Ouvrir le menu principal

Dietrich von Choltitz

général allemand

Dietrich von Choltitz
Dietrich von Choltitz
Dietrich von Choltitz en 1940.

Naissance
Wiese Gräflich (Silésie)
Décès (à 71 ans)
Baden-Baden
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1922–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Infanterie
Années de service 1907-1945
Commandement 11. Panzer Division
XLVIII. Panzerkorps
LXXXIV. Armeekorps
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer
Croix allemande
Autres fonctions Gouverneur de Paris
Signature de Dietrich von Choltitz

Dietrich von Choltitz est un General der Infanterie allemand de la Seconde Guerre mondiale, né le à Wiese Gräflich[a] (Silésie) et mort le à Baden-Baden.

Il a en particulier commandé le 84e corps d’armée en Normandie puis a été très brièvement gouverneur militaire du « Grand Paris » (Groß Paris) au moment de la libération de la ville en . Il a été emprisonné dans un camp pour officiers généraux dès en Angleterre où ses conversations ont été écoutées.

Il a été décoré de la croix de chevalier de la croix de fer.

BiographieModifier

Formation et premières expériencesModifier

Dietrich von Choltitz est né dans le château familial de Wiese Gräflich[1] à quatre kilomètres de Prudnik dans le sud-ouest de la Pologne actuelle. Son père, Hans, est colonel de l'armée impériale, commandant du 10e régiment de cavalerie des uhlans de la Marche, qui va combattre en Flandres pendant la Première Guerre mondiale. Sa mère a pour nom de jeune fille Gertrud von Rosenberg. Son oncle, Hermann von Choltitz (de) va être gouverneur militaire de Silésie (Generallandschaftspräsident) de 1907 à 1920.

En 1907, à l'âge de 13 ans, Dietrich von Choltitz est envoyé par son père à l'école des cadets de Dresde, capitale du royaume de Saxe. Il sert comme page à la Cour royale.

Il a 19 ans quand éclate la Première Guerre mondiale en 1914. Il est affecté au 107e régiment d'infanterie du prince Johann Georg et sert comme aspirant. Blessé à trois reprises durant le conflit, il le termine au grade de Leutnant (sous-lieutenant).

Il reste dans la Reichswehr à l'époque de la république de Weimar et devient Hauptmann (capitaine) de cavalerie en 1929. Il est promu Major (commandant) en 1937 et commande le 3e bataillon du 16e régiment d'infanterie « Oldenburg », dans la 2e Luftlande-Division. Il est promu Oberstleutnant (lieutenant-colonel) en 1938.

Seconde Guerre mondialeModifier

Pologne et Pays-BasModifier

 
Dietrich von Choltitz en 1940, en uniforme d’Oberstleutnant.

En 1939, Choltitz commande le bataillon du 16e régiment d'infanterie aéroportée et prend successivement part aux campagnes de Pologne (1939), des Pays-Bas et de Belgique (1940). Ses troupes prennent notamment Rotterdam, dont le port est le premier d'Europe, après un bombardement qui n'épargne pas la population civile du centre ville (huit cents victimes, soixante-dix-huit mille sans-abri)[2]. Choltitz prétendra dans ses Mémoires à un malentendu[3]. À la suite de cette action, il reçoit la croix de chevalier de la croix de fer. En , il prend le commandement de son régiment et se trouve promu Oberst (colonel) au printemps 1941.

Campagne de RussieModifier

Au début de l'opération Barbarossa en , son régiment fait partie du groupe d'armées Sud et part de Roumanie vers l'Ukraine, progressant en direction du Dniepr. Faisant partie de la 11e armée de Erich von Manstein, il participe au siège et à la prise de Sébastopol en  : sur un effectif de 4 800 hommes, il lui en reste 349 à la fin des combats ; il est en outre blessé au bras. Il est promu Generalmajor (général de brigade) peu après et prend le commandement de la 260e division d'infanterie. Le , il est promu Generalleutnant (général de division) et commande pendant deux mois la 11e Panzerdivision impliquée avec Erich von Manstein dans une contre-attaque en direction de Kharkov, puis il participe à la bataille de Koursk. Ses affectations sur le front de l'Est manquent ensuite de précision — il n'y consacre que deux paragraphes dans ses Mémoires, et il se peut que ce soit la période pendant laquelle il a directement contribué à la politique d'extermination nazie[4].

ItalieModifier

En , il est transféré en Italie et devient commandant en second du 76e Panzerkorps ; il participe à la bataille d'Anzio[b].

NormandieModifier

Puis, du au , il commande le 84e corps d'armée en Normandie, succédant au général Marcks tué au combat. Il loge près de Coutances, à Ouville dans la ferme de la Fosse aux Loups. Là, il occupe une chambre réquisitionnée, au premier étage, où il a des difficultés à trouver le sommeil[c]. Son poste de commandement est situé non loin de là dans un véhicule de commandement garé à l'abri d'un chemin creux.

Les divisions allemandes sont réduites de moitié avec des moyens de commandement anéantis, face à un ennemi supérieur en nombre. Les Américains vont percer le , appuyés par l'aviation. Le , la percée est définitive. Le PC recule avec les troupes allemandes.

Gouverneur de ParisModifier

Article détaillé : Libération de Paris.

Alors que le front allemand s'effondre à la suite de la bataille de Normandie et que l'attentat tenté par le groupuscule d'officiers menés par Claus von Stauffenberg contre Hitler vient d'échouer, Dietrich von Choltitz est, au matin du , nommé gouverneur militaire de la garnison du « Grand-Paris »[d], « le Groß Paris ». Sa nomination lui est signifiée par Adolf Hitler à la Wolfsschanze. Il remplace à ce poste Hans von Boineburg-Lengsfeld, qui a été en fonctions du au , principalement sous les ordres de Carl-Heinrich von Stülpnagel, Militärbefehlshaber (de) in Frankreich (commandant en chef des troupes d’occupation en France). Stülpnagel, impliqué dans le complot du 20 juillet 1944 car il a arrêté les SS de Paris le , a quant à lui été remplacé par le General der Flieger[e] Karl Kitzinger (de), en poste depuis le , désormais le supérieur de Choltitz.

Ordre de missionModifier

Choltitz détaille la mission reçue en main propre du Führer et par écrit dont les grandes lignes sont les suivantes[8] :

  1. Les troupes du front ouest se battent courageusement contre un ennemi supérieur en nombre ;
  2. Le général de division von Choltitz est nommé avec effet immédiat « général commandant en chef du Grand Paris » et répond devant Hitler des points suivants :
    1. Paris ne doit plus être une ville étape, un réservoir de réfugiés et de pleutres, elle doit devenir un objet de crainte pour tous les non-combattants ;
    2. Les administrations allemandes inutiles doivent partir, les hommes en état de combattre doivent partir au front ;
    3. Le territoire doit être protégé contre tout acte de la Résistance.
  3. Le général commandant en chef dispose de l'autorité sur toutes les troupes, SS comprises, et incorporera dans son état-major l'ancien état-major du précédent commandant ;
  4. Il reçoit les pouvoirs juridictionnels d'un « commandant de place forte assiégée ».

Cet ordre démentait les affirmations d'Hitler qu'il rejetterait à la mer les Alliés. Paris devenait un théâtre d'opérations potentiel.

SuitesModifier

Choltitz est marqué par la rencontre avec le « Führer » : il a la sensation d'avoir en face de lui un être ayant perdu la raison, et, soudainement, ne peut plus croire à l'image donnée par la propagande.

« Je me trouvais devant lui et je vis un homme vieux, voûté, bouffi, aux cheveux gris et clairsemés, un être tremblant et physiquement ruiné.
[...]
Aujourd'hui encore, je ne peux dire avec certitude s'il croyait lui-même en ses paroles ou s'il trompait sciemment son entourage pour l'exhorter à tenir jusqu'au bout.
[...]
Plus de doute : je me trouvais en face d'un fou. La conscience que l'existence de notre peuple était aux mains d'un aliéné, incapable de dominer la situation [...] pesait sur moi de toute sa force. »

— Dietrich von Choltitz, op. cit. (1969) pp. 204-206

Choltitz insiste sur son analyse de la situation et conclut que Hitler

« [...] considérait Paris comme une « place forte assiégée » car il prenait des mesures en vue du retrait des administrations qui n'avaient pas d'utilité pour la lutte [...] »

— Dietrich von Choltitz, op. cit. (1969) p. 208

OpérationsModifier

À Paris, la Kommandantur est installée place de l'Opéra, tandis que Choltitz prend ses quartiers à l'hôtel Meurice, palace situé rue de Rivoli, en face du jardin des Tuileries.

Lorsque l'insurrection éclate, les Allemands sont encore vingt mille dans la capitale. Outre un régiment de sécurité appuyé par des chars français hors d'âge, la garnison comprend essentiellement des états-majors et des services inaptes au combat. Cependant, des colonnes d'unités étrillées en Normandie qui se replient sur la Somme traversent la capitale exempte d'attaques aériennes alliées. La retraite de ces unités est couverte par un certain nombre de chars Panther.

Dans l'après-midi du , Choltitz accepte le cessez-le-feu négocié par le consul de Suède Raoul Nordling avec les gaullistes. Il sursoit à l'exécution[9],[10] de trois résistants, Alexandre Parodi, Roland Pré et Émile Laffon, représentants directs du général de Gaulle arrêtés le par la Gestapo, et les libère[11]. Le , il reçoit l'ordre de Hitler de défendre Paris par la destruction de pâtés de maisons et des ponts de la capitale. « Paris ne doit pas tomber entre les mains de l'ennemi, ou alors que ce soit un champ de ruines »[12]. D'après ses mémoires, conscient que la destruction des infrastructures de Paris serait inutile, que la guerre est perdue pour son camp, et soucieux de ménager son avenir de futur prisonnier[f], il prétend que les unités de destruction auraient miné de nombreux bâtiments mais qu'il n'aurait pas donné l'ordre de destruction. En réalité, il n'en avait plus la possibilité à la suite des actions des FFI qui avaient empêché que le feu ne soit mis aux charges explosives. En effet, plus de six cents barricades dans Paris bloquent la ville et il n'est plus question ni de la miner, ni même de mettre le feu aux poudres. Ce serait en fait l'insurrection seule qui aurait garanti que le forfait de la destruction de Paris ne puisse se commettre.[réf. nécessaire] Il négocie pour remettre sa reddition à un officier allié. Le , après un combat en forme de baroud d'honneur, il se rend au soldat espagnol Antonio González de la compagnie La Nueve[réf. nécessaire] de la 2e division blindée. Il est conduit à la préfecture de police de Paris où il capitule devant le général Leclerc. Il est ensuite conduit à la gare Montparnasse, poste de commandement de Leclerc, où le nom et la signature du colonel Rol-Tanguy, commandant communiste des FFI de l'Île-de-France, sont rajoutés à l'ordre de reddition.

Adolf Hitler, dans un accès de rage, lui aurait téléphoné en demandant si Paris brûlait (« Brennt Paris ? »). Choltitz avait pris la précaution de mettre sa famille à l'abri des représailles collectives familiales[13]. Il tenta de protéger les auxiliaires féminines allemandes situées à Paris.

CaptivitéModifier

 
Choltitz, debout avec une canne, le 1er en partant de la gauche, en détention au camp de Trent Park (en), .

Immédiatement emprisonné, Choltitz est conduit en Normandie puis prend l'avion pour l'Angleterre. Il y est enfermé avec d'autres hauts officiers allemands. Ses conversations sont enregistrées à son insu. Il évoque dès le sa rencontre avec Hitler du début du mois, présentant Hitler comme très diminué physiquement mais l'ayant harangué plus de quarante-cinq minutes sans se laisser interrompre, « se dévidant comme un disque de gramophone », et comme s'il était devant un large public[14]. Choltitz en garde la sensation que Hitler n'a plus tous ses moyens, et n'a guère de respect pour l'armée. Choltitz répétera une version similaire dans ses Mémoires ou au cours d'entretiens avec des journalistes[g].

Il reconnaît aussi avoir participé à l'extermination des Juifs pendant la campagne de Russie[15].

Après-guerreModifier

Dietrich von Choltitz est relâché par les Alliés en 1947. Il publie ses Mémoires en 1950 (Un soldat parmi les soldats). Le texte décrit approximativement sa carrière.

Il meurt peu avant ses 72 ans en des suites d'une maladie à l'hôpital de Baden-Baden. Baden-Baden étant le quartier général des forces françaises en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale, il est enterré au cimetière de Baden-Baden en présence de haut gradés français.

L'épisode de sa reddition à Paris a été porté au cinéma en 1966 dans le film de René Clément, Paris brûle-t-il ?, adapté de ses mémoires et sorti peu avant sa mort, où son rôle est tenu par Gert Fröbe, puis en 2014 dans Diplomatie de Volker Schlöndorff, où il est interprété par Niels Arestrup.

Les recherches de ces dernières années, et l'accès aux archives militaires françaises et allemandes de cette période permettent de revoir le rôle qu'a joué réellement von Choltitz dans sa "volonté" de sauver Paris[16]

DécorationsModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Aujourd'hui Łąka Prudnicka en Pologne.
  2. Là, il découvre l'ampleur de la désorganisation et de la catastrophe qui guette la Wehrmacht[5].
  3. Il est cité comme étant un homme d'une délicatesse exceptionnelle qui alla jusqu'à demander à sa logeuse le permission de goûter aux groseilles de son jardin[6].
  4. Il dit y être arrivé le au soir[7].
  5. Équivalent en France de général de corps aérien, c.-à-d. un général de corps d'armée pour l'Armée de l'air française.
  6. Il a déjà un lourd passé notamment lors des batailles de Rotterdam aux Pays-Bas et de Sébastopol en Crimée, et peut-être en Russie.
  7. Par exemple, dans une lettre adressée à une correspondante allemande le , Choltitz écrit : « Je n'ai ni détruit ni incendié leur ville, parce que j'ai voulu épargner cette honte au peuple allemand et ne pas détruire une ville sans motif et tout particulièrement une ville comme Paris qui est le siège de toutes les cultures. Ce fut une chance pour moi que je me sois rendu chez Hitler peu auparavant, et me trouvant pour la première fois de ma vie en face de lui, je me suis rendu compte que j'avais devant moi un fou, ce qui a naturellement allégé ma conscience de soldat et je n'ai exécuté sous aucun prétexte ses ordres de destruction. »

RéférencesModifier

  1. Site officiel de la famille de Dietrich von Choltitz.
  2. « Le bombardement de Rotterdam ».
  3. Choltitz 1969, chapitre 3.
  4. Tapping Hitler's Generals, Neitzel, ed. MBI Publishing, 2007.
  5. Choltitz 1969, p. 160-165.
  6. Pripet 1975, p. 48 et 50.
  7. Choltitz 1969, p. 210.
  8. Choltitz 1969, p. 206-208.
  9. Nordling 2002, p. à préciser.
  10. « Émile Laffon (1927), compagnon de la Libération ».
  11. Émission Détruire Paris - Les plans secrets d'Hitler France 5 du 6 janvier 2019 - 1°) Transcription des conversations téléphoniques de Choltitz avec le général Model où il dit clairement qu'il ne pourra pas appliquer les ordres de Hitler avec les moyens mis à sa disposition et où il demande « les charges et l'artillerie qu'il a réclamées » (Bundesarchiv RH 19 IV/157 K-1 et K-2) - 2°) Rapport du laboratoire central de la préfecture de Paris vu par l'historien Luc Rudolf (2.4.4 Intervention déminage 1944 carton 48 RA 180 résumé des interventions pour protéger la population rédigé par le professeur Henri Moureu). Il ressort clairement de ce rapport que Choltitz a été pris par le temps.
  12. Photo du 'Führerbefehl' daté du . La dernière phrase de cet ordre du Führer est Paris darf nicht oder nur als Trümmerfeld in die Hand des Feindes fallen. (« Il ne faut pas que Paris passe aux mains de l'ennemi, ou alors qu'il soit réduit à un champ de ruines. »)
  13. Choltitz 1969, p. 249-250.
  14. Tapping Hitler's Generals, p. 94-95, Neitzel, ed. MBI Publishing, 2007
  15. Tapping Hitler's Generals, Neitzel, ed. MBI Publishing, 2007, p. 219-220. Il indique avoir explicitement été mis au courant des exécutions de Juifs (they've been shooting Jews here for days now). Il mentionne une discussion datant au plus tard de dans laquelle il se plaint que les troupes de son régiment ne supportent pas d'avoir à exécuter les Juifs (well, we can't stand this shooting of Jews). Il estime qu'à Sébastopol, trente-six mille juifs ont été assassinés, ce qui se révèle proche de l'estimation des historiens (quarante mille victimes), montrant qu'il est parfaitement au courant de l'ampleur des massacres.
  16. voir le documentaire "Détruire Paris : les plans secrets d'Hitler" - LCP public Sénat de 2018.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Paul Carell (trad. R.M., ill. cartes Roger Grosjean), Ils arrivent : la bataille de Normandie vue du côté allemand [« Sie Kommen »], Paris, éditions J’ai lu, coll. « J’ai lu leur aventure » (no A9), (1re éd. 1962), 384 p., poche — l'action de Choltitz concernant Paris et le refus d'exécuter les ordres de Hitler y sont bien expliqués aux p. 369-371.
  • Dietrich von Choltitz (trad. A.-M. Bécourt, Martin Briem, Klaus Diel et Pierre Michel, préf. Pierre Taittinger), De Sébastopol à Paris : un soldat parmi les soldats [« Soldat unter Soldaten »], Paris, éditions J’ai lu, coll. « J’ai lu leur aventure » (no A203), (1re éd. 1964 chez Aubanel), 320 p., poche — réimpression de l’original Aubanel dans la collection J’ai lu : Choltitz y relate sa carrière.
  • Raoul Nordling (édition établie par Fabrice Virgili), Sauver Paris : mémoires du consul de Suède (1905-1944), éditions Complexe, .
  • Albert Pripet, « Cette bataille est un immense bain de sang… », Dossiers Historama, vol. 2, no La bataille de Normandie,‎ , p. 47-56.
  • D-DAY et la bataille de Normandie d'Antony Beevor (traduit de l'Anglais par J.F. SENE, R. CLARINARD et I. TAUDIERE), Calmann-Lévy, 2009, p. 712-735.

ReprésentationModifier

Liens externesModifier