche.
  • Randonnées.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

  • Chapelle de Saint-Nizier, à Saint-Nizier d'Uriage, datant de 1675, inscrite partiellement au titre des monuments historiques par arrêté du 19 mars 1991, à protection de l'autel majeur et des décors peints[7]. Située dans le petit cimetière du hameau, elle a été restaurée dans les années 2000. Elle abrite un tableau de 1757 représentant les deux patrons, Saint-Nizier et Saint-Denis, des fresques murales à l'italienne en trompe l'œil, un autel en stuc peint et une chaire en bois de noyer surmontée d'un dais[8],[9].
  • Chapelle Saint-Ferréol, au Pinet d'Uriage[10]. La chapelle est équipée de deux cloches installées en 1849. Plusieurs œuvres du scuplteur Pierre Szekely agrémentent la chapelle[11]: ferrures de la porte, mobilier, lustre, portrait spirituel de saint Ferréol.
  • Église Saint Martin, à Saint Martin d'Uriage (centre bourg), inaugurée en 1876 et bâtie en ciment Vicat[12]. Le clocher carré surmonté d’une flèche en tuf de la Balme de Casserousse (Chamrousse) abrite cinq cloches.
  • Église Saint Jean-Baptiste, dans le cimetière de Villeneuve d'Uriage. La cloche du 1618 est classée au titre des monuments historiques[13].
  • Chapelle Saint Luc, à Uriage-les-Bains[12]. Créée au milieu du XIXe siècle pour les curistes de la station d’Uriage, la chapelle a été entièrement transformée en un style contemporain en 1983 lors de son acquisition par le diocèse de Grenoble.

Patrimoine civilModifier

  • Le Château d’Uriage, du XVe et XVIe siècles, fait l'objet d'un classement et d'une inscription partielle au titre des monuments historiques : les façades et les toitures du château à l'exterieur, la grande pièce à rez-de-jardin dite l'Orangerie à l'intérieur sont classés par arrêté du 6 février 1990 ; le château, sauf les parties classées, est inscrit par arrêté du 14 septembre 1988[14].
  • Thermes d'Uriage
  • Grand Hôtel
  • Casino
  • Le lavoir
  • statue à l'honneur du Docteur Pierre Doyon
  • ancienne gare d'Uriage, de 1893[12].
  • vestiges de la maison forte de Pinet, ou Bâtie d'Argenson, au Pinet d'Uriage. Elle est citée dans les documents de l'enquête de 1338[12].
  • au lieu-dit Le Mas du Pinet, une ancienne bâtisse avec une tour datée de 1611[12].

Patrimoine culturelModifier

 
L'office de tourisme à l'entrée d'Uriage-les-Bains.
  • Office de tourisme, dans le bâtiment de l'ancienne gare d'Uriage
  • Centre culturel du Belvédère : bibliothèque, salle de spectacle dite de l'Oursière (88 places), une salle de réunions (20 places), plusieurs salles d'expositions[15].

Patrimoine naturelModifier

 
Le Marais de Seiglières.

Espaces verts et fleurissementModifier

  • Le parc thermal d'Uriage les Bains[18] : aménagé sous Napoléon III (1852-1870), ce parc était situé entre les établissements thermaux et les hôtels et villas construits lors du développement de la station thermale, au XIXe siècle. Ce parc, d'une surface d'environ 200 hectares, sur 2 km de long, est encore de nos jours un espace accueillant les promeneurs et les flâneurs. Il comporte diverses espèces d'arbres (dont certains sont bicentenaires), un ruisseau, des allées de promenade entre les pelouses, un ruisseau et un petit pont au-dessus de celui-ci, un kiosque à musique et un carrousel.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Dunoyer de Segonzac (1906 - 1968), ancien résistant et général de brigade français
  • Paul Pascalon (1838 - 1914), architecte du casino et du théâtre de l'établissement thermal d'Uriage-les-Bains

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Sandre, « Sonnant »
  2. La Bataille de Jarrie, le 19 août 1587 sur www.sudgrenoblois-tourisme.com (accès le 24 avril 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Chapelle Saint-Nizier », notice no PA00117373, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « La Chapelle de St Nizier - Tourisme patrimonial - Office du Tourisme d'Uriage les Bains - Animations », sur www.uriage-les-bains.com (consulté le 25 février 2017)
  9. « Les journées du patrimoine 2010 dans le Grésivaudan », Le Dauphiné Libéré - supplément,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2017)
  10. « Chapelle Saint-Ferréol, au Pinet d'Uriage », sur Isère Tourisme (consulté le 1er novembre 2015).
  11. Église du Pinet d'Uriage
  12. a b c d et e Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 479-484
  13. Chapelle Saint-Jean-Baptiste, à Villeneuve-d'Uriage sur www.isere-tourisme.com (accès le 23 avril 2016)
  14. « Château d'Uriage », notice no PA00117261, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Le Belvédère à St-Martin d’Uriage sur le site officiel de la Communauté de communes du Pays du Grésivaudan (consulté le 31 janvier 2015)
  16. Découvrez les Espaces Naturels Sensibles de l'Isère, www.isere.fr, p. 40 (consulté le 22 juillet 2014)
  17. L'Espace Naturel Sensible des Seiglières sur le site de la mairie (consulté le 21 mai 2018).
  18. « Parc Thermal d'Uriage Les Bains », sur www.isere-tourisme.com (consulté le 14 février 2017)
  19. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :