Ouvrir le menu principal

Henri Karcher (homme politique, 1908-1983)

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Karcher et Karcher.

Henri Karcher
Fonctions
Député de la 8e circonscription de Moselle
Législature 2e (Ve République)
Groupe politique UNR-UDT
Prédécesseur Georges Thomas
Successeur Georges Thomas
Député de la 21e circonscription de Paris
Législature 1re (Ve République)
Groupe politique UNR
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Bernard Lepeu
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Dié-des-Vosges (Vosges)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Sarrebourg (Moselle)
Parti politique UNR-UDR
Profession Chirurgien

Henri Karcher, né le à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges) et mort le à Sarrebourg (Moselle), est un homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'un officier tué le 28 août 1914, Henri Karcher devient chirurgien à la Faculté de médecine de Paris. Volontaire dans l'infanterie durant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage rapidement dans les Forces françaises libres et participe à la bataille du Gabon en novembre 1940, puis à la campagne de Libye d'octobre 1942. Après avoir rejoint l'Angleterre, il prend part aux débarquements de Normandie le 1er août 1944 et à la libération de Paris, au cours de laquelle il tint un rôle majeur : à la tête d'un détachement, il obtient, le 25 août 1944, la capitulation du général von Choltitz, gouverneur militaire du « Groß Paris », qu'il arrête à l'hôtel Meurice, rue de Rivoli.

Devenu aide de camp du général Kœnig, il est affecté au gouvernement militaire de Paris. À la fin de la guerre, toujours fidèle au général de Gaulle, il s'engage en politique. Candidat UNR dans la 21e circonscription de Paris, il est facilement élu. Pour la 2e législature, il se présente en Moselle sous les sollicitations des gaullistes de Sarrebourg et est élu. Il devient aussi conseiller général du canton. Il échoue pour sa troisième candidature à l'Assemblée contre Georges Thomas, à qui il avait succédé en 1962.

Après avoir terminé sa carrière comme expert près la Cour d'appel de Paris, il se retire en 1979 à Abreschviller, où avaient vécu sa mère et son beau-père, le général Louis Ernest Béjard, ancien commandant de la 101e division de forteresse.

HommagesModifier

Dans le film Paris brûle-t-il ?, son rôle est interprété par Jean-Pierre Cassel. Dans une des scènes finales du film (2 h 46 min), le personnage interprété par Cassel appelle son père pour l'informer qu'il vient de faire prisonnier le général commandant la place de Paris. C'est en contradiction avec la vérité historique, le père d'Henri Karcher étant mort en août 14.

En 2000, la place du Lieutenant-Henri-Karcher est créée dans le 1er arrondissement de Paris.

Sa ville natale lui rend également hommage en fin d'année 2014 en donnant son nom à un rond-point d'entrée-sortie de la zone marchande d'Hellieule, à l'est de la nationale 59[1].

DécorationsModifier

Décorations françaisesModifier

Décorations étrangèresModifier

Presidential Unit Citation (USA).

BibliographieModifier

  • Les Combattants de l'aube. Les Compagnons de la Libération d'origine lorraine, Jérôme Estrada de Tourniel, Éditions Serpenoise, 2014. Un chapitre de cet ouvrage lui est consacré.

Notes et référencesModifier

  1. Il s'agit de l'ancien rond-point Victor-Schœlcher, où aboutit la rue de la Madeleine. Le dernier nom, nullement oublié, dénomme désormais officiellement une esplanade au niveau de l'allée du Parc Jean-Mansuy, à proximité de la préfecture et de la salle des Fêtes.