Herbert Samuel

personnalité politique britannique

Herbert Samuel
Illustration.
Herbert Samuel.
Fonctions
Leader du Parti libéral

(4 ans et 22 jours)
Prédécesseur David Lloyd George
Successeur Archibald Sinclair
Secrétaire d'État à l'Intérieur

(1 an, 1 mois et 5 jours)
Premier ministre Ramsay MacDonald

(10 mois et 25 jours)
Premier ministre Herbert Henry Asquith
Haut-Commissaire de Palestine et Transjordanie

(4 ans, 11 mois et 29 jours)
Prédécesseur fonction créée
Successeur Herbert Plumer
Postmaster General du Royaume-Uni

(7 mois et 23 jours)

(3 ans, 11 mois et 28 jours)
Premier ministre Herbert Henry Asquith
Président du Local Government Board

(1 an, 9 mois et 14 jours)
Premier ministre Herbert Henry Asquith
Député britannique

(6 ans, 5 mois et 15 jours)
Élection
Circonscription Darwen
Groupe politique Libéral

(16 ans, 1 mois et 9 jours)
Élection
Réélection



Circonscription Cleveland
Groupe politique Libéral
Biographie
Titre complet 1er vicomte Samuel
Nom de naissance Herbert Louis Samuel
Date de naissance
Lieu de naissance Liverpool
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Londres
Nationalité Britannique
Conjoint
Beatrice Franklin (m. 1897)
Diplômé de University College School
Balliol College
Profession Statisticien
Diplomate
Religion Judaïsme

Herbert Samuel, 1er vicomte Samuel (né le à Liverpool et mort le à Londres) est un homme politique anglais, qui fut le premier Haut-Commissaire britannique en Palestine.

BiographieModifier

Il naquit en Angleterre en 1870. Il travailla au service des hautes sphères gouvernementales. À 38 ans, il fut désigné ministre des postes du gouvernement britannique, poste auquel il fut exposé au Scandale Marconi.

Pendant la Première Guerre mondiale, il fut ministre des Postes puis de l'Intérieur. Juif observant, il s'intéressa au mouvement sioniste : le Dr Weizman lui expliqua que le but des sionistes était d'obtenir un territoire où les Juifs pourraient constituer la majorité de la population et où ils administreraient leurs affaires en paix, un territoire « fût-il aussi petit que Monaco mais avec une université à la place d’une salle de jeu » [1] . Samuel rétorqua à Weizmann qu'il était trop modeste et que « de grandes choses pourraient être réalisées en Palestine » telles que la reconstruction du Temple, « symbole de l’unité juive sous une forme moderne » [2].

En décembre 1916, le Premier ministre lord Asquith démissionne et Herbert Samuel n'est plus au gouvernement.

Il adhéra au « Congrès sioniste d'Angleterre ». Il usa de son influence auprès du gouvernement britannique pour prôner l'établissement d'un protectorat britannique sur la Palestine, la reconnaissance d'un État pour les Juifs en Palestine, et devint le soutien du Dr Weizman dans ses tractations en vue de l'obtention de la Déclaration Balfour.[réf. souhaitée]

Des années 1920 à 1925, il fut le premier Haut-Commissaire britannique en Palestine[3]. La liesse que provoqua parmi les Juifs, dans le monde et en Palestine, la nomination d'Herbert Samuel à ses nouvelles fonctions, fut de courte durée au vu des problèmes tels que l'opposition arabe, la nomination d'Amin al-Husseini - qui avait été à la tête des émeutes meurtrières de 1920 - comme Mufti de Jérusalem et les nouvelles tueries de mai 1921. Dans un contexte d'immigration juive soutenue, Herbert Samuel mit en place les prémices des infrastructures éducatives et médicales du pays.

Dès son retour en Angleterre, Samuel joua un rôle important dans la grève générale de 1926 en tant que président de la commission chargée par le gouvernement de trouver une solution équitable au conflit qui opposait alors les mineurs aux patrons des houillères[4]. Il dirigea le Parti Libéral au Parlement Britannique et à la Chambre des lords et reçut en 1937 le titre de vicomte. Il participa à la création de l'Agence juive ainsi qu'aux campagnes d'aide aux Juifs d'Allemagne, à la suite de l'arrivée au pouvoir du parti nazi.

Herbert Samuel mourut en 1963. Le quartier de « Kiryat Shmuel » à Tibériade ainsi que le quartier « Ahuzat Herbert Samuel » sur le mont Carmel ont été nommés en son hommage.

ŒuvresModifier

  • Liberalism. An Attempt to State the Principles and Proposals of Contemporary Liberalism in England, Londres, 1902
  • Memoirs, Londres, 1945

Notes et référencesModifier

  1. Yehuda Reinharz, Chaim Weizmann. The Making of a Statesman, Oxford University Press, 1993
  2. Yehuda Reinharz, Chaim Weizmann. The Making of a Statesman, Oxford University Press, 1993, p. 22
  3. Sylvia Chiffoleau, Anne-Claire de Gayffier-Bonneville, Norig Neveu, Annalaura Turiano, Matthieu Rey et Manon-Nour Tannous, Le Moyen-Orient 1876-1980, Atlande, 2017, p. 153
  4. Jacques Leruez, Jeannine Surel, Le Royaume-Uni au XXe siècle, Ellipses, 1997, p. 45

Liens externesModifier